Archives par étiquette : Syndicat

Le syndicat Sud Education du 93 propose une formation interdite aux blancs

Le syndicat Sud-Education 93 organise un stage syndical ! »Au croisement des oppressions – Où en est-on de l’antiracisme à l’école ? » les 18 et 19 décembre à Saint-Denis. Certains ateliers sont organisés en « non mixité »; le journal du stage précise en « non mixité raciale ». Parmi les intervenants, Marwan Muhammad, ancien porte-parole du CCIF (Comité contre l’islamophobie en France).

Capture d’écran 2017-11-20 à 07.03.32

Commentaires (1)

Ces crétins congénitaux, par leur choix anti blanc, contreviennnent aux délires contemporains de l'inexistence des races.

Ce sont de parfaits imbéciles.

Il y a bien des races au sein de l'humanité, ils l'avouent eux mêmes.

Rédigé par : rouchet | 20 nov 2017 08:12:53
____________________________________

Lire la suite de l'article

Le syndicat professionnel de l’enseignement libre catholique à la remorque de la gauche tarée

Le syndicat professionnel de l'enseignement libre catholique (Spelc) qui représente près du quart des personnels enseignants ou de droit privé a adopté, depuis 1 an, l'écriture inclusive (en particulier dans le mensuel "L'éducateur chrétien") :

Capture d’écran 2017-10-16 à 19.58.19

Lire la suite de l'article

Le Syndicat national des gynécologues obstétriciens appelle à la démission de Marlène Schiappa

Le Syndicat national des gynécologues obstétriciens de France (SYNGOF) « demande au Premier ministre la démission de sa secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes ». Cette charge fait suite aux propos de Marlène Schiappa sur un « taux d’épisiotomie à 75 % » et des « pratiques obstétricales non consenties, particulièrement sur les femmes étrangères, très jeunes, et handicapées » lors d’une audition devant le Sénat.

« Ce n’est pas de l’amateurisme que de faire la promotion de données non contrôlées, issues d’un militantisme qui a fait le personnage. Ce n’est pas de l’amateurisme que d’affirmer qu’une profession entière maltraite les femmes dont elle a la charge. Il s’agit de fautes professionnelles graves qui ébranlent la crédibilité du gouvernement de la France ».

Lire la suite de l'article

Un syndicat de police recherche une personne du showbiz pour être lui aussi reçu par Macron

Avec les réceptions de Bono et Rihanna, à l'Élysée, le VIGI (syndicat du ministère de l'Intérieur et de la police nationale qui défend les personnels de tous corps) a lancé hier un appel sur les réseaux sociaux pour trouver "une personne du showbiz", qui pourrait lui permettre d'attirer l'attention d'Emmanuel Macron :

Capture d’écran 2017-07-25 à 07.09.58"VIGI. recherche une personne du showbiz pour que notre Président de la République s’intéresse à la sécurité de la population et aux conditions de travail des policiers.

VIGI. a écrit une lettre ouverte, en date du 13 juillet 2017, pour demander une audience auprès de Monsieur le Président de la République concernant les conditions de travail des personnels du Ministère de l’Intérieur et de la Police Nationale, ainsi que pour l’alerter sur les conséquences qu’aura la coupe budgétaire de plus de 370 millions d’euros, sur la sécurité de la population.

La seule réponse de l’Elysée a été un silence, mais son ne sait pas s’il était poli, gêné ou méprisant. Dans tous les cas VIGI. n’a pas eu de réponse argumentée et logique. Mais c’est sûrement parce que nous ne maîtrisons pas encore les nouveaux codes du divin Jupiter, qui nous dirige. Nous ne savions pas que pour évoquer un sujet avec Monsieur le Président, il fallait avoir comme porte-parole une personne du showbiz. L’éduction a RIHANNA, les maladies évitables et la pauvreté ont BONO.

Nous pensions bêtement qu’en tant que syndicat nous pourrions accéder à l’Olympe, vu l’attachement que porte notre « chef des armées » au dialogue

Lire la suite de l'article

L’hypocrisie du Syndicat de la Magistrature

Le Syndicat de la Magistrature a dénoncé hier :

Capture d’écran 2017-02-28 à 08.30.21"Les manœuvres de déstabilisation de la justice, elles, ne connaissent pas de trêve ! La version polie parle de « retenue » ou de « pause » tandis que la version outrancière recycle, dans un discours plaqué, le « gouvernement des juges », les « cabales d’Etat » et fantasme les atteintes à la séparation des pouvoirs. Ceux qui les invoquent se croient autorisés à détourner à leur profit les principes démocratiques, non sans les dégrader sévèrement.

