Archives par étiquette : vatelle

La mafia rose va-t-elle remporter une victoire au sein de l’Eglise ?

De Christian Daisug dans Présent :

"Il y a plusieurs semaines maintenant qu’a éclaté le plus gros scandale homosexuel de l’histoire récente de l’Eglise : le cardinal Theodore McCarrick, 88 ans, personnage incontournable de l’institution ecclésiale, ex-archevêque de Washington et à ce titre l’un des dirigeants les plus influents de l’Eglise américaine, a été pendant plus de cinquante ans un prédateur sexuel. Il a abusé à partir de 1971, peu après son ordination, de jeunes garçons de son entourage, des enfants de chœur, des dizaines, peut-être des centaines de séminaristes et de jeunes prêtres.

Une vague d’horreur et de consternation traverse actuellement des millions de fidèles. Comment l’odieux a-t-il pu cheminer si longtemps ? Comment le cynisme a-t-il pu parvenir sans encombre au sommet de la hiérarchie vaticane ? McCarrick a démissionné le 20 juin dernier du collège des cardinaux. […]

Qu’un scandale oblige un cardinal à s’effacer constitue déjà une affaire exceptionnelle comme l’histoire en a peu connue. Mais l’essentiel n’est pas là. L’ahurissant et le gravissime se situent autant dans l’enchevêtrement constant de silence, d’hypocrisie et de compromissions que dans le verrouillage subtil d’une vérité que beaucoup, par leur fonction, avaient pu connaître. […]

Combien d’évêques savaient-ils ? Sans doute, plusieurs dizaines. […] Tout évoque une mafia : l’activisme, la solidarité, le noyautage. Et par-dessus tout, le silence. Mais pas un silence ordinaire qui ressemble à une simple discrétion. Le silence de la mafia est absolu, féroce, implacable. Celui de la mafia rose dans l’Eglise est de même nature : celui qui parle voit sa carrière brisée,

Lire la suite de l'article

La Chapelle-Basse-Mer va-t-elle ressusciter ?

Lu dans Minute :

"Depuis trois ans, 569 communes nouvelles ont vu le jour, dont trente-huit rien que pour l’année 2018. Des communes nouvelles – c’est le nom administratif officiel – nées de la fusion de plusieurs communes. A coups de dotations supplémentaires et d’encouragements préfectoraux, l’Etat favorise ces grands ensembles, comme un peu partout en Europe, au détriment de la proximité et de la spécificité de chaque village."

Certains cherchent à faire annuler ces décisions jacobines, parmi lesquels Reynald Secher :

"[A]près presque trois années de procédures, le 20 juillet dernier, le tribunal administratif de Nantes lui a donné raison. Et l’arrêté préfectoral officialisant le nom de la commune nouvelle de Divatte-sur-Loire a été cassé. Une première en France ! « Aujourd’hui, le préfet a trois solutions, nous explique Reynald Secher. Soit il reprend le nom historique de La Chapelle-Basse-Mer, soit il reprend le nom de Divatte-sur-Loire, soit il choisit un nouveau nom. » Nous avons donc appelé la préfecture pour savoir quelle option sera retenue. Le service communication a fini par nous répondre. De façon extrêmement claire. « Au regard des termes du jugement disposant que “rien ne fait obstacle à ce que le préfet fasse porter son choix sur le nom proposé par les conseils municipaux de La Chapelle-Basse-Mer et de Barbechat“, la préfète dénommera effectivement la commune nouvelle “Loire-Divatte” » !"

Lire la suite de l'article

Allemagne : l’immigration va-t-elle faire tomber Angela Merkel ?

Unknown-17Après le Brexit en Grande-Bretagne, après la droitisation en Europe centrale, après le gouvernement anti-système en Italie, c'est un autre pays du G7 qui pourrait créer la surprise.

Fragilisée, Angela Merkel pourrait être obligée de quitter son poste cette semaine. La chancelière allemande est confrontée à une fronde sans précédent sur la politique immigrationniste de l'aile droite de sa coalition.

