Archives par étiquette : théorie

Le promoteur de la théorie du genre à l’école quitte la vie politique

Unknown-30Luc Chatel (LR), ancien ministre de Nicolas Sarkozy, a annoncé qu’il quittait la vie politique. L’ex-ministre de l’éducation nationale (2009-2012), qui avait introduit la théorie du genre à l'école, annonce qu’il abandonne la présidence du conseil national des Républicains, après avoir déjà renoncé à briguer un nouveau mandat de député, en juin. Il a rejoint un fonds d’investissement.

Lire la suite de l'article

Simone Veil incarne par excellence la théorie du cliquet

Yves-Marie Adeline, auteur de La Droite piégée, puis de La Droite impossible, a théorisé le phénomène politique du cliquet qui trouve une illustration exemplaire dans la loi sur l'avortement défendue par Simone Veil. Il répond à L'Homme Nouveau :

Unknown-12"La mort récente de Simone Veil a suscité beaucoup de réactions. Étrangement, même du côté des défenseurs de la vie, certains lui ont rendu hommage, ne percevant visiblement pas le côté fondateur de la Loi Veil. Celle-ci n’incarne-t-elle pas, par excellence, ce que vous avez théorisé sous le nom de « théorie du cliquet » ?

Si, elle l’incarne. Quand Simone Veil a présenté cette loi, c’était avec de grandes précautions oratoires, jurant qu’elle était moralement contre mais que c’était pour venir en aide aux femmes en détresse. Je ne dis pas qu’elle n’était pas sincère, d’ailleurs à cette époque, les jeunes mères célibataires – qu’on appelait alors avec mépris les « filles-mères » – étaient recueillies dans des « maisons maternelles » où elles étaient indignement traitées comme des filles perdues, de mauvaise vie, coupables d’avoir accepté les avances d’un homme.

C’était une œuvre de justice que de chercher à soulager leur détresse : une meilleure reconnaissance de la maternité célibataire ; des allocations à parent isolé ; un effritement progressif des préjugés anciens contre les bâtards – notons que ce mépris du bâtard n’a pas toujours existé, il était mieux reconnu dans la société médiévale qu’aux temps modernes – la prescription de moyens contraceptifs… Puis, par effet d’entraînement, sont venues la dépénalisation d’abord, la libéralisation ensuite –

Lire la suite de l'article

Accueillir un “migrant” chez soi, de la théorie à la pratique

Via FDesouche

On se souvient des promesses fracassantes de Charles Aznavour, d'Eric Cantona ou de Franck Tanguy qui ne semblent pas avoir été suivies d'effets concrets… On a beau chercher sur internet, aucun indice d'un accueil de "migrants" chez ces gens-là. Juste une déclaration d'Aznavour qui dit qu'il va regretter François Hollande. Quels hypocrites ces bobos !

Lire la suite de l'article

Tous les mois, les eurodéputés votent sur la théorie du genre

Mylène Troszczynski, Député FN au Parlement européen, écrit sur Boulevard Voltaire :

"Tous les mois, les eurodéputés votent sur la théorie du genre. Le 4 avril, nous devions nous exprimer sur la directive : « Les femmes et leur rôle dans les zones rurales. » Le mois précédent, c’était le rapport sur « L’égalité entre les hommes et les femmes. » Pourquoi ?

Le marché des biotechnologies, les technologies de la reproduction et de la santé représentent un grand enjeu économique. Mais, dans les civilisations, il y a le droit à la vie de l’enfant à naître, le respect de la vie jusqu’à sa fin naturelle, le droit de l’enfant à sa filiation naturelle, etc. Les puissances de l’argent veulent faire de l’humain un marché, une matière première pour tester les molécules médicamenteuses, un produit fini pour vendeur de PMA et de GPA. Ce qui permettait à Mme Taubira de parler d’un « changement de civilisation ». Une civilisation de marchands vendant ses enfants.

Face à cette théorie, deux réactions : catholique et scientifique.

Le pape François a dénoncé devant l’ONU, en 2015, la « colonisation idéologique » qui impose aux « peuples » des « modèles de vie anormaux et irresponsables », dans une allusion implicite à la théorie du genre et au mariage pour les personnes de même sexe. Certains cherchent à « promouvoir une colonisation idéologique à travers l’imposition de modèles et de styles de vie anormaux, étrangers à l’identité des peuples et, en dernier ressort, irresponsables ».

La réaction scientifique vient de Norvège, pays qui respectait le mieux l’égalité des sexes. Un

Lire la suite de l'article

La théorie du genre, quel impact pour vos enfants ?

La Manif pour Tous 35 communique :

Esther PIVET, coordinatrice de VigiGender a donné une conférence à Rennes sur "la théorie du genre, quel impact pour vos enfants ?"

Il est urgent d’écouter Esther, cette idéologie s’installe rapidement, parfois à notre insu !

Vous pouvez la retrouver sur  CONFERENCE ESTHER PIVET – VIGIGENDER

On ne lâche rien

Lire la suite de l'article

La CAF organise une formation sur la théorie qui n’existe pas

Le département "parentalité" de la Caf du Calvados a envoyé aux associations qui travaillent dans le "social" et "l'enfance" de la ville de Caen, la proposition de formation suivante proposée par le Planning Familial 14. Comme c'est indiqué, allez "en parler"…

Untitled-2

Lire la suite de l'article

20 janvier : Conférence du Cercle fraternité à Montpellier sur la théorie du genre

Ce Cercle fraternité, parrainé par Louis Aliot et Gilbert Collard a lancé sa première section départementale dans l’Hérault le 6 janvier dernier. Son objectif est de renforcer la visibilité et le programme du Front National sur les sujets philosophiques fondamentaux que les médias appellent “questions de sociétés” : famille et bioéthique.

