Archives par étiquette : toutes

Union à droite : chacun doit prendre ses responsabilités et rejeter toutes querelles d’égos

Tribune de Nicolas Pécari, étudiant favorable à une « union des droites », dans L'Incorrect :

Unknown-25"Au regard de la situation préoccupante de la France et alors que la plupart de nos compatriotes de droite sont écartelés entre les Républicains et le Front National inaudibles depuis les échecs répétés des années passées, il parait maintenant nécessaire de redonner au Français qui aiment leur pays la possibilité de se voir à nouveau représentés dans leurs valeurs et dans leurs convictions. C’est devant les échecs des partis existants et devant l’urgence de la situation qu’il est aujourd’hui fondamental de lancer cet appel au rassemblement de notre courant de pensée.

Aujourd’hui la plupart de nos compatriotes, sont désabusés et rejettent ce système, cette classe politicarde déracinée et corrompue. Notre pays est ouvert aux quatre vents et beaucoup viennent profiter de notre modèle social, souvent abusivement. Cette vague migratoire ne conduit pas hélas qu’à notre appauvrissement économique, elle détruit notre identité, notre cohésion nationale, ce qui a fait la France.

La crise est aussi sociale : combien de million de français vivent dans la précarité ou sont au chômage ? Combien de familles ou même de territoires entiers déclassés ? Cela n’a que trop duré ! La crise n’est pas que migratoire et sociale, elle est aussi institutionnelle : nos compatriotes ne croient plus au jeu démocratique, ils ne font plus confiance à leurs représentants, ils n’espèrent plus en l’avenir de leur pays. L’appel d’Angers n’est rien d’autre qu’un appel au rassemblement des sensibilités de droite qui aura pour vocation de

Lire la suite de l'article

Etats-Généraux de la bioéthique : Partout en France, toutes les réunions montrent une volonté massive de justice pour l’enfant

Capture d’écran 2018-04-04 à 11.49.36Partout en France, du plus petit village à la plus grande ville, toutes les réunions, depuis le début des Etats-Généraux, montrent une volonté massive de justice pour l'enfant, de respect de son intérêt supérieur et de la famille. 

La Manif Pour Tous a constaté partout en France, des plus petites aux plus grandes villes, et dès les toutes 1eres réunions : 

  • Une forte participation aux « débats-citoyens » malgré les dysfonctionnements constatés dans l’organisation
  • Un thème omniprésent : le débat sur la procréation (PMA sans père et GPA) qui occupe plus de la moitié des réunions publiques
  • Forte expression de l’attachement citoyen aux droits des enfants d’avoir un père et une mère
  • Affirmation claire et largement partagée du rôle irremplaçable du père et de l’injustice pour l’enfant d’être sciemment privé d’amour paternel
  • Outre les droits de l’enfant, des motifs d’opposition à la PMA sans père et à la GPA très divers sont développés par les participants 

Conclusion : on est à l’opposée de ce qu’annonçaient les partisans de la PMA sans père qui affirmaient que ce n’était même plus un sujet pour les Français.  

Si un consensus tend à se dégager, c’est en fait en faveur de la prise en compte et du respect des besoins et droits de l’enfant : le rôle de l’Etat est de garantir aux enfants nés par PMA le droit d’avoir un père et une mère. Très favorable à l’idée que les Français puissent réfléchir « au monde que nous voulons pour demain [1] » et

Lire la suite de l'article

“Les gens qui sont favorables à l’ouverture absolue de toutes les frontières se pensent de gauche mais ils sont selon moi des antidémocrates radicaux.”

Extraits d'un entretien d'Emmanuel Todd, historien et démographe, dans Le Figarovox :

Image-3

Image-2

Lire la suite de l'article

Ces loges maçonniques toutes puissantes en Grande-Bretagne

A découvrir ici, ce secret de Polichinelle : 

"Deux loges maçonniques opèrent secrètement au sein du parlement britannique, l'une réservée aux parlementaires et l'autre aux membres de la presse politique connue sous le nom de lobby, écrit The Guardian.

Il y a également une troisième loge, baptisée Alfred Robbins Lodge, qui a été créée elle aussi pour les journalistes qui se réunissent régulièrement à Londres, affirme le quotidien. Bien que l'identité de leurs membres ne soient pas connue du grand public, certains journalistes qui n'en font pas partie sont de toute évidence conscient de leur existence, indique le journal.