Le ministre de l'Intérieur Horst Seehofer (CSU, les catholiques bavarois, alliés historiques de la CDU de Merkel) veut durcir la politique migratoire de l'Allemagne et doit présenter ses mesures en début de semaine. Il veut refouler aux frontières allemandes les immigrés déjà enregistrés dans un autre pays européen et menace de passer à l'acte contre l'avis de la chancelière qui a bloqué le projet et plaide pour une solution européenne globale. Il veut aussi constituer avec ses homologues de Rome et Vienne ce que le chancelier autrichien Sebastian Kurz appelle "un axe des volontaires" pour s'attaquer à l'immigration clandestine. A partir de lundi, le parti de Horst Seehofer doit décider si le ministre imposera ses vues par décret, ce qui pourrait amener à son limogeage voire à une chute du gouvernement Merkel.

Vendredi, il a limogé la directrice de l’Office fédéral des migrations. Cela fait suite à un rapport de la nouvelle responsable de l’Office à Brême, révélant que plus de 3000 demandeurs d’asile, avec la complicité d’avocats spécialisés dans la défense des « réfugiés », avaient reçu le droit d’asile alors que leur dossier ne le leur permettait pas. Il a été établi que 4568 demandes ont été

Lire la suite de l'article

La Conférence des Evêques de France va-t-elle se déshonorer comme en 1975 ?

Message reçu d'un collectif suite au tweet de la Conférence des évêques de France :

"C'est avec une immense tristesse qu'un collectif de délégués à la pastorale familiale des diocèses de France réagit au tweet de Vincent Neymon, communicant de la CEF à propos de la mort de Simone Veil. 

Certes, Madame Veil ne peut porter l'entière responsabilité du massacre des enfants à naître, mais ce signal "consensuel" envoyé à la société française est entaché d'infamie :

Quel mépris pour les millions d'enfants avortés! Ne sont-ils pas nos frères de sang ?

Quel mépris pour les millions de femmes, de parents, de frères et soeurs à jamais meurtris par le drame de l'avortement !

La Conférence des Evêques de France, instrumentalisée par des tâcherons sans convictions claires, va-t-elle se déshonorer comme en 1975 ?

Il est impossible, dans un tel contexte d'apostasie silencieuse, jusque dans les rangs de l'institution ecclésiale, que l'Eglise qui est en France connaisse le renouveau tant attendu. Faudra-t-il pour autant que nous continuions de boire le calice jusqu'à la lie ? Notre Divin Sauveur l'a vécu. Pourquoi pas nous…

En attendant, nous avons choisi de joindre nos larmes à celles de ceux qui sont morts dans le sein de leur mère, à celles de ceux qui pleurent d'avoir contribué à leur disparition.

A la suite de

Lire la suite de l'article

La justice va-t-elle financer le terrorisme musulman ?

L'Etat a été contraint d'indemniser l'islamiste Farouk Ben Abbes « pour préjudice moral » en contrepartie d'une détention provisoire de trois mois. Cet homme de 31 ans, de nationalité belge et tunisienne, est actuellement assigné à résidence à Toulouse, contraint à un pointage régulier au commissariat central de la ville, compte tenu de sa dangerosité.

Ben Abbes, figure de l'islam radical, est un ami intime de Fabien Clain, l'homme qui a revendiqué les attentats du 13 novembre dans un message audio. Il est soupçonné d'avoir frayé avec une filiale d'Al-Qaïda entre Gaza et l'Egypte. Son nom est par ailleurs cité dans l'enquête sur l'attentat qui a coûté la vie à une adolescente française, Cécile Vannier, le 22 février 2009 au Caire, même s'il n'est pas poursuivi. Lui dément toute implication.