Pour leur premier rendez-vous, les responsables du Cercle proposent une conférence-débat intitulée “qu’est-ce que la théorie du genre ?” animée par Jean-Paul Benglia, auteur et militant de La Manif Pour Tous (LMPT). Il rappellera les ressorts de cette théorie en se basant sur le manuel qu’il a écrit sur ce sujet méconnu.

Rendez-vous le vendredi 20 janvier à partir de 18h30 dans les locaux du Front National de l’Hérault, 18 Boulevard Pedro de Luna, 34090 Montpellier (Renseignements : olaf.rokvam@gmail.com ). 

2017_01-20 - Visu-conf-cercle-fraternité-theorie-du-genre-1014x487 (1)

Lire la suite de l'article

Manifs de policiers : Jean-Christophe Cambadélis croit à une théorie du complot

Capture d’écran 2016-10-19 à 21.44.36Alors que les policiers organisent un peu partout des manifestations pour exprimer leur mécontentement (Montpellier, Boulogne-sur-Mer, Nîmes, Marseille, Nice…), le Premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a dénoncé la « patte » du Front national dans ces manifestations.

Il faut vite que Najat Belkacem l'oblige à aller consulter le site gouvernemental "On te manipule" destiné aux adeptes de la théorie du complot :

"Une théorie du complot (on parle aussi de conspirationnisme ou de complotisme) est un récit pseudo-scientifique, interprétant des faits réels comme étant le résultat de l’action d’un groupe caché, qui agirait secrètement et illégalement pour modifier le cours des événements en sa faveur, et au détriment de l’intérêt public. Incapable de faire la démonstration rigoureuse de ce qu’elle avance, la théorie du complot accuse ceux qui la remettent en cause d’être les complices de ce groupe caché. Elle contribue à semer la confusion, la désinformation, et la haine contre les individus ou groupes d’individus qu’elle stigmatise."

Lire la suite de l'article

La théorie du genre existe-t-elle en tant qu’idéologie ? Oui

Réponse de Bérénice Levet dans le Figarovox :

"La théorie du genre? Ça n'existe pas, nous tympanise-t-on, à commencer par Najat Vallaud-Belkacem. La seule expression légitime serait «études de genre» qui aurait pour avantage de respecter la pluralité des travaux. Mais pour qu'il y ait des études de genre, encore faut-il que ce petit vocable de genre ait été conceptualisé, théorisé. Or, lorsque nous parlons de théorie du genre, nous n'affirmons rien d'autre. Judith Butler se définit elle-même comme théoricienne du genre. Il a été forgé afin d'affranchir l'identité sexuelle du sexe biologique. Au commencement est la neutralité, en quelque sorte, et seule la machine sociale vous «assigne» à une identité – ce que l'on retrouve dans les manuels.

Il faut bien comprendre que le vocable de «genre» ne sert pas simplement à distinguer le donné naturel et les constructions culturelles, mais à les dissocier. Simone de Beauvoir est restée, aux yeux des promoteurs du genre, comme en retrait par rapport à sa propre intuition. Lorsqu'elle dit «On ne naît pas femme, on le devient», le Genre lui réplique, puisqu'on ne naît pas femme, pourquoi le deviendrait-on? En l'absence de tout étayage dans la nature, on doit se jouer de toutes les identités sexuées et sexuelles. «Le travesti est notre vérité à tous», dit Judith Butler. Ce petit vocable de genre soutient en outre – et c'est là qu'il est instrument de lutte – que les différences sexuelles sont construites mais construites par des mâles

Lire la suite de l'article

“Il y a un déferlement de théorie du genre dans les manuels scolaires”

Vincent Badré, professeur d'Histoire, est interrogé à propos de son nouveau livre dont nous reparlerons, « L’Histoire politisée ? Réformes et conséquences ». Extrait :

H"Il y a quelques mois, le ministère de l’Éducation nationale a déclaré que la théorie du genre relevait du fantasme. Toutefois, en cette rentrée, vous démontrez que ce n’est pas du tout un fantasme et vous prévenez : « Il faut s’attendre à un déferlement de théorie du genre »…

Il y a un déferlement de théorie du genre dans les manuels scolaires. Mais la réalisation pratique dépend beaucoup de la bonne volonté des enseignants, qui ne sont pas tous passionnés par cette problématique. En revanche, les rédacteurs des manuels scolaires sont disciplinés : ils ont tous obéi aux injonctions de Najat Vallaud-Belkacem en présentant la question de l’égalité entre les garçons et les filles : concrètement, on explique qu’il faut que les filles deviennent des pompiers et les garçons, des danseurs-étoiles ! Dans tous les livres, on retrouve pratiquement les mêmes exemples. On retrouve une utilisation de la théorie du genre dans la pratique, mais on n’apprend pas aux élèves que dans l’histoire il y a eu différentes possibilités d’incarner la masculinité ou la féminité. On est simplement dans l’inversion des stéréotypes et c’est tout aussi idiot que ceux qui existaient auparavant ! On nous présente des modèles uniques, sans laisser aux élèves la possibilité de réfléchir par eux-mêmes."

Lire la suite de l'article