Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Un lycéen de 14 ans accuse la police de l’avoir roué de coups

Lu dans le Point :

"Le dimanche 26 mai, Marc, qui est en
classe de seconde avec un an d'avance, participe au rassemblement
anti-mariage pour tous aux côtés de ses parents et de sa soeur aînée.
Sur la place des Invalides, en fin de manifestation, le lycéen perd de
vue dans la foule sa famille, qui rentre chez elle sans lui. "Il n'avait
pas de téléphone portable sur lui, car nous l'avions oublié à la
maison", nous précise sa mère. Marc finit par retrouver des amis avant
de continuer la soirée tout seul.

Un
drapeau de pirate à la main, l'adolescent aurait alors essayé de
quitter la place des Invalides, mais se serait heurté aux cordons de
CRS
. Vers 22 h 30, le lycéen aurait décidé de rejoindre la station de
métro des Invalides. Selon sa version, il passe alors sans incident un
premier barrage de CRS, puis est violemment interpellé avant d'en
franchir un second. "Un policier en civil m'a emmené au sol en passant
son bras sur ma tête"
, affirme le lycéen dans sa plainte, dont Le
Point.fr a pris connaissance.

Marc aurait alors été
violemment menotté par trois fonctionnaires.
"À aucun moment je ne me
suis débattu, ni n'ai essayé de m'opposer à cette interpellation
", jure
l'adolescent. Marc affirme ensuite avoir reçu des coups de pied dans la
tête
, sans pouvoir déterminer si ceux-ci étaient "volontaires ou s'il
s'agissait juste de piétinements
". La suite tient du mauvais film. "Un
policier m'a ensuite sauté dessus en positionnant son genou sur mon
thorax tout en me donnant un coup de tibia au niveau du sexe
." Marc
aurait ensuite été transporté à l'écart de la foule vers un arbre. "Un
policier en civil de type maghrébin m'a alors claqué la tête contre
l'arbre avec violence
", affirme le lycéen. Un geste que le fonctionnaire
aurait, selon lui, justifié ainsi : "Ça t'apprendra à foutre la
merde…
"

À moitié assommé, Marc
aurait d'abord été installé sur un trottoir, puis dans un fourgon de
CRS, avant d'être conduit en voiture sérigraphiée au commissariat du 18e
arrondissement de Paris, rue de l'Évangile. La famille du lycéen est
alors contactée. Marc est ensuite conduit au commissariat
d'Ivry-sur-Seine, où un médecin l'examine et lui délivre une incapacité
temporaire de travail de trois jours
. L'adolescent est ensuite
auditionné en présence d'une avocate. Finalement, Marc fera l'objet d'un
simple rappel à la loi pour non-dispersion après la manifestation.

"L'histoire
de Marc n'est pas un cas isolé", affirme Me Triomphe, l'avocat de la
famille. "Nous disposons de nombreux témoignages évoquant des brutalités
policières. Cela traduit un sentiment d'impunité inquiétant." En
regardant des vidéos postées par les manifestants sur Facebook,
Marc aurait identifié l'un de ses agresseurs présumés. Une nouvelle
plainte du lycéen devrait être déposée devant le procureur de la
République de Paris vendredi après-midi, avec une centaine d'autres par
une quinzaine d'avocats du barreau de Paris.
[…]"

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique