Archives par étiquette : vision

Coco : un Disney de propagande pour une vision païenne de la vie après la mort

Sur Réinformation.tv, Jeanne Smits analyse le dernier Disney; Extrait :

Unknown-41"Le dernier dessin animé des studios Disney-Pixar innove avec un film « sérieux » et des personnages « ethniques » réunis autour d’une arrière arrière-grand-mère qui est le pivot du film, Coco. Petit tour par le Mexique au moment de la fête des morts, El Dia de los Muertos, Coco est une réflexion sur les liens familiaux et l’au-delà. Terrain miné. Sans rêver d’un spectacle sur les fins dernières – après tout, c’est un film de divertissement pour un monde sécularisé – on se serait bien passé de cette propagande pour une vision païenne de la vie après la mort, débouchant sur un néant inéluctable. Sous la direction de John Lasseter, Pixar nous sert une mise à l’honneur des superstitions précolombiennes sur la mort, à peine mâtinées de christianisme. Vis-à-vis des enfants, première cible de cette superproduction, c’est une mauvaise action délibérée.

Disons-le d’emblée, comme à leur habitude, les studios Pixar – et le réalisateur Lee Unkrich (Toy Story, Le Monde de Nemo) ont réalisé un travail d’animation superbe, bien rythmé, talentueux – mais manquant singulièrement de la dose d’humour à laquelle il nous avait habitués. Miguel, petit gamin vivant avec ses parents, ses oncles, ses tantes, ses cousins, sa redoutable mais très aimante grand-mère et l’aïeule, Coco, est un héros grave, dévoré par une passion pour la musique latino dont sa famille ne veut pas entendre parler, et qui par un concours de circonstances va se trouver dans

Lire la suite de l'article

La vision politique de Florian Philippot reste très horizontale et très politiquement correcte

Hervé de Lépinau, élu FN, réagit sur Boulevard Voltaire à la charte des Patriotes de Florian Philippot. Extrait :

PQ6HM7NI_400x400"[…] Nous avons la démonstration formelle que Florian Philippot, en tant que vice-président chargé du programme et de la communication, a de toute évidence amené la présidente du Front national dans une impasse dans le cadre de cette élection présidentielle. Avec certitude, cette charte aujourd’hui ressemble passablement à un programme politique. De toute évidence, monsieur Philippot va chercher à faire entrer son coin dans la bûche des nationaux-souverainistes. Existe-t-il suffisamment de place pour lui ? Je n’en suis pas certain.

En tant qu’ancien suppléant de Marion Maréchal-Le Pen, pouvez-vous nous dire si cette ligne est celle que le Front national dit « du Sud » a toujours plus ou moins combattue ?

Je ne suis pas sur un clivage géographique. Je note, par exemple, dans cette charte que la condition humaine passe après la condition animale. De plus – car je suis aussi très sensible au bien-être des animaux -, j’observe que, dans le chapitre consacré à cette question, on demande l’arrêt de la corrida et de la chasse à courre, mais on ne se prononce absolument pas sur la problématique de l’abattage rituel, qui est une mise à mort cruelle des animaux de boucherie. J’aurais aimé que cette charte ait un peu plus de verticalité, mais la vision politique de monsieur Philippot reste très horizontale et très politiquement correcte.

Considérez-vous les Patriotes comme des adversaires politiques ou de potentiels alliés ?

Je ne dirais pas qu’il s’agit

Lire la suite de l'article

Nouvelle vision pour l’Europe ? Virginie Joron succède à Florian Philippot

Lu dans Minute :