Rétifs à l’égalité devant la loi, certains membres de la classe politique prétendent se construire une immunité pénale et c’est par l’intimidation qu’ils veulent l’imposer. Que l’autorité judiciaire ose faire son travail, enquêter sur les infractions à la loi pénale qui lui ont été dénoncées, constitue pour eux un crime de lèse-candidat.

Au mépris affiché pour la justice viennent de s’ajouter des menaces édifiantes : après avoir refusé de se rendre à sa convocation, Marine Le Pen promet, si elle accédait au pouvoir, de demander des comptes aux policiers et aux juges en guise de représailles.

En démocratie, la loi est la même pour tous et l’autorité judiciaire est chargée de son application, en toute indépendance, dans le respect des règles procédurales et des droits de la défense. N’en déplaise à certains, la séparation des pouvoirs n’est pas l’impunité organisée au profit des élus et de ceux qui aspirent à l’être.

Ces attaques délétères contre la justice et la démocratie doivent cesser : il est grand temps que la retenue change de camp."

Sic.

Lire la suite de l'article

Un syndicat de police dénonce la passivité imposée aux forces de l’ordre par le gouvernement

Objectif politique : laisser faire pour discréditer les mouvements sociaux.

La charge est inattendue. Sur France Info, le secrétaire général du syndicat policier majoritaire Alliance, Jean-Claude Delage, s'est interrogé sur les consignes reçues par les policiers pendant les manifestations. Il s'interroge notamment sur la passivité imposée aux forces de l'ordre lorsque des casseurs sont en action. 

Pourquoi les CRS n'interviennent-ils pas plus rapidement lorsque des groupes de personnes s'en prennent à des vitrines ou des équipements publics? Selon le patron d'Alliance, les policiers ne font qu'obéir aux ordres. 

"Lorsque vous voyez des casseurs détruire les vitrines, saccager des panneaux publicitaires, se servir des tubes néons à l’intérieur pour attaquer les forces de l’ordre et que des policiers mobilisés sont en face d’eux et qu’ils doivent attendre une heure en face d’eux pour intervenir (…) on se demande bien pourquoi.​"

Celui qui appelle les policiers à manifester contre "la haine anti-flics" le 18 mai l'assure: "les policiers veulent interpeller les casseurs". Et d'ajouter: 

"L’Etat doit prendre ses responsabilités, ne pas nous laisser attendre des heures face à des casseurs identifiés, qu’on pourrait même peut-être préventivement assigner à résidence dans le cadre de l’état d’urgence ou interpeller."

Pour Alliance, la stratégie de laissez-faire du gouvernement n'a qu'un objectif, jeter le discrédit sur l'ensemble de la mobilisation contre la Loi Travail" (suite). 

Lire la suite de l'article

L’union des droites se concrétise avec la création d’un syndicat étudiant souverainiste

C'est la nouvelle génération – qui s'en étonnera ? – qui se lance la première :

"Ce sont toutefois des étudiants de droite souverainistes qui sont allés le plus loin en s’affranchissant, eux, de ce « cordon sanitaire » [autour du FN]. Le 4 septembre 2015 ils présenteront publiquement un « nouveau syndicat étudiant », La Cocarde étudiante, dont seize sections ont été montées depuis mai.

À l’origine se trouvent des dissidents des sections de l’UNI de Pau et de Panthéon-Assas. « L’UNI c’est Les Républicains, or ni Les Républicains ni Nicolas Sarkozy ne représentent les idées gaullistes, explique le président de La Cocarde étudiante, Maxime Duvauchelle. Nous sommes des gaullistes sociaux, nous ne sommes pas des ultra-libéraux ».

Maxime Duvauchelle vient d’ailleurs de l’UNI et des Républicains, où il représentait le courant de La Droite populaire à son conseil national. « La condition sine qua non pour défendre les étudiants, c’est d’être indépendant de tout parti politique, poursuit-il. Par souci d’indépendance, j’ai démissionné des Républicains et de La Droite populaire. »

L’originalité de la nouvelle organisation étudiante est d’ambitionner de rassembler sans exclusive, des Républicains au FN. Dans un souci d’équilibre, Maxime Duvauchelle affirme que ses troupes comportent « 40 % de non-encartés, 20 % de Républicains, 20 % de Debout la France et 20 % de FN ». De fait, les dirigeants des courants ou des partis concernés lui réservent un bon accueil."

