Archives par étiquette : souvent

Il y a beaucoup de dirigeants politiques qui se disent catholiques, qui souvent démontrent peu de cohérence avec les convictions catholiques

Dans un message vidéo adressé aux participants d’une rencontre d’hommes politiques catholiques à Bogota (1er -3 décembre), le pape François a appelé les chrétiens à s'engager dans la cité. Extraits cités par Chrétiens dans la cité :

F"Depuis le pape Pie XII jusqu’à ce jour, les pontifes qui se sont succédé ont toujours fait référence à la politique comme une forme élevée de charité. On pourrait aussi traduire comme un service inestimable de dévouement pour l’accomplissement du bien commun de la société. […] Ce qui est clair, c’est qu’il y a besoin de dirigeants politiques qui vivent avec passion leur service aux populations, qui vibrent avec les fibres intimes de leurs ethos et de leur culture, solidaires avec leurs souffrances et leurs espérances ; des hommes politiques qui mettent en avant le bien commun par rapport à leurs intérêts privés, qui ne se laissent pas intimider par les grands pouvoirs financiers et médiatiques, qui soient compétents face aux problèmes complexes, qui soient ouverts pour écouter et apprendre dans le dialogue démocratique, qui conjuguent la recherche de la justice avec la miséricorde et la réconciliation. 

Il y en a beaucoup qui se disent catholiques – et il ne nous est pas donné de juger leurs consciences, mais leurs actes si –, qui souvent démontrent peu de cohérence avec les convictions éthiques et religieuses du magistère catholique. Nous ne savons pas ce qu’il advient dans leurs consciences, nous ne pouvons la juger, mais regardons leurs actes. Il y

Lire la suite de l'article

« On vous appelle souvent catholiques traditionalistes. Ne vous faites pas appeler ainsi. Vous êtes catholiques, et c’est tout »

Le jeudi 14 septembre, fête de l’Exaltation de la Sainte Croix, s’est déroulé à Rome, dans l’auditorium de l’Université pontificale Saint-Thomas-d’Aquin, un congrès sur le thème : « Le motu proprio Summorum Pontificum de Benoît XVI, une nouvelle jeunesse pour l’Eglise », organisé par le Cœtus internationalis Summorum Pontificum. Extrait du compte-rendu de l'abbé Angelo Citati, FSSPX :

"[…] Les travaux de la matinée se sont achevés par une intervention très brillante de Martin Mosebach, célèbre essayiste allemand, sur « la sainte routine ou le mystère de la répétition ». En s’appuyant sur des citations scripturaires et patristiques, mais aussi sur les principes esthétiques de Johann Joachim Winckelmann, il a proposé une analyse critique très détaillée du n. 34 de la constitution Sacrosanctum Concilium de Vatican II sur la liturgie, d’après lequel « les rites […] seront d’une brièveté remarquable et éviteront les répétitions inutiles ». Mosebach a signalé le caractère contradictoire de cette affirmation du Concile, car la liturgie est constituée par définition d’actes qui se répètent sans cesse, et toute tentative de considérer certains de ces actes comme « utiles » et d’autres comme « inutiles », est donc inévitablement vouée à l’arbitraire. Il a aussi souligné la contradiction selon laquelle les fidèles de la Tradition, bénéficiaires du motu proprio, seraient les seuls auxquels on demande d’être bi-ritualistes, alors que d’une manière générale l’Eglise demande à chacun de ses membres de n’avoir qu’un seul rite.

Les travaux de l’après-midi ont débuté par une conférence du cardinal Robert Sarah, Préfet de la Congrégation pour le Culte divin, sur « le

Lire la suite de l'article

La décision d’avorter est souvent le fruit d’une lâcheté collective qui abandonne la femme

Nicolas Sévillia est l’un des porte-parole de la Marche Pour la Vie 2017. Il répond aux questions de Nouvelles de France. Extraits :

6a00d83451619c69e201b7c8bc64b1970b"La 11ème Marche pour la Vie aura lieu le 22 Janvier à Paris. Désormais constituée en association, elle rassemble sous le même sigle un collectif d’associations pour certaines engagées depuis plus de 20 ans dans la défense de la vie, parmi elles la Fondation Jérôme Lejeune, Renaissance Catholique, Choisir La Vie, rejointes cette année par une nouvelle génération engagée, les Eveilleurs d’Espérance, les Survivants, mais aussi l’Avant-Garde, qui réclame pour son avenir une véritable politique d’accueil de la vie. Elle a par ailleurs reçu le soutien officiel de la Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques (AFC). […] Cette 11e Marche Pour La Vie est fondamentale car elle se situe au cœur d’une année présidentielle. C’est donc plus que jamais le moment de lancer un message fort à nos politiques.

