Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Laïcité à la française / France : Politique en France / France : Société

Travail dominical : l’Eglise instrumentalisée par l’UMP ?

C'est le décryptage que nous offre Hélène Bodenez sur Liberté Politique. Elle trouve en effet :

"(…) étonnant que celui par qui la loi malmenant le repos dominical était enfin adoptée, le ministre du Travail Xavier Darcos, se fasse au même moment le thuriféraire de l’encyclique sociale du pape dans L'Osservatore Romano. Habileté ?… L’article du ministre publié le 4 août dans le quotidien du Saint-Siège, soit deux jours avant la décision favorable du Conseil constitutionnel, manquait d’honnêteté ou au moins d’élégance : les responsables de l’Osservatore romano ont été manifestement piégés.

Certes, que Xavier Darcos intervienne à propos de Caritas in veritate n’a rien d’incongru. L’ancien ministre de l’Éducation nationale, normalien, agrégé de lettres classiques, et Benoît XVI appartiennent tous deux à l’Institut de France (…). Mais le très juste éloge de l’encyclique superposé à l’attaque gouvernementale du repos dominical a un goût amer de mélange des genres. Sauf que rien n'aura été laissé au hasard chez les promoteurs du travail dominical, qui n’ont pas craint d’affecter une pseudo-complicité avec l’Église, d’oser l’amalgame et de faire croire à l’aval de Rome ! "

A titre d'exemple, Hélène Bodenez cite cette réponse faite par Pierre-Christophe Baguet, député maire de Boulogne-Billancourt, pour expliquer son changement de position : 

"Alors que j'étais très réservé voire même hostile au texte initial, j'ai considéré que les nombreuses améliorations obtenues, notamment suite à la rencontre entre Brice Hortefeux, alors ministre du Travail, et Mgr André Vingt-Trois, me permettaient de le voter."

Hélène Bodenez conclut :

"Il reste enfin le terrain spirituel. Peut-être fallait-il que soit enlevé aux chrétiens ce qu'ils ont de plus cher pour qu'enfin la résistance monte et que leur foi se renouvelle vraiment par une réintériorisation choisie du dimanche, par une conversion appelée par Jean-Paul II et que Benoît XVI invite sur un autre mode à faire vraiment. N’est-ce pas en hiver qu'on espère le printemps, en prison qu'on espère la liberté ? C'est en leur enlevant le dimanche que se creusera peut-être dans le cœur des chrétiens le désir de le vivre à nouveau et de vouloir ce bonheur pour tous. À chacun d'y œuvrer désormais.

Et comme premier acte de cette décision : choisissons d’ignorer toujours les magasins ouverts le dimanche. C’est maintenant que tout commence."  

Partager cet article

9 commentaires

  1. Merci beaucoup pour cet avertissement!
    C’est très habile de la part de l’UMPCS de pratiquer la technique de l’amalgame!
    Par contre, “en prison on espère la liberté?” ouais… je suis plus que songeur sur la capacité de résistance de la minorité de cathos sur ce territoire juridique. Je relis actuellement Jean Pasqualini “Prisonnier de Mao”. Les prisons ne menaient pas à la liberté pour la quasi totalité des gens mais vers les camps de la mort.
    Longue vie à Mao! (çà nous change de che gravats)
    :-))
    Les promesses et les discours n’ont évidemment jamais engagé ceux qui les profèrent.
    Comme le dit Hélène Bodenez: jamais de courses (non alimentaires, et encore on peut s’organiser)le dimanche!

  2. A part les traditionnalistes je ne vois guère d’opposition au régime sarkozien sur ce sujet. Voir l’état de décrépitude de l’église conciliaire. Quelle valeur a le dimanche pour ces gens là ? Voir le nombre de personnes allant à la messe anticipée du samedi sans aucune raison vraiment valable que leur confort.Je citerai l’exemple d’une grosse paroisse (UP) de ma ville où sur la porte est affiché “pas de messe en semaine en juillet et août, une messe le dimanche tous les quinze jours” S’ils veulent se rassembler il ne reste plus que les stades et les grandes surfaces. On peut bien rire.

