Archives par étiquette : subi

Les civils algériens ayant subi des dommages physiques liés au conflit peuvent prétendre à une pension

Nous ne sommes toujours pas sortis de la guerre d'Algérie… Le Conseil constitutionnel a censuré, le 8 février, un texte de loi de 1963 qui réservait le droit à une pension pour les victimes d’attentats, durant la guerre d’Algérie entre 1954 et 1962, aux seules personnes possédant la nationalité française à la date de la promulgation de cette loi. Jean Sévillia réagit au micro de Boulevard Voltaire.

Lire la suite de l'article

Les grandes maisons d’édition ont subi des pressions pour ne pas publier les mémoires de Jean-Marie le Pen

On le savait mais cette anecdote en dit long sur la liberté d'expression en France et sur le courage des grandes maisons d'édition :

"Très attendu, parce que maintes fois annoncé, le premier tome des Mémoires de Jean-Marie Le Pen, portant sur la période 1928-1972, paraîtra en mars prochain. Les mastodontes parisiens ayant boudé sa publication, c’est donc Muller, petite maison d’éditions d’Asnières-sur-Seine, qui a raflé la mise. Après avoir lu l’ouvrage, Robert Laffont a préféré décliner l’offre. Idem pour Albin Michel, contraint pour sa part de céder à la pression de certains de ses auteurs phares, telle Amélie Nothomb, menaçant de changer d’éditeur…"

Ceux qui hésitaient entre le dernier roman d'Amélie Nothomb et les mémoires du président d'honneur du FN ne devraient plus hésiter longtemps… Enfin, que cela bénéficie à la maison d'édition Muller, dirigée par Guillaume de Thieulloy, ne pourra que réjouir les lecteurs du Salon beige (voir son interview ici). 

Lire la suite de l'article

L’Apocalypse comme Fatima évoquent en même temps un combat âpre et terrible, subi par l’Église militante désignée comme le reste de sa descendance

Homélie du père abbé de Notre-Dame de Triors, Fr Hervé Courau, en la Solennité de l'Assomption :

Mes bien chers Frères, mes très chers Fils, Deux femmes conversent dans cette page d’évangile, mais en arrière-plan deux enfants à naître sont aussi eux-mêmes en conversation. Marie entre chez Élisabeth : une femme sous un toit, c’est, je crois, l’idéogramme qui, chez les chinois, indique la paix. Marie entre donc dans la paisible intimité de sa cousine, mais sa cousine perçoit en retour l’intimité pacifiante du mystère qui a pris place chez Marie depuis la récente visite de l’ange Gabriel. Et ce va-et-vient entre les deux femmes est accompagné du langage muet entre les deux enfants, à travers le tressaillement dans le Saint-Esprit : le nouvel Adam s’y entretient avec le fils du vieil Adam qui attend avec véhémence le salut : le ciel et la terre ne sont plus séparés, puisque le lien rompu aux origines se noue à nouveau.

Mais en ce jour d’Assomption, nous fêtons Marie entrant dans l’intimité divine avec toute son humanité, en corps et en âme. Un verset de S. Jean me semble souligner l’analogie de la situation avec celle de la Visitation : Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera, et nous viendrons à lui, et nous ferons chez lui notre demeure (Jn. 14,23). La liturgie nous fait découvrir ce grand mystère qui nous dépasse tellement, éblouissant surtout les anges. Sur terre, derrière le voile, nous le devinons suffisamment pour y

Lire la suite de l'article

Les difficultés juridiques sont bien dérisoires au regard du préjudice principal subi par l’enfant issu de la GPA

Suite à l'article scandaleux du Progrès de Lyon faisant la promotion de la GPA, La Manif Pour Tous Auvergne Rhône-Alpes a réagi :

Capture d’écran 2017-07-20 à 07.21.38

Lettre adressée à Pierre FANNEAU , Directeur Général de Le Progrès lprrhone@leprogres.fr

Monsieur le Directeur Général du PROGRES

Le Progrès a évoqué – en pleine page de son édition du 11 juillet – l'histoire d'un garçon né d'une GPA en Inde, et les difficultés juridiques liées à sa situation. La Manif Pour Tous rappelle que la situation des enfants de la GPA a été provoquée par ceux-là même qui ensuite la dénoncent, le père et son conjoint qui invoquent l'intérêt de l'enfant de sortir de cette situation qu'ils ont eux-mêmes créée pour parvenir à leurs fins.

