Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Un cadeau de Noël pas ordinaire !

 

La Consulaire ou le Feu du Diable – Roman historique, policier et baroque.

Afficher l'image d'origine

Ce roman policier éclaire un pan de notre Histoire sous un jour neuf. Il prend ses racines au cœur d’un terrain de fouille fertile et emporte le lecteur du XVIe au XXIe siècle. À partir d’un passé foisonnant, il découvre des clés qui ouvrent certaines portes inattendues du présent. Les personnages, ne laissent pas indemnes. Qu'ils soient mauvais ou bons ils sont tous étonnamment sincères. Il y a un héros issu de l'orthodoxie, un jésuite à col romain, un véritable évêque dont seul le nom a changé, deux papes et des anges (capitaines des troupes célestes, gardiens et d'autres déchus). Il y a de la foi, parfois brute de fonderie, avec pas mal d'aspérités, mais de la foi quand-même. N'arrivant pas à faire de méchants odieux, l'auteur préfère les montrer pitoyables, et pour certains assez ébréchés pour laisser passer un peu de lumière.

Les ancrages géographiques : je dirais que l'affaire se situe très à l'Ouest, elle fait tête spirituellement sur Brest, ce qui ne l'empêche pas d'habiter un peu le Borgo, ou de naviguer en Chébec à Alger du temps des deys et du Divan.

Désolé pour les tristes sires, si ce n'est pas assez noir, forcément les anges-gardiens interviennent en escadron complet avec monsieur Saint Michel devant. Rassurez-vous quand-même, on y meurt un peu partout.

L'inspiration chrétienne y est sans masque, revendiquée. Elle est dure, sincère et passionnée. « S'il m'arrive d'être dur, c'est qu'il y a de ma révolte dans les personnages », répond l'auteur.

Un premier roman, mais une véritable perle baroque. Gilles, son étonnant auteur est sans prétention et en plaisante facilement : « Mon histoire littéraire est, elle, courte et bien peu académique, surtout si j'en retire les punitions de collège, les stères de procédures et les kilomètres de comptes-rendus de mission ; il doit bien alors rester une lettre acrimonieuse, deux ou trois courriers obséquieux à mes chefs, de nombreuses lettres d'amour, quelques poèmes, un conte et deux nouvelles pas très présentables. »

Une très belle lecture, pour laquelle chaque élément historique est fidèle. L'historien avisé y trouvera même une ou deux découvertes bien réelles.

Site de VPC :

https://www.librairiedialogues.fr/livre/7327785-la-consulaire-ou-le-feu-du-diable–gilles-lavoie-valeurs-d-avenir

Chez l'éditeur :

http://www.editionsvaleursdavenir.fr/index.php?vue=consulaire.php

 

Message URGENT de Guillaume de Thieulloy

Cher ami lecteur
allons-nous manquer d’espérance ?
Vous et moi souhaitons de toutes nos forces que le mur de la culture de mort s’effondre.
Le Salon Beige participe à cette tâche selon ses capacités. Mais nous ne pouvons rien faire sans votre générosité.

S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services