J"[…] Il n’est pas innocent, à l’égard de l’évolution de la ligne politique que Marine Le Pen ne veut pas reconnaître, que la direction du Front national ait choisi, pour succéder à Florian Philippot à la tête du groupe FN au conseil régional du Grand Est, région frontalière s’il en est, l’élue alsacienne Virginie Joron qui avait signé en juin dernier sur Boulevard Voltaire une tribune très remarquée, qui avait été reprise par de nombreux sites, intitulée « L’Europe que nous voulons ». Habilement, elle y défendait une vision européo-centrée du combat politique du Front national (« La civilisation européenne, cet ensemble unique de peuples, de cultures, de traditions, de conscience de soi face au reste du monde, a toujours été dans l’ADN de notre mouvement »), n’excluant pas qu’il soit possible de réformer l’Union européenne « pour qu’elle devienne réellement l’instrument de la grandeur retrouvée des peuples européens » (« L’avenir le dira ») mais disait, « à titre personnel », préférer « le modèle du Conseil de l’Europe », qui, « refondé, renforcé et disposant d’un volet en matière de coopération militaire et de sécurité ferait du bien à l’Europe, du bien à la France ».

C’est, aussi, sur la question européenne que va se jouer la crédibilité du Front national alors que, justement, le prochain scrutin qui se profile est les élections européennes de 2019. « C’est le moment où il faut refaire du contenu », a lancé Marine Le Pen à Toulouse

Lire la suite de l'article

Le christianisme a toujours proposé la vision du ciel

Lors de la fête de l'Assomption, Mgr Camiade, évêque de Cahors, a prêché à Rocamadour :

8"[…] Dans la culture actuelle, il est bien vu d’avoir une vision. Un chef d’entreprise, un homme politique, quiconque exerce une autorité est supposé avoir une vision, qu’il partage avec ses collaborateurs, avec ceux qui sont supposés le suivre dans ses projets. Si un chef n’a pas de vision, on ne le suit pas. Notre époque est post-révolutionnaire et elle n’est plus très régimiste : on ne suit plus le roi parce qu’il est le roi légitime ni le gouvernant parce qu’il est chargé de gouverner, mais seulement si nous parvenons à adhérer à sa vision. Nous sommes aussi dans une époque qu’on dit post-moderne et parfois post-rationaliste alors, même avec des arguments justes et une expertise sûre, sans vision, vous ne pouvez pas convaincre et vous ne suscitez aucune confiance, aucune adhésion, aucune action concertée.

Le christianisme a toujours proposé la vision du ciel. Il ouvre sur la confiance dans un au-delà qui s’est donné à voir dans le Christ, depuis que le roi du ciel a pris chair dans le ventre de la Vierge Marie. La vision de l’Assomption, décrite par celle du passage de l’Apocalypse que nous avons entendu en première lecture, est la vision d’une femme solaire ou plus précisément “enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête”. Et cette femme va enfanter un roi des nations. La tradition de l’Église a

Lire la suite de l'article

La Manif Pour Tous invite tous les candidats à exprimer leur vision de la famille et de la société

Communiqué de La Manif Pour Tous :

"Dans le contexte d'une campagne atomisée dont tout sujet de fond a été jusque évacuée au profit des seuls aspects politiciens, le mouvement social presse les candidats de s'exprimer sur un enjeu incontournable et majeur : la famille. 

Les positions des candidats sur les enjeux qui la concernent sont très révélatrices de leur sens de l'intérêt général, de leur liberté de pensée, de leur courage et de leur vision philosophique : ils sont donc tout particulièrement attendus par les électeurs sur ces enjeux. Partout en France, les équipes du mouvement sollicitent et rencontrent les candidats aux législatives : autour du questionnaire Législative 2017 de La Manif Pour Tous, ils échangent surla prise en compte des droits et besoins de l'enfant, l'égalité et la différence des sexes, la complémentarité père/mère, le mariage et l'adoption, la procréation médicalement assistée(PMA) sans père et la pratique des mères porteuses (ou GPA, Grossesse Pour Abandon), la protection de la famille, les droits de l'Homme, la liberté de conscience…, autant de sujets humainement essentiels.

Parcourant la France depuis mi-mai en vue des législatives (réunions publiques à Angers, Rennes, Tours, Toulouse, Montpellier, Bordeaux, Strasbourg, Lyon, Annecy, Montélimar…), la présidente et le vice-président de La Manif Pour Tous, Ludovine de La Rochère et Albéric Dumont, participent à nombre de ces rencontres avec les candidats de divers partis, de la République en marche (LREM), des Républicains (LR), du parti chrétien-démocrate (PCD) ou du Front national (FN).

