Archives par étiquette : sont

Islamisation : les historiques de l’UNEF sont choqués

De Francis Bergeron dans Présent :

Une-4"Elle s’appelle Maryam Pougetoux. C’est une intégriste islamiste. Il n’est d’ailleurs pas difficile de s’en rendre compte : car, de la tête aux pieds, sa façon de s’habiller en témoigne.

Mais en même temps, dame Pougetoux est la dirigeante du syndicat ex-gauchiste, puis ex-communiste et aujourd’hui ex-socialiste Unef, ceci au niveau de l’université Paris IV. Son intervention remarquée sur les chaînes de télévision, ces derniers jours, a créé un certain émoi, et même une polémique qui a rapidement enflammé la gauche, tout simplement parce que cette madame Pougetoux représente, avec son voile islamique strict, le contraire des thèmes historiquement défendus par la gauche et l’extrême gauche : le laïcisme intransigeant, l’anticléricalisme, le féminisme le plus agressif, la lutte contre les sociétés patriarcales etc.

Or le syndicat Unef, qui ressemble d’ailleurs de plus en plus à un groupuscule, et de moins en moins à un syndicat, connaît globalement une dérive islamiste, noyauté qu’il est par les éléments les plus radicaux de l’islam, et aussi une dérive « indigéniste » et racisante. On sait que l’Unef tolère dorénavant en son sein, voire organise, des réunions non mixtes, pour bien séparer hommes et femmes comme le prévoit l’islam, ou des réunions interdites aux blancs, « colonialistes par nature ». On croit évidemment rêver quand on se souvient que ce fameux mai 68 dont on nous rebat les oreilles, avait commencé le 22 mars 1968, pour des questions de non-mixité des dortoirs étudiants !

Les pères fondateurs de l’Unef ont réagi avec violence en découvrant que leur

Lire la suite de l'article

Macron pourrait reconnaître aux congrégations religieuses une liberté dont elles sont privées depuis plus d’un siècle

De Grégor Puppinck dans La Nef :

Unknown-9"Dans son discours du 9 avril aux Bernardins, devant la Conférence des évêques de France, Emmanuel Macron, après avoir exprimé son « sentiment que le lien entre l’Église et l’État [s’était] abîmé » et qu’il convenait de le « réparer », a tenu à « saluer tous ces prêtres et ces religieux qui de cet engagement ont fait leur vie ». A ce propos, comme acte concret de réconciliation, l’État pourrait aisément reconnaître aux congrégations religieuses une liberté dont elles sont privées depuis plus d’un siècle, ce d’autant plus que le président Sarkozy avait déjà admis dans son discours du Latran de 2007 que « la République [maintenait] les congrégations sous une forme de tutelle » et que « cette situation [était] dommageable pour notre pays ».

Trouvant son origine dans l’anticléricalisme de la IIIe République, qui a notamment contraint à l’exil près de 30 000 religieux, le régime français des congrégations, instauré en 1901 et toujours en vigueur, est en effet particulièrement contraignant en ce qu’il exclut délibérément les monastères du droit commun des associations et les soumet à un régime juridique restrictif. En effet, alors qu’une simple déclaration suffit aux associations ordinaires pour disposer de la personnalité morale, les congrégations ne peuvent accéder à cette personnalité et jouir des droits qui s’y attachent qu’en vertu d’un décret, rendu au terme d’une procédure dite de « reconnaissance légale » soumise à de strictes conditions.

Cette procédure nécessite en particulier l’adoption par la congrégation de statuts civils pouvant entrer en conflit avec le droit canonique. Il

Lire la suite de l'article

Les mères de famille nombreuses sont moins stressées que les autres

Selon un sondage publié sur le site Today, et mené auprès de 7000 mères de familles américaines :

Images-4"Les résultats démontrent que ce sont les mamans qui ont trois enfants qui sont les plus stressées. Beaucoup plus que celles qui ont un ou deux enfants d'ailleurs. Enfin, aussi surprenant que cela puisse paraître, les mamans de quatre enfants seraient les plus zen.

