Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Un pèlerinage de Chrétienté en situation de semi-confinement ou de liberté surveillée

Un pèlerinage de Chrétienté en situation de semi-confinement ou de liberté surveillée

Charlotte d’Ornellas écrit dans Valeurs Actuelles :

[…] Que faire ? Annuler en attendant l’année suivante ? « Nous n’avons jamais voulu supprimer ce rendez-vous parce que nous avons besoin de cette communion visible de prières, d’autant que les catholiques sont privés de la grâce des sacrements de façon franchement problématique », explique Jean de Tauriers, président de l’association Notre-Dame de Chrétienté. Comme beaucoup d’évêques, de prêtres et de fidèles catholiques, les organisateurs ont du mal à digérer le prolongement de l’interdiction du culte public dans le pays. Ils se sont d’ailleurs associés à un référé contre le décret mais en attendant la réponse, tous ont décidé de respecter les règles imposées à tout le pays. Le pèlerinage n’aura donc pas lieu sous sa forme habituelle.

Pourtant, les cadres de l’association ne cessent d’encourager les pèlerins à s’inscrire. Impossible de soupçonner un intérêt financier à cet appel : cette année, l’inscription au pèlerinage est gratuite ! Et les inscrits sont déjà plus nombreux que l’an dernier à la même date… Que comprendre d’un pèlerinage apparemment annulé, auquel il faut pourtant s’inscrire ? Le pèlerinage aura lieu sous une forme virtuelle à l’échelle nationale, et se déclinera localement par de petites initiatives des chefs de chapitre.

En clair, personne ne marchera de Paris à Chartres, et les pèlerins devront attendre 2021 pour se retrouver. Mais ils pourront, pendant le week-end de la Pentecôte, suivre les messes et les méditations sur leurs écrans d’ordinateurs. La marche est annulée, mais les nourritures spirituelles restent à disposition : l’aumônier des pompiers de Paris que la France avait découvert le soir de l’incendie de Notre-Dame, l’abbé Fournier, dira la messe le premier jour, en direct de Saint Sulpice. La seconde sera dite dans un couvent mayennais [à Chéméré, NDMJ] tandis que celle du lundi de Pentecôte sera en direct de Saint-Pierre de Rome.

Des initiatives locales, dans le strict cadre légal

Les méditations, elles, seront retransmises régulièrement sur le site de l’association, préalablement enregistrées par les chefs de chapitre eux-mêmes. Pour ceux qui le veulent ou le peuvent, quelques initiatives locales sont également encouragées, dans le cadre légal imposé : des messes en petit comité, des rosaires communs entre les familles, des incitations à aller fleurir des calvaires, à nettoyer des tombes, à retirer les toiles d’araignée, à pèleriner jusqu’à l’église voisine en famille pour y prier et peut-être même y passer un coup de balai ! « Nous devons tous avoir l’humilité de comprendre aussi qu’une démarche pèlerine ne nécessite pas de parcourir 120 kilomètres », résume Augustin. Certains chefs de chapitre s’activent sans relâche pour proposer des alternatives concrètes à leurs ouailles. C’est le cas d’Arnaud, chef d’un chapitre dédié aux chrétiens d’Orient et d’Occident. Il ne sait pas encore à quoi ressemblera le week-end, mais essaie déjà d’organiser des petits groupes de 10 pèlerins disséminés sur de petits chemins autorisés. L’heure est au système D dans chaque région de France, et Arnaud ne cache pas son désarroi : « Le plus dur dans tout cela, c’est que nous sommes une religion de l’incarnation… Nous nous démenons pour offrir le plus concrètement possible ce week-end à la Sainte Vierge, comme chaque année. » Un drôle de pèlerinage, en attendant le suivant que tous préparent déjà activement.

Du côté des pèlerins, l’heure fut d’abord à la déception. Entre ceux qui attendent le rendez-vous chaque année et ceux qui s’étaient promis d’y aller pour la première fois, le sentiment est unanime. Les commentaires, en revanche, varient. Pierre-Emmanuel est lui décidément outré par la situation : « Avec une chance infinitésimale de mourir, on ne prend pas le risque de vivre… même si ce qu’il faut faire pour ne pas mourir doit nous empêcher de vivre ! », explique celui qui voit dans cet envahissant principe de précaution « une défaite de l’Eglise ». D’autres, comme Marine, partagent la difficulté de renoncer à ce rendez-vous, mais concluent avec d’autres mots : « C’est dans ces moments de désert et d’épreuves que le Christ nous demande de lui rester fidèles, alors nous nous tournerons vers le Ciel pour prier. »

L’aumônier du pèlerinage, l’abbé Garnier, s’attarde sur ce point :

« Il ne s’agit absolument pas de chanter la désincarnation de la religion, mais de purifier nos attaches. On n’interdit pas le culte avec une revendication de la haine du Christ ou de Dieu mais pour des « raisons invoquées » de santé publique. Le résultat est le même. Donc il faut poser malgré tout ces actes de foi : l’essentiel est Dieu, Il faut donc le servir et l’honorer malgré tout. »

Ce qui pourrait sembler anecdotique reste important pour les organisateurs : une équipe sera chargée de donner le plus de visibilité possible aux initiatives locales, nationales ou étrangères. Sur ce point, l’abbé Garnier s’attarde encore. Lui aussi est (très) agacé par les velléités gouvernementales au sujet des cultes, lui aussi parle à demi-mot de persécution blanche, et lui aussi rappelle que martyre veut dire témoignage en grec. D’où l’importance de ce dernier :

« Il y a une différence entre la lucidité et la résignation. Ne disons pas que c’est mieux parce que les catholiques sont moins nombreux, ou que c’est plus spirituel parce que nous sommes plus discrets, moins visibles, moins réactifs. Souvenons-nous que les grandes causes peuvent mourir (ou du moins s’affaiblir) si personne n’est prêt à donner sa vie pour elles. »

En d’autres termes, l’impossibilité physique d’organiser le pèlerinage ne doit pas empêcher le témoignage.

Jean de Tauriers résume : « Nous devons combattre, mais certainement pas pas nous laisser abattre. » Cette année, le thème du pèlerinage tombe bien : « Saints anges, protégez-nous dans les combats. » Combattre, donc.

« C’est un mot qui est aujourd’hui mal connoté, même chez les catholiques, mais qui est pourtant la mission du baptisé. Il faut simplement avoir à l’esprit que l’on ne lutte pas premièrement contre le mal, mais pour le bien. »

Et quel bien visent-ils ? « Une restauration du Règne du Christ. » Plus concrètement, l’aumônier développe trois points :

« Restaurer le sacré (par la liturgie, du côté de Dieu, par les causes de la bioéthique, de la famille, du mariage du côté de l’être humain) – restaurer la vérité (à l’heure délétère du relativisme), enfin et surtout restaurer l’espérance (ce désespoir surmonté). Le tout dans un esprit d’unité, de cohérence, de cohésion, de compétence, d’admiration mutuelle, de confiance en Dieu, de prudence et d’audace. » […]

Les inscriptions pour le pèlerinage 2020 sont ouvertes.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services