Ces rendez-vous locaux sont complémentaires

Lire la suite de l'article

Louis Aliot (FN) : “On a exactement la même vision de l’identité de la nation et de l’indépendance nationale qu’une partie de la droite”

Suite à la découverte d'une très grosse similitude entre un court passage du discours de Marine Le Pen hier avec celui prononcé par François Fillon le 15 avril dernier, Louis Aliot confirme, comme l'immense majorité des cadres du FN, qu'il s'agit d'un clin d’œil appuyé à l'égard des électeurs de Fançois Fillon. En effet, comme le souligne cet article, à part sur l'économie et l'union européenne, les électeurs partagent plusieurs points communs :

  • mise en avant des racines chrétiennes de la France,
  • volonté de lutter contre le terrorisme islamique,
  • volonté de restreindre l'immigration.

Mais ce qui est amusant, c'est que Louis Aliot précise que le texte lu par François Fillon le 15 avril 2017 n'est pas non plus de ce dernier. Il s'agirait en effet d'extraits adaptés d'un livre de Paul-Marie Couteaux, ancien proche de Marine Le Pen ayant soutenu François Fillon au premier tour. Il rêve d'une union des droites et soutient désormais Marine Le Pen, en espérant qu'elle fasse un "gros score" le 7 mai prochain.

 

Lire la suite de l'article

Les démocrates chrétiens se sont toujours fourvoyés dans une vision irénique (1)

Certains chrétiens ont des "cas de conscience" face au bulletin "Marine Le Pen", voire en font une "question de principe" en agitant des arguments dépassés ou dérisoires. Dans une lettre à ses enfants, écrite avant le premier tour, Yves Meaudre (ancien directeur général d'Enfants du Mekong) annonce qu'il n'hésitera pas à voter Marine Le Pen plutôt qu'Emmanuel Macron, qui séduit bon nombre d'électeurs. Il nous a autorisé à la publier. Nous le publions en 3 parties :

Unknown-21« Mes chers enfants,

Je vous confie mes réflexions à la suite d’un dîner d’il y a quelques jours avec des amis à qui je porte une réelle estime, mais ceux-ci m’ont profondément troublé.

Appartenant sans doute aux familles dont les noms sont les plus prestigieux de France, dont la fortune encore aujourd’hui reste relativement considérable, ayant pour certains fait des études au plus haut niveau, ils m’ont déstabilisé. Toutes ces facilités n’excluent certes pas les drames intimes et profonds que le siècle provoque dans leurs propres familles. Nul ne peut se targuer d’être imperméable aux assauts d’un monde très offensif à l’encontre de nos convictions les plus profondes.

Le sujet du dîner était politique et les choix très « marqués » avec des positions qui interdisaient tout désir de comprendre les raisons pour lesquelles tel ou tel adhérait à telle option. Insister aurait risqué de rendre à l’avenir les relations pénibles sans trahir ce qui m’habite : l’amour profond de mon pays et de sa grandeur.

Avec une certaine peine je constatais que ces petits fils

Lire la suite de l'article

Les démocrates chrétiens se sont toujours fourvoyés dans une vision irénique (2)

Suite de la lettre d'Yves Meaudre (partie 1) :

"Mon temps polonais a beaucoup construit mon jugement. Une violence d’état interdisant tout débat sur le fond, comme aujourd’hui en France, nécessitait une intelligence de comportement dans les positions politiques. Les professeurs Tischner et Wojniakowski rappelaient à tous la priorité du combat au-delà de toute attache partisane : défendre l’identité polonaise, l’apport de la culture polonaise dans la construction de l’unité de la patrie et rassembler autour de ces principes simples la nation polonaise. Les héroïques professeurs de l’université Jagelon comme le Pr Wojniakowski soutenus par l’archevêque de Cracovie Mgr Wojtyla maintenaient le fil.

