Archives par étiquette : terroristes

Les passeurs sont des terroristes, des trafiquants d’armes et d’être humains

Unknown-8Lors d’une rencontre avec le Premier ministre du gouvernement d’union national libyen, Antonio Tajani, président du Parlement européen, a indiqué souhaiter « une liste noire des gros trafiquants » et a suggéré la création de centres d’accueil à la frontière entre le Niger et la Libye. Ces passeurs

« sont des terroristes, des trafiquants d’armes et d’être humains. Si nous n’arrivons pas à anéantir ces organisations criminelles, il sera très difficile de lutter contre l’immigration clandestine ».

Les deux hommes ont discuté de l’importance de la surveillance de la frontière Sud du pays pour limiter les flux d'immigrés qui arrivent pour tenter de traverser la Méditerranée. La Libye est l’un des principaux points de départ pour l’Europe.

Mais ces passeurs profitent de la complicité des ONG qui leur facilitent le travail.

Lire la suite de l'article

Une quinzaine de terroristes revenus en France déjà libérés

Capture d’écran 2018-05-03 à 08.22.11Dans un rapport qui sera publié au mois de mai, le CAT (Centre d'analyse du terrorisme) s'apprête à dévoiler certains chiffres alarmants :

  • nombre de personnes majeures parties combattre en Syrie et en Irak et revenues en France : 258, dont 184 hommes et 74 femmes.
  • 93 de ces djihadistes ont déjà été jugés pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste
  • 59% d'entre eux seront libérés avant 2020.
  • une quinzaine de ces 93 a déjà été libérée.

Lire la suite de l'article

Mgr Schick rappelle que « certains migrants » sont des terroristes

250px-Erzbischof_SchickMgr Ludwig Schick, archevêque de Bamberg en Allemagne, a condamné la violence des islamistes envers les chrétiens, affirmant que « la plus haute vigilance » était requise. Il a fait ces remarques après qu’un nouveau rapport publié par le gouvernement allemand a montré que 100 chrétiens, y compris un converti qui a été assassiné, ont été victimes de violences motivées par des motifs religieux l’année dernière.

L’Archevêque a fait une référence explicite aux migrants musulmans nouvellement arrivés, disant que certains demandeurs d’asile

« ne comprennent pas ou n’acceptent pas l’ordre et les coutumes de notre pays, d’ailleurs certains de ceux qui sont arrivés ne sont pas des réfugiés mais des terroristes. C’est un fait auquel nous devons répondre.  » « Vous ne pouvez pas arriver dans notre société si vous ne valorisez pas nos valeurs ». « Toutes les personnes sensées et bien intentionnées doivent s’opposer résolument à ceux qui, quelle que soit leur religion ou leur idéologie, manquent de respect pour leurs semblables. Ça ne marchera pas sans de telles limites!  »

Lire la suite de l'article

Tous les médias avaient diffusé la Fake News « pas de terroristes chez les migrants »

Lire la suite de l'article

Le gouvernement soutient le financement des terroristes

Sébastien Chenu, Député FN du Nord, Conseiller régional des Hauts-de-France, dénonce :

Unknown-15"Alors que 20% des djihadistes français touchaient des allocations envoyées par les familles dans le but de faire « acheminer de l’argent frais » aux djihadistes pour un montant global de 2 millions d’euros, selon un quotidien national, nous avons défendu un amendement visant à supprimer le versement des prestations familiales aux familles des personnes condamnées pour terrorisme.

Face à ces faits incontestables, la majorité En Marche et le gouvernement sont restés insensibles aux douleurs des victimes et aux conflits sanglants de Daesh considérant que la suppression du versement de ces prestations reviendrait à sanctionner les enfants des hommes partis faire le djihad selon le rapporteur de la loi.

Alors que les APL baissent, que la CSG et le forfait hospitalier augmentent, et que d’innombrables efforts sont demandés aux Français pour des raisons budgétaires, seuls les élus du Front National étaient présents pour défendre cette mesure d’économie de bon sens."

Lire la suite de l'article

“La grande majorité des terroristes n’ont aucun rapport avec la psychiatrie”

Gérard Collomb, invité de RTL le 18 août, souhaite "mobiliser les hôpitaux psychiatriques" pour identifier les individus radicalisés en expliquant qu'il allait travailler en collaboration avec la ministre de la Santé.

