Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Travail dominical : ce n’est pas seulement un sujet économique

De Jeanne Smits dans Présent à propos du travail dominical :

"Les pays européens où le travail du dimanche est imposé, souvent à la faveur d’exigences des créanciers sous la houlette de plans de sauvetage européens, ne s’en portent pas particulièrement mieux. Voyez l’Italie, le Portugal, l’Espagne…

Qui trinquera ? Eh bien, sur le plan économique, les petits commerces et ce qui reste de vie de famille… Mais ce n’est pas tout.

A force de riposter sur le plan économique et social, on en vient en effet à oublier l’essentiel – même les porte-parole de l’Eglise de France qui se gardent bien de parler d’abord et surtout de la signification réelle du dimanche. Pour respecter la laïcité ?

Or le dimanche, ou plus précisément le « septième jour », qui a été donné à l’humanité tout entière depuis le début comme jour de repos, et dont le caractère gravement obligatoire a été confirmé par le Décalogue, est avant tout le signe que l’homme a été créé pour l’être et non pour l’avoir, pour la relation avec Dieu et non pour le faire, au sommet de ce monde matériel qui l’entoure et non soumis à lui.

Il en va du repos du dimanche comme de la défense du mariage vrai : tant qu’on reste « aux périphéries », sans construire sa défense sur le fond de la question de peur de choquer ceux qui ne partagent pas une morale transcendante, on ne peut en réalité rien faire, car on écarte les vraies raisons du combat.

Les vraies raisons du repos dominical, ou du septième jour, dépassent le monde matériel et jusqu’aux rythmes naturels du temps : la semaine est la seule coupure du temps qui ne soit assise sur les mouvements de la terre et des astres, mais sur un commandement révélé dans la Genèse. Et le mot sept, en hébreu, renvoie à l’alliance avec Dieu : se « septer », pourrait-on traduire, signifie « s’engager dans une alliance ».

L’alliance de Dieu avec l’homme, et de l’homme avec Dieu, l’homme qui n’est pas seulement fait pour le travail, l’économie, ni même les relations sociales, mais pour ce qui le dépasse. Voilà qui mérite plus ample réflexion."

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services