Archives par étiquette : tente

Quand François Bayrou tente de faire pression sur la liberté d’expression de certains journalistes

Comme il est aussi garde des Sceaux, Philippe Edouard est obligé de le recadrer :

"Quelle ne fut pas la surprise du directeur de la cellule d'investigation de Radio France Jacques Monin mercredi 7 juin, lorsqu'il a reçu l'appel du ministre de la Justice François Bayrou. Le fondateur du MoDem était furieux d'une enquête en cours visant des membres de son parti, à la suite des soupçons d'emploi fictifs au Parlement européen, qui ont donné lieu à l'ouverture d'enquête préliminaire. François Bayrou a indiqué au passage étudier avec ses avocats la possibilité d'ouvrir une procédure pénale pour harcèlement, une forme très claire de pression envers les journalistes, selon Jacques Monin. Le locataire de la place Beauvau semble avoir trouvé la parade idéale: c'est le citoyen et non le ministre qui s'est emporté (…)

C'était sans compter la réaction d'Edouard Philippe, le chef du gouvernement, qui a rappelé en personne le ministre de la Justice aux impératifs de sa fonction. «Le truc est assez simple, quand on est ministre on ne peut réagir comme quand on est un simple citoyen», a tranché le premier ministre, invité sur France Info. «Je comprends parfaitement que l'homme Bayrou ait été agacé, peut-être par la manière dont les questions ont été posées, avec beaucoup de pression, et à des gens qui ne s'y attendaient pas. Je peux parfaitement comprendre ça, et je pense que l'ensemble des Français peuvent comprendre ça… Mais il se trouve que lorsqu'on est ministre on est

Lire la suite de l'article

L’ancien médecin, qui a tenté de faire mourir Vincent Lambert, se rallie à En Marche

Éric Kariger, ancien membre du PCD, fut un temps candidat à l’investiture des Républicains pour les législatives sur la première circonscription de la Marne. Il a finalement renoncé et soutient la candidature de Gérard Chemla, qui se revendique de la majorité présidentielle, sans en avoir l'investiture. Pour Éric Kariger,

« voter Gérard Chemla, c’est faire le choix de l’audace et du talent ; c’est faire un choix cohérent avec le message envoyé par nos concitoyens lors de l’élection présidentielle. C’est faire le choix des valeurs libérales, sociales et humanistes que nous défendons… C’est offrir à notre Président de la république une majorité nécessaire pour conduire les réformes que notre pays a besoin. Mais c’est aussi un soutien tout personnel à un homme de grande valeur qui a toujours privilégié ses valeurs éthiques à toute autre considération. » 

Ses valeurs éthiques ? A coups de seringues ?

Lire la suite de l'article

L’ancien médecin, qui a tenté de faire mourir Vincent Lambert, se rallie à En Marche

Éric Kariger, ancien membre du PCD, fut un temps candidat à l’investiture des Républicains pour les législatives sur la première circonscription de la Marne. Il a finalement renoncé et soutient la candidature de Gérard Chemla, qui se revendique de la majorité présidentielle, sans en avoir l'investiture. Pour Éric Kariger,

« voter Gérard Chemla, c’est faire le choix de l’audace et du talent ; c’est faire un choix cohérent avec le message envoyé par nos concitoyens lors de l’élection présidentielle. C’est faire le choix des valeurs libérales, sociales et humanistes que nous défendons… C’est offrir à notre Président de la république une majorité nécessaire pour conduire les réformes que notre pays a besoin. Mais c’est aussi un soutien tout personnel à un homme de grande valeur qui a toujours privilégié ses valeurs éthiques à toute autre considération. » 

Ses valeurs éthiques ? A coups de seringues ?

Lire la suite de l'article

Un Français de confession musulmane tente d’égorger un prêtre au Mexique

Malgré un communiqué de la Commission nationale de sécurité mexicaine confirmant la nationalité française de l'agresseur, un doute subsiste car ce dernier s'est muré dans le silence :

"Les autorités mexicaines tentaient lundi soir de déterminer la nationalité d'un homme qui a poignardé un prêtre en pleine messe dans la cathédrale de Mexico et s'est présenté d'abord comme Français, puis comme "artiste nord-américain", selon différentes sources.

