Archives par étiquette : tuteur

Le tuteur de Charlie Gard est une militante pro euthanasie

Nouveau rebondissement :

Unknown-9"On se souvient que les juridictions britanniques et européennes ont récemment donné raison à un hôpital qui voulait, contre la volonté de ses parents, "débrancher" Charlie Gard, un enfant de 11 mois atteint d'une maladie grave.

Un tuteur avait été nommé par les juridictions pour contourner le refus des parents et représenter l'enfant en justice. Ce tuteur était censé être un professionnel impartial, garant de l’intérêt de l’enfant. Il avait – au nom de l'enfant – donné son accord à l'arrêt de la respiration artificielle et à sa mort.

Or les médias britanniques révèlent ce jour que ce tuteur, l’avocate Victoria Butler-Cole, est membre du conseil d’administration de l'organisation "Compassion In Dying", issue de la "Voluntary Euthanasia Society" qui fait campagne pour la légalisation de l’euthanasie au Royaume Uni. Me Butler-Cole s’était déjà illustrée en défendant une femme qui demandait qu'on laisse mourir son mari, par déshydratation et sédation.

Cette révélation est grave et remet en cause la procédure. Elle intervient quelques jours après qu'une dizaine de scientifiques a écrit à l'hôpital pour témoigner, en soutien aux parents, de la possibilité de tenter un traitement expérimental offrant, environ, 10% de chances de guérison à l'enfant."

De tuteur à tueur…

Lire la suite de l'article

Affaire Lambert : Le tuteur n’a pas le pouvoir de réclamer la mort

Suite à la nomination de Rachel Lambert comme tutrice de Vincent, alors qu'elle souhaite sa mort, Samuel Martin a interrogé pour Présent, Me Jérôme Triomphe, l'avocat des parents :

"Cette nomination est incompréhensible et ubuesque. Le CHU souhaitait un interlocuteur neutre. Le procureur demandait un tuteur extérieur, ainsi que nous-mêmes. La décision du juge des tutelles de Reims a surpris tout le monde, à commencer par Rachel Lambert elle-même, comme me l’a confirmé un journaliste.

[…] je ne crois pas qu’on puisse parler d’acharnement judiciaire avec cette décision du juge des tutelles. Je crois au contraire qu’il s’agit d’une décision totalement isolée d’un juge unique que personne ne comprend. C’est la raison pour laquelle nous avons immédiatement interjeté appel, appel qui est suspensif. Je ne vois pas la cour d’appel confirmer une telle décision. […]

Il faut souligner deux points majeurs de cette décision. D’abord, le juge est d’un parti pris saisissant en faveur de Rachel et à l’encontre des parents. Elle prétend que Rachel est une épouse admirable qui s’est toujours occupée de son mari sans tenir aucun compte des éléments que nous avons apportés qui démontraient le contraire. En réalité, en cas de conflit majeur entre membres de la famille sur la prise en charge du majeur à protéger, la loi, comme le bon sens, exige un tuteur extérieur. Ensuite et surtout, après avoir nommé Rachel tutrice, le juge des tutelles nomme l’UDAF (union départementale des associations familiales) subrogé tuteur, avec pour mission toute particulière de remplacer

Lire la suite de l'article

Le seul pouvoir du tuteur sera de décider du transfert de Vincent Lambert

Communiqué des avocats de Vincent Lambert, Maîtres Paillot et Triomphe :

La procédure collégiale est terminée.

La seule question reste celle du transfert.

Ce 23 juillet 2015 restera une date importante dans ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire Vincent LAMBERT.

Le 15 juillet 2015, le Dr Daniela SIMON avait annoncé à une partie de la famille le sens de sa décision qui ne faisait plus aucun doute. Nous, avocats, avions terminé à 14 h une requête en référé-liberté et étions prêts à saisir le tribunal.

Mais c’est une heureuse décision qui a été notifiée : le CHU renonce à la procédure collégiale et demande au Procureur qu’un tuteur soit nommé.

Or le seul pouvoir concret du tuteur sera de décider du transfert de Vincent LAMBERT comme nous le réclamons depuis 2 ans. C’est ainsi que le ministre de la Santé Marisol TOURAINE a déclaré dans un communiqué que les conditions de sérénité n’étaient pas réunies pour prendre une décision d’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation de Vincent LAMBERT.

Vincent LAMBERT ne peut donc pas davantage rester au CHU de REIMS.

C’est une évidence que nous plaidons depuis 2 ans, depuis que la justice a annulé la 1ère décision de provoquer la mort de Vincent LAMBERT le 11 mai 2013. A cette époque, c’est délibérément que l’équipe médicale, dont faisaient déjà partie les Dr Daniela SIMON et Ana OPORTUS, avait décidé de ne pas informer les parents de la mort programmée de leur fils. Depuis le 11 mai

Lire la suite de l'article