Les difficultés juridiques évoquées apparaissent bien dérisoires au regard du préjudice principal subi par l'enfant issu de la GPA : sa mère a été délibérément écartée pour permettre la réalisation du désir d'enfant d'autrui. Une carte d'identité ne remplacera jamais la mère dont l'enfant commandé par GPA est privé.

La Manif Pour Tous regrette -par ailleurs-la complaisance avec laquelle Le Progrès évoque la location du ventre d'une femme indienne et sa rémunération en vue de livrer un enfant.

La Manif Pour Tous vous remercie de faire part de ce courrier à vos lecteurs

Recevez , Monsieur le Directeur Général, nos meilleures salutations

La Manif Pour Tous Auvergne Rhône Alpes"

Lire la suite de l'article

Liberté d’expression : donner la parole aux femmes ayant subi un avortement

Capture d’écran 2017-01-27 à 18.03.33Depuis quelques jours, une nouvelle page "Facebook" a vu le jour. Son titre est évocateur. Elle s'appelle "IVG : j'en souffre encore, je veux témoigner". 

Elle permet à des femmes  de témoigner (sous couvert d'anonymat) de leur souffrance d'avoir avorté. 

N'hésitez pas à faire connaître cette page autour de vous aux femmes ayant subi un ou plusieurs avortements. Elles pourront envoyer leur témoignage qui, avec leur accord, sera ensuite publié.

Ecrire un témoignage c'est prononcer une parole bienfaisante qui libère. Il est important d'avoir des "lieux" où l'on peut confier sa souffrance sans être jugée ou sans être empêchée de parler.

Cette page offre aussi à ces femmes de pouvoir s'entraider par une mise en relation des unes avec les autres. En effet, ces femmes savent bien ce qu'est l'IVG ou l'IMG parce qu'elles l'ont vécue.

Ainsi celles qui ont pu se relever aident les autres à le faire à leur tour. Cette entraide ne se voit pas "en ligne" mais elle existe grâce à cette page. Une belle initiative à soutenir… surtout en ce moment !

Lire la suite de l'article

Roubaix : la famille qui a dénoncé les voyous a subi des représailles

La famille qui est allée camper, la semaine dernière, dans le hall de la mairie de Roubaix, pour essayer de trouver du soutien, a subi des représailles. Dans la nuit de samedi à dimanche, la voiture que le père s'était fait prêter a été la proie d'un début d'incendie.

La police leur a conseillé de fuir. L’adjointe au maire chargée du logement leur a proposé de financer un hébergement d'urgence en hôtel, en attendant une solution à long terme. 

Lire la suite de l'article

La commission sur le maintien de l’ordre ébranlée par le traitement subi par LMPT

Suite à son audition hier, à l’Assemblée nationale, Ludovine de la Rochère déclare à Famille chrétienne :

"Nous avons été convoqués par la commission d'enquête sur les missions et modalités du maintien de l'ordre républicain. C’est une commission qui a été mise en place sur les questions d’ordre public à la suite des manifestations contre le barrage de Sivens, et du décès d’un jeune homme. La question était de savoir s’il fallait faire évoluer les pratiques ou la législation dans le domaine de l’ordre public.

Quelle a été la teneur des échanges ?

L’audition s’est déroulée de manière très positive et intéressante. On a eu le temps d’exposer les difficultés auxquelles nous avons été confrontés durant nos manifestations. Nous avons évoqué la préparation des événements, qui a parfois été extrêmement difficile, avec par exemple un très grand nombre d’interdictions. Mais aussi le déroulé de l’événement en lui-même et la manière dont ont été traités parfois les manifestants, notamment de manière scandaleuse le 24 mars 2013, où un grand nombre d’enfants, de femmes enceintes et de personnes âgées avaient été aspergés de gaz lacrymogènes. Nous avons pu insister sur l’ampleur des faits qui nous concernent : un très grand nombre d’arrestations, de gardes à vue, de menaces et d’interdictions.

Autre point sensible, nous avons dénoncé l’utilisation politique des prétendus incidents survenus dans nos manifestations. Le gouvernement a en effet voulu faire croire que nous étions violents, en mentant à ce sujet et en exagérant les faits. La Commission a reconnu que, dans toute manifestation, il y

Lire la suite de l'article