Archives par étiquette : Trump

Jérusalem, la folle décision de Trump

Analyse d'Antoine de Lacoste pour les lecteurs du Salon Beige :

J"Trump n'en rate pas une pour embraser l'Orient. Il a d'abord remis en cause l'accord nucléaire avec l'Iran, accusant, contre tout bon sens, celui-ci de terrorisme. Il a ensuite donné blanc-seing à l'Arabie Saoudite pour ses initiatives calamiteuses au Yémen avec, à la clé, une guerre sans issue. Puis il laisse ses troupes occuper la Syrie en toute illégalité et sans savoir quoi en faire.

Il s'attaque maintenant au symbole des symboles : Jérusalem.

En annonçant que les Etats-Unis transféreront leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem, Trump fait ce qu'aucun de ses prédécesseurs n'avaient osé, même George Bush junior, pourtant peu avare de ce genre de décisions catastrophiques.

Il conforte ainsi Israël dans sa politique qui viole constamment le droit international, en particulier par sa colonisation brutale de terres palestiniennes. Elle se traduit par des expropriations répétées, des vols en fait (lisez à ce sujet l'émouvant petit livre de Vera Baboun, le maire chrétien de Bethléem : « Ma ville emmurée »).

Mais Trump n'en a cure car il fait cela pour de strictes raisons de politique intérieure.

Il faut savoir que le Congrès américain a voté en 1995 le Jerusalem Embassy Act, qui prévoyait ce transfert. Mais une clause disposait que le Président des Etats-Unis pouvait repousser de six mois en six mois l'application de cette loi en fonction de la situation géopolitique locale.

Pendant sa campagne électorale, Trump, pour conforter son électorat de la droite évangélique protestante, s'était

Lire la suite de l'article

Donald Trump reconnaît Jérusalem comme la capitale d’Israël

Unknown-47Intéressant commentaire d'Yves Daoudal, au milieu de l'hystérie médiatique :

"A ce propos, les journalistes s’attendaient à une explosion de violence après la prière du vendredi, et il ne s’est presque rien passé (par rapport à ce qu'on attendait). Cela veut dire que les imams ont appelé à la modération et non au jihad et à l’intifada. Ce n’est évidemment pas étranger au fait que l’Arabie saoudite n’a condamné l’initiative de Trump que du bout des lèvres. Il est de notoriété publique que l’Arabie saoudite noue une alliance avec Israël contre l’expansionnisme iranien (Irak, Syrie, Liban), au point que le prince héritier a pu suggérer que la capitale de la Palestine soit Abu Dis et non Jérusalem sans que cela provoque un tollé. (Abu Dis est une petite ville qui jouxte Jérusalem… derrière le mur.)"

Lire la suite de l'article

Donald Trump : la naissance de Jésus-Christ a changé pour toujours le cours de l’histoire humaine

Hier soir avait lieu la traditionnelle cérémonie d’allumage du grand sapin de Noël devant la Maison Blanche. Le discours de Donald Trump a donné lieu à un hallucinant torrent de haine. Jugez vous-mêmes :

3995377599"Depuis les premiers jours de notre nation, les Américains connaissent Noël comme un temps de prière et d’adoration, de gratitude et de bonne volonté, de paix et de renouveau. Melania et moi-même sommes pleins de joie au début de cette très sainte période. Nous sommes ravis de penser à ces gens à travers la nation et à travers les continents, dont les esprits s’élèvent par le miracle de Noël.

Pour les chrétiens c’est une période sacrée, la célébration de la naissance de Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. L’histoire de Noël commence il y a 2.000 ans avec une mère, un père, leur bébé, et le plus extraordinaire cadeau de tous – le don de l’amour de Dieu pour toute l’humanité.

Quelle que soit notre croyance nous savons que la naissance de Jésus-Christ et l’histoire de son incroyable vie a changé pour toujours le cours de l’histoire humaine. Il n’y a guère d’aspects de notre vie aujourd’hui que Sa vie n’a pas touchés – art, musique, culture, droit, et notre respect pour la dignité sacrée de toute personne, partout dans le monde.

Chaque année au temps de Noël nous reconnaissons que le véritable esprit de Noël n’est pas dans ce que nous avons. Il s’agit de ce que nous sommes. Chacun de nous est un

Lire la suite de l'article

Donald Trump veut sa cérémonie des Bobards d’or

16114937_374320979596439_7343755274990069059_n-1-640x480Lors de la dernière cérémonie des Bobards d'or à Paris, un membre de Breitbart était dans l'assistance. La cérémonie a du lui plaire car, dans un article, Breitbart annonce que Donald Trump veut créer sur le même modèle une "Fake news award", propos confirmé par le président dans un tweet :

Lire la suite de l'article

Donald Trump a déjà nommé 59 juges fédéraux, très ancrés à droite

UnknownSelon Libération, Donald Trump est en train de transformer le système judiciaire des Etats-Unis en nommant des dizaines de juges très ancrés à droite. Cette transformation pourrait avoir des conséquences pendant des dizaines d’années. Carl Tobias, professeur de droit à l’université de Richmond, explique :