Son indemnisation est l'aboutissement d'un recours pour une détention injustifiée de « deux mois et vingt-cinq jours » entre 2010 et 2011. A cette époque, Farouk Ben Abbes est mis en examen dans le cadre d'un premier projet d'attentat contre le Bataclan, notamment sur la foi d'informations venues des services égyptiens. Faute de preuves, le dossier débouche finalement trois ans plus tard sur un non-lieu, ouvrant la voie à un dédommagement financier. C'est ainsi que, le 3 mars 2014, la cour d'appel de Paris lui octroie près de 20 000 € pour préjudices moral et matériel. Le ministère de la Justice dépose un recours. La Commission nationale de réparation des détentions donne partiellement raison à Farouk Ben Abbes, ne retenant que le « préjudice moral », soit une facture de quelque 6 000 €

Lire la suite de l'article

L’Arabie va-t-elle moins financer la construction de mosquées ?

En raison d’une division par trois du prix du pétrole en 18 mois, le principal exportateur mondial de pétrole a présenté, lundi, un budget 2016 en déficit. Le troisième consécutif dans ce cas. Le ministère saoudien des Finances a précisé que les revenus projetés en 2016 devraient tomber à 513,8 milliards de rials (124,8 milliards d’euros), un plus bas depuis 2009, en chute de 14 % sur ceux de 2015 (908 milliards de rials). Il table sur un prix du baril de 26 dollars en 2016, hypothèse jugée prudente.

Le royaume saoudien, dont 90 % des recettes proviennent du pétrole, baisse ses dépenses publiques de 14 %. Deux budgets sont  préservés : le budget de l’armée (Riyad est l'un des principaux acheteurs d’armes dans le monde), en raison de la rivalité avec l’Iran, et les dépenses sociales. Riyad a dû toutefois tailler dans les subventions à la consommation d’électricité, d’eau et de carburants. 

Si l'Arabie pouvait cesser de financer la construction de mosquées à travers le monde, ce serait ça de gagné.

Lire la suite de l'article

Africanistan, l’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ?

Serge Michailof, professeur à Sciences-Po, ancien directeur de la Banque mondiale et ancien directeur des opérations de l'AFD (Agence Française de Développement), vient de publier un livre explosif sur l'Afrique, l'immigration et la terrible crise qui s'annonce et qui pourrait toucher la France en premier lieu.

Voici plusieurs extraits d'interviews que l'auteur a donnés à divers médias :

14515900"En 2050, l’Afrique au sud du Sahara aura une fois et demie la population de la Chine, mais les jeunes en âge de travailler y seront trois fois plus nombreux. Où seront les emplois ? (…) La partie de l’Afrique qui est en crise a l’inconvénient de se comporter comme un cancer, diffusant des métastases autour d’elle qui s’appellent insécurité, terrorisme, réfugiés, circulation des armes, enlèvements d’otages, piraterie, épidémies, migrations massives.
Nous commençons tout juste en Europe à percevoir les conséquences de l’implosion de la Syrie et de la Libye, des petits pays en termes de population. Quelles seraient les conséquences de l’implosion d’une zone immense, peuplée de 100 millions d’habitants aujourd’hui, 200 millions dans vingt ans, dont une bonne partie est francophone ? Quelles seraient les conséquences d’une déstabilisation de l’Afrique de l’Ouest à partir des métastases que diffuse la Libye via un Sahel en crise ?
On croit qu’en « neutralisant » les terroristes on va restaurer la sécurité. Mais le problème, c’est que les plus fragiles de ces pays, en particulier au Sahel, sont des barils de poudre (…)

On peut craindre que surgisse d’abord

Lire la suite de l'article

Vincent Lambert : Comment l’équipe médicale va-t-elle se comporter ?

