Archives par étiquette : virus

Se reposer entièrement sur le préservatif facilite la contamination par le virus du sida

Selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) :

"Aides s’est tiré une balle dans le pied. Cette association homosexualiste hyper-médiatisée et protégée politiquement avait conquis une part de sa notoriété en traitant Jean-Paul II d’assassin, puis en lançant une campagne hystérique contre Benoît XVI. Elle leur reprochait de dire que le tout capote, le comportement des hommes étant ce qu’il est, était non une protection contre l’épidémie de sida mais un facteur de contamination. Ce que les études épidémiologiques montraient, les homosexualistes et la masse politiquement correcte le niaient par préjugé idéologique. Or, c’est grâce à Aides que l’IGAS, et donc le gouvernement français, l’entité politique la plus politiquement correcte au monde, reconnaît aujourd’hui officiellement le caractère mortel de l’abus de préservatifs.

Tout est parti du Truvada, ce médicament dit de « prophylaxie pré-exposition », c’est à-dire cette pilule que prend une personne séronégative avant un rapport sexuel lorsqu’elle l’estime « à risque ». On s’interdira toute controverse intellectuelle ou morale, par méthode, à propos de ce Truvada, pour en venir au fait : il a été autorisé en 2012 aux Etats-Unis par la Food and Drug Administration, et en 2016 par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) en France, premier pays d’Europe à lui ouvrir ses portes. La thèse de Aides, est que l’instruction du dossier par l’ANSM, qui a duré trois ans et demie, a été « anormalement longue », et que cela a privé indument des milliers d’usagers potentiels d’un médicament qui aurait empêché leur contamination. C’est pourquoi, grâce à

Lire la suite de l'article

Adrien Abauzit :”La France est empoisonnée par le virus des Lumières”

Avocat et écrivain, Adrien Abauzit avait déjà écrit un ouvrage qui n’était pas passé inaperçu :”Abécédaire pour une jeunesse déracinée”. Dans “La France divisée contre elle-même”, l’auteur balaie l’histoire de France afin de montrer comment se sont développées en son sein les forces qui la détruisent depuis plus de 200 ans. Pour lui, “la France est empoisonnée par le virus des Lumières”. D’une plume acérée, Adrien Abauzit dresse une analyse sans concession d’une France menacée de disparition. Refusant le suicide de la France, l’écrivain relève d’importantes notes d’espoir comme le rôle d’internet, vecteur de “refrancisation”. Comme Bernanos, il pense que l'espérance commence toujours avec le désespoir.

Lire la suite de l'article

Le virus Zika : une intox sanitaire ?

Lu sur le blog d'Albert Barrois :

Unknown-48"Une famille de médecins qui lancent une alerte, l'OMS qui veut se rattraper après un mémorable fiasco dû à Ebola, des laboratoires pharmaceutiques en recherche de nouveaux vaccins à produire, une très vraisemblable augmentation du nombre de microcéphalies, un virus exotique et mystérieux, des organisations qui profitent de l'occasion pour demander une libéralisation de l'IVG en Amérique du Sud, et j'en passe. Tous les ingrédients sont réunis pour tomber dans un béchamel infernale, un genre de "perfect storm" Et pourtant le lien entre microcéphalie et le virus Zika est au mieux très faible. En revanche le Brésil semble faire face à une menace, bien réelle celle là, mais qui pourrait ne rien avoir à faire avec Zika.

Zika pire qu'Ebola, vraiment ?

Certains ont cru pouvoir annoncer que Zika serait pire qu'Ebola. C'est faire peu de cas des données épidémiologiques : Ebola tue 30 à 50% des personnes infectées, quand Zika n'induit aucun effet chez 80% des personnes atteintes, et des effets mineurs chez les 20% restants. Cependant Zika a également été associé à deux pathologies : le syndrome de Guillain Barré, dont je ne reparlerai pas ici, et des microcéphalies. Ce sont surtout les microcéphalies qui ont focalisé l'attention ; qui pourrait rester insensible face à des bébés aux têtes si petites manifestement anormales. Et pourtant le lien n'est pas établi à ce jour ; NatureThe Lancet, et jusqu'au Bulletin de l'OMS ont beau répéter ce simple constat,

Lire la suite de l'article

Virus Zika : l’ONU se prend pour Hérode

CiprianiLe cardinal péruvien Mgr Juan Luis Cipriani, archevêque de Lima, a comparé dimanche l'ONU à Hérode, roi de Judée qui avait ordonné le massacre des Saints Innocents, pour avoir préconisé l'avortement aux femmes enceintes infectées par le virus zika en raison de malformations possibles pour les foetus.