Si les mères de quatre enfants (et plus) sont moins stressées que les autres, c'est principalement grâce à l'entraide familiale. En effet, la psychothérapeute Kelley Kitley a expliqué au site Motherly que les parents qui ont une famille nombreuse partagent souvent les tâches du quotidien avec plusieurs de leurs enfants. Les plus âgés de la fratrie vont aider les plus petits à s'habiller ou à se doucher, pendant que d'autres aideront leurs parents à préparer le dîner par exemple. L'avantage c'est qu'ils sont généralement beaucoup plus autonomes et débrouillards que la norme. Un atout considérable que souligne les scientifiques : "Les enfants s'aident entre eux, s'amusent et se soutiennent mutuellement. Et de nos jours, ce sont des qualités indispensables pour le bien de notre société." Alors si vous envisagez d'agrandir prochainement votre famille, foncez !"

Lire la suite de l'article

Eugénisme : ils n’ont pas pu éliminer leur enfant malformé, ils sont indemnisés

Unknown-29La cour administrative d’appel de Nantes a condamné le CH de Flers à verser 20 000 € aux parents d’un bébé parce qu'il est né handicapé. L’anomalie de la moelle épinière dont souffre le petit garçon, âgé aujourd’hui de 6 ans, n’avait en effet été détectée qu’à la dernière échographie. La mère avait alors été transférée en urgence au centre hospitalier universitaire de Caen, où elle avait accouché deux jours plus tard.

Elle et son compagnon avaient par la suite fait reconnaître la « faute » des médecins en juin 2016, mais le tribunal administratif de Caen ne leur avait pas accordé d’indemnisation pour autant. Eux demandaient 120 000 € de dédommagements pour l’ensemble de leurs préjudices « moral » et « professionnel ». Leur avocat explique :

« Ils n’ont pas été en mesure de bénéficier d’un diagnostic prénatal (…), qui leur aurait permis de faire le choix d’une interruption médicale de grossesse ».

« Leur enfant souffre d’une pathologie encore non opérée, qui justifie un suivi médical particulier. Ils vivent au quotidien dans la peur de l’apparition de symptômes liés à cette pathologie, qui pourraient être à l’origine de graves séquelles pour leur fils. »

L’arrêt de la cour administrative d’appel précise :

« 80 % des parents informés d’une telle malformation décident de recourir à une interruption médicale de grossesse »

Lire la suite de l'article

Les premiers responsables de la vie de l’enfant sont les parents

Mgr Bernard Ginoux, évêque de Montauban, a été chargé des Aumôneries d’Hôpitaux du diocèse d’Avignon de 1994  à 2000. Il a accepté de revenir pour L'Homme Nouveau sur "l'affaire Alfie Evans". Extrait :

OOdERTIv_400x400"Dans un conflit entre les deux parties, le médecin et la famille, qui doit décider ?

Il y a plusieurs éléments à prendre en compte : l’état du patient, les probabilités de vie, la disproportion des soins donnés par rapport à la situation, etc. Les premiers responsables de la vie de l’enfant sont les parents, les équipes médicales doivent être au service de la vie. Il est donc nécessaire qu’un dialogue soit conduit entre les parents et l’équipe médicale. Pour le petit Alfie, ce dialogue a dû être rompu puisque c’est la justice qui a imposé sa décision. Or, l’enfant – hormis l’assistance respiratoire – n’était pas en état de « mort » puisqu’il a même respiré plusieurs heures sans aide. Le débrancher était un acte intentionnel de donner la mort, donc un acte euthanasique. Cet acte ne pouvait donc pas être approuvé par les parents et la justice humaine, en donnant raison à l’équipe médicale, a outrepassé sa mission. […]

Quel est le rôle de la loi et de la justice dans la décision médicale ?

