Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Russie

Ukraine : mobilisation militaire décidée par Kiev

La situation ne s'améliore pas.

Pour la suivre, notamment : Russia Today, la BBC, La voix de la Russie. Et les commentaires de Philippe Grasset sur "dedefensa".

Partager cet article

17 commentaires

  1. Je connais bien les peuples slaves et la Russie où je vais souvent…
    Il y a 20 ans en 1991/1992 j’ai également fait partie des militants nationalistes qui sont partis en Croatie pendant la guerre entre croates et serbes…et j’ai vu des peuples européens se déchirer dans l’indifférence des Français notamment.
    Merci à tous de prier pour éviter cette abomination qu’est le guerre. Une guerre en Europe, entre deux peuples européens, entre deux peuples chrétiens serait une abomination sans nom…
    Cette situation est cauchemardesque et les Français qui ont toujours méprisé les autres européens (leur fascination pour les peuples non européens est devenue pathologique y compris chez les chrétiens) doivent se ressaisir…
    IL faut prier pour éviter la guerre en Europe…

  2. Oui, c’est pas biaisé du tout, comme approche de la crise ukrainienne, Russia Today et La Voix de la Russie.
    C’est un peu comme si on conseillait de suivre les événements de Prague en 1968 en écoutant Radio Moscou.
    A l’évidence, l’auteur de l’agression militaire contre l’Ukraine est tout à fait bien placé pour donner une vision objective de la situation en Ukraine.

  3. Et le Kyiv Post ? http://www.kyivpost.com/
    Lui, il n’a pas droit de cité.
    Un media ukrainien( en anglais) pour suivre la situation en Ukraine c’est si saugrenu que ça ?

  4. Les médiateurs européens auraient pu mettre en garde les révoltés de Kiev de ne pas aller trop vite , la destitution du Président avec qui un accord avait été conclu et les poursuites à son encontre pour ” meurtres de masse”. De masse? les victimes ne sont pas tombées en masse comme fauchées indistinctement par une mitrailleuse. C’est bien entendu très grave , mais la période était troublée et du recul est necessaire. Dans l’état actuel , qui reculera? et perdra la face? Drôle de façon d’agir ! Sarajevo ?
    Pourvu que non.
    Quant au” meurtre de masse”, le fondateur de la Vème république , lui non plus n’a pas hésité: Alger rue d’Isly ou encore Bab el Oued en mars 62.

  5. @colargol
    Un media ukrainien( en anglais) pour suivre la situation en Ukraine c’est si saugrenu que ça ?
    Non ce n’est pas saugrenu, mais le problème c’est de savoir pour qui roule les médias et il n’est pas sûr qu’un média ukrainien (en anglais ou pas en anglais) soit un média qui ne roule pas pour des intérêts qui sont contraires à la paix en Ukraine et à l’intérêt commun des Ukrainiens.
    L’on a d’autres exemples dans des conflits récents et provoqués depuis l’extérieur, tout autour de la Méditerranée, pour ne citer qu’eux, qui montrent que la guerre de l’information est très important pour sidérer les populations des pays occidentaux et leur faire admettre l’inadmissible, après que le feu ait été mis sciemment aux poudres sur le terrain en Ukraine.

  6. @ Marchenoir:
    lorsque vous parlez d’agresseur, vous pensez bien sûr à l’Otan et aux USA qui poursuivent leur marche vers l’est et leur manoeuvre d’encerclement de la Russie n’est-ce pas?
    Mais rassurez-vous, la Russie est un peu plus forte que du temps de l’agression et de la destruction de la Serbie et en plus, la Crimée et la mer Noire sont incontestablement des intérêts stratégiques pour elle.
    Donc si les USA donneur de leçons refusent d’abandonner leur statut et leurs avantages de super-puissance, ce sera l’occasion pour eux de se prendre une belle gamelle.
    Leur président actuel est par lui-même un signe de déclin et cela va se voir.
    Vive la France et vive la Russie.

