Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Travailler plus, beaucoup plus… et la dignité de l’homme?

Les analyses (ici, ici ou ) sur le projet de loi sur la démocratie sociale et le temps de travail pour les 35 heures, adopté par l’Assemblée nationale convergent sur un point : la sacralisation du travail. Extraits :

"Les 235 jours ne seront pas un plafond, puisqu’avec un simple accord
d’entreprise, on pourra aller jusqu’à 282 jours de travail par an.
C’est-à-dire que tous les jours sont alors travaillés, sauf les 52
dimanches, le 1er mai et les 30 jours de congés payés obligatoires
." (…)

Certains cadres vont donc travailler six jours sur sept toute l’année?
Dans certains cas, oui. Et s’ils font un horaire important, il sera
possible au niveau d’une entreprise de négocier soit un repos moins
important que celui qui est prévu par la loi, soit de transformer ce
droit en une compensation financière".

Qui est au service de l’autre, de l’homme et du travail? Asservissement?
La Doctrine sociale de l’Eglise rappelle des points capitaux pour appréhender ce problème du temps de travail :

  • La personne est la mesure de la
    dignité du travail
    (par 271)

"Toute forme de matérialisme et d’économisme qui tenterait
de réduire le travailleur à un simple instrument de production, à une simple
force-travail, à une valeur exclusivement matérielle, finirait par dénaturer
irrémédiablement l’essence du travail, en le privant de sa finalité la plus
noble et la plus profondément humaine. La personne est la mesure de la
dignité du travail
".

  • Le travail est pour l’homme et non l’homme pour le travail (par 272)

"Indépendamment de son contenu objectif, le
travail doit être orienté vers le sujet qui l’accomplit, car le but du travail,
de n’importe quel travail, demeure toujours l’homme.
Même si on ne peut pas
ignorer l’importance de la dimension objective du travail sous l’angle de sa
qualité, cette dimension doit être subordonnée à la réalisation de l’homme, et
donc à la dimension subjective, grâce à laquelle il est possible d’affirmer que
le travail est pour l’homme et non l’homme pour le travail
".


  • Le repos des jours fériés est un droit
    (par 284)

"les
hommes aussi, créés à son image, doivent jouir d’un repos et d’un temps libre
suffisants qui leur permettent de s’occuper de leur vie familiale, culturelle,
sociale et religieuse
".

  • Le repos des jours fériés est un devoir (par 286)

"Les autorités publiques
ont le devoir de veiller
à ce que les citoyens ne soient pas privés, pour des
raisons de productivité économique, d’un temps destiné au repos et au culte
divin.  Les employeurs ont une obligation analogue
vis-à-vis de leurs employés
. Les chrétiens doivent, dans le
respect de la liberté religieuse et du bien commun de tous, se prodiguer pour
que les lois reconnaissent les dimanches et les autres solennités liturgiques
comme des jours fériés
: « Ils ont à donner à tous un exemple public de prière,
de respect et de joie et à défendre leurs traditions comme une contribution
précieuse à la vie spirituelle de la société humaine ». Tout
chrétien devra « éviter d’imposer sans nécessité à autrui ce qui l’empêcherait
de garder le jour du Seigneur ».

Lahire

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services