Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Démographie

Tristes et vieux, les Allemands se meurent de haïr les enfants

651 000 enfants seulement sont nés en Allemagne l'année dernière.

1 foyer sur 7 a encore un ou plusieurs enfants.

L'égoïsme bat son plein dans ce pays qui meurt de lui-même :

All "Ces dernières années les recours juridiques se sont multipliés contre les crèches. Mesures de décibels à l'appui, des employés de bureau, des célibataires endurcis ou des couples allergiques aux jeux d'enfants ont obtenu la fermeture ou le déménagement de plusieurs crèches en Allemagne. À Berlin, un établissement a jeté l'éponge, l'année dernière, après quatre ans de bataille avec un voisin. Certaines crèches ne reçoivent l'autorisation d'accueillir que 25 enfants alors que leur capacité leur permettrait d'en recevoir 40. D'autres sont condamnées à construire des murs antibruit en béton, ou à empêcher les enfants de jouer dehors. La capitale a été la première ville à réagir en adoptant une loi locale «tolérant» les bruits des enfants au nom de leur «épanouissement». (…)

Vx Dans les immeubles d'habitation, les couples avec enfants subissent aussi les plaintes et récriminations de voisins qui les traînent en justice parce qu'ils ne supportent plus les leçons de piano, le bruit des premiers pas maladroits d'un bébé la journée, ni ses pleurs la nuit".

"Il est grand temps de changer les choses», s'emporte Paula Honkanen-Schoberth, responsable de la Fédération allemande de protection de l'enfance (DKSB). «Quand les enfants jouent et rient, c'est l'expression d'une joie, pas une nuisance et pas non plus comparable à un bruit de chantier. »

«La tolérance et l'acceptation des rires, des cris, des chants et de la bonne humeur d'enfants en train de jouer devrait être une évidence», estime Hermann Kues, secrétaire d'État à la Famille. «Le bruit des enfants n'est pas une nuisance environnementale face à laquelle les citoyens doivent être protégés. C'est pourquoi nous allons modifier les lois », renchérit Peter Ramsauer, ministre des Transports et des Infrastructures."

Eh oui, mais il est peut-être trop tard. Une évidence d'accepter les rires des enfants? Qui sème le vent… : après avoir considéré l'enfant comme le fruit d'un égoïsme partagé, cet enfant devient au nom même de cet égoïsme, persona non grata dans une société composée d'égoïstes!

Un sursaut pour une ultime chance de survie?

Partager cet article

10 commentaires

  1. Ils sont devenus fous !

  2. Les allemands ne connaissent pas les boules Quies? un nouveau marché prometteur, peut-être

  3. Dans nos villes françaises, sommes-nous si loin de cet égoïsme qui écrase les plus faibles? Certains estiment plus intolérables après dix heures du soir des pleurs de bébés que les décibels de la soirée de jeunes majeurs (il faut bien que jeunesse se passe ne s’appliquerait-il aujourd’hui qu’à partir de l’adolescence, quand le jeune baraqué est en mesure d’imposer son mode de vie à coup de prises de judo ou de horions divers?)

  4. Ils refusent les enfants allemands!
    Ils auront une multitude d’enfants turques!

  5. Le boucan d’une smala turque dans un HLM n’est peut-être pas comparable aux bruits occasionnés par une famille allemande avec enfants bien éduqués.
    En France aussi, une bonne part des nuisances sonores domestiques sont dues au brassage multi-ethnique.
    Néanmoins, la faible natalité des Allemands est le résultat d’un matraquage socio-médiatique promouvant l’individualisme, l’irresponsabilité et la culture de mort tout en ringardisant la famille traditionnelle.
    Ne nous faisons pas d’illusions, le taux de natalité des “Français” est gonflé artificiellement par celui des allogènes naturalisés. Les Français de souche sont aussi pervertis et lobotomisés que le Allemands.

  6. Bonjour,
    Un grand peuple est en train de mourir… c’est triste

  7. En France, il en est de même : certains propriétaires (ou leurs représentants gestionnaires) ne louent pas aux couples avec enfants, non par peur des dégradations, mais parce que les autres locataires de l’immeuble n’apprécieraient pas (2 témoignages, pour des jeunes familles pourtant à hauts revenus et dans des quartiers et immeubles très ”bourgeois”).
    Pour la natalité et la démographie, sans les familles allogènes, y compris les naturalisées des 30 dernières années, notre cas est proche de celui des allemands.
    Le seul avantage de cette situation c’est qu’en 2 générations le poids des catholiques à familles significatives aura fortement progressé dans la société ; mais entre temps, les ”autres” seront près d’être majoritaires.

  8. C’est vrai que les cocoricos sur la natalité françaises sont assez déplacés ( le relèvement le plus spectaculaire datant de la décision de ne pas compter séparement l’outre-mer, et l’on sait les spécificité de la démographie à Mayotte ! )
    Toutefois la démographie des Français de souche n’est pas tout à fait aussi catastrophique que celle des allemands, ne serait qu’en nombre d’enfant par femme. Le modèle allemand qui prévaut, c’est l’enfant très tardif , et donc souvent enfant unique. Et là, on voit le résultat d’une politique familiale encore plus désastreuse que la notre…

  9. C’est glauque d’en arriver là….
    Lorsqu’on ne supporte pas ses congénères, on va vivre en forêt (bon, c’est vrai qu’elles disparaissent elles aussi…)
    Vivant dans un immeuble, il me semble normal d’en avoir les “désagréments” (pleurs d’enfant, cris, machines à laver etc mais aussi rires, jeux partagés, services rendus…)
    Peut-être cette détestation des enfants est-elle le revers de la médaille de la politique de l’enfant-roi?

  10. quand on manque d’enfants on peut toujours se servir ailleurs puis les assigner à résidence en Allemagne…voyez le CEED qui dénonce à juste titre cette pratique “deutsch legal”

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services