  7. Curieux ce pays qui déclare la mobilisation générale, sans déclarer la guerre aux pays présenté comme l’agresseur, mais en réclamant l’aide militaire des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, alors que l’Ukraine ne fait pas partie de l’OTAN. Il faut dire que l’attitude de l’armée ukrainienne, face à ce gouvernement par intérim fantoche, constitue la grande inconnue. Il ne vas pas être facile de mobiliser des réservistes acquis à la cause russe dans les provinces de l’Est et du Sud-Est de l’Ukraine. L’idée est sans doute de distribuer les armes à la population, de manière à mettre en route irrémédiablement l’engrenage infernal de la guerre civile entre factions rivales. La Yougoslavie constitue de ce point de vue un cas d’école intéressant, dans la mesure où les milices croates et serbes s’étaient emparées des stocks d’armes de l’armée régulière, ce qui avait eu pour effet de précipiter la guerre fratricide entre la Croatie et la Serbie. Quelques centaines de soldats de l’OTAN semblent avoir déjà débarqué sur les rivages de l’Ukraine de l’Ouest, en attendant de servir de cadres à la rébellion, comme en Syrie.

  8. Ici Moskwa les poutiniens parlent aux poutiniens.
    Franchement le titre annonce déjà un parti pris certain anti-ukranien.
    Si l’Ukraine, pays indépendant, souverain et sujet à part entière du droit international, décide la mobilisation militaire c’est dans le seul but de défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale internationalement reconnue y compris par la Russie.
    Or, cette dernière a fait le choix d’envoyer d’abord des mercenaires (hommes armés sans signes distinctifs et sans grades militaires visibles sur leurs uniformes) prendre le contrôle des endroits stratégiques en Crimée, puis des militaires.
    Kiev ne fait que régir à une agression militaire de facto dont l’initiative revient à la Russie.
    Je pense que Kiev ne se fait guère d’illusions sur une issue qui lui serait favorable en cas de conflit armé avec la Russie. Cependant les ukrainiens veulent se défendre. Voilà le sens véritable de la mobilisation militaire ukrainienne.

  9. @centurion
    Je ne veux pas polémiquer sur ces événements tragiques, mais désire apporter une contribution pour tous.
    Pour Bab el Oued je ne sais pas ce qui s’est passé. A contrario, il apparaîtrait que la fusillade de la rue d’Isly serait plutôt due à un affolement de la troupe, faite de recrues récentes, semble-t-il, et pas préparée au maintien de l’ordre. Le lieutenant qui commandait la troupe n’a pas pu faire arrêter le feu.
    Vous avez un précédent historique connu, qui s’est déroulé dans des journées aussi troublées que 1962 à Alger : la fusillade du boulevard des Capucines durant la révolution de février 1848. Le 24 février, un sergent abat un émeutier qui menace son colonel, et toute la troupe, entendant le coup de feu, affolée, tire devant elle. Bilan : 50 tués (mais à l’époque, l’armée française n’a pas de fusils à répétition ou de pistolets-mitrailleurs).
    N’oubliez pas le facteur “panique”, incontrôlable par nature (quelle que soit l’époque), qui provoque des catastrophes aux conséquences imprévisibles.

  10. @ Robert Marchenoir
    Je n’ose vous rétorquer : C’est un peu comme si on conseillait de suivre les événements d’Ukraine en ne se référant qu’aux grosses médias de la France et de l’UE, bien connus pour leur poutinophobie et leur russophobie chroniques.

  11. Il semblerait que Kiev ne soit pas la seule capitale avec Moscou à mobiliser.
    Sans ressembler un rappel des troupes massif, on observe aussi des mouvements en Pologne. Ce qui est loin d’être anodin.
    http://www.youtube.com/watch?v=z4uubVAZXwU
    http://www.youtube.com/watch?v=iGUPA7rOrgM
    http://www.kresy.pl/wydarzenia,wojskowosc?zobacz/przegrupowanie-w-polskiej-armii-w-zwiazku-z-kryzysem-na-ukrainie-

  12. Il suffit d’écouter le va t’en guerre BHL place Maidan pour comprendre que la véritable menace pour l’Ukraine ne vient pas de la RUSSIE.
    L’Ukraine ne sera ni le Kosovo, ni la Libye, ni la Syrie!
    Contre l’Empire, vive la RUSSIE!

