Archives par étiquette : Sous

Bénédiction de la statue placée sous le vocable de « Marie qui guérit les couples »

1 Marie qui guérit les couples  pierre polychrome  120 cm  2018Samedi 3 février, à 11h15 en l’église paroissiale de Solesmes (Sarthe), le nonce apostolique en France, Son Excellence Mgr Luigi Ventura, bénira à l’issue de la messe la nouvelle statue placée sous le vocable de « Marie qui guérit les couples », en présence du TRP Abbé de Solesmes, Dom Philippe Dupont, et avec la bénédiction de Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris.

Un vin d'honneur suivra la cérémonie. Placée sur un piédestal, « Marie qui guérit les couples » accueille sous son manteau ceux qu’un amour vrai a uni et qui cherchent un nouveau souffle. Un sentiment de paix et de consolation émane de cette œuvre sculptée par Gauthier Courtin.

Des milliers de couples ont fait la neuvaine à « Marie qui refait les couples »… De très nombreux témoignages ont fait connaître les grâces reçues…

Lire la suite de l'article

“Sous mon gouvernement, nous défendrons toujours le tout premier droit de la Déclaration d’indépendance, et c’est le droit à la vie”

Extrait de l'allocution de Donald Trump hier à la March for Life à Washington :

Capture d’écran 2018-01-20 à 09.56.15"Sous mon gouvernement, nous défendrons toujours le tout premier droit de la Déclaration d’indépendance, et c’est le droit à la vie. Comme vous le savez, de Roe contre Wade est résulté l’une des lois d’avortement les plus permissives du monde. Nous sommes l’un des seulement sept pays qui permettent le choix d’avortements tardifs, avec la Chine ou la Corée du Nord. C’est mal, et ça doit changer.

Les Américains sont de plus en plus pro-vie, vous le voyez tout le temps. En fait, 12% seulement des Américains soutiennent l’avortement à la demande.

La Marche pour la vie est un mouvement né de l’amour, vous aimez vos familles, vous aimez vos voisins, vous aimez votre nation. Et vous aimez tous les enfants, nés ou à naître, parce que vous croyez que la vie est sacrée, que chaque enfant est un précieux don de Dieu.

Nous savons que la vie est le plus grand miracle de tous, nous le voyons dans les yeux de chaque nouvelle mère.

Je veux remercier chacune des personnes ici aujourd’hui qui travaillent avec un si grand cœur et un infatigable dévouement pour assurer que les parents aient le soin et soutien dont ils ont besoin pour choisir la vie.

Grâce à vous, des dizaines de milliers d’Américains sont nés et ont atteint le potentiel que Dieu leur a donné. Grâce à vous !"

Et l'intégralité en vidéo (traduction automatique en cliquant sur paramètres)

Lire la suite de l'article

80 % des femmes tchèques qui ont avorté considèrent l’avoir fait sous la contrainte

Unknown-6Lu dans Présent :

"les défenseurs du droit à la vie en Tchéquie se sont entendus avec un des principaux distributeurs de tests de grossesse du pays. Chaque test de grossesse sera accompagné d’un feuillet de la campagne « Nous ne jugeons pas, nous aidons », avec la proposition : « Tu as une grossesse non désirée et tu te sens contrainte d’avorter ? Nous pouvons t’aider pour que tu n’aies pas à prendre ta décision sous la pression. » Selon les organisateurs de la campagne, 80 % des femmes tchèques qui ont avorté au cours de leur vie considèrent l’avoir fait sous la contrainte."

Lire la suite de l'article

Notre Dame d’Orveau, internat catholique sous contrat d’association, recrute

Vous êtes enseignant titulaire dans l’enseignement catholique. Vous voulez trouver un nouveau challenge dans un établissement qui assume sa tradition d’établissement congréganiste au service de l’éducation complète de la personne.

Vous souhaitez trouver un cadre apaisant en pleine douceur angevine.  Quelle que soit votre matière mettez vous au mouvement et  faîtes vous connaitre.

Vous souhaitez apporter à vos élèves vos connaissances dans un cadre bienveillant et exigeant.

Rejoignez Notre-Dame d'Orveau et faites partager votre foi et vos valeurs en plus de votre savoir.

Contactez Yann de Cacqueray : Collège et lycée Notre Dame d’Orveau   Nyoiseau 49500 Segré en Anjou Bleu  0241922661 direction@orveau.com www.orveau.com

Lire la suite de l'article

Sous Obama le Département d’Etat avait signé l’Accord de Paris sans la ratification du Sénat

Cela lui vaut d'être poursuivi en justice par le Competitive Enterprise Institute (CEI), un think-tank libertarien :

Unknown-8"Aux Etats-Unis, le Sénat doit normalement, en vertu de la constitution, approuver chaque traité signé par l’exécutif à une majorité des deux tiers. Le Département d’Etat refuse toujours, sous la présidence de Donald Trump, de divulguer notamment les courriels de deux hauts fonctionnaires travaillant au ministère au moment où il a été décidé de ne pas qualifier l’Accord de Paris comme un traité, pour empêcher son rejet par le Sénat. Considérant que cette rétention de documents est une infraction à la loi sur la liberté d’information (Freedom of Information Act, FOIA), le CEI a donc décidé d’intenter un procès le 11 novembre dernier.