The Guardian affirme que la première loge, connue sous le nom de The New Welcome Lodge, réunit d'une trentaine à une quarantaine de membres, dont quatre seraient des députés. Cependant, aucun lord ne figurerait parmi ses membres.

 

Selon David Staples, directeur général de la Grande Loge Unie d'Angleterre (UGLE), il n'y a aucune contradiction entre la pratique du journalisme et l'appartenance à la franc-maçonnerie".

Commentaires (1)

mais bien sur que non aucune contradiction puisque la FM Dirige les journalistes sans qu'ils s'en aperçoivent bien souvent. Il suffit d'entendre les commentaires des pneus-neus qui servent de journalistes à la télé, combien contre l'avortement , l'euthanasie, la PMA et laGPA?

Rédigé par : gaudete | 7 fév 2018 16:16:42
____________________________________

Lire la suite de l'article

Au nom de la liberté de la presse, nous devrions supprimer toutes les aides directes et indirectes dont bénéficie la presse

Le député Emmanuelle Ménard, fondatrice de Boulevard Voltaire, s'étonne de la dernière idée d'Emmanuel Macron de faire une loi contre les fausses nouvelles :

Unknown-4"S’il est un terrain scabreux pour un homme politique, où il n’y a que des coups à prendre, c’est bien celui de la qualité de l’information. Qu’Emmanuel Macron – qui s’est montré plutôt habile jusqu’ici – se lance dans cette chasse aux fake news me laisse perplexe. À moins que deux raisons ne l’y poussent. D’abord, et bien sûr, le souvenir amer qu’il garde de la campagne présidentielle et des accusations, sans aucune preuve, lancées contre lui concernant son prétendu « compte offshore aux Bahamas » et sa tout aussi prétendue homosexualité. Qu’il en ait été blessé, je le comprends. Bienvenue au club, ai-je envie de lui lancer, tant notre courant politique est l’objet de ces fake news sans que personne (ou presque) dans la classe politique ne s’en offusque. Deuxième raison, le chef de l’État a bien compris que les journalistes ne sont pas en odeur de sainteté dans la société française. Non sans raison, a-t-on envie d’ajouter. De là à surfer sur cette vague de ressentiment à l’égard d’une profession qui apparaît – légitimement parfois – comme véhiculant des contre-vérités et se révélant d’un rare parti pris (même s’il y a, bien sûr, des exceptions), on ne peut pas l’exclure a priori

Une troisième raison peut-être : son bras de fer avec Vladimir Poutine…

Il est vrai qu’il y a fait quasiment allusion lors de sa

Lire la suite de l'article

Toutes les lois de bioéthique ont été des lois de transgression du respect de la vie

Jean-Marie le Méné évoque pour Gènéthique le sondage de la Croix :

Jean-marie-le-mene_article_large"Commencer un débat de bioéthique avec un sondage est pour le moins regrettable. Je ne crois pas qu’on fasse de vraie politique à coups de sondages, sauf peut-être pour des questions matérielles, savoir s’il faut construire un rond-point dans le village… Mais pas pour demander à la population si elle souhaite qu’on autorise la fabrication, moyennant finances, de bébés sans père. Ni pour demander à l’opinion publique si elle envisage qu’on supprime les vieux, les handicapés et les malades. Ces questions sont trop graves pour faire l’objet d’opinions. Les personnages politiques qui ont une certaine épaisseur se moquent des sondages. Robert Badinter a fait abolir la peine de mort indépendamment des sondages.

Pensez-vous que, sur ces questions, les enjeux soient bien posés et que les Français aient les informations suffisantes pour prendre une position argumentée ? Si non, quel est le risque de publier ces résultats ?

Le problème est que nous ne faisons plus de politique mais de la gestion. Les grands principes et le bien commun ne sont plus des priorités. Il faut être pragmatique et trouver une solution, la moins mauvaise possible. C’est « L’empire du moindre mal » décrit par le philosophe Jean-Claude Michéa dans son essai sur la philosophie libérale. Peu importe la vérité, le droit arrangera les choses. L’essentiel est de ne pas faire de vagues, de rester bienveillant et ouvert à la liberté de l’autre.