Unknown-22À l’exemple de cet immense pape, sans renier notre personnalité ni nos convictions, définissons paisiblement dans nos positions politiques nos priorités : l’identité de ma patrie et la culture propre de ma civilisation. Le père Popieluszko, dans ses sermons pour la patrie, touchait par là les fondements de l’autorité morale de l’État communiste. Il avait bien compris que cette catéchèse mettait à jour l’incohérence du système et la contradiction brutale de l’idéologie marxiste avec l’âme polonaise. On connaît la réponse de celle-ci à celui dont la cause de canonisation est en route : la mort, comme pour Jean Paul II qui fera l’objet d’un attentat.

Tout le travail de résistance de ce dernier s’est centré sur ce « combat ». Abattre le marxisme pour lui passait par la reconstruction de l’âme polonaise, comme pour Soljenitsyne qui fera un immense travail de reconstruction culturelle de l’âme

Lire la suite de l'article

Les démocrates chrétiens se sont toujours fourvoyés dans une vision irénique (3)

Suite et fin de la lettre d'Yves Meaudre (partie 1 et partie 2) :

"Vous voyez où j’en viens :

Que m’importe que Fillon ait abusé de sa position pour favoriser « légalement » sa famille, s’il décide de défendre notre patrie, ce qui est pérenne et assure la continuité de notre culture et de notre rayonnement, que m’importent les outrances et les provocations d’une Marine Le Pen et ses positions économiques qu’elle adaptera sûrement à la situation qu’elle trouvera si elle est élue… cela ne me fait pas bouger de mes intentions de vote.

Ma priorité c’est la France. C’est de défendre mon pays, actuellement en situation d’être submergé par une autre culture et une autre religion, ou par la négation de nos racines spirituelles (ces deux logiques s’alimentant). Le fait d’aimer la France dans les termes que de Gaulle développait, le fait de désigner la mondialisation comme le moteur de désubstantialisation de notre peuple appellent mon soutien. Que j’eusse de la sympathie pour l’un ou pour l’autre n’a aucun intérêt, je n’en ni pour l’un ni pour l’autre ! Je soutiens simplement le fait qu’il me semble impossible qu’un futur chef d’état devant les ennemis de son pays – et chez eux – insulte sa propre patrie en l’accusant de génocide. Pour moi cette déclaration – s’il venait à devenir chef d’état – est passible de la haute cour. Qu’il y ait un vice dans la construction intellectuelle et morale de ce garçon

Lire la suite de l'article

Macron / Le Pen : la vision libérale et universaliste vs la vision populiste et souverainiste. Le grand combat qui n’a jamais cessé depuis 1789

Mathieu Slama écrit dans Le Figaro :

7187_1485985909_duel-macron-lepen_970x545p"[…] L'électorat de Macron réunit la France qui va bien, la France optimiste, la France qui gagne bien sa vie, la France qui n'a besoin ni de frontières ni de patrie, ces vieilles lunes de l'ancien monde: cette France «ouverte», généreuse parce qu'elle en a les moyens. La France de Marine Le Pen est la France qui souffre, celle qui s'inquiète. Elle s'inquiète de son avenir, de ses fins de mois, elle souffre de voir les patrons gagner autant d'argent, elle gronde face à l'incroyable arrogance de cette bourgeoisie qui lui donne des leçons d'humanisme et de progressisme du haut de ses 5000 euros par mois.

La France de Le Pen perdra sans doute face au «front républicain» qui se prépare. Quoiqu'on pense de la candidate du Front national, il y a là une forme d'injustice qui interroge: la France d'en haut s'apprête à confisquer aux classes populaires l'élection présidentielle, la seule élection qui engage véritablement leur destin.

Il suffisait de constater, hier soir, la différence entre les militants de Macron – des consultants branchés, des étudiants en écoles de commerce, sûrs de leur supériorité de classe -, et les soutiens de Le Pen, des gens simples, timides, ne maîtrisant pas les codes sociaux et médiatiques. Quel contraste, également, entre l'ambiance vulgaire de boîte de nuit chez Macron et le bal improvisé chez Le Pen.

Derrière cette lutte des classes se cache un affrontement entre deux visions du monde. La vision libérale

Lire la suite de l'article