Interrogés, les présidents des jeunes de la Droite populaire (Les Républicains), du FN et de Debout la

Lire la suite de l'article

Le Syndicat de la magistrature invente le tribunal d’opinion

Et organise le procès symbolique de l'Etat, coupable de violation des droits des enfants Roms, avec la complicité de l'université de Paris 8.

Commentaires (4)

Syndicat de la Magistrature?
Combien d'adhérents?
Quel budget?
Quel montant de subventions publiques?

Rédigé par : C.B. | 29 juin 2015 14:07:32
____________________________________

Les magistrats n'ont-ils pas une obligation de neutralité ?

Rédigé par : SD-vintage | 29 juin 2015 14:25:41
____________________________________

Il n'y a pas besoin d'inventer ce qui existe déjà.

Rédigé par : mt | 29 juin 2015 15:59:31
____________________________________

Et la violation des droits de l'enfant à vivre entre son père et sa mère dans le cadre de la recente decision de Nantes ?
Et la violation des droits de l'enfant à VIVRE tout simplement ?
C'est pour quand le procès ?

Rédigé par : Gautier | 29 juin 2015 20:38:51
____________________________________

Lire la suite de l'article

«Mur des cons» : non-lieu requis pour la présidente du syndicat de la magistrature

4470047_images_545x460_autocropLu ici :

"Le parquet de Paris a requis un non-lieu pour la présidente du Syndicat de la magistrature (orienté à gauche), Françoise Martres, dans l'affaire du «Mur des cons», en estimant les faits prescrits."

En effet, le "Mur des cons" avait été initié sous l'ère Sarkozy. Le parquet estime qu'on ne peut retenir la responsabilité de Françoise Martres comme éditeur du panneau. Elle s'était pourtant bien gardée de le faire retirer…

Pas responsable, pas coupable.

Commentaires (14)

Décidément la caste bourgeoise et libertaire au pouvoir se fiche de nous.Après la "liberté d'expression", voici "l'indépendance de la justice".
C'était comme ça en URSS du temps de Brejnev.
A quand les goulags ?
Quand on voit qui est "charlie", on n'a vraiment pas envioe d'en faire partie…

Rédigé par : Karv | 23 jan 2015 08:40:28
____________________________________

Il ne fallait rien attendre de plus. Car la justice dominée par le syndicats auquel appartient cette présidente n'allait pas condamner sa présidente! C'est ce qu'on appelle une justice indépendante, si quelqu'un avait des doutes il n'en a plus avec ce jugement!
Mais nous sommes dans un pays démocrate où la justice est soi disant indépendante et impartiale, on croit rêver, c'est digne des pays totalitaires!

Rédigé par : lapaladine | 23 jan 2015 08:59:20
____________________________________

C'est du vécu.
Est-il normal que dans un grand palais de justice en France sur des très nombreuses portes de bureaux ,la pancarte "je suis Charlie" soit épinglée en grand ,bien en évidence ?

Rédigé par : Alpin

Lire la suite de l'article

Le Syndicat France Police dénonce toutefois de graves dysfonctionnements

Extrait d'un communiqué du Syndicat France Police :

"[…] Premier dysfonctionnement, celui de notre système judiciaire. Malgré leurs lourds antécédents judiciaires, Chérif Kouachi (filière irakienne, ATWH, séjours au Yémen, entourage) et Amedy Koulibaly (tentative d'évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem, filière des Buttes-Chaumont) étaient en liberté profitant du laxisme de juges qui n'ont jamais eu le courage de prononcer à leur encontre des peines suffisamment sévères.

Second dysfonctionnement conséquence du premier, celui du système de surveillance. Ces individus, par leurs antécédents judiciaires et leurs profils et personnalités inquiétants, auraient dû faire l'objet d'une surveillance particulière et étroite.

Troisième dysfonctionnement, suite à l'attentat commis dans les locaux de Charlie Hebdo, les auteurs étant en fuite et susceptibles de commettre de nouvelles actions, les pouvoirs publics auraient dû davantage mettre en garde la population et l'inviter à limiter ses déplacements et à fréquenter des lieux sensibles.

La politique actuellement menée consistant à empêcher des Français de partir à l'étranger faire le djihad en les laissant libres est absurde. S'ils ne peuvent pas aller combattre en Syrie ou en Irak, ils combattront ici en France. Il faut arrêter de croire qu'on pourra par les mots et la prévention baptiser républicains ces individus.

Cette même politique laxiste qui consiste à simplement mettre en examen les Français de retour du djihad ou de centres d'entraînement sans les placer en détention, conduit à l'importation du terrorisme sur le territoire de la République.

Les lois antiterroristes récemment votées, lois que nous avons critiqué à l'époque, n'ont

Lire la suite de l'article