Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Culture de mort : Eugénisme

Trop d’avortements par eugénisme au Canada : une loi?

Information très intéressante qui révèle combien l'enfant est devenu objet, objet de plaisir, objet de l'orgueil humain au point où le corps médical s'inquiète désormais de l'avortement, utilisé comme moyen de se débarrasser des enfants non conformes au désir des parents, actuellement, les filles :

"Il faudrait interdire aux médecins de révéler le sexe de l'enfant à naître avant la 30e semaine de grossesse, afin d'éviter des avortements de foetus féminins, fréquents dans certains groupes d'immigrés asiatiques, a proposé lundi un important journal médical canadien.

Certes, le foeticide en fonction du sexe "touche des millions d'individus en Inde et en Chine", alors qu'il est beaucoup plus rare en Amérique du Nord, mais "ce n'est pas une raison pour l'ignorer", écrit le rédacteur en chef du Journal de l'Association médicale canadienne (CMAJ), le Dr Rajendra Kale.

Il cite des recherches confirmant que ce genre de sélection existe au Canada dans les communautés d'origine indienne, chinoise, coréenne, vietnamienne et philippine.

Après une échographie, "de nombreux couples qui ont deux filles et pas de fils se débarrassent sélectivement de foetus féminins jusqu'à ce qu'ils soient sûrs que leur troisième enfant est un garçon", écrit le médecin né à Bombay".

L'attitude des défenseurs de l'avortement se partage entre mauvaise foi et idéologie :

"Pour Alexia Conradi, présidente de la Fédération des Femmes du Québec, "la sélection selon le sexe est une pratique inacceptable".

"Mais, ajoute-t-elle, il faut se demander si le fait de ne pas donner l'information est une bonne chose quand ce genre de question est posé par les conservateurs aux Etats-Unis et au Canada dans le but de faire tranquillement reculer le droit à l'avortement".

La question de bon sens est quand même posée dans cet article du Point :

"Du côté des anti-avortement, Gwendolyn Landolt, vice-présidente de REAL Women of Canada, exprime une position opposée. "Nous approuverions une telle interdiction". Car, demande-t-elle, "connaître le sexe d'un enfant est-ce un droit, si cette information est utilisée pour le tuer?"

Partager cet article

5 commentaires

  1. Dans le milieu médical, on appelle L’échographie :l’interruption volontaire de fantasme….!Savoir or not savoir…

  2. A quelqu’un comme Alexia Conradi, une bonne réponse serait : “Mais ces femmes sont libres de disposer de leur corps et choisir si elle acceptent ou non de porter une fille !”… Il y a fort à parier qu’elle se retrouverait bien coincée.

  3. L’hebdomadaire le Point pourrait être un contre-pied à la Croix. Contrairement à l’express, il tape très peu sur les Franc-Maçons. Il a une journaliste aux dîners du Siècle.

  4. “Pas de souci,faites appel aux ONG qui pratiqueront le meutre sans frontières au nom du droit d’ingérence….(cf post plus haut)Vos dons serviront à donner la mort… Vos sacrifices serviront à sacrifier des enfants à naître..Une grande cause pour vos jeunes en quête d’un idéal humanitaire…”
    Le sommet de l’immonde enfin atteint…Parce Domine

  5. donc, le foetus a un sexe. Qu’est-ce qui a un sexe de fille, en dehors d’une fille ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services