Archives par étiquette : victime

L’embryon humain : la victime silencieuse et innocente de la révision de la loi de bioéthique

Communiqué de la Fondation Jérôme Lejeune :

Dhz6EpVWsAAdZ6F"Le rapport du Conseil d’Etat sur la révision de la loi de bioéthique est rendu public aujourd’hui. Ce rapport, émanant de la plus haute juridiction française, n’engage certes pas le politique mais il trace les contours « autorisés » de la future législation et fait état, notamment, de graves dérives en matière de recherche sur l’embryon. Ces dispositions seront au cœur de la loi mais elles seront moins commentées que la PMA. Elles auront pourtant pour conséquence de faire de l’embryon un « produit de laboratoire ».

Cet avis juridique du Conseil d’Etat ne tient, par ailleurs, aucun compte de l’avis profond des Français qui s’est exprimé lors des Etats-généraux de la bioéthique. A chaque révision, les limites de l’acceptable sont repoussées, la marchandisation du vivant et l’eugénisme toujours accrus. La technique prendra, une fois de plus, et de manière plus grave, le pas sur l’humain.

  • La création d’embryons transgéniques et leur transfert à des fins de gestation pourraient être autorisés. Cela entrainerait inévitablement une modification du génome de l’espèce humaine pourtant interdite par la Convention d’Oviedo ratifiée par la France. L’embryon serait encore davantage manipulé et ces modifications du génome seraient transmissibles.
  • Le Conseil d’Etat propose d’autoriser la culture des embryons in vitro au-delà de 7 jours et jusqu’à 13 jours après la fécondation. 92,3 % des citoyens se sont pourtant opposés à cette possibilité dans le cadre des Etats-généraux.
  • La destruction des embryons surnuméraires donnés à la recherche et n’ayant pas fait l’objet de recherche

Lire la suite de l'article

L’embryon humain sera-t-il la victime silencieuse de la révision de la loi de bioéthique ?

De la Fondation Jérôme Lejeune :

Site-634x300"Le Conseil d’Etat rend ce jour un rapport sur la révision de la loi de bioéthique de 2011. Il devait, à la demande du Premier Ministre, « se concentrer sur les possibilités de traduction, dans le droit français, des changements envisagés dans le futur projet de loi, prévu à l’automne ».

La Fondation Jérôme Lejeune prend acte de la possible ouverture à la PMA pour toutes tout en rappelant qu’elle y est opposée.

Elle s’étonne toutefois que la presse ne se fasse pas l’écho de dispositions sur l’embryon.

Si l’extension de la durée de culture des embryons in vitro est autorisée au-delà de 7 jours et jusqu’à 14 jours après la fécondation, si la création d’embryons transgéniques et leur transfert à des fins de gestation était autorisée ou si la destruction des embryons surnuméraires donnés à la recherche et n’ayant pas fait l’objet de recherche était proposée, la Fondation Jérôme Lejeune se mobiliserait et ferait part de ses réactions d’expertise sur ces sujets. Elle craint également l’extension du diagnostic pré-implantatoire (DPI) aux anomalies chromosomiques qui accentuerait encore l’eugénisme des personnes porteuses de trisomie 21.

La Fondation Jérôme Lejeune finance la recherche sur les maladies génétiques de l’intelligence. Sa mission est au service des plus faibles.

Son président, Jean-Marie Le Méné souhaite rappeler que l’embryon ne peut pas être considéré comme un « rat de laboratoire ». Il demande au Gouvernement de se souvenir, au moment de l’élaboration de la loi que l’embryon est

Lire la suite de l'article

Le colonel Beltrame n’est pas une victime. Il est un soldat mort en héros dans l’exécution de sa mission.

Une polémique enfle autour d'un projet de plaque de rue de Montfermeil où devait être inscrit : "Parvis Colonel-Arnaud-Beltrame, officier de gendarmerie, 1973-2018, mort en héros, victime du terrorisme islamiste". La polémique levée une fois de plus par des élus d'extrême-gauche porte sur le qualificatif 'islamiste". Un non-événement en soi : l'extrême gauche ne représente qu'elle-même, c'est-à-dire, pas grand chose et en plus, le vote a été emporté clôturant ainsi tout débat. Et pourtant la discussion et les réactions ne sont pas terminées pour autant, preuve ce bon article du jour.

Mais il faudrait un jour reposer la sémantique dans ce qu'elle a de vraiment important comme me l'écrit ce lecteur :

"un militaire offre sa vie, la sacrifie en la donnant d'emblée le jour où il prend les armes de son pays pour le défendre. Il ne peut donc pas être une "victime" lorsque, allant au bout de la parole donnée dans le respect de son engagement, il meurt, tué par l'ennemi qu'il combat.

La victime est cette personne présente sur les lieux d'un attentat ou d'un acte de guerre et touchée dans sa chair. Le terroriste choisissant le lieu de son crime, ses victimes, présentes malgré elles, n'ont pas d'autre choix que de subir cette folie meurtrière. C'est bien l'aspect involontaire de cette exposition à la mort qui font d'elles des victimes. Le militaire, lui, n'est pas présent par hasard sur un champ de bataille ou sur les lieux d'un attentat terroriste. Ayant donné sa vie, il a

Lire la suite de l'article

3 légionnaires en garde à vue… pour avoir aidé une victime

Images-2Dimanche vers 6h45, dans le wagon d’une rame de métro de la ligne 9 à Paris, une jeune fille a été violentée et son agresseur a pris la fuite avec son téléphone portable.