"Aujourd'hui, nous sommes encerclés d'Hérodes (…). Les Nations unies, face au virus zika, ont décrété que nous devrions approuver l'avortement et tuer les enfants. Il faut vraiment être très bête". 

"Il y a un génie, un Hérode, qui a trouvé opportun de décréter la mort, que doivent avorter tous ceux qui en ce moment ont un enfant, parce qu'il y a ce danger qui ne s'est pas complètement manifesté. Mais, face au doute, tous morts".

L'ONU a demandé vendredi aux pays touchés par le virus Zika, soupçonné de provoquer des malformations congénitales, d'autoriser l'accès des femmes à la contraception et à l'avortement.

Lire la suite de l'article

Virus Zika : l’ONU se prend pour Hérode

CiprianiLe cardinal péruvien Mgr Juan Luis Cipriani, archevêque de Lima, a comparé dimanche l'ONU à Hérode, roi de Judée qui avait ordonné le massacre des Saints Innocents, pour avoir préconisé l'avortement aux femmes enceintes infectées par le virus zika en raison de malformations possibles pour les foetus.

"Aujourd'hui, nous sommes encerclés d'Hérodes (…). Les Nations unies, face au virus zika, ont décrété que nous devrions approuver l'avortement et tuer les enfants. Il faut vraiment être très bête". 

"Il y a un génie, un Hérode, qui a trouvé opportun de décréter la mort, que doivent avorter tous ceux qui en ce moment ont un enfant, parce qu'il y a ce danger qui ne s'est pas complètement manifesté. Mais, face au doute, tous morts".

L'ONU a demandé vendredi aux pays touchés par le virus Zika, soupçonné de provoquer des malformations congénitales, d'autoriser l'accès des femmes à la contraception et à l'avortement.

Par ailleurs, l'ONU a émis des timbres postaux LGBT.

Lire la suite de l'article

Le virus Zika, prétexte à une campagne pro-avortement

Jeanne Smits relate la campagne quasi-génocidaire de l’ONG néerlandaise Women on Waves, spécialisée dans la fourniture de pilules abortives en mouillant son bateau dans les eaux internationales au large des pays où l’avortement reste illégal. Elle se mobilise actuellement en Amérique du Sud suite à l'épidémie Zika, maladie transmise par le moustique porteur du virus soupçonné de provoquer la microcéphalie (anomalie de la croissance de la boîte crânienne) chez les femmes enceintes. "

220px-Aedes_aegypti_during_blood_meal"Women on Waves vient en effet d’annoncer son intention d’acheminer des pilules abortives vers la Colombie, la Bolivie, le Chili, la Guadeloupe, le Paraguay, le Venezuela, l’Argentine, le Suriname, le Guatemala, le Honduras, El Salvador, Panama, Haïti et la République Dominicaine : les femmes peuvent s’inscrire en ligne pour une consultation virtuelle pour demander les « médicaments » (ce que le Pr Lejeune appelait le « pesticide anti-humain »). […] Au lieu de distribuer des répulsifs à insectes et des moustiquaires, au lieu de souligner que le lien entre microcéphalie et Zika n’est pas établi avec certitude, au lieu de tenir compte qu’il y a quelque chose de pire que d’avoir un enfant microcéphale – c’est de le tuer – les féministes du groupe néerlandais préfèrent promouvoir l’avortement. Leur objectif premier. […]

Quoi qu’il en soit, la microcéphalie n’est en principe pas dépistée avant 32 semaines. Les femmes sont invitées à réclamer des pilules abortives si elles n’ont pas passé le cap des 9 semaines, pour laisser le temps de l’acheminement des comprimés. Autrement dit, l’ONG Women on Waves est en train de recommander

Lire la suite de l'article

Les industries pharmaceutiques ne veulent pas que le virus du sida soit éliminé

Vu sur le JT du 19 juin de TV Libertés. L'invité Claude Reiss – ex chercheur au CNRS déclare (vers 45mn58) :

"Nous avons fait des études pour trouver des médications contre le sida. Cette médication a fait l’objet d’un brevet pris par le CNRS là-dessus. L’étude s’est portée sur la stratégie du virus sans passer par le modèle animal.[…] Ce brevet est toujours resté dans les tiroirs… […]

Depuis je me heurte à l’industrie pharmaceutique qui ne veut pas en entendre parler en me disant : « on ne va pas couper la branche sur laquelle nous sommes assis. Si votre méthode guérit effectivement le sida, nous avons actuellement un bisness annuel de 36 milliards de dollars avec le sida ».

