Archives par étiquette : taxe

Il n’existe pas de « journée de solidarité », mais une taxe de 0,3 % sur les salaires

De la CFTC Metallurgie des Yvelines :

Images-8"Dans nos principes fondamentaux, la solidarité entre les êtres humains vient de la communauté de destin et de ce lien qui existe entre tous les êtres humains, du fait qu’ils sont Hommes, et du fait que nous soyons des animaux sociaux. Il est d’ordre social, sociétal, anthropologique et spirituel (métaphysique, si vous voulez). Mais ce lien, pour qu’il manifeste l’amour, doit être librement accepté et habité par nos choix. Ainsi, nous devrions avoir le choix de ce moyen d’expression de l’amour. L’Etat, comme garant du bien commun, peut encourager et privilégier les formes que peut prendre ce lien d’amour envers nos anciens dépendants. Mais le principe de subsidiarité commande que chacun puisse déterminer en conscience la forme que cette solidarité peut ou doit prendre, selon ses moyens et ses devoirs de proximité, à commencer par ses liens familiaux.

Le même principe de subsidarité énoncera également que si il y a une politique publique de prise en charge de la dépendence, elle puisse être financée par l'impôt : c'est le niveau le plus haut, mais c'est bien le bon niveau de financement en face du niveau de responsabilité politique. La question est celle de la nécessité d'atteindre ce niveau.

Lors de l’interview réalisée ce dimanche, le Président de la République a abordé cette question de la dépendance. L’idée d’une deuxième « journée de solidarité » a été évoquée.

Mais de quelle solidarité parle-t-on ? La CFTC rappelle qu’il n’existe pas officiellement de « journée de solidarité », mais qu’il

Lire la suite de l'article

Vers une hausse de la taxe d’habitation pour les résidences secondaires

Il fallait s'y attendre :

"Mauvaise nouvelle pour ceux qui ont la chance de disposer d’une résidence secondaire, leur taxe d’habitation va peut-être s’alourdir. Les communes dans lesquelles l’offre de logements est inférieure à la demande, où les prix de l’immobilier sont chers et les loyers élevés peuvent voter une augmentation de la part qui leur revient de taxe d’habitation pour les résidences secondaires et cela dès l’imposition au titre de 2017. Cette majoration peut être comprise entre 5 % et 60 %.

Jusqu’à présent, les villes qui avaient opté pour cette possibilité le faisaient à hauteur de 20 %, mais « cette année, de nombreuses villes ont décidé de majorer jusqu’à 60 % la taxe d’habitation sur les résidences secondaires de façon presque confiscatoire », juge Jean Perrin, président de l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI).

Cette taxe ne peut pas s’appliquer partout. Il faut que la commune soit située dans une zone où la taxe annuelle pour les logements vacants s’applique. La liste des villes concernées est donnée dans le décret n° 2013-392 du 10 mai 2013 et comprend les principales agglomérations françaises.

« Les communes anticipent les pertes de recettes liées aux exonérations de taxe d’habitation prévues en 2020 et dont personne ne sait par quoi elles seront compensées », explique Julien Biscarat-Aymes, fondateur du site www.jelouebien.com. Paris, Bordeaux, Nice ont ainsi voté cette majoration à 60 %. A Saint-Jean-de-Luz, elle est passée de 20 à 40 %. Pour l’instant, les autres grandes villes n’ont pas appliqué cette majoration."

Après la transformation de

Lire la suite de l'article

Remplacement de la taxe d’habitation par un nouvel impôt : Marine Le Pen l’avait prédit

Suite à l'aveu du secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur Jacqueline Gourault, annonçant que la taxe d'habitation sera en fait compensé par un nouveau prélèvement, voici ce qu'en disait Marine Le Pen lors du fameux débat du second tour face à Emmanuel Macron :

Lire la suite de l'article

Le débat sur la taxe d’habitation n’est qu’un buisson qui cache un maquis fiscal

Olivier Bertaux, expert fiscaliste pour Contribuables associés, est interrogé par le blog de l'Homme Nouveau sur la réforme fiscale d'Emmanuel Macron. Extrait :

Unknown-35"La réforme voulue a pour horizon 2020, ce qui peut paraître une éternité en politique et en fiscalité, d’autant que pas une année ne se passe sans qu’un président ou un gouvernement ne veuille laisser sa marque dans l’histoire chaotique de la fiscalité française. Il est donc un peu tôt pour supputer ce que sera précisément cette grande réforme.

