Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : François

Terrorisme islamique : quand le Pape parle de troisième guerre mondiale (Add.)

Il ne s'agit pas d'une seule et unique fois. Voici une recension adressée par un lecteur :

Pape-francois-bolivie_5379539"Aujourd’hui, nous sommes dans un monde en guerre, partout ! Quelqu’un me disait : « Savez-vous, Père, que nous sommes dans la troisième guerre mondiale, mais “disséminée”’? » Vous comprenez ? C’est un monde en guerre, où sont perpétrées ces cruautés".

18 août 2014, dans l’avion retour de Séoul, Voyage apostolique en Corée, Conférence de presse (source).

 

"Aujourd’hui encore, après le deuxième échec d’une autre guerre mondiale, on peut, peut-être, parler d’une troisième guerre mondiale combattue « par morceaux », avec des crimes, des massacres, des destructions…"

13 septembre 2014, Redipuglia, au cimetière militaire, homélie (source).

 

« Le pape François nous a dit en privé qu’il pensait que nous étions entrés dans la Troisième Guerre mondiale. Mais contrairement aux deux premières, au lieu de se déclencher tout d’un coup, cette guerre arrive par étapes (…) [Le pape] nous a dit : “ça été d’abord votre tour, maintenant c’est le nôtre”. En d’autres termes, ce sont d’abord les juifs qui ont souffert d’attaques féroces et sur lesquelles le monde s’est tu, et aujourd’hui ce sont les chrétiens qui sont exterminés et le monde se tait ».

17 septembre 2014, résidence Sainte-Marthe, entretien avec le Congrès juif mondial, rapporté par Ronald Lauder, son président

 

(journaliste) : "Sainteté, vous avez visité l’Albanie qui est un pays à majorité musulmane. Mais votre visite arrive à un moment précaire de la situation mondiale : Vous avez déclaré vous-même que la troisième guerre mondiale est déjà commencée. Le message de votre visite est-il seulement pour les Albanais, ou va-t-il au-delà ?"

(Pape François) : "Non : il va au-delà. Il va au-delà. L’Albanie a fait une route de paix, de cohabitation et de collaboration qui va au-delà, qui va vers d’autres pays qui ont également des racines ethniques diverses."

21 septembre 2014, dans l’avion retour de Tirana, Voyage apostolique en Albanie, Conférence de presse (source). 

 

 "Aujourd’hui aussi, dans cette guerre mondiale, nous voyons beaucoup, beaucoup, beaucoup de cruauté. Faites toujours le contraire de la cruauté : ayez des attitudes de tendresse, de fraternité, de pardon. Et portez la Croix de Jésus Christ. L’Église, la sainte Mère Église, vous veut ainsi : petits, petits martyrs, devant ces petits martyrs, petits témoins de la Croix de Jésus".

6 juin 2015, le Saint-Père rencontre les prêtres, religieux et séminaristes à Sarajevo. Paroles improvisées. 

 

« Souvent, nous respirons un sentiment de manque de confiance pour la vie ». Oui, parce qu’il y a des situations qui nous font penser : « Mais, est-ce la peine de vivre ainsi ? Que puis-je attendre de cette vie ? ». Pensons, dans ce monde, aux guerres. J’ai parfois dit que nous vivons une troisième guerre mondiale, mais par morceaux. Par morceaux : en Europe, il y a la guerre, en Afrique, il y a la guerre, au Moyen-Orient, il y a la guerre, dans d’autres pays, il y a la guerre… Mais comment puis-je avoir confiance dans une telle vie, puis-je avoir confiance dans les responsables du monde ? Lorsque je donne mon vote à un candidat, puis-je avoir la certitude qu’il ne conduira pas mon pays à la guerre ? Si tu ne te fies qu’aux hommes, tu as perdu !"

21 juin 2015, rencontre du Pape François avec les jeunes à Turin. Discours improvisé.

 

« Aujourd’hui nous voyons avec frayeur comment beaucoup de nos frères au Moyen-Orient et en d’autres endroits du monde sont persécutés, torturés, assassinés pour leur foi en Jésus. Cela, nous devons aussi le dénoncer : en cette troisième guerre mondiale fragmentée que nous vivons, il y a une espèce -je force le sens du mot- de génocide en marche qui doit cesser. »

9 juillet 2015, Santa Cruz de la Sierra, Voyage apostolique en Bolivie, Discours à la IIe rencontre internationale des mouvements populaires (source).

 

(Journaliste) : "Vous avez parlé tant de fois d’une « guerre mondiale par morceaux »…"

(Pape François) : "Oui. Et ceci est un morceau. Mais… il n’y a pas de justifications pour ces choses…"

14 novembre 2015, résidence Sainte-Marthe, entretien téléphonique avec Lucio Brunelli, à propos des attentats de Paris.

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services