Lire la suite de l'article

Virus Ebola: nouvelle irresponsabilité gouvernementale?

C'est media-press-info qui nous alerte sur l'extension du fléau, et sur la mollesse des réactions étatiques pour limiter les possibilités d'importation en France de celui-ci.

"L’organisation Médecins Sans Frontières a annoncé vendredi que l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest était désormais « hors de contrôle« .

Le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée sont contaminés par cette « deuxième vague » de l’épidémie. Des cas suspects sont également signalés au Mali. Mais Bart Janssens, directeur des opérations médicales de MSF, constate l’inefficacité des gouvernements africains ainsi que de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) devant ce fléau.

Sur les 528 malades recensés ces deux dernières semaines dans cette partie de l’Afrique, au moins 337 sont déjà morts. Ce ne sont là que des chiffres provisoires. La fièvre Ebola commence généralement de façon anodine, par des symptômes comme la toux et une fatigue intense qui sont souvent négligés, puis se manifeste rapidement par des vomissements, des diarrhées et d’effrayantes hémorragies. Dans 9 cas sur 10, la mort survient en une semaine. A ce jour, il n’existe aucun vaccin contre ce terrible virus extrêmement contagieux. De simples changements de draps ont, par le passé, entraîné la contamination mortelle de membres du personnel médical.

Equipes médicales françaises sur place

Des équipes de l’Institut Pasteur et des médecins de différentes ONG sont arrivées fin mars à l’aéroport de Conakry, capitale guinéenne, avec pour mission de « limiter au maximum » le risque de transmission de l’épidémie sur le sol européen.

Pourtant, les vols

Lire la suite de l'article

Une transsexuelle a tenté de contaminer des policiers avec le virus du Sida

C'est un festival de l'horreur : après le 1er marié LGBT en prison pour pédophilie, voici aujourd'hui la transsexuelle qui tente de contaminer des policiers avec le virus du sida.

Sympathique milieu. Mais surtout, pas d'amalgame.

Lire la suite de l'article

Le virus du sida serait-il homophobe ?

Entre 2011 et 2012, le nombre de découvertes du virus du Sida chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) a augmenté de 14% alors qu’il est resté stable chez les personnes ayant des relations normales et même chez les usagers de drogues injectables (1%).

Commentaires (6)

L'infographiste de la page en lien devrait retourner à l'école élémentaire, pour apprendre la signification des signes chevrons de comparaison "plus petit que"/"plus grand que" (impossible de copier-coller!)
L'infographie suivante (98% des contaminations ont lieu lors de rapports sexuels) est très ambigüe: 42% des contaminations ont lieu lors de rapports homosexuels, alors que 56% ont lieu lors de rapports hétérosexuels. La conclusion susurrée au lecteur pressé est "donc un rapport homo est moins dangereux qu'un rapport hétéro".

Rédigé par : C.B. | 4 avr 2014 19:57:38
____________________________________

Hyper-activité sexuelle, multipliant les partenaires par centaines, pratique contre nature la sodomie, usage de drogues augmentant encore les risques, l'homosexuel peut difficilement échapper au SIDA.
À moins de rester chaste et abstinent car la fidélité dans ce milieu est très aléatoire.

Rédigé par : Robert | 4 avr 2014 20:51:37
____________________________________

http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2014/04/04/Jean-Luc-Romero-N-oublions-pas-les-annees-noires-du-sida-1857969

Le virus du sida serait-il homophobe ?

C'était en 1992. Dans Les Nuits fauves, film autobiographique, Cyril Collard et Romane Bohringer obligeaient la France à regarder en face le sida (syndrome de l'immunodéficience acquise). Un an plus tard, Tom Hanks, dans Philadelphia, faisait pleurer la planète sur la condition des victimes du VIH (virus de l'immunodéficience humaine).

C'était

Lire la suite de l'article