Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture : cinéma / Scoutisme

Un producteur chez les scouts

Un producteur chez les scouts

De Daniel Rabourdin :

Pour le futur Film PROMESSE, j’ai rejoint un camp scout dans les Alpes. Un jeune fan nous a trouvé un camp particulièrement rocambolesque. C’est exactement ce qu’il faut pour notre film d’aventure catholique dont le deuxième rôle ira à des scouts.

Lors de la production précédente, La Rébellion cachée, le docudrame s’est construit avec l’aide de centaines de jeunes et de notables. Pour cette future fiction, il est possible que ce soient des milliers de bénévoles en France comme en Amérique et dans le monde qui se dresseront. Après tout, le scoutisme a 28 millions de membres sur le globe. Une grande partie est encore authentique et chrétienne.

En France, la plupart des autres films se plient à la doxa du pouvoir et obtiennent subventions, couvertures journalistiques ou lauréats à Cannes. Nous, nous allons tout oser en chrétiens et nous espérons que certains dans le peuple Scout et l’Eglise reconnaîtront un projet qui vient de l’un de leurs créateurs. Curieusement, Il y a aussi, le Festival de Houston qui semble avoir un faible pour notre travail et qui nous récompensera peut-être encore.

Il s’arrête plus souvent mais il veut tout faire.

Seulement deux semaines après le premier coup de fil à la troupe, je me retrouve sous deux duvets dans une tente igloo. Nous sommes en altitude et les nuits sont fraîches. Le jeune chef de troupe a battu à plat de couture tous les « grands machins » bureaucratiques et prouve pourquoi il faut de vrais chefs et non des comités pour réussir. C’est déjà ça le scoutisme.

L’affaire se passe sous les crêtes de la frontière italienne. Il y a encore de la neige sur les pics et l’eau qui coule dans la rivière au centre du camp est glaciale. J’ai assisté à ma première veillée depuis des décennies et vu les nouvelles techniques comme les anciennes. Je fus moi-même Scout d’Europe avant de vivre à l’étranger 35 ans. De la sorte, je vois les choses de l’extérieur et cela sert au script en phase d’écriture.

Pour cette deuxième nuit, il est 1 heure du matin quand nous sommes réveillés par le lent battement d’un tambour. En mon temps, cela aurait pu être des grenades d’exercice alors j’apprécie la poésie. C’est le début du grand jeu tant attendu… Les petits scouts sont hagards et moi je remonte ma capuche.

Sans trop comprendre, nous nous agglutinons autour des porteurs de torches qui prennent la direction des cimes. Personne ne veut rester en arrière. Les torches bien réussies durent environ 45 minutes.

Nous montons, nous montons et ne cessons de monter. La sente ne laisse place qu’à un marcheur. Il ne faut pas déraper sur la pente de poussière qui disparaît dans le noir.

Depuis deux tournants de piste en zig-zag, on entend les râles d’Erwan. Le garçon essai de retrouver son souffle. Il est un peu plus âgé que les autres et en surpoids. Des novices maintenant très réveillés m’expliquent : « Il s’arrête plus souvent mais il veut tout faire. »

Bravoures et bassesses

Pendant 48 heures d’aventure (48 heures !) bien des défis vont se présenter aux adolescents. Sur 20 kilomètres carrés autour d’une série de montagnes vont se manifester endurance, erreurs loufoques, bienveillance, et aussi, des fois, quelques bassesses.

J’ai deux smartphones qui font merveille, soutenus par trois batteries dont une solaire. Je ne cesse de retrouver sur les pistes le garçon à qui le camp parait demander le plus d’efforts, notre frère Erwan.

L’écriture du scénario demande d’observer ces actes hors du commun auxquels l’expérience de terrain donnent tout leur réalisme. Il y a des choses qu’on n’invente pas. J’ai aussi besoin de savoir où en sont les adolescents aujourd’hui.

Oui, le film PROMESSE (nom de travail) a déjà une synopsis. C’est à dire une page de présentation qui laisse deviner sans tout révéler. Mais c’est bien parce qu’il faut un plan A avant de passer au plan B et ainsi de suite. Nous avons aussi 10 bonnes pages qui devraient rester jusqu’à la fin du processus ainsi que 80 feuilles d’errance dramatiques. Il en faudra au total 120, efficaces et parfaitement touchantes. Pas un mot de trop, pas un mot de moins.

Un scénariste Français et un Américain sont pressentis pour collaborer (dans le métier, personne n’écrit seul). Ces écrivains spécialisés travailleront 4 mois pleins sur une période d’un an. A mi-chemin du processus, nous présenterons nos feuillets à un « script doctor ». Ce grand écrivain du cinéma chamboulera pour le mieux nos centaines de fiches représentants chaque scène et nous nous remettrons au travail pour connecter à nouveau tous les nerfs de ce nouveau corps littéraire. L’opération se répétera jusqu’à ce que nous ayons un bijou, une histoire qui captive l’imagination et le cœur du début à la fin.

Cependant, nous avons déjà planté les « mats de tente » comme on dit dans le jargon du métier. Ce sont les éléments de l’histoire que je désire maintenir. Le reste sera comme une toile de tente que l’on tendra entre ces mats.

Pour l’instant, nous tenons à garder : une persécution athéiste par le père. Un jeune Louisianais de maman française débarquant en France. Une femme qui n’a pas vu son pays depuis 20 ans. L’amitié d’une patrouille scoute. Une poursuite dans les montagnes mettant en valeur les techniques scoutes. Un refuge monastique. Une progression psychologique et spirituelle. Une cérémonie de Promesse.

Plus tôt dans la soirée, 5 jeunes chefs boivent un thé autour de leur feu surélevé. Ils confirment à quel point l’audio-visuel les aide. Au lycée, des patrouillards ont montré des vidéos de weekend à leurs copains. Grace à elles, deux fois, deux élèves ont rejoint la troupe. Il y a maintenant 5 grandes patrouilles dans une ville qui comprend déjà plusieurs troupes.

Apprendre à se gérer

Sur la montagne et dans le noir, je n’y pense plus. Je trébuche et je continue à monter. Erwan est resté avec un chef en dessous. Sur ma gauche, le reflet des lampes frontales laisse deviner l’abîme. Au sommet, nageant dans la sueur, les scouts et moi assistons à la capture théâtrale d’un Gaulois par les Romains. La mise en scène est réalisée par la maîtrise. Désormais, les scouts insèrent du théâtre et transforment l’aventure en jeu de rôle. Cet été, c’est une histoire de civilisations méditerranéennes. Les jeunes en tirent compétences orales et créativité. Les plus petits sont captivés et se surpassent. Quel immense présent leur fait le scoutisme, les chefs et leurs parents… Régulièrement je me demande : comment les remercierons-nous ? Stages en entreprises ?

A la redescente, nous récupérons Erwan : « C’est la tête qui me fait mal. » On passe une bouteille de plastique. Erwan se lève et entreprend de descendre. Par derrière, je tiens ma lampe excentrée pour qu’il voit ses pas. « Ça va Erwan ? « Ça va ça va »Erwan s’accroche.

Dans la nuit noire, nous arrivons au portique des couleurs. Moins d’effort veut dire que nous nous refroidissons. Les tee-shirts trempés sont vite enlevés et les pulls remis. Il faut se battre et non se résigner. Ces « garçons des montagnes » apprennent à se gérer contre le froid, le noir ou le danger. C’est ça, ou avoir très froid, se perdre ou paniquer. Ce sens de l’initiative, ils le garderont pour la vie.

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services