Archives par étiquette : vague

“L’État islamique complote pour déclencher une vague de migration massive en Europe”

220px-GovernorBeasleyPendant que certains appellent à l'aide pour s'occuper des immigrés toujours plus nombreux, le responsable du Programme Alimentaire mondial (WFP, ou PAM) des Nations unies, David Beasley, affirme que les anciens chefs de l'État islamique qui sont parvenus à fuir la Syrie conspirent pour déclencher une nouvelle vague de migration à destination de l'Europe.

Selon Beasley, ces anciens gradés de l'État islamique cherchent à s'associer avec d'autres groupes comme Boko Haram et Al Qaïda pour s'infiltrer dans les territoires des pays du Sahel et y déclencher une nouvelle vague de migration en exploitant le manque de nourriture.

"Mon commentaire à l'attention des Européens, c’est que si vous croyiez que vous aviez un problème avec une nation de 20 millions d'habitants comme la Syrie en raison de la déstabilisation et des conflits liés à la migration, attendez de voir ce qui se passera quand la région du Grand Sahel, avec ses 500 millions d'habitants, sera encore plus déstabilisée. C'est maintenant que la communauté européenne et la communauté internationale doivent se réveiller".

Commentaires (3)

"C'est maintenant que la communauté européenne et la communauté internationale doivent se réveiller" : c'est trop tard !
Depuis 50 ans déjà, Enoch Powell, Jean-Marie Le Pen, Jean Raspail et tant d'autres ont lancé des cris d'alarme et ont été voués à la haine et au mépris public !

Rédigé par : mld | 27 avr 2018 18:37:17
____________________________________

"L'État islamique complote" ou bien les Etats-Unis ?

Rédigé par : az | 27 avr 2018 18:49:49
____________________________________

Lire la suite de l'article

Conférence: la « vague populiste » en Europe centrale

Logo

L’INSTITUT DE LA DÉMOCRATIE ET DE LA COOPÉRATION 

vous invite à sa conférence de fin d’année sur

La « vague populiste » en Europe centrale 

(Allemagne, Autriche, République tchèque).

Interviendront:

  • Professeur Peter Bachmaier, président de l’Association Autriche-Biélorussie, Vienne
  • Pierre Lévy, rédacteur en chef de « Ruptures »

mardi 19 décembre 2017, à 18h30 au 63bis rue de Varenne, Paris 7e 

La conférence sera présidée par Natalia NAROTCHNITSKAÏA, présidente de l’IDC. 

Inscriptions:  idc@idc-europe.org / 01 40 62 91 00

Lire la suite de l'article

La vague Macron fait penser à la vague De Gaulle en 1958

D'un lecteur de Présent à propos de la vague Macron :

"Elle me fait penser à la vague De Gaulle de 1958 : les braves gens ne savent plus à quel saint se vouer, ils suivent donc le premier joueur de flûte ou de clairon… Ce ne sont pas les nantis qui votent pour lui en masse. Ou c’est peut-être vrai en partie à Paris, mais pas du tout en province. Dans le Centre-Bretagne, ce sont les gens du peuple (ils ne sont pas tous FN) qui ont voté pour Richard Ferrand (les nantis avaient leur candidate, la mairesse de Châteaulin). Ailleurs en Bretagne, on voit bien derrière Macron les masses dites autrefois cléricales, les innombrables retraitées des congrégations religieuses, etc. On dira : c’est illogique s’ils sont chrétiens de voter pour ceux qui ont des positions opposées ; oui, mais les gens ne votent pas après des analyses rationnelles, ils votent sur des sentiments de peur, d’espoir, de confiance, de méfiance…"

Lire la suite de l'article

« La vague islamiste de persécution des chrétiens ne s’arrêtera pas à l’Orient ! »

Dans son livre Le Martyre des chrétiens d’Orient, Frédéric Pons explique que leur persécution a commencé bien avant que l’Occident n’ouvre les yeux. Les témoins qu’il a rencontrés en Irak et en Syrie nous mettent vivement en garde contre la guerre que les islamistes ont lancée contre l’Europe, utilisant à leur profit l’effondrement des valeurs et les lois de notre démocratie. 