"Nous sommes en train de travailler avec ma collègue pour essayer de repérer l'ensemble de ces profils qui demain peuvent passer à l'acte". "Un certain nombre d'esprits faibles qui voient ce qui se passe, vont passer à l'acte par mimétisme et c'est ce contre quoi il faut se prémunir et il faut travailler". "Sur les fichiers des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, nous considérons qu'à peu près un tiers présente des troubles d'ordre psychologique"

Romain Caillet, spécialiste de la question terroriste à RTL, dénonce :

"Chercher à expliquer la radicalisation par la psychiatrie, c'est être à côté de la plaque, c'est ridicule d'en être encore là". "Leur engagement est idéologique et ne relève pas de la psychiatrie". "Voir la question jihadiste à travers un seul prisme, c'est très séduisant car ça évite de se poser les questions dérangeantes".

Jacques Raillane, ajoute :

"Deux ans après le Bataclan, on pensait avoir dépassé ce stade du n'importe quoi". "On a dit qu'ils étaient drogués, qu'ils étaient chômeurs, qu'ils étaient malades", "ça fait peur de penser que des gens pas fous puissent faire ça". "On va bientôt demander à Pôle Emploi de discerner des signes de radicalisation !"

Le professeur en psychiatrie à Sainte-Anne et expert à la cour d'appel de Paris, Raphaël Gaillard, explique :

Lire la suite de l'article

“Ramener les terroristes à des malades mentaux, c’est un peu faire injure aux malades mentaux”

La ficelle est devenue un peu trop grosse :

Lire la suite de l'article

Barcelone : les terroristes musulmans visaient la Sagrada Familia

Unknown-3Les enquêteurs ont la conviction que les djihadistes projetaient de se faire exploser sur les Ramblas et à la Sagrada Família.

Si Younès Abouyaaqoub, un Marocain de 22 ans, est toujours recherché, l'enquête des attentats de Barcelone se concentre aussi sur un imam de Ripoll, dont sont originaires plusieurs membres de la cellule terroriste. Abdelbaki Es Satty a disparu depuis mardi. L'imam pourrait être un des morts de l'explosion de la maison d'Alcanar, a priori siège des opérations logistiques du groupe terroriste. L'imam n'est pas inconnu des services de police puisque son nom a déjà été cité dans de précédentes affaires de djihadisme, notamment dans des dossiers liés aux très meurtriers attentats de Madrid de 2004. Abdelbaki Es Satty aurait également purgé une peine de prison pour trafic de drogue et en serait sorti en 2012. 

A quand la reconquista ?

Lire la suite de l'article

Espagne : les djihadistes n’avaient «pas d’antécédents terroristes»

L'enquête avance rapidement et la police découvre que l'attentat à Barcelone devait être bien plus sanglant si les terroristes étaient parvenus à leurs fins :

"La cellule terroriste semblait envisager un scénario plus sanglant encore. Les complices ont d'abord tenté de fabriquer au moins une bombe à l'aide de plusieurs bouteilles de propane et d'explosifs artisanaux dans une maison d'Alcanar, une ville à une cinquantaine de kilomètres au sud de Barcelone. Mercredi soir, cette habitation avait été soufflée par une explosion, d'abord attribuée à une fuite de gaz, faisant un mort et sept blessés. Vendredi, le chef de la police, Josep Lluis Trapero a confirmé que «les auteurs préparaient depuis quelque temps dans ce bâtiment d'Alcanar les attentats de Barcelone». «C'était un groupe dont nous ignorons le nombre exact (…). Beaucoup sont identifiés». De son côté, un magistrat de l'Audience nationale, le parquet, Javier Zaragoza, a assuré que les djihadistes n'avaient «pas d'antécédents terroristes» mais constituaient un «réseau structuré».

[…] Si les Mossos d'Esquadra, la police de Catalogne, ont confirmé détenir quatre personnes «en lien avec les attentats», au moins trois autres étaient en fuite selon une fiche de recherche diffusée vendredi. La police a d'abord longuement cherché le chauffeur de la camionnette blanche utilisée sur les Ramblas. De sources officieuses, l'homme est identifié comme Moussa O., un Marocain de 17 ans. Il aurait en fait trouvé la mort avec quatre complices dans une fusillade avec la police à Cambrils, selon la presse espagnole. Le jeune homme, résidant légal en

Lire la suite de l'article