L'agresseur est de "nationalité française" a indiqué la Commission nationale de sécurité mexicaine dans un communiqué diffusé dans la soirée (…)

L'homme a poignardé le prêtre Miguel Angel Machorro vers 19H00 locale dans cette cathédrale située dans le centre historique de la mégapole. "L'agresseur a attrapé par le cou le prêtre et a tenté de l'égorger. Grâce à Dieu, le père Miguel Angel Machorro a pu se dégager, mais il a été blessé près du poumon avec un objet tranchant", a informé de son côté l'Eglise catholique dans un communiqué."

Lire la suite de l'article

Libé tente de ressusciter Nietzsche

Le quotidien libertaire a confié à un Américain fanatique le soin de rédiger un éditorial hallucinant, dans lequel on peut lire les absurdités suivantes :

"[…] Devant l’absurdité récurrente des Trump et autres phénomènes nationalistes de droite tels que le Brexit, les Le Pen, Wilders, Grillo et compagnie, nous avons des raisons de nous sentir effrayés et désorientés. Etant donné que les masses populistes qui votent pour des autoritaristes à peine déguisés et des aspirants dictateurs sont largement influencées par la religion, l’athéisme offre une porte de sortie. C’est sur ces masses-là que je voudrais m’attarder aujourd’hui, et sur notre combat contre Dieu.

Les menaces qui pèsent sur la France et sur l’Amérique, qu’elles soient internes ou viennent de l’extérieur, ont Dieu pour origine. Bien que le respect de la liberté religieuse soit une pierre angulaire de la démocratie occidentale, force est de reconnaître que les religions elles-mêmes n’apportent aucune liberté, mais plutôt l’asservissement et la perspective d’une guerre inéluctable. Dans les universités, nous avons tendance à penser que le débat autour de Dieu s’est achevé au XIXe siècle, aussi sommes-nous devenus complaisants et avons-nous oublié que notre mission première de créer un monde sécularisé demeure. C’est le but même de l’éducation. […]

Chacun devrait convaincre ses voisins qu’un gouvernement très à droite est plus dangereux que les terroristes, que la France ne devrait pas poursuivre des rêves de grandeur et que Dieu est mort.

Il y a 70 millions de catholiques en Amérique, et leur vote est l’aspect dont

Lire la suite de l'article

Christian Estrosi tente de tirer François Fillon vers la gauche

Christian Estrosi, qui a battu Marion Maréchal-Le Pen aux dernières régionales grâce au renfort de la gauche, alerte François Fillon :

"je regrette que parfois, dans mon propre camp politique, on finisse aussi par banaliser ce FN si haut. On assiste plus dans cette campagne à des règlements de comptes entre la droite et la gauche pour tenter de décrocher la deuxième place derrière elle. Or, tout devrait être fait pour qu'elle ne soit même pas au second tour. Le pire, c'est que je pense même qu'elle est sous-évaluée dans les intentions de vote pour le premier tour.

C'est-à-dire ?

On la crédite à 25 % en moyenne, je pense qu'elle pourrait dépasser les 30 % voire même gagner l'élection présidentielle. C'est pour cela qu'il faut la combattre dès le premier tour, en ne lui laissant aucun terrain et en s'adressant notamment aux classes moyennes et populaires. Le mot social n'est pas un gros mot.

Pourtant, on ne sent pas que le social, les classes moyennes et populaires, soit la priorité de François Fillon dans son programme…

S'il est vrai que la part du social a évolué dans le programme de François Fillon, ça ne sert à rien de faire la course à l'échalote sur le terrain du FN en faisant une surenchère excessive en matière de sécurité et d'immigration. […]

Sens commun a pris une part importante dans la campagne de votre candidat. Qu'en pensez-vous ?

Cela m'inquiète et j'ai eu l'occasion de le dire à François Fillon. Il ne peut

Lire la suite de l'article

Carole Delga (PS) tente de retirer le micro à un élu FN du Conseil régional d’Occitanie

DScène incroyable : la présidente PS du Conseil Régional Carole Delga s’oppose physiquement aux propos tenus par un élu du Front National.

A ce moment, la présidente était sortie de la salle de réunion pour raisons personnelles. La séance était alors présidée par la première vice-présidente Sylvia Pinel. Les échanges sont alors houleux entre la gauche et la droite. A son retour dans la salle, la présidente Delga entend un élu FN, Emmanuel Crenne, dire que les socialistes qui « ont voté les pleins pouvoirs à Pétain en 1940 », n’ont pas de leçon de démocratie à donner aux élus FN. Elle passe près de lui, puis revient sur ses pas et tente de lui arracher son micro.

La séance a ensuite été suspendue et une réunion d’urgence organisée avec les présidents de groupe.