  13. On dit que la premiere victime d’une guerre est la verité; il faut admettre que la preparation d’artillerie mediatique à laquelle nous sommes exposés laisse peu de place à la raison et fait craindre l’offensive militaire.
    Les successeurs de Goebbels ont bien retenu ses leçons si on en juge par le deferlement ininterrompu de Poutine bashing sur toutes les ondes.

  14. Ce serait intelligent d´´viter une guerre fratricide… si l´UE et la Russie ont envie de se dégourdir les jambes, qu´ils le fassent contre des pays avec lesquels nous n´avons rien en commun. Mais par pitié, on ne veut pas d´un autre conflit serbo-croate…

  15. Les imposteurs qui se sont emparés du pouvoir par un coup d’état en Ukraine font tout pour envenimer la situation en hurlant à la guerre .
    Les kollabos otanesques sont devenus un mercenariat mondialiste écumant nos impots et inventant des prétextes pour saccager des petites nations comme l’Irak, la Lybie, Syrie, Georgie et Ukraine pour imposer une dicature à pensée unique pour tous sur terre pour les profits des rupins banksters, les homos et pédophiles .

  16. Francis :
    “Lorsque vous parlez d’agresseur, vous pensez bien sûr à l’Otan et aux USA qui poursuivent leur marche vers l’est et leur manoeuvre d’encerclement de la Russie n’est-ce pas?”
    ***
    Quelle marche ? Quelles manoeuvres ? Bel exemple de ce que la parti-pris, l’esprit militant, la mauvaise foi et le 2P2M (deux poids, deux mesures) peuvent donner à l’extrême-droite.
    L’OTAN et les Etats-Unis n’ont pas envoyé leurs armées occuper l’Ukraine ou la Russie, que je sache. C’est la Russie a envahi militairement l’Ukraine, parce qu’elle désapprouve la politique de son gouvernement qui refuse de s’inféoder à Moscou.
    Après une mise en scène exactement semblable à l’invasion de Prague en 1968 : on envahit le pays avec des soldats sans uniforme (ce qui est interdit par le droit international, soit dit en passant), on oblige le parlement de Crimée à nommer un premier ministre à la botte de Moscou sous la menace des armes, ce premier ministre fantoche appelle la Russie au secours, et la Russie envoie son armée au grand jour “pour rétablir la paix”.
    De pseudo-patriotes français, les pieds dans leur pantoufles, passent leur temps à défendre l’identité nationale, l’indépendance nationale et le nationalisme… sauf quand il s’agit de l’identité nationale, de l’indépendance et du nationalisme ukrainiens.
    Là, on a le droit de s’assoir dessus, puisque le Führer Poutine estime que l’Ukraine lui appartient, et que Poutine est l’ennemi des Etats-Unis.
    Après tout, la simple satisfaction idéologique de voir les Etats-Unis humiliés vaut bien l’écrasement d’une nation, d’un peuple, la guerre civile, la ruine et la misère, n’est-ce pas ? On s’en fout, nous, on n’est pas en Ukraine.
    On joue les courageux bien au chaud en France.
    Toujours ce tropisme bien français de la trahison. Toujours, des Français ont rêvé de se mettre sous la botte d’un dictateur étranger, pour se venger d’offenses réelles ou imaginaires subies de la part de leurs compatriotes. De la collaboration avec les nazis au soutien du communisme soviétique (c’étaient souvent les mêmes) — et maintenant l’asservissement à Poutine ou à l’islam.
    Après 1945, les Français adorent faire la guerre ou la révolution par procuration : à Sébastopol, au Chili, au Vénézuéla, en Iran…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services