Archives par étiquette : Vivreensemble

Le sang coule en raison de l’idéologie du vivre-ensemble

Après l’attentat de Marseille, le sénateur FN Stéphane Ravier réagit au micro de Boulevard Voltaire.

Commentaires (4)

de plus, la concomitance est frappante entre ces corps ensanglantés et le refus de la filiation et des liens charnels par la promotion de la pma ou gpa. toutes ces destructions vont ensemble. tout résulte du refus, de la disparition du Christ-Amour.

Rédigé par : ODE | 2 oct 2017 08:42:16
____________________________________

ODE à raison, sans l'Amour du Christ en clef de voûte, le "vivre ensemble" devient une utopie funeste qui se mue en "mourir ensemble".
Il ne saurait y avoir de fraternité par simple "coagulation horizontale", en prétendant court-circuiter la primauté d'une Paternité "verticale" qui seule peut la fonder.

Rédigé par : Exupéry | 2 oct 2017 13:52:31
____________________________________

Le sang coule surtout par l'acceuil de mahometans, difficile de comparer avec les mineurs polonais, que les imbéciles gauchistes prenaient comme exemple d'intégration réussie alors qu'ayant la même religion l'intégration s'est faite en une génération.
Tout comme le rappelait Mohamed VI il est impossible d'intégrer les musulmans en occident.

Rédigé par : Stephe | 2 oct 2017 13:54:32
____________________________________

remercions Le Pen de n'avoir pas dit" 1+1=2", sans quoi les matheux chercheraient la parade!
au prétexte de craindre de donner raison au FN, on préfère s'enfoncer dans le déni et faire l'autruche, et, pire, combattre ceux qui sont conscients!

Rédigé par : incongru | 2 oct 2017 16:21:15
____________________________________

Lire la suite de l'article

Cachez ces viols qui nuisent au vivre-ensemble

Le député britannique travailliste Naz Shah a «aimé» et «retweeté» un message aux contenu pour le moins sulfureux :

«Ces filles abusées à Rotherham et ailleurs devraient juste fermer leur gueule. Pour le bien de la diversité !»

Depuis au moins une quinzaine d’années, les scandales pédophiles éclaboussent la ville de Rotherham, où un réseau de violeurs majoritairement d’origine pakistanaise sévit.

La question de l’origine des agresseurs est brûlante au Royaume-Uni. Mi-août, le député travailliste Sarah Champion a été contrainte de démissionner de son poste de secrétaire d’Etat pour les Femmes et l’égalité du cabinet fantôme de Jeremy Corbyn, après avoir écrit un article dans le Sun dans lequel elle affirmait que la «Grande-Bretagne a[vait] un problème avec les hommes britanniques d’origine pakistanaise qui viol[aient] et exploit[aient] des filles blanches».

Lire la suite de l'article

Vivre-ensemble : dialogue compliqué

Lundi, le maire de Saint-Genis-de-Saintonge (sud de la Charente-Maritime), Jacky Quesson, s'est rendu vers 19h sur la place du Champ de foire où a élu domicile depuis des mois une bande d’une douzaine de jeunes, garçons et filles de la commune et de villages environnants.

"Au point que cette place est réellement devenue une zone de non droit. Plus personne ne peut y accéder, s’y promener, venir y jouer quand ils sont là".

Il rentrait de Jonzac où, en tant que vice-président chargé du tourisme, il venait d’assister à la réunion de la Communauté de Communes de Haute Saintonge. C’est à ce moment qu’une riveraine de la place l’informe de dégradations commises sur une fenêtre de l’école qui ouvre sur cette place.

« Pas les premières d’ailleurs depuis que ce groupe en a fait son terrain de jeux les après-midi, les soirées et la nuit jusqu’à pas d’heure »

L’élu rejoint alors les jeunes pour discuter et tenter d’en savoir davantage. Il leur rappelle aussi l’interdiction des deux-roues dans cet espace. Très vite, les choses tournent mal. L’un s’approche très près, un autre commence à frapper. Son agresseur principal aurait 20 ans.

