Archives par étiquette : sommes

Ludovine de La Rochère : “La loi Taubira est un engrenage et nous sommes pris dedans”

Discours de clôture de Ludovine de La Rocgère, prononcé hier en fin d'université d'été de La Manif Pour Tous :

"Chers amis,

DJ7uhCdWkAA-BeWDepuis 2012, nous nous sommes levés pour dire non au « droit à l'enfant ». Malgré les dénégations de Madame Taubira et d'autres, nous savions pertinemment que le mariage implique la filiation et donc, en l'occurrence, la PMA sans père et la GPA. La loi Taubira est un engrenage et nous sommes pris dedans. Nous sommes au cœur. Nous avions dit que le mariage impliquant le droit à l'adoption, cela impliquerait de nouvelles revendications sur la filiation : la PMA sans père puis la GPA. Les faits nous donnent manifestement raison.

Bien entendu, au lieu de reconnaître que nous avions raison, nos opposants cherchent à nier la réalité. Certains osent ainsi nier que la GPA ne serait pas la suite de la PMA sans père. Ce n'est pas le cas de Caroline Mécary, fer de lance de la déconstruction de la filiation, qui reconnaissait elle-même hier soir sur un plateau télé que la GPA va avec la PMA sans père. J'ajoute que derrière ses habits de juriste, Caroline Mécary est une politique, élue, membre du groupe socialiste au Conseil de Paris.

Nos opposants continuent, plus que jamais, à refuser le débat, le cœur du débat, à savoir les besoins de l'enfant. Leur seul argument : nous faire passer pour des « dogmatiques », des « extrémistes » et autres sottises : tenter de disqualifier est leur seule méthode. Pourquoi ? Parce

Lire la suite de l'article

PMA : Nous sommes tous prêts à descendre dans la rue

De Tugdual Derville :

« Nous en appelons au président de la République. A lui de dire quelles sont ses priorités pour la France. Le gouvernement ne peut ignorer l’immense risque d’ouvrir une nouvelle bataille sociétale qui diviserait en profondeur les Français, alors qu’il faut plus que jamais les rassembler et apaiser les tensions. Si Emmanuel Macron lance ce rideau de fumée sociétal, nous devrons dénoncer dans la rue l’injustice faite aux enfants. La résistance à la PMA sans père, au nom du « droit de l’enfant » qui s’oppose au « droit à l’enfant », nous mobilise fortement, ainsi que de nombreux autres mouvements de toutes les sensibilités politiques et philosophiques. Il s’agit de prévenir ensemble ce basculement décisif vers le grand marché globalisé de la procréation. L’ultra-libéralisme ignore le droit des plus faibles, car il conçoit l’être humain comme un produit qu’on peut acquérir. Nous sommes tous prêts à descendre dans la rue sur la base d’un collectif le plus large possible. C’est l’honneur de la France, pays des droits universels de l’Homme, que de résister à la marchandisation du corps. »

 👉 Signer la pétition : “Mobilisons-nous, préparons la prochaine loi de bioéthique 📝…

Lire la suite de l'article

Robert Ménard : “Avec le Front national, tel qu’il est, nous sommes condamnés à perdre”

Le maire de Béziers répond à Boulevard Voltaire sur ses rapports avec le parti de Marine Le Pen. Extraits :

"Je suis soucieux, et seulement soucieux, de gagner, pas pour un parti mais pour la France. Je sais ce que nous devons à Marine Le Pen. Mais je ne veux pas cacher mes désaccords. Et je ne les ai d’ailleurs jamais cachés. Je crois, par exemple, qu’avoir mis en première position des 144 propositions de la présidentielle la question européenne était une erreur. Il me semble que les Français ont d’autres priorités : la sécurité, la vague migratoire, l’islamisme qui grignote du terrain et sa version terroriste, le chômage, l’échec scolaire, les familles qui prennent l’eau… Jamais, dans ma ville, un Biterrois n’est venu spontanément me parler de l’euro. En revanche, ils m’interpellent sur leur voisin qui fait du chambard et leur pourrit la vie. Ou sur ce boulot qu’ils n’arrivent pas à décrocher…

Mais faire de la politique ne peut se réduire au quotidien des électeurs…

Il me semble, contrairement à ce que vous laissez entendre, que la politique, c’est d’abord cela. J’ai pris la peine de relire ces 144 propositions. Il y a beaucoup de choses sur lesquelles je suis d’accord. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai fait campagne pour Marine Le Pen : j’étais à Villepinte, j’ai pris la parole lors de son meeting à Perpignan. Mais, honnêtement, je ne crois pas un instant qu’on puisse toujours promettre plus sans, dans le même temps, expliquer comment financer ces nouvelles dépenses.