Il est regrettable que la décision d’un juge entraîne la mort de quelqu’un. La confiance en la médecine en est ébranlée, le conflit autour d’une vie est sorti de la relation entre le soigné et le soignant. Si la justice est saisie par l’une

Lire la suite de l'article

Etats généraux de bioéthique : Les membres de La Manif pour tous s’y sont montrés très présents

Selon un article du Figaro :

Capture d’écran 2018-04-30 à 08.07.47 Capture d’écran 2018-04-30 à 08.07.55Et Libération s'en lamente :

Capture d’écran 2018-04-30 à 08.10.18

"Les mouvements conservateurs se sont montrés particulièrement soudés, mobilisés, organisés, battant le rappel régulièrement sur les réseaux sociaux, jusqu’à être soupçonnés de réserver un maximum de sièges lors des débats locaux pour être sûrs d’occuper l’espace. «Comme en 2012, les débats ont été noyautés par la Manif pour tous et consorts, qui cherchent à faire infuser leur vision clairement religieuse de la société»,estime Catherine Michaud, présidente de GayLib, mouvement associé à l’UDI et regroupant les LGBT de droite et de centre droit, pour qui le récent discours d’Emmanuel Macron devant la Conférence des évêques de France a pu «encourager ce type de prises de position».

La communauté catholique s’est elle aussi beaucoup impliquée dans les débats. Un site internet, Un jour, un argument, a même été lancé pour familiariser ceux qui le souhaitent avec les différentes positions de l’Eglise sur les sujets au programme, le tout sur la base des fiches bioéthiques publiées par la Conférence des évêques de France. Pas étonnant, dès lors, de retrouver certains éléments de langage dans les quelque 180 débats régionaux, qui ont parfois pris une tournure mouvementée. […]

Jean-Louis Touraine (par ailleurs député LREM et pro-euthanasie (ce que Libération omet de rappeler) en vient donc à l'invective :

«C’est inquiétant cette volonté d’empêcher la prise de parole de ceux qui ne partagent pas leurs points de vue extrêmes, c’est propre à tout mouvement sectaire ou intégriste», on est face à des «combats d’arrière-garde,

Lire la suite de l'article

Les fonctionnaires français sont bien informés de la réalité accablante de l’immigration

Extrait d'un entretien de Douglas Murray, écrivain et journaliste britannique qui vient de publier "L'étrange suicide de l'Europe" qui connaît le même succès que l'ouvrage d'Eric Zemmour sur Le Suicide français, dans Le Figaro :

Capture d’écran 2018-04-19 à 18.33.33

Commentaires (2)

Désolé, mais le problème ne vient absolument pas des politiques. Le problème vient des Français qui votent…

Rédigé par : Beffroi | 19 avr 2018 19:12:59
____________________________________

C'est bien trop gentil, cela prétend que les décideurs politiques n'ont pas organisé ce suicide. Ce sont des traîtres et depuis de très nombreuses décennies. Je pense que déjà la Renaissance a suscité ce genre de traîtrise, il n'y a qu'à voir l'alliance contre nature de François Ier avec le Turc. Cinq siècles de traîtrises grandissantes, et nous avons ce résultat, il ne nous reste plus que des ruines, l'autorité est entièrement aux mains des traîtres, les juges et les médecins "tuent" les innocents et "innocentent" les assassins, les administrations persécutent leurs administrés et pour ce faire font rentrer leurs bourreaux par centaines de milliers etc. Tout ceci est cohérent de Vincent Lambert à l'avortement, de Sébastien Jallamion à Arnaud Beltrame, des colonnes infernales aux colonnes de migrants. Pourquoi ne pas dire la chose comme elle est?