Les attaques contre la vie n’ont jamais été aussi importantes, depuis le projet de loi Santé qui a supprimé en janvier 2016 le délai de réflexion d’une femme ayant recours à l’avortement et autorisé un nouveau régime de recherche sur l’embryon, jusqu’à l’arrivée sur le marché du nouveau Diagnostic Prénatal Non Invasif, dont l’objectif avoué est de traquer jusqu’au dernier fœtus l’enfant trisomique. Après avoir franchi étape par étape tous les degrés de la transgression (suppression de la condition de détresse, du délai de réflexion, résolution réaffirmant le droit fondamental  à l’avortement), le gouvernement cherche désormais à punir

Lire la suite de l'article

«Comment pouvons-nous vouloir un dialogue avec l’islam alors que souvent nous ne pouvons même pas en avoir un entre nous dans l’Église ?»

DLe cardinal Dominik Duka, archevêque de Prague, primat de Bohême et président de la Conférence des évêques catholiques tchèques, après l’égorgement du Père Jacques Hamel, rédigea un article destiné à l’hebdomadaire Katolický týdeník qui, outre le fait d’être une publication catholique réputée en Tchéquie, est la propriété de la Conférence épiscopale dont le cardinal Duka est le président…

Dans son article, le cardinal, reprenant des propos du pape François, mettait en garde contre« une politique d’accueil disproportionnée et acharnée » des migrants musulmans. Pour lui, l’assassinat du Père Hamel constituait une « leçon » donnée à tous ceux qui avaient minimisé de précédents incidents semblables et tenu ceux qui les perpétraient pour des personnes frustrées ou mentalement dérangées :

« Garder le silence ou mentir sur les causes réelles de cette situation reviendrait à participer au suicide de la civilisation ».

Il appelait à prier davantage pour les victimes du terrorisme qu’à chercher des excuses ou des justifications aux terroristes musulmans.

« Il y a dans l’islam une tendance à la violence qui est dissimulée et on doit encourager les fidèles musulmans à s’y opposer ».

« La question que je me pose c’est comment pouvons-nous vouloir un dialogue avec l’islam alors que souvent nous ne pouvons même pas en avoir un entre nous dans l’Église ? ». 

Cette remarque était, en quelque sorte, prémonitoire puisque l’article du cardinal fut refusé par Antonin Randa, rédacteur en chef de Katolický týdeník… Le cardinal Duka censuré dans l’hebdomadaire de la Conférence épiscopale dont il est le président !

Le

Lire la suite de l'article

Avortement : François Fillon s’est trompé et même souvent trompé…

Voici ce que déclare François Fillon dans le dernier numéro du Figaro Magazine :

FillonFrançois Fillon s'est trompé en écrivant son livre. Nous en prenons acte.

Néanmoins, ce n'est pas la première fois que ce candidat à la candidature suprême se trompe et cela pose question, comme on dit…

En effet, le 26 novembre 2014, il a voté en faveur d'une résolution parlementaire réaffirmant le droit fondamental à l’interruption volontaire de grossesse en France et en Europe. Le détail du scrutin est ici.

Scrutin IVG droit fondamentalC'est bien gentil d'être contre la loi, mais si c'est pour ne pas s'y opposer formellement lors d'un vote solennel, il est bien évident que l'on ne peut pas revenir dessus. Et nous attendons que nos élus mettent leurs votes en adéquation avec leurs convictions, ou prétendues telles.

