Archives par étiquette : stopper

Robert Ménard : “Stopper au maximum l’arrivée de nouveaux migrants, favoriser leur intégration, expulser tous ceux qui sont en situation irrégulière”

Comme Philippe de Villiers l'a expliqué en évoquant le Grand remplacement sur BFM TV, Robert Ménard estime également qu'Emmanuel Macron devra relever le défi de l'immigration-invasion s'il veut satisfaire réellement les Français. Extraits de son interview :

On vous sent parfois comme indulgent à l’égard d’Emmanuel Macron

(…) Je ne suis pas de ceux qui pratiquent la politique du pire. Peut-être, aussi, que notre petite expérience du pouvoir à Béziers (…) me conduit à davantage prendre en compte le poids du réel, des contraintes. Mais, surtout, je juge sur pièces. Et, pour l’instant, c’est plus encore pour ce qui n’est pas fait par Emmanuel Macron que je serai critique. En clair, si j’approuve sa politique, par exemple, dans le domaine de l’école, je ne peux que constater son silence sur tout ce qui touche à la crise d’identité que vit notre pays. Or, cette question est au cœur de l’immense malaise de ceux que je rencontre tous les jours. Un pays qui doute de lui-même aura le plus grand mal à se ressaisir, à mettre en œuvre les mesures qui s’imposent pourtant. Comment demander toujours plus d’efforts à ceux qui n’ont presque rien quand on continue à ouvrir nos frontières à ceux-là mêmes qui viennent les concurrencer sur le marché du travail ou leur imposer des modes de vie étrangers à tout ce qu’ils sont ?

Le ministre de l’Intérieur fait preuve, pourtant, d’un certain courage face aux associations pro-migrants…

Si vous me demandez de choisir entre Gérard

Lire la suite de l'article

Appel pour stopper les sanctions internationales contre la Syrie

PLe 23 Août, les trois patriarches de Syrie,

  • Gregorius III, patriarche melkite grec catholique,
  • Ignace Ephrem II, patriarche syriaque orthodoxe
  • Jean X patriarche grec orthodoxe,

ont publié un appel commun demandant à la communauté internationale de mettre fin aux sanctions internationales sur la Syrie.

Cet appel a recueilli près de 35000 signatures sur CitizenGo.

Depuis le début de la crise en Syrie, en 2011, l'impact des sanctions économiques et financières s’est accru et s’en ressent sur la vie quotidienne des syriens. 

L'absence de nouveaux investissements, l'interdiction des vols internationaux vers la Syrie, la réduction des exportations, ainsi que la constitution de listes noires concernant certaines entreprises syriennes constituent des mesures économiques qui entrainent, de facto, l'isolement de la Syrie de la communauté internationale. La fermeture des ambassades et le départ de leurs employés réduit les relations diplomatiques entre la Syrie et le reste du monde. De même, l'interdiction des transactions bancaires internationales avec la Syrie met les gens dans une grande difficulté financière, appauvrit les citoyens et les privent de leur dignité humaine.

Alors que la monnaie syrienne s’effondre jour après jour, les prix des produits de base s’accroissent, comme s’accroit la misère qui en est la conséquence.

Les objectifs de ces sanctions sont politiques. Mais à la fin, c’est le peuple syrien, et en particulier les plus pauvres, qui en payent les frais.

Lire la suite de l'article

Pour stopper la GPA, le combat va continuer au Sénat

Cpgpasenat.002

La Manif Pour Tous déplore que, prisonnière de ses calculs d'appareils, la majorité parlementaire n'a pas osé voter pour des propositions de loi au motif qu'elles avaient été déposées par des députés de l'opposition. Mais le contenu du débat parlementaire de ce jour montre que le scandale de la GPA (Gestation Par Autrui) est désormais clairement dénoncé par tous les députés, de droite comme de gauche. C'est une véritable avancée dans le combat pour les droits des femmes et des enfants, victimes de ce scandaleux business aussi lucratif qu'intolérable. Enfin, les masques tombent et la réalité sordide de la GPA est aujourd'hui unanimement reconnue. Le soutien du groupe Communistes et de députés du groupe socialistes (détail des votes ici) est un signal fort qui doit être largement entendu. Cette évolution du discours fait écho à l'opinion publique qui rejette fortement la GPA. Selon un sondage Opinion Way pour La Manif Pour Tous réalisé du 3 au 5 mai 2016, 6 Français sur 10 considèrent que la GPA a des conséquences négatives pour la mère, et une nette majorité (52%) dénonce les conséquences sur l'enfant. 

Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, déclare :

« Parce que la lutte pour la dignité des femmes et des enfants est une urgence, nous devons poursuivre notre mobilisation. Les signaux sont au vert et le vent tourne. Nous allons travailler avec les sénateurs pour initier une nouvelle proposition de loi pour stopper la GPA non seulement en France mais aussi

Lire la suite de l'article

Qui veut stopper la GPA ?

La Manif Pour Tous sera attentive aux votes des députés qui ont une occasion historique de faire stopper le scandale de la GPA et des mères porteuses :

"Drapeaux géants et banderoles ont été déployés sur l'esplanade des Invalides lors d'un happening à 12h30 pour encourager les députés à adopter ces propositions de lois.

1

Pour lutter contre la GPA (Gestation Par Autrui), les engagements pris par Manuel Valls le 3 octobre 2014, à la veille d'une forte mobilisation de La Manif Pour Tous, sont toujours restés lettre morte. Le Premier Ministre avait pourtant été très clair pour dénoncer le scandale d'une pratique indigne qui réduit l'enfant au rang d'objet et la femme à celui de moyen de production. Interdite en France, la GPA n'est toujours pas interdite aux Français qui peuvent passer commande via des agences qui facturent les enfants plusieurs dizaines de milliers d'euros, et parfois plus. Et grâce à la circulaire Taubira, les faux parents, c'est à dire les commanditaires ou clients, peuvent faire inscrire l'enfant à l'état civil français. Cette circulaire est donc un passeport pour le développement du commerce d'enfants. L'hypocrisie est énorme car si certains cherchent à rassurer l'opinion en expliquant que la GPA est interdite en France, elle demeure en réalité autorisée pour nos ressortissants."

3

Ludovine de La Rochère déclare :

« La dignité des femmes et des enfants n'a pas de frontières ». « Ce qui est indigne en France l'est aussi dans les autres pays. C'est pourquoi, il faut se mobiliser

Lire la suite de l'article

Une fille de 11 ans droguée pour stopper sa puberté

Ignominie trouvée dans Sud-Ouest :

"Depuis le mois d’octobre, l’enfant de 11 ans reçoit des injections pour bloquer la poussée des seins et l’apparition des règles. Il est le premier enfant dans ce cas au Pays basque espagnol. […] Elle est un garçon. Malgré ses deux chromosomes X, l’enfant n’en démord pas depuis son plus jeune âge. À tel point qu’Ane, 11 ans, se fait désormais appeler Leo, dans sa famille et à l’école. Dans la communauté autonome d’Euskadi, il est le premier mineur transgenre ["transsexuel" étant le terme psychiatrique désignant une personne atteinte d’un trouble mental, la dysphorie de genre] à recevoir un traitement pour stopper le développement de sa puberté.

Les injections de Decapeptyl tous les 28 jours ont démarré au mois d’octobre dernier. Elles doivent freiner l’apparition des caractères sexuels secondaires. En l’occurrence, dans le cas de Leo, la poussée des seins et l’apparition des règles. Le traitement peut paraître lourd. À juste dose, les spécialistes assurent qu’il est réversible. L’enfant peut en effet décider de l’arrêter à tout moment.

"Le but de ces injections est de lui donner du temps", commente la maman, Monika Zamora. "Du temps pour être convaincu de son choix : devenir un garçon. Mais aussi pour comprendre quelles seront les prochaines étapes s’il souhaite changer de sexe." Celles-ci vont de la transition dite légale (changement d’état civil) à la transition médicale (injections de testostérone, voire une éventuelle phalloplastie). Si Leo souhaite amorcer cette phase médicale, le préadolescent pourra le faire à partir

Lire la suite de l'article