Dans son communiqué de presse, le CEI rappelle que l’administration Obama a exclu le Sénat de la procédure de signature du traité afin de pouvoir rejoindre l’Accord de Paris. Il rappelle aussi que, malgré un avis juridique dénonçant la violation de la Constitution que représentait le court-circuitage du Sénat, le Républicain Bob Corker, président de la Commission des Affaires étrangères du Sénat, ne s’y était pas opposé publiquement. Le CEI dit vouloir comprendre ce qui a motivé son silence.

La question que se pose aujourd’hui William F. Jasper dans “The New American”, c’est de savoir pourquoi Donald Trump et son secrétaire d’État Rex Tillerson continuent de retenir ces documents. Serait-ce pour empêcher que la signature de l’Accord de Paris par les Etats-Unis soit reconnue comme nulle

Lire la suite de l'article

L’adoption et l’accouchement sous X comme alternative vitale au tout avortement

Témoignage lu sur le site des veillées pour la vie :

DianePauline« Nous nous sommes mariés le 23 octobre 2010, nous avions alors la trentaine et formulions ce jour-là le vœu d’avoir de nombreux enfants. Les années passent, l’épreuve de l’infertilité nous dépassent dans un premier temps puis nous apprenons à vivre avec la ferme espérance qu’un jour l’enfant viendra…

En 2013, nous débutons nos démarches d’adoption et le 14 février 2017 nous rencontrons notre fille, Diane-Isabelle, née en 2016 en France, souffrant d’une malformation vertébrale et nourrie par sonde naso-gastrique depuis plusieurs mois pour un refus de s’alimenter.

Petite pupille de l’Etat, née sous « X », « sous le secret » comme on dit aujourd’hui.

Depuis des années nous prions et offrions nos souffrances de l’attente pour qu’une mère dans le doute aille au bout de sa grossesse et que nous puissions devenir les parents de cet enfant si elle souhaitait le confier à l’adoption. Aussi, il nous plaît de nous dire que nos prières ont été exaucées à travers cette femme qui a donné la vie dans un monde où l’avortement est « la solution »… Et nous la remercions d’avoir mené le combat de la vie pour cette petite qui allait devenir notre enfant…

Sauvée des eaux comme Moïse, la vie plus forte que la mort.

Lorsque Diane nous a été proposée, nous demandions depuis peu au Seigneur : « que ta volonté se fasse en nous, que veux-tu vraiment pour notre couple ?, nous sommes

Lire la suite de l'article

Le marxisme sous Macron : non à la lutte des classes opposant hommes et femmes !

Les ficelles sont vieilles et les méthodes éculées mais les Français sont des veaux, disait Charles De Gaulle. Voilà pourquoi #balancetonporc marche si bien sur Twitter. Et pourtant, l'éloge de la virilité vient d'une femme :

"Les pudibonds qui pensent régler le problème en séparant hommes et femmes, parce que les uns seraient des porcs incapables de se maîtriser et les autres des proies potentielles, nous préparent un monde à la fois sordide et dangereux.

C'est un déferlement. Le problème n'est pas dans le fait que des femmes clament enfin leur colère de se voir traitées comme de la viande par des goujats plus ou moins puissants et plus ou moins entreprenants. Voilà qui serait même plutôt salutaire. Car il est des limites dont le franchissement relève de l'agression. Mais en cette période d'éruption générale, on ne peut retenir une pensée émue pour un être dont le sort n'a que peu de chances d'émouvoir les modernes porte-parole de la souffrance féminine: l'homme normal.

Entendons-nous bien: l'homme normal n'est pas ce personnage des milieux politiques ou médiatiques, forcé par sa notoriété à devancer les exigences d'une foule numérique avide de vengeance plus que de justice, et faisant assaut d'un féminisme surjoué …( suite payante sur lefigaro.fr)"

Lire la suite de l'article

Macron sous le pentagramme

Lu sur Réinformation.tv :

Le-street-artist-Obey-et-sa-celebre-Marianne-investissent-le-bureau-d-Emmanuel-Macron"Dans le bureau présidentiel qui a servi de cadre au premier grand rendez-vous télévisé d’Emmanuel Macron avec les Français, on n’a pas manqué de remarquer une représentation très particulière de la Marianne : le poster « Liberté, Egalité, Fraternité » orné d’une Marianne stylisée sur fond de drapeau bleu blanc rouge. Il s’agit d’une œuvre de Shepard Fairey, grand nom du Street-Art connu pour son portrait d’Obama, et encore pour celui d’une femme voilée à la musulmane par un drapeau américain qui s’inscrit dans ses campagnes anti-Trump. L’œuvre sous laquelle Emmanuel Macron s’est mis en scène comporte plusieurs symboles inquiétants : le pentagramme sur fond de symbole de la paix, entouré des fleurs à cinq pétales qui sont une représentation plus « douce » de l’étoile à cinq pointes.