Le président est d’ailleurs lui-même resté très évasif sur ses intentions réelles. Sur le principe, tout juste sait-on qu’il veut rendre une pleine autonomie financière et fiscale aux communes et dans les faits qu’il veut faire table rase de la taxe d’habitation. Mais cela laisse plein d’autres questions en suspens : Quid des autres collectivités locales ? Quid de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires ? Et les autres taxes ? Pour l’instant, on ne parle que de la taxe d’habitation. Or, si celle-ci représente 22 milliards d’euros, ce montant est à comparer aux recettes totales des collectivités locales qui s’élèvent à 170 milliards d’euros, dont 100 milliards d’euros de recettes fiscales.

Le débat actuel sur la taxe d’habitation n’est donc pour l’instant qu’un buisson qui cache un maquis fiscal. Emmanuel Macron se dépêche simplement de mettre en œuvre une de ses grandes promesses de campagne, et qui fut sans doute déterminante dans son succès, histoire de montrer qu’il tient ses engagements. Quant aux grands axes stratégiques, on est plus aujourd’hui

Lire la suite de l'article

Le Village d’enfants de Riaumont, de nouveau éligible au bénéfice de la taxe d’apprentissage

Le Village d’enfants de Riaumont, longtemps privé du bénéfice de la taxe d'apprentissage, vient d'être informé qu'il était à nouveau éligible cette année :

Nous excusant de vous solliciter si tard, nous nous permettons cependant de vous signaler que vous pouvez par ce biais venir au secours de notre trésorerie mise à mal par les obligations de la "mise aux normes handicapés". Aidez-nous à mener à bien notre mission !Toutes informations à l'adresse

R

Lire la suite de l'article

Taxe d’apprentissage : soutenez les écoles libres

La taxe d'apprentissage est le seul impôt dont l'utilisation peut être librement décidée par l'entreprise qui le paie. Ne passez pas à côté de cette formidable occasion de soutenir simplement une cause essentielle, la formation des professeurs de nos enfants.

En versant la taxe d'apprentissage à la Fondation pour l'école, vous pouvez avoir un impact décisif sur l'avenir de notre pays. La Fondation pour l'école forme dans l'Institut Libre de Formation des maîtres (ILFM) les professeurs du primaire. Cette formation a un impact de long terme : la réussite scolaire et professionnelle se joue très largement à l'école primaire. Pour en savoir plus, cliquez sur l'image ci-dessous :

Image

Lire la suite de l'article

Taxe d’apprentissage : soutenez les écoles libres

La taxe d'apprentissage est le seul impôt dont l'utilisation peut être librement décidée par l'entreprise qui le paie. Ne passez pas à côté de cette formidable occasion de soutenir simplement une cause essentielle, la formation des professeurs de nos enfants.

En versant la taxe d'apprentissage à la Fondation pour l'école, vous pouvez avoir un impact décisif sur l'avenir de notre pays. La Fondation pour l'école forme dans l'Institut Libre de Formation des maîtres (ILFM) les professeurs du primaire. Cette formation a un impact de long terme : la réussite scolaire et professionnelle se joue très largement à l'école primaire. Pour en savoir plus, cliquez sur l'image ci-dessous :

Image

Lire la suite de l'article

Nouvelle taxe pour les propriétaires : le nomadisme contre l’enracinement

Depuis plusieurs années, des économistes de gauche (Terra Nova, Conseil d’analyse économique, Thomas Piketty) ne cessent de suggérer au gouvernement de taxer les propriétaires qui n'ont plus d'emprunt à rembourser. Henri Sterdyniak, qui a co-publié cette semaine un rapport favorable à cette taxe, explique au Figaro :