«La vitesse à laquelle Trump nomme des juges est peut-être l’aspect le plus réussi de sa présidence. En nombre de nominés, Trump a largement surpassé Obama, Bush et Clinton.» «Aucun élu républicain n’a voté contre un juge nommé par Trump, ni en commission ni en séance plénière»

Depuis le 20 janvier, il a nommé 59 juges fédéraux, dont une immense majorité pour des postes à vie. Au même stade de leur mandat, Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton en avaient respectivement nommé 22, 52 et 30. Si Trump a pu procéder à autant de nominations, c’est grâce au nombre inhabituellement élevé de postes vacants : près de 110 au moment de sa prise de fonction, en raison de l’obstructionnisme des Républicains, qui ont refusé d’entériner au Sénat les juges nommés par Obama dans les dernières années de sa présidence.

La nomination la plus notable reste celle du conservateur Neil Gorsuch, confirmé début avril comme neuvième juge à la Cour suprême. Au-delà de ce poste emblématique, les nominations de juges fédéraux par dizaines offrent encore davantage à Trump la possibilité d’imprimer durablement sa marque sur le système judiciaire. Parmi les nommés, on compte :

  • John Bush, 52 ans, confirmé en juillet par le Sénat, qui a comparé l’avortement à

Lire la suite de l'article

Donald Trump nommerait une pro-vie comme ambassadrice sur les droits des femmes

Le président américain s'apprête à nommer Penny Young Nance comme ambassadrice itinérante sur les questions des droits des femmes dans le monde. Présidente de l'organisation Concerned Women for America ("Femmes inquiètes pour l'Amérique"), une organisation pro-vie. Le site de cette organisation montre en grand un embryon à protéger :

Capture d’écran 2017-11-09 à 22.25.41

Unknown-43En 2013, Penny Nance écrivait dans le Christian Post :

"L'avortement est le combat des droits de l'homme fondamental de notre époque. Pour la génération de nos grands-parents, la Shoah était l'atrocité la plus terrible commise contre l'humanité. Près d'un million et demi d'enfants juifs ont été tués dans le génocide nazi. Ce qui est honteux, c'est que depuis longtemps, l'Amérique a surpassé ce nombre de petites vies perdues à cause d'un cruel génocide."

Dans une tribune publiée en 2015 sur le site de l'alt-right Breitbart News, elle affirmait que les militants LGBT

"travaillaient infatigablement pour infiltrer les écoles et influencer les enfants de tout le pays. La plupart des parents ne veulent l'entendre, mais c'est la réalité. Les activistes gays vous contournent pour avoir vos enfants, et les écoles sont complices."

La Maison Blanche n'a pas encore confirmé l'information selon laquelle Penny Nance sera bientôt ambassadrice pour les droits des femmes dans le monde.

Lire la suite de l'article

Terrorisme : Donald trump veut restreindre l’immigration

Le président des États-Unis ne s’embarrasse pas du politique correct qui nous ronge en Europe :

0""Je viens juste d’ordonner à la Sécurité intérieure de renforcer notre programme de vérification déjà extrême. Etre politiquement correct, c’est bien mais pas pour ça !". Donald Trump a posté ce tweet, ce mercredi matin à 2h26 (heure française), peu après l’attentat islamiste à New-York, près du site du World Trade Center. Sayfullo Saipov, un jeune Ousbek, au volant d’une camionnette, a tué huit personnes et en a blessé 11 avant d’être blessé lui-même par la police. Des témoins l’ont entendu crier Allah Akbar. Le tueur était arrivé aux Etats-Unis en 2010. Il bénéficiait d’une carte verte. Il était chauffeur chez Uber. Autre tweet du président américain : "Nous ne devons pas permettre à l’Etat islamique de revenir ou d’entrer dans notre pays après l’avoir vaincu au Moyen-Orient et ailleurs. Assez !". En France, c’est une politique inverse qui est suivie par Emmanuel Macron. En ressort une grande naïveté, qui ne peut qu’inquiéter. En dépit des attentats islamistes qui frappent le pays – Laura et Mauranne, assassinées à Marseille, étant les dernières victimes – l’état d’urgence a été levé ce 1 er novembre. Le dispositif arrêté par la nouvelle loi sur la sécurité intérieure, publiée mardi, maintient certaines protections. Elles resteront néanmoins en deçà de celles que permettait l’état d’urgence. Il était en en vigueur depuis les attentats de novembre 2015. Lors de son discours à la Sorbonne, fin septembre,

Lire la suite de l'article

Donald Trump continue à détricoter l’ObamaCare

D'Yves Daoudal :

Unknown-3"Puisque les députés et sénateurs n’ont toujours pas réussi à se mettre d’accord sur la façon d’abolir l’Obamacare, Donald Trump continue de défaire peu à peu le système quand la voie réglementaire le permet. Ainsi il a signé hier un décret par lequel il demande aux organismes fédéraux de « favoriser la concurrence, élargir les possibilités de choix et améliorer l'accès à des options – en matière de soins de santé – moins onéreuses et de meilleure qualité ». Bref de favoriser la constitution d’associations de personnes et de petites entreprises qui puissent fournir une couverture santé libre et moins onéreuse en contournant les règles de l’Obamacare. Ce qui concerne aussi les compagnies d’assurance voudront sortir du carcan.