Sous les coups, l’élu trébuche et tombe. Mais les coups pleuvent toujours

Il doit son salut à l’intervention d’un riverain qui est sorti et a appelé les gendarmes. Gendarmes dont la brigade se trouve à peine à trois cents mètres des faits (mais que font-ils depuis des mois ?). Le groupe s’est volatilisé. Le maire a rejoind

Lire la suite de l'article

Le “vivre-ensemble” version émirienne

Unknown-6Un lecteur du Salon Beige en déplacement professionnel à Dubaï soumet à nos réflexions la solution Émiratie du "vivre ensemble" :

  • Ici il y a 80% d'immigrés, oui  je dis bien 80 % et il n'y a aucun problème de vivre ensemble, aucune insécurité, aucun communautarisme, aucun racisme ! Pourquoi ?
  • Il n'existe pas de droit du sol
  • Il n'existe pas de double nationalité
  • les visas maximum sont de 3 ans
  • la moindre condamnation et le visa est supprimé et l'individu expulsé (après avoir effectué sa peine)
  • Le vol d'une tablette de chocolat dans un magasin provoque l’expulsion de l'individu
  • Toutes les religions sont admises et le culte est libre mais la religion officielle est l'Islam, il y a l'appel du muslim dans les centres commerciaux.
  • 100% des postes dans les administrations, la police, l'armée sont réservés aux nationaux.
  • Lorsqu'un étranger veut créer une entreprise aux EAU il doit avoir un actionnaire local
  • Résultat, plein emploi et salaires 40% plus élevé qu'en France.

Alors deux questions :

  • Pourquoi ce qui marche ailleurs ne marcherait pas chez nous ?
  • Pourquoi lorsque ces mesures sont appliquées dans un pays étranger nous appelons cela "du bon sens " et lorsque quelqu'un le propose chez nous ont le traite de fasciste ?

Lire la suite de l'article

« Mesdames et messieurs du ‘vivre-ensemble’, quittez votre Olympe, redescendez parmi les mortels, venez vivre notre réalité ! »

Lire la suite de l'article

Dans certains territoires, le vivre-ensemble au quotidien, c’est l’islamisme

Elisabeth Lévy déclare au Figarovox :

"[…] C'est une annonce prématurée, mais de fait, comme l'explique Jean-Pierre Legoff dans ce numéro [Causeur], le gauchisme culturel est en train de perdre de sa superbe. En clair, il n'est plus le seul arbitre des élégances intellectuelles et morales. Et c'est vrai, en dépit des différences de situation, aux Etats-Unis comme en France. L'universitaire Mark Lilla a expliqué cette semaine dans Le Monde que l'échec de Clinton était celui de la gauche qu'il appelle «diversitaire», qui n'a pas vu, écrit-il, que «son obsession de la diversité incitait les Américains blancs, ruraux, croyants à se concevoir comme un groupe défavorisé dont l'identité est menacée ou bafouée. Ces personnes ne réagissent pas contre la réalité d'une Amérique multiculturelle (en réalité, elles ont tendance à vivre dans des régions où la population est homogène). Elles réagissent contre l'omniprésence du discours de l'identité, ce qu'elles appellent le ‘politiquement correct'». Et en France, la défaite d'Alain Juppé s'explique largement par le rejet d'un multiculturalisme réel qui n'a pas grand-chose à voir avec les beaux discours de la gauche Terra Nova ni avec l'illusion de l'identité heureuse. Dans certains territoires, le vivre-ensemble au quotidien, c'est l'islamisme, la pression sociale, le séparatisme, l'exclusion des femmes. Il doit être permis de le voir. Et de le dire. […]"

Lire la suite de l'article

Le “vivre-ensemble” demande un effort d’adaptation aux étrangers mais aussi aux Français de souche

Tribune de Bruno Mégret pour Polémia :

613977-bruno-megret-le-23-janvier-2014-a-paris« Vivre ensemble », tel est le nouveau mot d’ordre de la classe politique et médiatique ! Face aux problèmes de cohabitation créés par l’immigration, face à la pression identitaire de l’islam qui s’impose dans notre vie collective, la nouvelle rengaine des politiques et des journalistes fait maintenant entendre le son du « vivre-ensemble ». Si des attentats se produisent, il faut refuser, nous enjoint-on, de céder aux terroristes qui veulent nous opposer les uns aux autres et afficher au contraire notre volonté de vivre ensemble. Si des troubles surviennent dans les banlieues, réaffirmons à tous la nécessité du vivre-ensemble, nous rappelle-t-on, là encore.

Le « vivre-ensemble » est en effet devenu l’alpha et l’oméga de nos dirigeants, la voie à suivre pour résoudre, selon eux, toutes les difficultés que suscite la société multiculturelle d’aujourd’hui.

Mais que nous cache-t-on derrière ce slogan ? Il paraît à priori bien anodin et semble même relever de l’évidence : les habitants de la France vivent en effet ensemble sur le sol français. Que cette formule soit utilisée à propos de l’immigration et de l’islamisation doit cependant nous inciter à la méfiance. Et de fait, ce mot d’ordre dissimule en réalité un projet destructeur particulièrement inquiétant. Car cette théorie du « vivre-ensemble » vient en effet remplacer la formule classique de l’intégration comme celle de l’assimilation.

