Archives par étiquette : tête

Mgr Joseph Naumann élu à la tête de la Commission pour les activités pro-vie des Etats-Unis

Joseph_NaumannLes évêques américains ont élu à la tête de leur Commission pour les activités pro-vie Mgr Joseph Naumann, archevêque de Kansas-City. Mgr Joseph Naumann est connu pour son engagement sans faille pour la vie et contre la culture de mort.

Le favori était Mgr Cupich, archevêque de Chicago, nommé et élevé à la pourpre cardinalice par François. Le Wall Street Journal résume :

« La conférence des évêques catholiques américains a choisi mardi un archevêque conservateur pour un poste clef, donnant un signe de résistance à la vision du pape François pour l’Eglise parmi la hiérarchie catholique aux Etats-Unis. Mgr Joseph Naumann, archevêque de Kansas-City, a été élu président de la Commission pour les activités pro-vie. Par un vote de 96 contre 82, il a battu le cardinal Blase Cupich, de Chicago, qui est vu comme un libéral dans l’Eglise et un proche du pape. »

La tradition veut ou voulait que les commissions importantes soient présidées par un cardinal, et celle-ci a toujours été présidée par un cardinal.

Les Prêtres pour la Vie ont aussitôt salué cette élection.

« Nous le connaissons depuis près de 25 ans, depuis qu’il était directeur de la commission diocésaine pour la vie de Saint-Louis. ll a toujours encouragé nos efforts. »

En mai dernier, Mgr Naumann avait demandait que l’archidiocèse de Kansas-City coupe les ponts avec les « Girl Scouts USA » en raison de leurs liens avec le Planning familial.

« Il est essentiel que nos programmes pour la jeunesse et nos paroisses affirment des vertus et des valeurs cohérentes avec notre

Lire la suite de l'article

Hilaire de Crémiers : L’homme qui est à la tête de la France, n’aime pas son pays

D'Hilaire de Crémiers dans le numéro d'octobre de Politique Magazine (abonnement : 1 rue de Courcelles, 75008 Paris Tél : 01 42 57 43 22) :

Unknown-3"L’homme qui est à la tête de la France, n’aime pas son pays. Au mieux, il fait semblant. Pour lui, la France est une nation dépassée. L’Europe seule compte dans son esprit. Il ne cesse de le dire. « Je suis venu vous parler d’Europe, a-t-il déclaré à la Sorbonne. Encore, diront certains. Ils devront s’habituer parce que je continuerai. Et parce que notre combat est bien là, c’est notre histoire, notre identité, notre horizon, ce qui nous protège et ce qui nous donne un avenir. »

Voilà ce que pense le président de la France. Et il suffit de l’écouter pour se rendre compte que déjà, dans sa conception, la France n’existe plus en tant que nation ; elle n’est plus qu’un legs du passé. Peu lui chaut que les industries françaises disparaissent. Pour lui l’échelle nationale est devenue obsolète et inefficace ; il n’y a plus rien à faire à ce niveau. C’est sa conviction profonde. « La bonne échelle, dit-il, c’est l’échelle européenne ». Tout est dit. Qu’importe qu’Alstom soit récupéré par Siemens. Au contraire ! Il n’y voit aucun inconvénient. Comprenons bien : l’histoire de France, c’est aussi bien l’histoire de l’Allemagne que l’histoire des autres peuples d’Europe. Le seul mal qui les a entachés, c’est la nationalisme. L’identité est commune, commun l’horizon. Tous les programmes qu’il définit à longueur de discours, n’ont

Lire la suite de l'article

République tchèque : les partis anti-immigration en tête

UnknownLe taux de participation aux élections en République tchèque qui se sont tenues vendredi et samedi a été sensiblement identique à celui des législatives précédentes en 2013 (59,58%). Cette année, 60,84% des quelque 8,3 millions d’électeurs se sont rendus aux urnes dans près de 15 000 bureaux de vote. Dans l’histoire de la République tchèque, la participation la plus forte remonte à 1996 avec un taux de 76,4%, la plus faible à 2002 avec 58%.

Vainqueur dans les quatorze régions du pays, le mouvement ANO (OUI en tchèque), populiste de centre-droit, a recueilli un total de voix légèrement supérieur à 1,5 million, très loin devant son premier poursuivant, le parti conservateur ODS (Parti démocrate civique) avec près de 550 000 suffrages pour 25 mandats à la Chambre des députés.

La campagne d'ANO fondée sur la lutte contre la corruption, contre l’accueil des immigrés et la zone euro, lui aura permis de remporter 29,7 % des voix aux législatives, soit 78 sièges sur 200. 

Le parti de droite nationale SPD, anti-immigration et anti-UE, et celui d’une formation « anti-système », le Parti pirate tchèque, ont fait une percée spectaculaire en remportant 10,6 % (22 sièges) et 10,8 % (22 sièges) des suffrages. Andrej Babis a proposé des négociations à tous les partis entrés au Parlement pour former une coalition et le gouvernement.