« Aujourd’hui, ce n’est qu’un début », a dit Trump – qui était tellement content de lui qu’il allait quitter le bureau ovale sans signer le texte…

Quelques heures plus tard, dans un communiqué, la Maison blanche faisait savoir que Donald Trump allait supprimer les subventions allouées aux assureurs pour couvrir une partie des frais médicaux des personnes à faible revenu.

Sans ces subventions, les primes d’assurance devraient augmenter de 20%, et avec la concurrence des assurances qui devraient naître après le décret, le marché des assurances mis en place dans le cadre de l’Obamacare risque de s’écrouler, disent les spécialistes. Ce qui est évidemment le but recherché.

Et la date de ces deux décisions n’est pas due au hasard. La période de recrutement annuel des compagnies d’assurance sur le marché en

Lire la suite de l'article

Donald Trump : arrêtons les attaques contre les valeurs chrétiennes

Le président américain Donald Trump a vanté vendredi son gouvernement pour avoir mis fin aux attaques contre les valeurs judéo-chrétiennes. Lors d'une conférence avec des conservateurs, il a déclaré :

"Arrêtons les attaques contre les valeurs judéo-chrétiennes".

Puis il a fustigé ceux qui ne disent pas "Joyeux Noël".

"Ils n'utilisent pas le mot Noël parce que ce n'est pas politiquement correct".

"Vous allez dans un grand magasin. Quand avez-vous vu" Joyeux Noël "pour la dernière fois ? Vous ne le voyez plus."

"L'Amérique est un pays de croyants, et ensemble nous sommes fortifiés par le pouvoir de la prière…"

Lire la suite de l'article

Les évêques américains félicitent le gouvernement Trump

Lu dans Christianophobie hebdo :

Unknown-5"La décision prise ce jour [6 octobre] d’étendre le champ d’application de la dérogation au dé­cret du ministère de la Santé [HHS Mandate, janvier 2012], est « un retour au bon sens, à une pratique fédérale de longue date et à la co­existence pacifique entre l’Église et l’État », selon la Conférence des évêques catholiques des États­Unis [USCCB].

Le cardinal Daniel N. DiNardo, archevêque de Galveston­-Hou­ston et président de l’USCCB, et l’archevêque William M. Lori de Baltimore, président de la commis­sion ad hoc pour la liberté religieuse de l’USCCB, saluent l’annonce faite par le gouvernement Trump d’accorder une large dérogation religieuse et morale aux disposi­tions du décret qui exigent le rem­boursement de la stérilisation, de la contraception et des médicaments ou dispositifs susceptibles de pro­voquer des avortements, dans la couverture de l’assurance maladie. Le Cardinal DiNardo et l’archevêque Lori ont présenté, en réponse, la déclaration conjointe suivante :

«La décision du gouvernement d’accorder une large déroga­tion religieuse et morale au HHS Mandate, constitue la reconnais­sance que l’éventail complet des organisations confessionnelles et poursuivant une mission, et aussi les personnes qui les dirigent, ont des croyances religieuses et morales profondes que la loi doit respecter. Une telle dérogation n’est pas une nouveauté, mais elle est plutôt un retour au bon sens, à une pratique fédérale de longue date et à la coexistence pacifique entre l’Église et l’État. Elle corrige une défail­lance anormale de la réglementation fédérale qui n’aurait jamais dû se produire et qui ne

Lire la suite de l'article

Les démocrates remettent en cause les mesures adoptées par Donald Trump en faveur de la vie

Lu sur C-Fam :

"La semaine dernière, une commission sénatoriale américaine a adopté un amendement qui consiste à annuler toutes les mesures relatives à l’aide aux pays étrangers que le président Trump a prises pour protéger le droit à la vie. Les partisans de l’avortement affirment qu’il s’agit d’une sévère critique bipartite du président, mais il semble bien que l’objectif principal de cette démarche soit de donner du grain à moudre à la base du parti démocrate, car cette mesure n’a aucune chance d’être maintenue.

Le projet de loi sur les activités du département d’État et les autres activités à l’étranger en 2018, tel qu’il a été adopté par la commission des finances du Sénat, contient un amendement hostile du sénateur Jeanne Shaheen (élue démocrate pour le New Hampshire) qui annule l’interdiction de financer l’avortement à l’étranger, augmente les fonds alloués à la plannification familiale et rétablit le financement en faveur du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), dont le bilan est controversé. L’amendement déposé par Mme Shaheen a été adopté de justesse (par 16 voix contre 15) grâce au soutien de deux sénateurs républicains, Susan Collins (Maine) et Lisa Murkowski (Alaska). Joe Manchin, sénateur démocrate de Virginie-Occidentale qui défend le droit à la vie, a voté contre. Le projet de loi en question porte sur le financement de la diplomatie à l’étranger,  de l’assistance humanitaire et de l’aide médicale internationale.

Au mois de janvier, le président Trump a rétabli la politique de Mexico

Lire la suite de l'article