Un artiste est attiré par le beau et donc automatiquement il finit par se tourner vers le sacré

Le Salon Beige publie chaque matin un dessin de Jean-Joseph Chevalier illustrant une citation de l'Evangile. Dans La Nef, Marine Tertrais écrit à propos de cet artiste :

image from hozana.org"De très nombreux talents se cachent en France et n’attendent qu’un coup de projecteur pour être connu du grand public. C’est très certainement le cas de Jean-Joseph Chevalier, artiste peintre, sculpteur, dessinateur et poète, qui vit de son art dans un monde qui ne prend plus le temps de méditer sur la beauté du monde qui l’entoure. Père de six enfants, il travaille essentiellement sur commande (particuliers, abbayes, paroisses, communes). Depuis 2004, il multiplie les expositions ce qui lui a permis de recevoir des récompenses comme le prix du conseil général au grand prix des arts plastiques de Draguignan ou la médaille de bronze Arts-Inter au grand prix international des créateurs du siècle à Lyon. Installé à Brignoles, dans le Var, il s’est attaqué à de gros chantiers comme la sculpture des statues des quatre évangélistes, d’un mètre vingt de haut chacune, pour la communauté des chanoines de La Grasse ou encore le tympan de l'abbaye de La Garde, près d'Agens. Une œuvre de plus de 3m de diamètre qui représente sainte Foye.

Mais d’où lui vient cette vocation ? « C’était il y a 20 ans, j’avais 18 ans et je travaillais à l’hôtellerie de l’abbaye de Solesmes, je ne savais pas encore ce que je voulais faire de ma vie », raconte-t-il. Son père spirituel lui propose de faire une neuvaine de prière à Notre Dame pour qu’Elle puisse l’aider à trouver sa voie. Pendant la neuvaine, il rencontre Paul Rhoads, un artiste américain, à qui il montre des dessins. « Il m’a alors proposé de venir avec lui pour devenir artiste ». Une fois la neuvaine terminée, le moine lui confirme que cette invitation est très certainement la réponse à sa prière. « Aujourd’hui je sais qu’il avait raison de me conseiller de le suivre, je me lève tous les matins en étant heureux », avance Jean-Joseph Chevalier.

C’est aux côtés de Paul Rhoads qu’il va se former pendant 6 mois et perfectionner son art. Puis il lui faudra des années d’entraînement et de patience pour parvenir à retranscrire par le dessin, la sculpture ou la peinture ce qui parvient à l’émerveiller. Dans ses dessins, on reconnaît l’influence de ses maîtres Fragonard ou Rembrandt. Portraits, scènes de la vie quotidienne, populaires ou bibliques… Les sources d’inspiration de cet artiste sont multiples et les thèmes abordés très divers.

« Ce n’est parce que je suis chrétien que je fais de l’art sacré c’est parce que je suis artiste », tient-il à préciser. « Un artiste est attiré par le beau et donc automatiquement il finit par se tourner vers le sacré. Après, il est clair que ma foi m’éclaire. J’aborde les sujets sacrés à la lumière des Evangiles qui ne sont pas de simples textes pour moi ».

Jean-Joseph donne des cours de dessins mais aussi de peinture et de sculpture à des groupes de jeunes. Ce qu’il souhaite c’est transmettre son art et apprendre à ses élèves à savoir chercher la Beauté « dans le monde et dans l’humanité ». Il cherche également à se faire connaître du grand public. Son avenir dépend entièrement de la Providence mais également de galeries qui se sentiraient prêtes à s’engager en l’exposant ou d’éditeurs intéressés par ses illustrations. Un artiste n’a-t-il pas toujours besoin de bienfaiteurs ?"

Laisser un commentaire