Les sociaux-démocrates ČSSD, sortants, sont les grands perdants de ces législatives et paient leur manque de fermeté sur l'immigration. Néanmoins, la précédente coalition était dirigés par le ČSSD avec… ANO. On pourrait donc se retrouver avec un

Lire la suite de l'article

Un chrétien élu à la tête du Parlement

En Syrie :

Unknown-11"Les députés syriens ont élu aujourd'hui un nouveau chef du Parlement, Hammoudé Sabbagh, qui devient le premier chrétien à obtenir ce poste depuis des décennies en Syrie. Sabbagh, 58 ans et chrétien syriaque originaire de la province de Hassaké (nord-est), a obtenu 193 voix sur 252, selon les médias officiels.

C'est le premier chrétien à obtenir ce poste depuis Fares el-Khoury qui avait été élu à deux reprises durant le mandat français (1920-1946) et une troisième fois après l'indépendance de la Syrie. Licencié en droit, Sabbagh est comme la majorité des parlementaires syriens membre du Baas, parti au pouvoir depuis un demi-siècle après l'avènement de Hafez al-Assad, père de l'actuel président Bachar al-Assad."

Lire la suite de l'article

Maël de Calan, un candidat macroniste à la tête des Républicains ?

Maël de Calan, proche d'Alain Juppé, a annoncé sa candidature à la présidence des Républicains. Dans un entretien accordé ce mardi à Ouest France, il déclare :

"Sur le fond, il faut défendre une droite ouverte et équilibrée qui ne se reconnaît pas dans la ligne contestataire et clivante. […]

Vous parlez d’unir la droite et le centre, mais sur des sujets sociétaux majeurs, ça coince ? Quand on parle de droite chrétienne, ça crée des clivages…

Oui, il y a des sujets où la droite et le centre se retrouvent et d’autres où ils s’éloignent. Il y a au moins trois lignes de fracture : sur l’Europe, entre des eurosceptiques et une droite qui reste attachée à l’ambition européenne de la France dans laquelle je me reconnais ; sur des questions économiques, entre une droite qui relègue les questions économiques au second plan et une droite qui veut aller au bout des réformes ; sur la manière dont on voit la société française, entre une droite qui se referme sur elle-même et une droite ouverte.

Il y a des différences de sensibilité très fortes entre les amis de Sens commun qui soutiennent Laurent Wauquiez et la droite ouverte que je souhaite. Mais, ça ne vaut pas dire que l’union de la droite et du centre a perdu tout sens. […]

Que pensez-vous des « constructifs » qui travaillent avec le gouvernement ?

Ils ont fait le choix de se placer en dehors du parti. Si je me présente avec

Lire la suite de l'article

Le député pro-famille Daniel Fasquelle candidat à la tête des LR

6a00d83451619c69e201a5115e865e970c-115siLe député LR du Pas-de-Calais Daniel Fasquelle a annoncé sa candidature à la présidence des Républicains (LR), face à Laurent Wauquiez :

"Oui je suis candidat à la présidence des Républicains. Pour porter un projet avec une équipe autour de moi et avec la volonté de profondément refonder le parti". "Je veux redonner une envie de droite aux Français". "Après avoir redressé les comptes je veux redresser le parti. On s'est trop perdu dans nos divisions. Il faut remettre les militants au coeur de notre famille, et surtout donner une autre image de la droite aux Français". "Je ne suis candidat contre personne, je veux rassembler toutes les droites".

Toutes les droites… jusqu'au FN ?

Daniel Fasquelle avait déposé le 21 novembre 2014, soit après la loi Taubira, une proposition de loi créant un mariage pour les hétérosexuels et un mariage pour les homosexuels, le second étant dépouillé du droit d’adoption. Il déclarait alors :

«À 18 ans, les enfants prisonniers d’une filiation avec des couples homosexuels devraient pouvoir confirmer l’adoption ou la remettre en cause afin de rétablir une filiation avec leur(s) parent(s) biologique(s).»

En juin 2016, ce député membre de l'entente parlementaire pour la famille, présentait une nouvelle proposition de loi visant à transposer les textes internationaux, corrigeant le droit français et la loi Taubira :

'Ce texte met l’intérêt supérieur de l’enfant au cœur de notre législation, conformément aux textes internationaux et européens, en particulier la Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant. La proposition de loi

Lire la suite de l'article

Laurent Wauquiez, un nouveau Janus à la tête de la droite ?

Bruno Gollnisch pointe les contradictions de Laurent Wauquiez, candidat à la présidence du parti LR, critiqué par la bien-pensance de droite pour ses idées buissonnières :

Unknown-16"Qu’est-il en fait reproché à Laurent Wauquiez lui qui, conscient de la séduction croissante exercée par l’opposition nationale  sur l’électorat de la droite,avait réclamé et obtenu de Jean-François Copé en 2013  la constitution d’un groupe de travail à l’UMP sur le FN »? En 2011, alors ministre des Affaires européennes, il appelait les « pro-européens (à repartir)  à l’offensive. Le fait de se laisser enfoncer par les bobards des eurosceptiques comme Mme (Marine) Le Pen et M. (Jean-Luc) Mélenchon, ça suffit !» . Maisen même tempscomme dirait M. Macron, il défendait  «  l’identité européenne (…). L’Europe, ce n’est pas une coquille creuse, c’est une communauté de valeurs, de grands personnages de l’Histoire, de grandes dates. Assumons cette identité». «On a honte de notre identité chrétienne? On a honte que l’Europe des clochers a été constitutive de notre identité européenne? ».