Dans ces conditions, il est utile de nourrir un

Lire la suite de l'article

Ils manifestent contre les prières de rue mais acceptent toutes les mosquées

Rémi Muzeau, maire LR de Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine, est à l’origine de la manifestation, très médiatisée, d’élus en écharpe tricolore, le 10 novembre dernier, contre des prières de rue. Il a été interrogé par Minute. Extrait :

2847_page_01"J’ai rendez-vous jeudi prochain avec le préfet et avec cette fameuse association qui organise les prières de rue.

Qu’attendez-vous de ce rendez-vous ?

J’attends de ce rendez-vous que le préfet comprenne que les revendications de cette association ne sont pas plausibles. On ne peut pas donner un nouveau lieu de culte à chaque croyant qui le demande ! A Clichy, il y a deux églises, deux mosquées et une synagogue. Il y a tout ce qu’il faut pour répondre aux besoins des croyants de la ville.

Après, si l’Etat veut vendre des terrains pour construire une nouvelle mosquée… L’Etat possède trois hectares à Clichy – les anciens locaux de l’Inalco (l’Institut national des langues et civilisations orientales, Ndlr) –, il peut vendre, il n’y a pas de problème, je ne m’y opposerai pas.

Vous ne seriez donc pas opposé à une troisième mosquée à Clichy ?

Je ne me suis jamais opposé à une troisième mosquée. Et je ne m’opposerai ni à une quatrième, ni à une cinquième, ni à une sixième mosquée ! Pourquoi voulez-vous que je m’y oppose ? Tant qu’elle respecte les règles de réception du public… Vous savez, à Clichy, nous avons des orthodoxes qui se réunissent dans une salle ; des témoins de Jéhovah qui respectent les

Lire la suite de l'article

Mai 68 est un des rares sujets sur lequel toutes les consistances de la droite semblent d’accord

Selon Gabrielle Cluzel :

M"[…] À l’instar de Laurent Wauquiez, si « les bras [lui] en tombent », [la droite] se frotte par avance les moignons : commémorer Mai 68 ? Chiche, on va lui faire sa fête. Et dans les grandes largeurs. Comme il le mérite. Bras dessus, bras dessous, car c’est un des rares sujets sur lequel toutes les consistances de la droite (de molle à dure) semblent à peu près d’accord. Qui sait ? La Manif pour tous fera peut-être figure de pique-nique paroissial à côté de la mobilisation contre cette guerre des boutons (d’acné) vieille d’un demi-siècle qui a tout engendré – ou presque.

Car le mariage gay, puisqu’on en parle, la PMA, la GPA et tutti quanti ne sont que l’application stricto sensu du décalogue Mai 68 : tu n’interdiras point.

Et le « Balance ton porc », aussi. La libération sexuelle, la fin du savoir-vivre, de la galanterie n’ont-elles pas ouvert l’auge à deux battants ? Il paraît que notre société corsetée était tellement hypocrite ! Mais posons la question aux femmes : que préfèrent-elles ? Un Weinstein qui rêve de leur sauter dessus mais se borne à leur faire, avec une déférence feinte, mille courbettes, ou un Weinstein qui rêve de leur sauter dessus… et le fait aussi sec, parce qu’au moins, il n’est pas faux cul, il faut lui reconnaître ce mérite ? […]

 

Alors, oui, qu’Emmanuel Macron fasse son cador et ouvre la boîte de Pandore, qu’on la retourne une bonne fois sur la table pour faire enfin l’inventaire. Avec le

Lire la suite de l'article

Loi de finances 218 : Toutes les dépenses d’intervention de la mission culte concernent l’islam

Dans les annexes du projet de loi de finance 2018, on découvre, parmi diverses dépenses, celles concernant les cultes, soit plus de 2,7M€. Ces dépenses recouvrent le suivi des affaires relatives aux différents cultes : tutelle administrative sur les congrégations et collectivités religieuses, et application du régime concordataire dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. Parmi ces dépenses, il y a celles d'investissement et celles d'intervention.

Les crédits d’investissement sont destinés à financer les travaux relevant de la responsabilité de l’État, propriétaire des quatre implantations cultuelles des départements concordataires d’Alsace et de Moselle. Il s’agit des grands séminaires et palais épiscopaux de Metz et Strasbourg. La dotation budgétaire est exclusivement utilisée à des travaux de pérennisation du patrimoine (réfection de toitures et de menuiseries extérieures) ou de mise en sécurité (structurelles ou relevant de la réglementation incendie).