Déclaration de Viviane Lambert dans Présent :

"C’est une grande victoire, inespérée encore la veille. Il y a eu une intervention mystérieuse. Que s’est-il passé ? Je l’ignore. Toujours est-il que quand le Dr Daniela Simon est arrivée, avec vingt minutes de retard, elle était au bord des larmes. Y a-t-il eu pression de la direction de l’hôpital ? Du procureur de la République ? Nous avions déposé deux plaintes supplémentaires mercredi, car certains de nos petits-enfants, dont une de 20 ans et l’autre de 6 ans qui viennent régulièrement rendre visite à leur oncle, n’avaient pas eu le droit de le voir. Ces plaintes se sont ajoutées à la plainte déjà déposée au pénal. Ou est-ce une intervention du Ciel ? Moi, j’y crois. Le Dr Simon nous a donc annoncé qu’elle ne prenait pas de décision, insinuant avec une certaine malignité que l’équipe médicale avait reçu des menaces. Quelles menaces ? lui ai-je demandé. Elle a refusé de répondre. C’est un prétexte, je pense, pour sortir la tête haute de cette histoire. Cela fait un moment – du temps du Dr Kariger déjà – qu’on nous met cela sur le dos, mais sans jamais aucune précision. L’entretien a duré dix minutes, et c’est tout. […]

S’achemine-t-on vers le transfert de Vincent dans une unité spécialisée où l’on prendra soin de lui, ce que vous demandez depuis longtemps ?

Très probablement. Cela peut demander quelques semaines ou quelques mois, mais on ne laissera pas traîner cette question car rappelons qu’actuellement Vincent ne reçoit aucun

Lire la suite de l'article

La leishmaniose va-t-elle affaiblir les combattants de l’Etat islamique ?

Les combattants de Daesh en Syrie souffriraient de leishmaniose, maladie de peau parasitaire transmise par des moucherons. La maladie est potentiellement mortelle si elle n’est pas soignée, et elle peut causer de graves dommages à des organes internes comme le foie. Elle se manifeste par des plaies ouvertes qui s’étendent alors que les parasites protozoaires « mangent » la peau.

D'après l'Express de Londres, un grand nombre de combattants de Daesh seraient atteints de leishmaniose, car ils ne peuvent – et ne veulent – pas se soigner. Ayant fait fuir tous les médecins et détruit les hôpitaux, les islamistes négligent également la collecte des ordures, ce qui permet aux moucherons de pulluler et à la maladie de s'étendre, chez les combattants, mais aussi hélas dans les camps de réfugiés. Dans le nord-est de Raqqa en Syrie, "capitale" de l'Etat islamique déjà fortement endommagée par des bombardements, 2.500 cas de leishmaniose ont été répertoriés.

La propagation de la maladie serait actuellement "hors de contrôle".

Lire la suite de l'article

La France va-t-elle renverser ses accords bilatéraux au nom du “mariage” homosexuel ?

Alors que la Cour de Cassation doit statuer demain sur la légalité d'un "mariage", conclu entre un Français et un Marocain, 78 juristes, professeurs d'université, avocats, et notaires appellent, dans Figaro Vox, la France à respecter la convention bilétérale qu'elle a signée avec le Maroc, qui ne reconnaît pas le mariage inverti. C'est la parole de la France qui est en jeu :

"Doit-on considérer que la [loi autorisant le "mariage" entre homosexuels] a acquis une valeur telle en France qu'elle peut renverser tous les accords conclus avec des Etats étrangers ?

Le principe est que l'Etat est loyalement soumis aux conventions qu'il a conclues – sauf à les dénoncer – une convention internationale étant supérieure à la loi dans la hiérarchie des normes en vertu de notre Constitution.

Une solution jurisprudentielle permet cependant de renverser l'ordre hiérarchique: c'est «l'ordre public international». Si une loi d'un pays étranger est contraire à nos «valeurs essentielles», peu importe les accords que la France peut avoir avec ce pays, l'Etat français doit avant tout veiller au respect de notre ordre impératif, pour le grand bien des citoyens dont il a la charge, et ne pas faire application de cette loi étrangère. […]

Or, qu'en est-il du «mariage entre personnes de même sexe»: conception hier inconcevable et prohibée, jusqu'ici contraire à l'ordre public international français, si récente et si contestée, devrait-elle aujourd'hui constituer, comme par enchantement, un principe tel qu'il faudrait l'imposer en dépit de nos engagements internationaux?

[…] Si deux conceptions se

Lire la suite de l'article