Frédéric Pons : "La vague islamiste de… par bvoltaire

Lire la suite de l'article

Menace d’arrivée d’une nouvelle vague de djihadistes depuis la Syrie

Unknown-38Alors que nos gouvernants inconscients veulent accueillir les "migrants", le directeur d’Europol, Rob Wainwright, a déclaré au journal The Standard, vendredi, que le continent européen et le Royaume-Uni sont sous la menace de l’arrivée d’une nouvelle vague de djihadistes depuis la Syrie alors que l’Etat islamique vient de prendre la « décision stratégique » d’envoyer de nombreux « combattants » vers l’Europe. Il assure que les guerriers d’Allah utilisent de plus en plus souvent des documents falsifiés pour leur permettre de pénétrer dans l’Union européenne, des passeports syriens notamment.

La décision de l’Etat islamique fait suite, selon lui, aux défaites essuyées sur le terrain en Syrie. Rob Wainwright a ajouté qu’un nombre modeste mais croissant de ces combattants se font passer pour des réfugiés pour pénétrer sur le sol européen. 

Selon le directeur d’Interpol, il existe des éléments qui laissent penser que des extrémistes tentent de radicaliser des migrants dans les points d’accueil des réfugiés en Grèce et dans les Balkans. Le journal italien La Stampa vient ainsi de révéler que de faux passeports fabriqués à l’intention de militants de l’État islamique ont été mis au jour dans des camps de réfugiés en Grèce.

Lire la suite de l'article

Vague d’inspections surprises dans les écoles libres

Depuis la semaine dernière, une vague d'inspections surprises ont eu lieu dans plusieurs écoles libres de diverses régions de France. Alors que l'usage est de prévenir quelques jours à l'avance, ces inspecteurs sont arrivés sans prévenir. 

Est-ce la suite de la déclaration du ministre, début avril, envisageant de modifier le système d’ouverture des établissements scolaires hors contrat pour passer d’un régime de déclaration à un régime d’autorisation préalable ? Certains députés de droite avaient même rejoint le ministre dans ce projet.

Lire la suite de l'article

Sens Commun ne veut pas faire de vague au sein de LR

Sens-communC'est en substance les explications que Jérôme Duchesne, responsable Sens Commun en Loire-Atlantique, a livrées à Breizh Info à propos du vote des élus de Sens Commun au conseil régional des Pays-de-Loire en faveur des subventions liées aux lobbys LGBT et au planning familial :

Breizh Info : Changeons maintenant de sujet. Le vote récent par Sens Commun, avec l’ensemble du groupe UMP/LR, des politiques sociales de l’ancienne majorité de gauche, y compris le pass contraception et les subventions au lobby gay, a créé une intense polémique. Pourquoi vos élus – qui constituent tout de même le plus important groupe Sens Commun au niveau d’une majorité régionale en France – n’ont pas fait valoir leurs convictions publiquement ?

Jérôme Duchesne : ils n’étaient pas présents dans l’hémicycle, même si comme le vote se fait par groupe, ça ne change rien.

Justement, pourquoi ne se sont-ils pas opposés publiquement et n’ont pas défendu leurs convictions et celles de Sens Commun ?

Nous n’étions qu’à trois mois des élections régionales au vote du budget [en fait près de cinq, NDLR]; trois mois pour travailler sur tous les sujets, ça fait court. En plus on n’a pas nécessairement la main sur tous les sujets, la culture, c’est Laurence Garnier par exemple, etc. Par ailleurs, on a défini une stratégie sur ce vote, on n’est pas d’accord, mais on ne fait pas de vagues. Dans un an en revanche, nous aurons des choix et des solutions.

Vous voulez dire qu’en cinq mois, vous n’avez pas remarqué que la région

Lire la suite de l'article

Après l’Allemagne, la Suède, où la police a caché une vague d’agressions sexuelles

La police suédoise a reconnu lundi avoir gardé pour elle les informations sur une quinzaine d'agressions sexuelles à un festival de musique qui avaient conduit à l'arrestation de près de 100 hommes, principalement des étrangers. Ces révélations ont été faites après le tollé soulevé par la lenteur avec laquelle la police de Cologne a rendu publique l'ampleur des violences commises dans la nuit du nouvel an. Dans le cas suédois, les agressions ont été commises pendant les éditions 2014 et 2015 de We Are Sthlm, festival qui se déroule à Stockholm en août et se présente comme le plus grand d'Europe pour les adolescents.