Les crédits d’intervention d’un montant de 1,3 M€ sont destinés, d’une part, au versement des subventions aux communes pour la réalisation des travaux sur les édifices cultuels (pour l’essentiel des réfections des toitures) et, d’autre part, aux cultes catholique, protestant et israélite pour leurs frais d’administration. La mise en œuvre du plan de lutte anti-terrorisme augmente les crédits d’intervention d’un montant de 0,8 M€. Cette enveloppe sera consacrée au financement de diplômes universitaires et de recherches en islamologie.

1- Les diplômes universitaires de formation civile et civique : c'est pour l'islam

La qualité de la formation que reçoivent les ministres du culte et les responsables cultuels exerçant sur le sol français est un enjeu majeur

Lire la suite de l'article

Fait religieux en entreprise : « Toutes les religions sont concernées mais en priorité l’islam »

Selon une enquête de l'institut Randstad et l'Observatoire du fait religieux en entreprise (OFRE), les « cas conflictuels »représentent 7,5% de l'ensemble des faits recensés en 2017 contre 6,7% en 2016. Ceux qui nécessitent l'intervention d'un manager représentent « 16% » du total contre « 14% » en 2016 et « 12% » en 2015, tandis qu'un manager sur cinq (20%) est confronté à des « difficultés ». Lionel Honoré, directeur de l'OFRE, indique :

« Quantitativement marginaux, ces faits sont qualitativement très importants car ils polluent le bon fonctionnement de l'entreprise »

Il cite le « refus de travailler avec une femme ou sous ses ordres », « de réaliser certaines tâches ou de respecter les ordres du manager », de « travailler avec des personnes ayant une autre religion », la « contestation des horaires de travail eu égard à la prière » mais aussi « le prosélytisme »

Et soudain c'est le drame, il fait l'amalgame :

« Toutes les religions sont concernées mais en priorité l'islam ».

Commentaires (2)

Certes, face à l'islam toutes les religions sont concernées…

Rédigé par : oxygène | 28 sep 2017 15:45:28
____________________________________

Dans un pays, en l'occurrence le nôtre, où le christianisme, le judaïsme et le boudhisme respectent la loi, quand aurons-nous des dirigeants dignes de ce nom qui feront marcher l'islam dans les clous ?

Les musulmans sont parfaitement capables, en tout cas un majorité d'entre eux, de respecter la loi française ; ils savent mieux que nous les différences entre la France et le bled, et je suis certain qu'ils sont loin d'être tous d'accord de devoir subir

Lire la suite de l'article

« PMA pour toutes » : l’intérêt supérieur de l’enfant à nouveau menacé

Communiqué de Louis Aliot (député FN) :

“Mardi 12 septembre, Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes, a confirmé sur RMC que son gouvernement souhaite ouvrir la PMA (procréation médicalement assistée) aux femmes célibataires et aux couples lesbiens dès 2018. Il s’agit d’une nouvelle étape, particulièrement inquiétante, dans la déconstruction de la famille et de la filiation. Suite logique du « mariage pour tous » (qui ouvre le droit à l’adoption plénière), ce projet est un véritable dévoiement de la PMA : celle-ci a été conçue pour aider les couples infertiles et non pour satisfaire les revendications de certains lobbies.

Le Front National s’oppose fermement à cette extension de la PMA car elle conduirait à concevoir des enfants délibérément privés de leur père. L’Etat, garant du bien commun, ne doit pas encourager de telles pratiques car elles contreviennent gravement à l’intérêt fondamental de l’enfant mais aussi à l’éthique médicale. En outre, cette extension de la PMA aux femmes seules et aux couples lesbiens servira à coup sûr de justification à la légalisation des mères porteuses.

Au nom d’une vision biaisée de l’égalité, Mme Schiappa souhaite donc accélérer la déconstruction de la filiation en France. Cette attaque en règle de nos repères anthropologiques fondamentaux participe du projet libéral-libertaire d’Emmanuel Macron où les exigences communautaristes et la loi du marché ne connaissent plus aucune limite. Le Front National récuse cette philosophie individualiste du « droit à l’enfant ». Aux côtés de Marine Le Pen, nous préconisons au

Lire la suite de l'article