Archives par étiquette : tirer

Sevran : un policier attaqué à la barre de fer a dû tirer

Une soirée comme une autre dans une banlieue occupée :

"Dans la soirée, des poubelles ont été incendiées près du collège, et les policiers arrivés sur place accueillis à jets de pierre. Débordés, les fonctionnaires ont dû appeler des renforts. Un peu plus loin, explique Le Parisien, deux motards de la police sont attaqués. L'un d'eux tombe à terre, avant d'être roué de coup. Des riverains ont aperçu dans le quartier des jeunes gens armés de barres de fer. Le policier roué de coups aurait alors fait usage de son arme pour se défendre. Un jeune a été blessé au bas-ventre, probablement par un tir, croit savoir Le Parisien. Hospitalisé, son pronostic vital n'est pas engagé, a rapporté une source proche de l'affaire, citée par le quotidien local."

Lire la suite de l'article

Il est aujourd’hui difficile de tirer définitivement un trait sur l’avenir politique du Front National

De Jérôme Fourquet à propos du FN :

"[…] Il faut se méfier des considérations hâtives. Certes, le congrès du Front National cet automne sera sûrement sous tensions. Certes, c'est une période trouble et dangereuse qui s'ouvre pour ce parti. Certes, sa ligne politique va être débattue. Et pourtant! Si l'on prend un peu de recul historique, ce parti a fait preuve de sa résilience face à l'épreuve. Le Front National a en effet déjà été donné mort à de nombreuses reprises et toujours à tort. Ce fut le cas en 1999 après la scission mégrétiste. Puis en 2007, avec 10% au premier tour de la présidentielle pour Jean-Marie Le Pen, le FN faisait figure de parti du passé, condamné à disparaître. Sentiment d'autant plus répandu que le premier tour des législatives de 2007 s'était soldé par un malheureux 4,29% et 0,08% au second tour. Son avenir semblait alors scellé, réduit aux manuels d'histoire. Sarkozy «avait tué le FN» disait-on: une seule candidate avait pu se qualifier au second tour, Marine Le Pen à Hénin-Beaumont. Cinq ans plus tard, la même Marine Le Pen obtenait 18% au 1er tour de la présidentielle. C'est pourquoi il est aujourd'hui difficile de tirer définitivement un trait sur l'avenir politique du Front National qui a tout de même comptabilisé plus de 10,5 millions de voix lors des dernières présidentielles. La période qui s'ouvre risque certes d'être compliquée à gérer mais le FN ne périclitera pas du jour au lendemain dans la mesure où sa

Lire la suite de l'article

Etienne Lahyre : “Marine Le Pen et le FN doivent tirer les conséquences et sacrifier leurs intérêts à celui de la Nation”

Analyse des résultats obtenus par Marine Le Pen par Étienne Lahyre, haut-fonctionnaire et ancien élève de l'ENA, pour le site Polémia. Analyse qui n'est pas sans rappeler le débat de fond qui avait déjà animé la droite nationale fin 1998-début 1999 avec la scission de Bruno Mégret. Extraits :

7782929546_l-annonce-des-resultats-du-premier-tour-de-la-presidentielle-2002"Après chaque épreuve, chaque défaite, chaque trahison, Jean-Marie Le Pen chantait. Invariablement. Pour faire bonne figure ; pour se donner du courage, ou pour remotiver les troupes hagardes, c’était selon (…) Le soir du 7 mai 2017, Marine Le Pen dansait. Sa défaite était consommée. Et la présidente du FN en était presque soulagée (…) Jean-Marie Le Pen affichait un visage renfrogné le soir du 21 avril 2002, quand les militants euphoriques voyaient en sa qualification pour le second tour de l’élection présidentielle la concrétisation de leurs efforts et de leur dévouement ; et ce 7 mai, alors qu’elle obtenait 10 millions de voix de moins que son adversaire et que l’espoir de la voir un jour accéder à la présidence avait quitté les plus candides, c’est la mine goguenarde de Marine Le Pen que les militants frontistes abattus durent supporter. Le calice jusqu’à la lie (…)

C’est un immense sentiment de gêne, voire de honte nationale qu’ont éprouvé les patriotes à l’issue de la performance indigente de leur candidate. Et un sentiment d’abattement à l’annonce des résultats du second tour, tant ceux-ci donnent peu de motifs de satisfaction et d’espoir.