Rédigé par : Pierre Ribette | 19 avr 2018 19:19:28
____________________________________

Lire la suite de l'article

Bernard Lugan : “Les Blancs d’Afrique du Sud sont responsables de ce qui leur arrive”

Dans une interview passionnante et sans langue de bois, Bernard Lugan évoque le sort des fermiers blancs d'Afrique du Sud. Ce qu'il dit pourrait servir d'avertissement aux Français et aux Européens face au phénomène de submersion migratoire :

Quid de la situation des fermiers blancs en Afrique du Sud ? Il semblerait que contrairement à l’Australie, l’Europe ne jette même pas un coup d’œil dans le pays de Nelson Mandela ?

Bernard Lugan : L’Afrique du Sud est sortie de l’histoire, elle n’intéresse plus personne. Le pays n’est plus un pays stratégique et ne se trouve plus pour le moment sur un axe stratégique sauf si bien sûr demain les rapports devenaient conflictuels avec la Russie et la Chine et que le contrôle des mers soit de nouveau important. Quant aux Blancs ils sont sortis totalement de l’histoire.

Mais les Blancs d’Afrique du Sud sont responsables de ce qui leur arrive. Dans les années qui ont précédé la remise du pouvoir à l’ANC, le président De Klerk, qui a trahi son peuple, avait donné une dernière chance à son peuple de s’exprimer à l’époque où seuls les blancs pouvaient voter. Il avait organisé un référendum en demandant aux blancs d’Afrique du Sud : « Voulez-vous que je continue le processus de discussion avec l’ANC — qui aboutira à leur prise du pouvoir — ou alors êtes-vous opposé à cela ? » Si les blancs avaient voté non, le processus aurait été différent de celui qui s’est produit. Ils ont voté

Lire la suite de l'article

« Les droits de l’homme sont devenus une religion d’État avec ses clercs, ses inquisiteurs et ses grenouilles de bénitier. »

Samedi 7 avril à la Maison de la Chimie à Paris, plus d’un millier de personnes ont participé au Ve colloque annuel de l’Institut Iliade, une réunion culturelle et politique, complètement occultée par les médias, sur le thème  « Fiers d’être Européens ! ». Une quinzaine d’interventions ont ponctué cette journée, avec Philippe Conrad, Bernard Lugan, François Bousquet, Olivier Dard, Gérard Dussouy, Rémi Soulié, Javier Portella, Paul-Marie Couteaux, Thibault Mercier, Jean-François Gautier, Ferenc Almssy et Jean-Yves Le Gallou. Voici quelques verbatims :

Thumb.phpJavier Portella : « Contrairement à tous les morts-vivants, affirmons haut et fort la vie ! Remplissons le grand néant dans lequel nous sommes à présent engouffrés de choses belles, grandes, vraies, nobles. »

Jean-François Gautier : « Nous autres Européens sommes encore et toujours des êtres en devenir de nous-même, nous devons nous montrer dignes de ce que nos prédécesseurs nous ont laissé et, alors, nous pourrons en être fiers. »

« Machiavel prônait l’entretien avec les auteurs anciens, les grands antiques, qu’il interrogeait et qui lui répondaient avec bonté, au nombre desquels Tite-Live : c’est l’histoire antique qui lui permettait de comprendre son présent. »

Olivier Dard : « En 1992, Daniel Rivet pensait que le débat sur la colonisation était suffisamment lointain pour l’aborder historiquement, sans arrogance ni repentance. Vingt-cinq ans plus tard, il n’en est rien. »

Gérard Dussouy : « L’identité s’éprouve comme conscience et s’affirme comme volonté. Ce sont les hommes eux-mêmes, qui conscients de ce qu’ils sont, forgent leurs identités à travers les épreuves du temps, et en fonction de leur naissance et de leurs

Lire la suite de l'article

Les inscriptions au cours Saint Jean Paul II près de Saumur sont ouvertes

Le cours Saint Jean-Paul II se développe offrant désormais tous les niveaux du primaire au collège. Les inscriptions sont ouvertes !

Toute information utile est disponible sur le site au lien suivant.

Lire la suite de l'article