S"Cette idée n’est pas stupide. C’est une question que se posent les économistes depuis bien longtemps. Il n’est pas illogique de taxer l’épargne immobilière de la même manière que l’épargne mobilière. C’est une mesure juste et de cohérence fiscale. Est-il normal que les détenteurs d’actions paient des taxes sur leurs dividendes et que les propriétaires eux ne soient pas imposés sur les loyers implicites? L’équité fiscale implique que deux contribuables ayant le même revenu paient le même impôt.

Mais les propriétaires paient déjà une taxe foncière et une taxe d’habitation.

Ne prenons pas en compte la taxe d’habitation qui est payée aussi bien par les propriétaires et les locataire et surtout n’est pas une taxation qui pèse sur les revenus du capital. Quant à la taxe foncière, son taux d’imposition est de l’ordre de 10% quand celui des dividendes s’élève à 62%. L’idée n’est donc pas d’alourdir la fiscalité des propriétaires mais d’opérer un réajustement entre la taxation des logements et la taxation du travail.

Vous n’êtes donc pas favorable à l’accès à la propriété?

Moyennement. L’achat d’un logement a des effets pervers puisqu’il freine la mobilité notamment lorsque vous perdez votre emploi. Je privilégie l’investissement dans le capital productif, et notamment

Lire la suite de l'article

Une sénatrice UDI, favorable à la mise en place d’une taxe halal

Cette mesure avait été annoncé une semaine après après l'assassinat du Père Hamel, par un haut responsable du culte musulman en France qui la préférait à un concordat. La sénatrice UDI de l'Orne Nathalie Goulet, corapporteur, aux côtés du sénateur (LR) du Bas-Rhin, André Reichardt, du rapport sénatorial «De l'Islam en France à un Islam de France», publié le 5 juillet 2016, après six mois de travaux, déclare au Figaro :

Capture d’écran 2016-08-23 à 13.12.44

 

Ne croyez pas que cette taxe ne concernerait que les musulmans. Les plats halal sont désormais légion et tous nous financerions le CFCM. Avec l'assistance de Bercy, nous entrons dans l'ère de l'halalicité.

Lire la suite de l'article

Yvelines : les Républicains veulent augmenter la taxe foncière de 66%

Le conseil départemental des Yvelines doit entériner vendredi 22 janvier une hausse de la taxe foncière en faisant passant son taux de 7,58 % à 12,58 %, soit +66% d’augmentation.

Au printemps dernier, lors des élections départementales, les Républicains avaient réussi le « grand chelem » en emportant tous les cantons du département des Yvelines. Tranquillement installés sans aucune opposition, ils peuvent donc ponctionner tranquillement l'argent des Français.

Comme le dénonce le SIEL, les Républicains reproduisent à l’échelon départemental ce que les socialistes pratiquent à l’échelon national :

"La Ficelle est connue : cet accroissement de taux se fait en début de mandat puis, avant les prochaines élections départementales, ces élus calmeront leur appétit fiscal pour préserver leur fonction. Nous connaissons en outre leur argumentaire : « Nous sommes bien obligés car le gouvernement baisse la dotation globale de fonctionnement ». La même phrase répétée dans tant d’exécutifs locaux comme les mairies. Il est néanmoins étrange de constater que, soumises aux mêmes contraintes de financement, les mairies « Bleu marine » de Beaucaire à Hénin Beaumont réussissent à réduire ou, au pire, à stabiliser la fiscalité dès la première année de mandat. Alors oui, ces élus du conseil départemental des Yvelines enfument les électeurs en disant qu’ils ne peuvent pas faire autrement. Oui ils ont le même réflexe que leurs amis socialistes de taper dans la poche des Français plutôt que de réviser drastiquement les dépenses publiques. Oui, ils savent se cacher derrière des boucliers bien pratiques

Lire la suite de l'article