Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

Un droit de la famille définitivement adultocentré ?

Un nouvel article fondé sur le bon sens qui lève de bonnes questions :

"Promesse électorale certes – et encore certains contestent que tout l’engagement pris soit tenu -, mais c’est bien par le petit bout de la lorgnette que ce gouvernement aborde la question majeure pour tous les français de la condition parentale et de la parentalité. Alors que la problématique est bien aujourd’hui, et depuis deux décennies, de clarifier les responsabilités au sein de la famille avec 2 à 2,5 millions d’enfants élevés par un adulte que n’est pas leur parent biologique, on affiche comme priorité les revendications de quelques milliers de couples homosexuels ! Ce n’est pas être homophobe que de dire que le sujet n’est pas prioritaire et est mal-traité. Bref on doit y voir une illustration du danger des promesses électorales trop rapides et de la réponse aux intérêts d’un groupe de pression.

Plus grave, Il y a bien longtemps que je n’avais pas eu le sentiment qu’on allait purement et simplement légiférer pour des adultes. Les enfants n’intéressent pas ceux qui nous gouvernent. D’ailleurs il n’y a pas eu de ministère de l’Enfance dans les gouvernements Ayrault – donc l’enfance n’est pas un objet de politiques publiques – et la Jeunesse est reliée aux Sports, ce à quoi nous avions échappé depuis quelques gouvernements!

J’entends que les homosexuels veuillent faire consacrer leur union comme les hétérosexuels : après tout le mariage est un contrat et une institution. Pourquoi leur en refuserait-on l’accès ? Reste à terme une difficulté à régler – et gouverner c’est prévoir ! -  comment demain refusera-t-on à un frère et une sœur qui s’aiment la possibilité de se marier quand on aura déjà fait tomber le tabou du mariage homosexuel ?  Passons.

En revanche, l’adoption est plus problématique et ne s’impose absolument pas aujourd’hui. Déjà, on sait que les homosexuels seront payé en monnaie de singe. Et ils le savent. Pragmatiquement peu d’enfants de France délaissés (2200) sont adoptables et on s’en réjouira car c’est la preuve que l’immensité des enfants sont ici désirés, que le statut de la femme célibataire et les aides apportées aux jeunes parents permettent d’élever un enfant. Par ailleurs– conf. Le Monde de ce week-end – l’adoption transnationale est en chute, les pays historiquement fournisseurs d’enfants à l’adoption répondant en interne aux enfants délaissés. Sous d’autres cieux on voit difficilement aujourd’hui un couple homosexuel se présenter pour adopter.

En vérité dans le projet de loi c’est bien l’adoption de l’enfant du « conjoint » qui est visée et en arrière fond une question « politique » majeure sur la filiation s’esquisse. Car en détachant la filiation de la maternité et de la maternité  on touche au système de filiation et d’organisation sociale. Et là encore demain comment refuser que plusieurs personnes revendiquent d’adopter un enfant même si celui-ci est déjà doté d’une filiation paternelle et/ou maternelle.

On sait que le nœud gordien implicite du débat actuel est bien celui de la reconnaissance d’un droit à l’enfant des homosexuels en couple à travers les procréations médicalement assistées. C’est tellement vrai que le gouvernement qui se veut responsable refuse de mettre le doigt dans un engrenage non maitrisé.

De son côté, au contact des groupes de pression, le groupe des députés socialistes entend déposer un amendement pour forcer ce verrou gouvernemental. Dans le contexte politique où il a une revanche à prendre sur le gouvernement, il est possible que ces élus en fassent une question de posture et de principe. D’autres amendements de gauche comme de droite viendront. La boîte de Pandore peut s’ouvrir sans vraie réflexion. En défense le gouvernement  utilisera un argument massue : »Si vous vous battez au nom de l’égalité et si vous votez l’accès aux PMA, il faut aller jusqu’à accepter la gestation pour autrui, sinon seules les lesbiennes obtiendront satisfaction et les homosexuels hommes resteront en carafe. Belle inégalité hommes-femmes ! »" (suite).

Partager cet article

2 commentaires

  1. La question de l’adoption pourra être solutionnée par une réforme simple, en suspens depuis plusieurs années. Il suffira de déclarer adoptables tous les enfants actuellement placés, sous responsabilité de l’Aide Sociale à l’Enfance. La manoeuvre est simple, mais jusqu’à présent les amendements législatifs proposés en ce sens ne sont pas passés. Il faut savoir qu’il y a 175000 ou 200000 enfants placés en France, en institution ou famille d’accueil. Il est quasiment impossible d’obtenir des chiffres fiables. Le secret règne. D’après l’IGAS et la Cour des Comptes, seuls 20 ou 25% de ces placements se justifient. Des dizaines de milliers de familles sont confrontées sans motifs valables ou même sans motifs du tout, à des placements abusifs qui les détruisent et laisseront des séquelles irréversibles aux enfants. Systéme totalitaire digne des pires règimes de l’histoire. J’invite tous les lecteurs à une petite recherche internet sur “placement abusif”. Cauchemars garantis. Et ne coyez pas que cela n’arrive qu’aux autres… J’en fais la très douloureuse expérience pour mon unique petit fils choyé et adulé depuis sa naissance. Les jeunes mamans sont les cibles favorites de ces placements abusifs, et l’ASE a très bon goût…les enfants sont souvent très beaux, et blonds de préférence… Les réseaux d’aide et de protection, PMI, centres maternels, sont devenus des réseaux de délation et alimentent la filière d’emplois sociaux. Lutter contre l’avortement c’est bien, mais les catholiques doivent aussi s’engager maintenant dans ce combat contre les placements arbitraires, car les droits les plus élémentaires des parents sont bafoués : les enfants sont enlevés par une ordonnance…notifiée à la structure d’accueil, mais pas à la famille ! Sans oublier que les maltraitances en famille d’accueil ou en institution sont loin d’être rares. Un autre moyen de limiter la natalité des européens de souche. Voir l’excellente “Lettre ouverte au Conseil Constitutionnel” : http://www.betapolitique.com/Les-derives-de-l-aide-sociale-a-l-55837.html

  2. Message bouleversant de petitemadeleine. A prendre très au sérieux, en effet. Merci. Nous le voyons, il existe de nos jours beaucoup de vrais défis.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]