Trois légionnaires en permission et légèrement ivres, âgés de 21 à 24 ans, ont assisté à la scène et ont pris en chasse l’agresseur. Le voleur ne s’est pas laissé faire et une rixe a éclaté. L’agresseur a eu une dent cassée.

Les trois militaires et le voleur, sans papiers d’identité ni d’adresse, ont été interpellés et placés en garde à vue.

Des magistrats du parquet voulaient classer l’affaire, tandis que d’autres voulaient poursuivre les légionnaires. Une substitut du procureur a pris la décision de les poursuivre. Les trois militaires ont été présentés au parquet et doivent être jugés, ce qui les a poussé à déclarer :

« Si c’est pour se retrouver en garde à vue, la prochaine fois, on n’interviendra pas pour défendre une victime. »

Nous aimerions avoir le nom de cette substitut qui déshonore la justice.

Lire la suite de l'article

Prières pour une autre victime de l’attentat de Carcassonne

Capture d’écran 2018-03-29 à 09.22.22Un Portugais de 26 ans, sur qui le terroriste a tiré vendredi à Carcassonne, est resté conscient jusqu’à son arrivée aux urgences. Lundi, sa mère a appelé à prier pour lui. Il est atteint d’une balle dans la tête a été placé dans le coma artificiel vendredi. Que Renato ait survécu au tir du djihadiste tient déjà du miracle. Tout aussi incroyable, il était toujours conscient à son arrivée aux urgences.

Né à Coimbra, dans le centre du pays, Renato a suivi des études universitaires de designer. Ne trouvant pas d’emploi, il a décidé il y a environ deux ans de rejoindre ses parents installés dans l’Aude. Récemment, ce fils de maçon a suivi une formation de design, notamment pour la décoration intérieure d’un restaurant. Vendredi matin, c’était son dernier jour de stage. Renato a garé son Opel Corsa blanche près de l’aire des Aigles de la cité de Carcassonne au lieu-dit Pech-Mary. Jean Mazières, un viticulteur à la retraite de 61 ans, l’accompagnait. Vers 10 heures, le terroriste a ouvert le feu sur les deux hommes. Le retraité meurt. Touché à la tête, Renato n’a jamais perdu conscience. Alors que l’assassin partait au volant de sa voiture, le jeune Portugais a pris contact avec sa mère par texto.

Lire la suite de l'article

The Voice : Mennel n’est pas une victime mais une provocatrice

Qui cherche à tester la résistance de la société face à l'islam :

Lire la suite de l'article

Désinformation : un ours blanc victime du réchauffement ?

Lu sur Réinformation.tv :

XVMc9879654-e0f4-11e7-8f22-1d2b9fba54f0"Vous n’avez pas pu les manquer : des images ont circulé partout sur les sites d’information, montrant un ours polaire affamé, sur fond de commentaires sur le « changement climatique » qui va inéluctablement multiplier ce genre de tragédies insoutenables. Malheur à vous si vous mettez en doute l’exactitude de l’annonce. Et pourtant – tout semble indiquer qu’il s’agit d’un fake ou d’un hoax, au choix…

On a vu la bête puissante se traîner lamentablement sur une île sans glace, sur l’île de Baffin, sur fond de violons pleureurs, façon indienne. Les commentaires des images qui ont tourné partout sur Internet indiquaient que tous les membres de l’équipe vidéo de Sea Legacy avaient les larmes aux yeux, le cœur brisé : « C’est à cela que ressemble la mort de faim. Les muscles sont atrophiés. Il n’y a pas d’énergie. C’est une mort lente et douloureuse… »

Alors que la population des ours polaires se porte plutôt bien, voire trop bien, la responsable de l’équipe de tournage a avoué qu’il était impossible de connaître la cause de l’état de l’ours. Cristina Mittermeier, co-fondatrice de Sea Legacy, a reconnu au micro de CBC Radio que son état pouvait s’expliquer par une blessure ou une maladie. Peu importe, à son avis : « Ce qui compte, c’est qu’il mourait d’inanition et… à mesure que nous perdrons de la glace maritime dans l’Arctique, les ours polaires vont mourir de faim. »

Hoax avoué, à moitié pardonné ? Les internautes qui auront vu le film n’auront en

Lire la suite de l'article

La victime des messages anti-noirs en était en réalité l’auteur

Capture d’écran 2017-11-09 à 19.53.18Il y a plus d’un mois, le directeur de l’US Air Force Academy a publiquement réprimandé des milliers de cadets et de candidats cadets à la suite de messages racistes découverts dans un dortoir accueillant des élèves. La presse avait abondamment relayé ses propos comme on peut le voir sur l'image ci-contre.

Une enquête vient de révéler que l’auteur présumé était l’un des élèves… noirs. On attend que la presse donne la même publicité…

Lire la suite de l'article

Xavier Jugelé, 37 ans, 248ème victime du terrorisme islamique, RIP

Xavier Jugelé, né en 1980, gardien de la paix depuis six ans, considéré comme un policier « volontaire et engagé », « serviable » et « bon vivant », faisait une petite pause dans le fourgon du service avec son collègue Cédric, un sous-brigadier de 35 ans, lorsque Karim Cheurfi l'a tué à l’arme automatique à travers la carrosserie. 4 autres collègues en patrouille ont aussitôt ouvert le feu, empêchant probablement un massacre dans le quartier (le tireur disposait également d’un fusil à pompe).

20170421132220796-0

Lire la suite de l'article