Un nouveau bienheureux, Miroslav Bulešić, prêtre croate martyr sous la persécution communiste


MbDe Jure Bogdan, postulateur :

"Martyrisé avec cruauté uniquement pour avoir assuré son ministère sacerdotal, le jeune curé Miroslav Bulešić (1920-1947), sera béatifié samedi 28 septembre, à Pula en Croatie par le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, représentant le Pape François.

Fils de Miho (Michel) et Lucija, Miroslav Bulešić naquit dans un petit village d’Istrie, Čabrunići, dans la paroisse de Svetvinčenat (Saint-Vincent), le 13 mai 1920. Il fréquenta l’école élémentaire à Juršići (1926–1930), où son professeur de religion (catéchiste) fut le zélé père Ivan Pavić. Après le lycée, Bulešić décida de suivre des études de philosophie et de théologie et de se préparer au sacerdoce. Comme curé, il tenta de connaître en personne ses paroissiens pour les conduire à la Messe dominicale. Cette activité était observée de près par les ennemis de l’Eglise dans les files de la Résistance. Ils n’appréciaient pas du tout que le curé ait plus d’influence qu’eux sur ses paroissiens.

A partir du 19 août 1947, il fut confié au père Miroslav Bulešić la tâche d’administrer la confirmation à Pazin. Les responsables du séminaire ne savaient rien des désordres et des agressions organisés par les communistes. Au début, autour de Pazin, la confirmation fut donnée sans difficulté, mais bien vite il y eut des barrages sur les routes pour bloquer les confirmands, afin qu’ils ne puissent pas rejoindre leurs paroisses respectives. Les militants communistes attaquaient les prêtres et les enfants et se moquaient d’eux publiquement. C’est dans ce climat que  Bulešić arriva à Lanišće le 23 août 1947 et y passa la nuit avec l’intention d’administrer la confirmation le lendemain. Quand il arriva au presbytère avec l’envoyé de l’évêque de Trieste, il confirma  sept autres filles et garçons en plus qui, à cause des troubles et des barrages, n’étaient pas parvenus à arriver à temps à l’église. Peu après fit irruption dans la maison un groupe de communistes, qui s’acharnèrent en particulier et avec plus de violence sur le jeune père Miroslav, en le frappant sans pitié, partout où ils le purent. Plusieurs témoins regardaient impuissants de l’extérieur ce qui était en train de se passer. Le père Miroslav était couvert de sang. Par deux fois, ils l’ont entendu s’exclamer : « Jésus, accueille mon âme ». Puis son assassin lui trancha la gorge avec un couteau. Le sang du martyr recouvrit les murs et le sol. Il était environ 11h00 le 24 août  1947".

Du Saint-Père aujourd'hui lors de l'Angelus :

"Avec joie nous nous souvenons qu’hier, en Croatie, Miroslav Bulešić, prêtre diocésain mort martyr en 1947 a été proclamé bienheureux. Louons le Seigneur, qui donne à ceux qui sont désarmés la force du témoignage extrême".

4 réflexions au sujet de « Un nouveau bienheureux, Miroslav Bulešić, prêtre croate martyr sous la persécution communiste »

  1. Aiglon

    Coment ne pas mettre en rapport ce martyr de 1947 avec les graves agitations de la même année qui ont failli emporté la France dans le désordre et le totalitarisme communiste.
    Grâce à la prière des enfants de l’île Bouchard et à la clairvoyante persévérance de Robert Schuman, la France échappa à ce chaos.
    En sommes-nous reconnaissants ?

  2. amiral

    Malgré que nous sommes sur navire qui prend l’eau DIEU ne lâchera jamais la main de sa fille ainée,comme dit Aiglon c’est toujours quand tout semble perdu qu’il nous envoie saint Michel pour nous remettre a flot pour guider le monde ver lui

Laisser un commentaire