Sur l’image derrière Macron, on note donc immédiatement ce pentagramme avec la pointe en haut : ce n’est pas la stylisation de la tête de bouc que l’on trouve couramment dans la symbolique sataniste, mais un symbole fortement présent dans les représentations franc-maçonnes, souvent adopté par l’iconographie de la république américaine naissante. Pouvant symboliser les cinq plaies du Christ comme ce fut le cas aux origines du christianisme, il a pourtant été bien davantage utilisé dans des temps plus récents par l’occultisme kabbalistique chrétien et au sein de la tradition gnostique.

Les symboles de l’œuvre de Shepard Fairey illustrant la Marianne : « Liberté, Egalité, Fraternité »

Capture d’écran 2017-10-17 à 08.24.35Shepard Fairey inclut habituellement dans ce pentagramme, omniprésent dans son œuvre, un visage : celui d’« André the Giant »

Lire la suite de l'article

Cardinal Cañizares : « Nous célébrons le rétablissement de la foi catholique, qui avait été éliminée sous la domination de l’envahisseur musulman »

De Daniel Hamiche sur l'Observatoire de la christianophobie :

"Le 29 septembre 1238, après 18 mois de siège, les musulmans qui occupaient Valence capitulèrent devant le roi Jacques Ier d’Aragon, dit le Conquérant – né, disons-le en passant, à… Montpellier… Le 9 octobre suivant, le roi fit procéder à la consécration de la grande mosquée qui avait été construite sur l’ancienne cathédrale wisigothique, qui fut ainsi rendue au culte catholique et dédiée à la Vierge Marie. C’est en souvenir de cette journée du 9 octobre que se célèbre chaque année la fête aux « gloires valenciennes » (las Glorias valencianas). Un Te Deum y est chanté dans la cathédrale mais, depuis trois ans, les autorités municipales – une alliance de l’extrême gauche, des socialistes et des nationalistes catalans – se refusent d’y assister et même d’entrer dans la cathédrale : célébrer la libération de la ville de la domination musulmane les insupporte… Le cardinal Antonio Cañizares, archevêque de Valence, n’a visiblement pas les mêmes sentiments. Il a présidé cette cérémonie hier et a précisé dans son homélie : « Nous célébrons avec une immense joie le rétablissement de la foi catholique à Valence, qui avait été éliminée de l’espace public sous la domination de l’envahisseur musulman ». Cela ne va pas lui faire que des amis à la mairie mais celui lui vaut, évidemment, notre respect et notre admiration…"

Lire la suite de l'article

Mise d’office sous pilule dès 13 ans sans l’avoir demandé

A 13 ans, Laure est chez le médecin de famille qui la suivait depuis sa naissance :

« Je venais pour une angine, il a regardé mes seins en me disant qu’il était temps ».

Temps de quoi ? L’adolescente timide n’ose même pas le demander. Le médecin lui prescrit le jour même la Diane 35, un médicament antiacnéique détourné pour un usage de contraceptif oral.

« Pas une seule fois il m’a demandé si j’avais eu une relation sexuelle ou si je prévoyais d’en avoir une ».

La réponse est pourtant non aux deux questions. Ce n’est qu’à 18 ans qu’elle connaît sa première expérience sexuelle.

« Etait-ce vraiment nécessaire de me faire prendre un traitement pendant cinq ans à une période où tant de choses se jouent ? ».

En 2012, Laure a 22 ans. Dans les journaux, à la télévision, la Diane 35 est soudain sur le banc des accusés ; on lui impute des thromboses veineuses, plusieurs morts. Laure prend rendez-vous chez une gynécologue. Après deux mois d’attente, le rendez-vous est « expédié en quinze minutes ».

« Quand je lui ai demandé quels étaient les risques, elle a soupiré en disant que c’était du grand n’importe quoi, mais sans expliquer pourquoi ».

L’étudiante ressort avec une prescription pour une autre pilule. Quelques mois plus tard, en janvier 2013, la Diane 35 est retirée du marché. Le scandale des pilules de troisième et quatrième générations éclate.

« Ça a été un déclic, je me suis dit

Lire la suite de l'article