« L’ennemi, c’est celui qui vous hait et veut

Lire la suite de l'article

Christian Estrosi tente de tirer François Fillon vers la gauche

Christian Estrosi, qui a battu Marion Maréchal-Le Pen aux dernières régionales grâce au renfort de la gauche, alerte François Fillon :

"je regrette que parfois, dans mon propre camp politique, on finisse aussi par banaliser ce FN si haut. On assiste plus dans cette campagne à des règlements de comptes entre la droite et la gauche pour tenter de décrocher la deuxième place derrière elle. Or, tout devrait être fait pour qu'elle ne soit même pas au second tour. Le pire, c'est que je pense même qu'elle est sous-évaluée dans les intentions de vote pour le premier tour.

C'est-à-dire ?

On la crédite à 25 % en moyenne, je pense qu'elle pourrait dépasser les 30 % voire même gagner l'élection présidentielle. C'est pour cela qu'il faut la combattre dès le premier tour, en ne lui laissant aucun terrain et en s'adressant notamment aux classes moyennes et populaires. Le mot social n'est pas un gros mot.

Pourtant, on ne sent pas que le social, les classes moyennes et populaires, soit la priorité de François Fillon dans son programme…

S'il est vrai que la part du social a évolué dans le programme de François Fillon, ça ne sert à rien de faire la course à l'échalote sur le terrain du FN en faisant une surenchère excessive en matière de sécurité et d'immigration. […]

Sens commun a pris une part importante dans la campagne de votre candidat. Qu'en pensez-vous ?

Cela m'inquiète et j'ai eu l'occasion de le dire à François Fillon. Il ne peut

Lire la suite de l'article

Dans les faits divers en France : “Il veut acheter une arme pour tirer dans une église”

L'article complet de la Dépêche. Il n'est pas long et c'est le seul quotidien à parler de ce détail : 

"Les propos d'un homme, visiblement déterminé, ont alerté de jeunes gens, dimanche, dans la cité de Bourbaki, dans le quartier des Minimes à Toulouse. Ce dernier cherchait absolument à se procurer une arme à feu. Il expliquait à qui voulait l'entendre qu'il souhaitait «aller tirer dans une église». Face à ces propos inquiétants, les témoins ont immédiatement contacté la police qui s'est rendue sur place. L'homme a été interpellé sans difficultés et placé en garde à vue. Connu pour quelques problèmes psychiatriques et des agressions, il ne s'agit pas d'un homme radicalisé. Le suspect, âgé de 33 ans, a été vu par un médecin au sein du commissariat central. Il a été hospitalisé d'office dès dimanche soir".

Lire la suite de l'article

Pendant qu’Hollande fait la causette à Lucette, la France se fait tirer dessus

Les "faits divers" sont si nombreux ces derniers temps, mettant en scène des bandes de plus en plus nombreuses et de plus en plus agressives, qu'il faudrait en tenir un catalogue, fastidieux et déprimant. Nous retiendrons donc un des plus récents, cet après – midi à Aubière (Clermont-Ferrand), qui a vu deux bandes s'affronter à coups de fusil, en guise de possibles représailles à un coup de couteau donné on ne sait pas trop à qui ni pourquoi. Une scène de guerre qui a fait 7 blessés :

Photo_2333780"L'affrontement aurait commencé autour de 13h30 entre deux bandes. Des détonations, qui viendraient vraisemblablement de tirs d'armes à feu, ont été entendues. De la fumée était également visible autour des lieux (feu de pneus). Des jet de pierres ont aussi été à déplorer. 

La majorité des restaurateurs ont gardé leurs clients un moment à l'intérieur pour un maximum de sécurité. Ils ont visiblement reçu comme ordre de fermer leurs portes ce soir à 22h30.
Une vingtaine de pompiers, le SAMU, la police et la gendarmerie étaient sur place. Sept personnes légèrement blessées par des plombs de chasse au visage, au bras et au thorax ont été prises en charge par les pompiers, dont deux policiers de la Bac. Si tous ont été pris en charge, tous n'ont pas été transportés à l'hôpital. 
Selon un témoin, les individus étaient très nombreux : "J'étais devant l'hôtel. Je les ai vus s'engouffrer vers la fête foraine, c'était impressionnant. Ils étaient 100 ou 150. Et tout de suite, on a entendu des

Lire la suite de l'article