Lire la suite de l'article

Droit de tuer : l’ADMD tente de l’obtenir par la jurisprudence

Unknown-46Le 10 novembre, Jean Mercier, membre de l'ADMD (en photo avec Jean-Luc Romero), jugé en appel pour avoir tué sa femme au nom de ses principes euthanasiques, a été relaxé. Agé de 88 ans, il a été prompt à tuer sa femme, mais il prend son temps pour appliquer son idéologie sur lui-même : il a un cancer de la prostate et la maladie de Parkinson…

L’avocat général avait souligné que cette femme de 83 ans n’était pas « en fin de vie », qu’elle n’était pas atteinte d’un mal incurable, mais qu’elle souffrait « d’arthrose et d’anxiété ».

Jean Mercier avait été condamné en première instance à un an de prison avec sursis pour non-assistance à personne en danger. C’est aussi cette « peine de principe » qui avait été requise en appel.

Mais le jugement a été celui du droit à l’euthanasie contre la loi. L'ADMD était présente au tribunal.

Néanmoins, le parquet général de Lyon a formé un pourvoi en cassation.

Lire la suite de l'article

Les régimes ayant tenté de se substituer aux familles portaient tous la marque du totalitarisme

Dans son éditorial de Ouest-France, Jeanne Emmanuelle Hutin s'élève contre l'atteinte à la liberté scolaire :

"Rappelons ce qu'elles ont vu passer en peu de temps : la théorie du genre et le militantisme d'associations tentant d'influencer les programmes scolaires ; la suppression du latin et du grec et, pour la rentrée prochaine, l'introduction de l'arabe dès les petites classes parmi les langues vivantes. […] Ajoutons, la suppression quasi totale des classes européennes et les nouveaux programmes scolaires… Tout cela donne à beaucoup l'impression d'une marche forcée vers une société multiculturelle. Les familles le vivent d'autant plus mal que cela se fait en catimini, sans débat véritable, au fil des lois et des décrets. Mais surtout, elles s'inquiètent de voir que la conscience de leurs enfants est le lieu de cette bataille. Or, l'État se doit de respecter les consciences. Il ne peut instrumentaliser l'Éducation pour les orienter.

Alors comment s'étonner que le projet de soumettre l'ouverture d'écoles hors-contrat à une autorisation de l'État ne provoque la levée de bouclier de ceux qui sont attachés à la liberté des familles de choisir le mode d'éducation de leurs enfants ? Le motif invoqué de cette réforme est la lutte contre la radicalisation. Si elle est nécessaire, elle ne peut se faire à « n'importe quel prix et certainement pas à celui de la liberté d'enseignement. Le système actuel de déclaration, pleinement appliqué, et si besoin renforcé, répond d'ores et déjà aux exigences légitimes de contrôle par l'État. Il n'y a donc pas lieu de réformer dans l'empressement et

Lire la suite de l'article

Boualem Sansal : «L’ordre islamique tente progressivement de s’installer en France»

Boualem Sansal, écrivain algérien censuré dans son pays d'origine à cause de sa position très critique envers le pouvoir en place, déclare au Figarovox :

"Voici venu le temps du couteau et de l'égorgement. Il est à craindre que cette méthode fasse florès, car un hadith célèbre prête au prophète Mahomet cette terrible sentence adressée aux mécréants: «Je suis venu à vous avec l'égorgement». On a vu combien Daech a pris ce hadith à la lettre et combien de milliers de personnes ont été égorgées comme des moutons, avec tous les raffinements que des esprits malades peuvent inventer pour exalter leur soif de cruauté. C'est le deuxième cas en France: en juin 2015, en Isère, un islamiste avait égorgé et décapité son patron puis accroché sa tête au grillage d'une usine. La méthode va certainement inspirer beaucoup de jeunes islamistes. Au couteau, eux ajouteront la caméra qui démultiplient l'horreur. Ils filmeront leur crime et balanceront le film sur les réseaux sociaux. Le terrorisme islamiste en Europe n'en est qu'à ses débuts, nous verrons avec le temps combien il sait être inventif: l'égorgement, le viol, l'empalement, l'éventrement seront au menu, comme ils le sont au Daech et comme ils l'ont été en Algérie à grande échelle, pendant la guerre civile. Au Daech comme en Algérie, les terroristes sont très fortement endoctrinés et encadrés: ce sont des soldats de la terreur, ils exécutent des ordres. En Europe, une telle organisation n'est pas possible, pas encore. C'est pourquoi les commanditaires et

Lire la suite de l'article