En mars 2011, accueillant Nicolas Sarkozy au Puy-en Velay dont il était maire, Laurent Wauquiez se félicitait du discours de ce dernier  (concocté par Patrick Buisson):  la France doit « assumer son identité, son histoire et ses racines chrétiennes.» Mais en même temps, il prenait bien soin de déclarer sa volonté de lutter contre les discriminations, affirmait   avoir « beaucoup œuvré pour (…) sortir l’ accompagner la construction (de deux mosquées) », se disait  «très attentif au respect de la

Lire la suite de l'article

Selon Macron, le soleil a tapé sur la tête des terroristes…

Le chef de l'Etat (et sa pensée complexe) fait l'amalgame entre réchauffement climatique et terrorisme :

 

Que penser de ces millions d'Africains qui ne sont pas des terroristes ?

Lire la suite de l'article

Henri de Lesquen n’a pas été réélu à la tête de Radio Courtoisie

Dominique paoliDominique Paoli succède à Henry de Lesquen, mis en minorité lors du dernier conseil d'administration.

La dernière fête de Radio courtoisie a vu une affluence bien moins importante que d'habitude. Dominique Paoli était secrétaire générale de Radio courtoisie et patronne d'émission depuis 1999. Ce changement permettra sans doute d'apaiser les tensions au sein de la radio libre du pays réel et de la francophonie.

Lire la suite de l'article

En Marche sur la tête : Ferrand quitte le gouvernement pour diriger les députés LREM

Macron a du penser que Ferrand était le meilleur exemple de moralisation de la vie publique à donner à ses députés venus d'ailleurs : 

Empêtré dans les affaires depuis plusieurs semaines, Richard Ferrand, député du Finistère (6e circonscription) réélu dimanche, va quitter le gouvernement pour prendre la tête des députés REM à l'Assemblée. Nommé dans la foulée de la victoire d'Emmanuel Macron, il était ministre de la Cohésion sociale et des territoires. Ce premier lieutenant du nouveau président de la République a accepté lui-même de démissionner, selon BFM TV".

Commentaires (4)

Cela semble être un expert en manipulation. Il était temps qu'il aille "éduquer" ces nouveaux députés pas assez aux faits des combines….

Rédigé par : Haï | 19 juin 2017 19:37:48
____________________________________

Ce ne serait pas plutôt pour bénéficier de l'immunité parlementaire ?

Rédigé par : Gran | 19 juin 2017 20:32:18
____________________________________

Ce n'est pas en marchant mais en courant qu'il a quitté le gouvernement.

Rédigé par : vb | 19 juin 2017 21:02:02
____________________________________

Très drôle ! C'est un peu comme si on avait demandé à Thévenoud, Désir, Huchon, Cahuzac, Rebsamen, Guérini, Emmanuelli, ou … Cambadelis de diriger les députés PS.

On peut faire la même avec des UMP-LR.

Décidemment, rien ne change !

Rédigé par : Meltoisan | 19 juin 2017 21:35:07
____________________________________

Lire la suite de l'article

Patrick Buisson, à la tête de la chaîne Histoire, décortique la République

Piegesrepublique-vPatrick Buisson reste à la direction générale de la chaîne Histoire. Son mandat aurait été renouvelé en assemblée générale le 10 avril. Patrick Buisson dirige la chaîne thématique depuis 2007.

La chaîne Histoire, qui fête ses 20 ans cette année, appartient au groupe TF1. En 2016, elle a dégagé un bénéfice net de plus d’un million d’euros.

Pour ses 20 ans, la chaîne sort une série de documentaires historiques. Le premier, diffusé en avant-première la semaine dernière, sera diffusé demain soir. Il est consacré à la IIIe République :

"14 juillet 1939, la France célèbre avec éclat le 150e anniversaire de la Révolution. A l’occasion, et comme pour conjurer la menace allemande qui pèse à ses frontières, elle se grise des slogans et déclamations patriotiques qui depuis 70 ans ont fait le succès des discours républicains. Et pourtant, un an plus tard exactement, après une impensable défaite militaire, c’est dans les décors d’opérette du casino de Vichy que les 9 et 10 juillet 1940 les parlementaires, toutes tendances confondues et à une écrasante majorité, remettent les pouvoirs constituants à Philippe Pétain, un vieux maréchal au parcours politique jusqu’alors jugé irréprochable… Comment cette IIIe république, la plus longue que l’histoire française ait connue, a-t-elle ainsi pu se saborder ? Par quels cheminements, par quels bouleversements une assemblée issue d’un Front populaire réunissant les forces de gauche, s’est-elle aussi pathétiquement reniée ?"

Ou comment la République a toujours refusé de se donner un chef charismatique, pour ne pas reproduire l'épisode

Lire la suite de l'article