  3. Merci pour ce complément d’enquête sur cette affaire à propos de laquelle j’avais lu des lignes intéressantes début août sur le blogue
    http://benoit-et-moi.fr/2009-II
    http://benoit-et-moi.fr/2009-II/0455009beb0f1c20e/0455009c5e11bcc10.html
    http://benoit-et-moi.fr/2009-II/0455009beb0f27c1e/0455009c610de3c0a.html

  4. Mgr Vingt-Trois avec Brice Hortefeux et l’Osservatore avec Xavier Darcos ont été des idiots utiles… voire des complices complaisants.
    Il en sera de même avec la révision des lois bioéthiques puisque La Croix citait une intervenante pro-mort invitée par les Jésuites à s’exprimer devant les cadres chrétiens.
    Et des évêques comme celui de Rennes ont invités un libre-penseur et un franc-maçon pour “former” les évêques aux enjeux des révisions de la loi biéthique…
    A un autre niveau le Vatican a pendant trop longtemps été trop cool avec Berlusconi dont la vie privée était loin d’être en phase avec les commandements de l’Eglise, et maintenant le Vatican s’en mord les doigts.

  5. Bonne analyse de la FSP.
    Dommage que durant la dernière campagne présidentielle, la FSP ait donné le sentiment d’avoir été instrumentalisée par l’UMP, par des analyses alambiquées qui visaient à convaincre que le seul vote catholique possible était un vote ”utile” pour N. Sarkozy dès le premier tour, car il était ”inutile” ou non prudentiel de voter selon les 3 critères recommandés par Rome en matière de choix du vote.
    Maintenant que le lait est répandu, on crie à la cruche cassée.
    Trop tard.

  6. Bravo Mgr Vingt-Trois pour votre brillante prestation.
    Fournir (involontairement, je l’espère) des arguments conduisant un député opposé à cette loi, à changer d’avis et à la voter, il fallait le faire!
    N’en déplaise à MJ il serait grand temps que les hauts responsables de l’Eglise se recyclent en matière de communication. Ce n’est pas en brandissant le mot “amalgame” que l’on mettra fin à une incapacité patente à s’exprimer clairement en fermant la porte à toutes interprétations possibles.

  7. Hélène Bodenez a raison de souligner cet effet paradoxal : plus on tape sur l’Eglise, plus ce que nous perdons nous manque, alors même qu’on ne le remarquait plus.
    “J’ai reconnu mon bonheur au bruit qu’il a fait en partant.”
    Concernant le double-jeu des politiques, ce n’est (hélas) pas une exclusivité française.
    Une certaine université “catholique” américaine, promotrice du “dialogue” avec les pro-avortement (et ouvertement condamnée par le Pape pour cette raison), avait récemment tenté d’associer au même évènement les discours du Président Obama et d’une grande avocate américaine, pro-life militante et pressentie pour le poste d’ambassadeur auprès du Vatican. Son refus de servir de caution morale à cette mascarade a provoqué un véritable scandale parmi les catholiques américains… et a fourni aux évêques l’occasion de clamer enfin tout haut ce qu’ils avaient gardé pour eux pendant 25 ans. Il y a des scandales salutaires !
    A force de compromissions et de “dialogues”, on en vient à ne plus savoir de quoi l’on parle…
    Détail croustillant supplémentaire : espérant tromper l’avocate, l’université lui avait fait part de sa distinction (la raison du discours) bien avant que soit annoncée la venue du Président… mais elle avait vu le coup venir.
    A malin, malin(e) et demi(e) !

  8. J’allais faire la même remarque que PG.
    LP critiquant l’instrumentalisation du catholicisme par l’UMP est un gage de sérieux : on parle d’expérience.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services