Lire la suite de l'article

La laïcité à la française est souvent perçue à l’étranger comme un principe d’interdit

Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire de la laïcité, et Nicolas Cadène, rapporteur général, ont remis ce matin au Palais de l’Élysée le troisième rapport annuel de l’Observatoire de la laïcité au Président de la République. Ils constatent :

"Ce rapport comprend également un recueil très large et inédit des perceptions à l’étranger du principe de laïcité. Il en ressort que la laïcité est souvent perçue à l’étranger, à tort, comme un principe d’interdit. L’Observatoire de la laïcité recommande donc la poursuite des initiatives expliquant ce principe majeur de la République par nos postes diplomatiques."

Pourquoi "à tort" ? Quand l'Association des Maires de France recommande d'interdire les crèches dans les lieux publics, il y a comme un parfum d'interdiction.

Cette affaire de crèches de Noël est citée en page 47 :

"L’article 28 de la loi du 9 décembre 1905 s’applique également à la question des crèches de la Noël dans l’espace public : il laisse une large marge d’appréciation dans la qualification ou non d’emblème religieux de ces représentations figuratives.

  • Ainsi, une appréciation par le juge in concreto, guidée par les circonstances locales de temps et de lieu, par la récurrence de l’exposition, et par la présentation publique qui en a éventuellement été faite, s’impose.
  • En amont, la collectivité ou le gestionnaire du service public devra prendre en considération l’existence ou non d’un particularisme local qui justifierait cette installation dans un espace public ouvert à tous en tant que simple « exposition » culturelle ou traditionnelle. Les autorités publiques

Lire la suite de l'article

“Dans une société souvent éprise de consommation et de plaisir, d’abondance et de luxe, d’apparence et de narcissisme”

Homélie du pape lors de la messe de minuit :

"En cette nuit, resplendit une « grande lumière » (Is 9, 1) ; sur nous tous brille la lumière de la naissance de Jésus. Comme les paroles du prophète Isaïe que nous avons écoutées sont vraies et actuelles : « Tu as prodigué la joie, tu as fait grandir l’allégresse » (9, 2) ! Notre cœur était déjà rempli de joie par l’attente de ce moment, mais maintenant, ce sentiment est multiplié et surabonde, parce que la promesse s’est accomplie, finalement elle s’est réalisée. Joie et allégresse nous assurent que le message contenu dans le mystère de cette nuit vient vraiment de Dieu. Il n’y a pas de place pour le doute ; laissons-le aux sceptiques qui, pour interroger seulement la raison, ne trouvent jamais la vérité. Il n’y a pas de place pour l’indifférence qui domine dans le cœur de celui qui ne réussit pas à aimer parce qu’il a peur de perdre quelque chose. Toute tristesse est bannie, parce que l’Enfant Jésus est le véritable consolateur du cœur.

Aujourd’hui, le Fils de Dieu est né : tout change. Le Sauveur du monde vient pour se faire participant de notre nature humaine ; nous ne sommes plus seuls ni abandonnés. La Vierge nous offre son Fils comme principe d’une vie nouvelle. La lumière vient éclairer notre existence, souvent enfermée dans l’ombre du péché. Aujourd’hui découvrons d’une façon nouvelle qui nous sommes ! En cette nuit, nous est rendu manifeste le chemin à parcourir pour rejoindre le but. Maintenant, toute

Lire la suite de l'article

Les femmes optent souvent pour l’avortement sous la contrainte

A l'occasion du 8 mars, journée de la femme, l'Académie pour la vie du diocèse de Bayonne se penche sur une souffrance que la femme est bien souvent seule à porter : celle de l’avortement. Raphaëlle Coquebert, éducatrice à la vie, écoutante pendant 5 ans auprès de femmes blessées dans leur maternité, écrit :

"« Je m'appelle Wendy et en 2013, j'ai subi une IVG médicamenteuse. Cela a été horrible. J’ai tué mon bébé. Je l’ai senti partir. Un an après, je n'arrive pas à m’en remettre. Je regrette tellement ce que j’ai fait ! Je ne sais comment faire pour aller mieux. Pour ne plus y penser sans me torturer ».

