Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Un curé, un maire et une église mal construite qui menace ruine

Une situation très complexe que rencontre un certain nombre de prêtres et de maires avec des églises en béton genre "art moderne", mais d'avant.

"Quel a été votre sentiment lorsque le clocher de l’église a été démonté ?

n C’était prévisible. J’avais alerté la municipalité précédente et repris contact avec la mairie actuelle. J’avais attiré l’attention sur le fait que le clocher était très abîmé. Le béton se rongeait. Je n’ai pas été surpris à l’annonce de sa démolition. C’est toujours problématique pour une ville de perdre un symbole. C’est toujours douloureux pour un curé de perdre un de ses clochers. La destruction du clocher n’est pas seulement liée à l’absence de travaux mais surtout à un vice de forme dans la construction et une non-réaction de la municipalité, à l’époque, qui a laissé passer la garantie décennale.

« LA VERRIÈRE TOMBE EN LAMBEAUX »

Pensez-vous que l’avenir de l’église est compromis ?

n Oui… Un projet a été présenté à la municipalité précédente et représenté à l’actuelle, des concerts ont été organisés, nous avons récolté un peu d’argent. Plusieurs possibilités étaient offertes, la première consiste en une consolidation mais l’entreprise de maçonnerie venue chiffrer les travaux ne voulait pas engager sa responsabilité sur un édifice en trop mauvais état. La deuxième concerne une restauration, un devis a été fait il y a dix ans, mais les chiffres sont colossaux, le bâtiment a été construit sur une technique architecturale qui n’est plus utilisée aujourd’hui. Le diocèse avait une église comme celle-ci, au Grand-Quevilly, la décision a été prise de la raser l’année dernière, car les travaux de restauration étaient impossibles.

Comment envisagez-vous l’avenir de cet édifice ?" (suite ici)

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

7 commentaires

  1. Un hangar aéronautique et son antenne radar. RIP.
    1959 : Air France réceptionnait sa première Caravelle et l’Église catholique entreprenait son aggiornamento. C’était l’époque des premiers Spoutniks, de la loi Debré, des premières mini-jupes, et des démonstrations de hula-hoop dans les églises…

  2. C’est vrai que c’est triste, une église sans son clocher… Mais il existe une possibilité qui sera certes moins visible, mais qui permettra de sonner les cloches : faire bâtir un campanile, juste à côté !
    Si les lieux le permettent, et si il n’y a pas un laïcard borné (ça va souvent ensemble…)qui réclame un “droit au silence”…

  3. Et si on reconstruisait en pierre comme autrefois ? Avant, on construisait des églises pour des siècles, pas pour 10 ans…

  4. En fait la situation de cette église est presque symbolique. Pendant des siècles les architectes chrétiens ont construits des églises presque pour l’éternité, qu’il se soit agit du style roman, du Xème au XIIème siècle, ou gothique du XIIIème au XVème siècle. Ces bâtiments, qui sauf destruction par vandalisme ou faits de guerre existent souvent encore aujourd’hui symbolisaient la permanence de l’Eglise. Or dans l’après-guerre de 1945 des architectes ont construits des églises conformément à l’architecture moderne, alors que parallèllement se préparait l'”ouverture au monde” de Vatican II, dont ces nouvelles églises étaient le symbole “fait béton” si l’on peut dire. Le résultat est là; après une génération ces édifices tombent en ruine et doivent être démolis ce qui reflète exactement l’état de l’Eglise conciliaire. Alors que la tradition catholique se porte bien, à l’image des églises du Passé!

  5. En accord total avec Meiers, à croire que la réalité a rejoint la symbolique.
    D’autre part, la beauté architecturale de ces églises en béton souvent informe, ne milite pas pour leur conservation.
    Quand un monument est laid, il n’attire pas les foules.
    Les églises traditionnelles sont autrement plus priantes, sauvons celles ci plutôt que celle là. Ce n’est pas ce qui manque.

  6. Encore une “splendeur” des années 1960 qui tombe en ruine au bout de 50 ans : http://www.couventdelatourette.fr

  7. Depuis on a amélioré la technique…
    Beaubourg tombe en ruine depuis sa construction !
    L’opéra bastille a commencé à tomber en ruine avant même son achèvement…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!