Dans la première moitié du siècle dernier, le concept d’assimilation prévalait : concept par lequel les immigrés polonais, italiens, espagnols

Lire la suite de l'article

Chronique du vivre-ensemble… à Calais

Glauque :

C"une équipe de tournage qui réalisait un reportage sur les mineurs étrangers isolés au sein du camp de la lande de Calais a été agressée par des migrants vers 2h30, dans la nuit de lundi à mardi. Le journaliste, free-lance mais en mission dans le cadre d'un reportage pour une chaîne du groupe France Télévisions, a vu l'ensemble de son matériel dérobé. Il était accompagné d'une interprète en langue afghane. Cette dernière, en état de choc, a déclaré aux policiers du commissariat de Calais avoir été violée par un migrant."

Nous attendons les réactions des associations féministes ainsi que du ministre des droits des femmes.

Lire la suite de l'article

3 terroristes interpellés dans la ville du vivre-ensemble

3 femmes soupçonnées de graviter dans la mouvance islamiste ont été interpellées hier soir dans l'Essonne. L'une a tenté d'assassiner un policier au couteau avant d'être blessée d'une balle par un fonctionnaire en état de légitime défense… C'est la suite (mais pas fin) de l'enquête qui fait suite à la découverte, dimanche, aux abords de Notre-Dame de Paris, de six bonbonnes de gaz dans une Peugeot 607 sans plaque d'immatriculation et les feux de détresse allumés. Soit dit en passant, il n'y a pas de blocs de béton devant la cathédrale pour stopper une voiture en folie…

Les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure avaient localisé les trois jeunes femmes dans le secteur de la gare de Boussy-Saint-Antoine. Une ville qui se définit comme étant celle du vivre-ensemble :

Capture d’écran 2016-09-09 à 06.57.23

Âgées de 39, 23 et 19 ans, décrites par le ministre de l'Intérieur comme «radicalisées» et «fanatisées», elles étaient sur le point «de préparer de nouvelles actions violentes et de surcroît imminentes». L'une est la fille du propriétaire de la Peugeot 607, que les limiers traquent. 

Outre ces trois musulmanes, deux couples avaient été placés en garde à vue dans les locaux de la section antiterroriste de la brigade criminelle. Constitués de deux frères et de leurs compagnes respectives, ils sont originaires de Châlette-sur-Loing, commune d'environ 13 000 âmes en marge de Montargis, dans le Loiret, où se trouvent plusieurs mosquées considérées comme modérées. Tous les deux sont déjà connus des services de renseignement, ils sont fichés S en raison de leur proximité avec la mouvance radicale.

Lire la suite de l'article

L’islam ignore la réciprocité : il n’y a pas de « vivre-ensemble » possible

De Jean-Yves Le Gallou :

"[…] Ainsi, si vous invitez un pieux musulman chez vous il sera courtois de ne pas lui proposer du cochon et de l’alcool. Mais si vous êtes invité chez lui vous n’aurez pas d’autre solution que de manger halal.

Lorsqu’une union rapproche un homme et une femme de confessions différentes, chacun peut garder sa religion ou l’un ou l’une adopter la religion de l’autre. Mais un non-musulman qui veut épouser une musulmane doit se convertir au préalable, tout comme la non-musulmane qui voudrait épouser un musulman. Avec l’islam la conversion est toujours à sens unique. Tout comme l’instruction religieuse des enfants. C’est l’islam qui impose sa loi !

Il en va de même pour la vêture des femmes : l’Européen individualiste et tolérant sera tenté d’accepter, au nom des libertés individuelles, le voile islamique, la burka et le burkini, sans voir que le voile islamique rabaisse au statut de proies les femmes habillées plus légèrement. Le voile et la minijupe ne sont pas compatibles, comme on le voit dans les quartiers islamisés. Le burkini et le bikini ne sont pas davantage compatibles, comme on l’a vu sur les plages corses. Tolérer l’expansion des mœurs musulmanes c’est, à terme, renoncer à notre mode de vie. L’Orient musulman et l’univers européen s’opposent radicalement sur la conception des rapports hommes/femmes comme sur la représentation de la figure ou du corps humain.

Dans une société urbaine policée chacun se préoccupe du bien-être de son environnement. Il est d’usage, quand on organise

Lire la suite de l'article