Aucune condamnation n'a été prononcée depuis. Le quotidien Dagens Nyheter, qui a le premier informé du scandale, a affirmé que les agresseurs présumés étaient en majorité des demandeurs d'asile mineurs non accompagnés.

Lire la suite de l'article

Nuance entre l’hérésie et un enseignement de la foi exprimé de façon malheureuse, trompeuse ou vague

Le Préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi a été interrogé dans Die Zeit. La journaliste l'a interrogé sur ces catholiques qui attaquent le pape en le qualifiant d'"hérétique", le cardinal a répondu (traduction Benoît et moi) : 

"Non seulement par mon office, mais par conviction personnelle je dois le contester. Hérétique, selon la définition théologique, c'est un catholique qui refuse obstinément une vérité révélée et présentée par l'Eglise. Une chose totalement différente, c'est quand un enseignement de la foi officiellement présenté est exprimé de façon peut-être malheureuse, trompeuse ou vague. Le magistère du Pape et des évêques n'est pas supérieur à la parole de Dieu, mais la sert. Ceci est également sanctionné par la constitution dogmatique du Concile Vatican II sur la révélation divine".

Lire la suite de l'article

En restant dans le flou, François Hollande reste prisonnier du vague

Extrait d'un long entretien donné par le colonel Michel Goya à Atlantico :

Goya-2"(…) On ne fait pas la guerre à une idéologie, ni au terrorisme. Pour la simple raison que le terrorisme est un mode d’action. De même qu’on ne fait pas la guerre au fanatisme, qui est un caractère. En revanche, on peut faire la guerre à des entités politiques. Or, on a du mal aujourd’hui à la nommer, cette entité. Comme si l’on ne pouvait se résoudre à désigner clairement l’Etat islamique comme notre adversaire.

D’abord par crainte d’accorder trop d’importance à nos ennemis en leur conférant un statut d’égal. Mais aussi, ce qui peut paraître à première vue louable, par souci de ménager la sensibilité de nos propres ressortissants musulmans ou la susceptibilité de nos clients du Proche et du Moyen-Orient. 

Mais en reprenant ainsi la vieille phraséologie de George W. Bush,  en refusant de nommer notre ennemi, on tombe toujours dans la même ornière. En restant dans le flou, on reste prisonnier du vague (…)

Et en réalité, on ne fait pas la guerre au terrorisme, ou au fanatisme. On fait la guerre à l’Etat islamique, comme on fait déjà la guerre à Al-Qaïda (Aqmi plus précisément),  comme on a fait la guerre à Al-Mourabitoune au Sahel, ou à Al-Qaïda en Péninsule Arabique, au Yémen (…)

Il faut bien comprendre qu’il y a deux types d’emploi de la force, la guerre ou la police. La guerre connaît une fin qui est généralement la négociation.

Lire la suite de l'article

Mgr Aillet : éviter de se laisser submerger par une vague d’émotion

Extrait du communiqué de Monseigneur Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, sur la crise migratoire :

A"[…] Grâce à l’annonce faite par le gouvernement français, il y a un peu plus d’un an, d’ouvrir toutes grandes les portes de notre pays à ces chrétiens et autres minorités religieuses, expulsés par l’Etat Islamique de leurs villes de Mossoul et de la plaine de Ninive, sous menace de conversion à l’Islam ou de mort, ils se sont conformés aux règles administratives en vigueur en déposant leurs demandes de visa auprès des consulats de France. Force est de constater que les visas sont délivrés par Paris au compte-gouttes et qu’il s’agit, pour les plus chanceux d’entre eux, d’un parcours du combattant des plus éprouvants. Comme j’ai pu le constater en visitant ces réfugiés à Erbil, en octobre dernier, les moyens en personnels mis à la disposition des Consulats pour traiter ces dossiers manquent souvent cruellement, malgré la très bonne volonté des consuls et de leurs collaborateurs. Beaucoup de ceux qui répondent aux critères retenus – déplacement de Mossoul et de la plaine de Ninive l’an dernier et attestation d’une famille d’accueil en France – se découragent et prennent le chemin de l’exil vers le Liban, la Jordanie ou la Turquie… Aussi, qu’en est-il aujourd’hui du généreux effet d’annonce qui avait suscité tant d’espoir ?

Tout en partageant la compassion causée par ces files de migrants jetées sur les mers et les routes, on ne peut s’empêcher de comparer le

Lire la suite de l'article