« J'ai eu 41 ans en 2014 et j'ai fait une IVG à l’âge de 28 ans. Pour moi, c'est un regret éternel. Je ne m’en suis jamais remise. Cette IVG a complètement pourri ma vie (…). Je pleure tous les jours, même après 14 années écoulées ! »

Cette prise de conscience date d’une quinzaine d’années. Avant, une chape de plomb idéologique empêchait qu’une seule critique soit émise sur cet acte, considéré comme l’un des dogmes fondateurs, donc intouchables, de l’idéologie féministe. Peu à peu, le réel reprenant toujours ses droits, des témoignages sont apparus, dans la presse et à la télévision, relatant la profonde souffrance de femmes ayant interrompu leur grossesse. Quelques-unes ont osé partir à la recherche d’un éditeur pour livrer leur expérience personnelle, la plupart du temps teintée de regrets et de désespoir. Encouragés par ces confidences irrécusables, en un temps

Lire la suite de l'article

“Les cathos de gauche ont souvent des reflexes très hostiles”

François Foucart a été à la fois chroniqueur judiciaire et informateur religieux à France Inter. Il est aujourd'hui chroniqueur à L'Homme Nouveau. Il vient de faire paraître un nouveau livre, évoquant des affaires criminelles qu’il a suivies. Il déclare à Présent :

"Un journaliste doit être curieux, cultivé (ce qui est assez rare dans la jeune génération), savoir rédiger vite et bien et faire preuve d’un certain esprit de synthèse. Et naturellement, être « libre dans sa tête » et ne pas s’aligner sur les clichés proposés de façon permanente. Il doit toujours s’efforcer de comprendre les faits et les hommes qui sont derrière ; il n’est pas là pour insulter ou pour condamner.

Dans des affaires sensibles mais lointaines comme le procès Touvier, tout anachronisme est à éviter. Si l’on utilise les règles de lecture de 2014, le cheminement d’un milicien ou d’un collaborateur devient incompréhensible.

Vous avez été à la fois chroniqueur judiciaire et informateur religieux pour France Inter : quel lien voyez-vous entre les deux ?

On a écrit que je m’occupais d’une part des saints, d’autre part des voyous. C’est vrai que passer de Jean-Paul II à Omar Addad… Simplement, je me suis intéressé à tout ce qui est criminel, peut-être parce que j’ai une formation en psychologie et psychopathologie : il me semblait intéressant de savoir ce qui se passe dans la tête d’un homme ou d’une femme qui devient délinquant ou criminel. […]

Quant à la rubrique religieuse, je l’ai prise car personne n’en voulait, n’y connaissant rien !

Lire la suite de l'article

Pourquoi les commentaires sont souvent fermés

Le plus souvent par manque de temps pour les valider. Mais pas seulement comme l'indique cet article :

"Il faut dire que souvent les commentaires, quel que soit le site, de The Atlantic à Yahoo en passant par YouTube, Facebook, Twitter… sont stupides, ignorants, hors sujet, racistes, sexistes, menaçants, agressifs… En fait, tout simplement sans intérêt si ce n’est de permettre à quelqu’un de se défouler et d’évacuer son mal être et sa frustration.

Pas étonnant, si le sentiment anti commentaires se développe sur le web et si les sites sont de plus en plus nombreux à décider de ne plus en avoir tant ils ont tendance à dévaloriser le contenu publié, les articles et les idées et thèses avancées. «Même sur les sites où les lecteurs sont intelligents et prévenants, les commentaires ont tendance à être des listes d’idées avancées sans lien les unes avec les autres plutôt qu’un vrai débat», écrivait déjà en 2011 Rebecca Rosen toujours sur The Atlantic en dressant un constat sévère sur ce qu’apportent vraiment les commentaires.

L’an dernier Popular Science, qui est tout sauf un site politique et idéologique, a tout simplement  décidé de bannir les commentaires de l’ensemble de son site. Pourquoi? Les éditeurs expliquent que les commentaires, anonymes ou pas d’ailleurs, sapent l’intégrité de la science et mènent à une culture d’agression et de moquerie qui fait obstacle à des échanges de qualité.

Le commentaire, souvent écrit par quelqu'un qui n'a pas lu l'article, influence la perception

Lire la suite de l'article