Lire la suite de l'article

Philippe de Villiers : “Nous sommes devant un phénomène inédit du djihad qui planifie une conquête pacifique de notre continent”

Philippe de Villiers a été interrogé par Famille chrétienne sur les propositions du pape François sur les migrants, publiées lundi 21 août :

Est-il légitime, pour un pape, de s’inviter dans un débat aussi sensible que celui des migrants ?

Sur le principe, oui. La doctrine sociale de l’Église établit et développe une « théologie de la cité ». L’Église a le droit, et même le devoir, d’éclairer les fidèles sur la bonne manière de gérer le bien commun et d’organiser la société. Cela dit… cette déclaration du pape François sur les migrants me semble favoriser, par son contenu et sa portée, un vrai suicide de l’Occident.

Le pape voudrait-il vraiment anéantir l’Occident ?!

On dirait qu’il veut punir l’Europe dont il ne parle jamais des racines chrétiennes. Chez Jean-Paul II, Benoit XVI et ses prédécesseurs, il existe une « théologie des nations ». Elle repose sur le quatrième commandement : « Tu honoreras ton père et ta mère ». Ce commandement implique de rendre un culte à ses parents et à ses ascendants et donc à sa patrie. Cela implique un amour de prédilection à laquelle la nation appartient car elle constitue une famille de familles. A en croire saint Augustin, la politique est, en ce sens, la plus haute forme de la charité.

En quoi les propos du pape François sont-ils si révolutionnaires ?

Il abolit toute possibilité de régulation des flux migratoires. François inaugure une nouvelle théologie mondialiste mortifère pour l’Europe. Le premier élément saillant de son discours est le fait que les États seraient illégitimes face

Lire la suite de l'article

“Nous sommes petits et ignorants mais nous avons un gros paquet d’orgueil. Nous sommes les plus aveugles quand nous pensons que nous voyons le mieux.”

Michael D. O’Brien, peintre et écrivain canadien, est l’auteur de nombreux romans dont Père Elijah, La librairie Sophia, Une île au coeur du monde, Theophilos, L’odyssée du père, Père Elijah à Jérusalem et Le fou de New York, tous publiés en français chez Salvator.

Son nouveau roman, Etrangers et de passage, paru en juin 2017, se déroule en Colombie Britannique, où il retrace, sur un siècle et quatre générations, la vie d’Anna et Stephen Delaney et de leurs descendants. À la fin de la Grande Guerre, Anna, une Anglaise très cultivée, débarque dans cette province du Canada, avec des rêves d’aventure et le désir de tourner le dos au monde civilisé. C’est là qu’elle rencontre Stephen, un trappeur, immigré irlandais, qui fuit son passé. Dans ce roman, l'auteur explore le mystère de l’existence, l'amour, le bien et le mal… Extrait :

I-Moyenne-10504-etrangers-et-de-passage.aspx"Y a des mauvais et des bons esprits dans le monde, Tan. Les chiens parfois reconnaissent un mauvais esprit, ils grognent et ils ont peur. Ils reconnaissent aussi les bons. Les animaux savent. Le monde des esprits est dangereux. Y a une vraie bataille terrible qui se déroule !" […] Quand le garçon raconta cela à son père, Ashley eut l'air dégoûté. "Encore des démons, hein ? Tan, tu t'apercevras qu'il est plus dur de déloger les préjugés d'un homme sur le surnaturel que d'apprendre à lire à un chien." Cela mit un terme à la discussion.

Excepté une dernière conversation avec son autre grand-père. Quand il fut interrogé,

Lire la suite de l'article

Un maire de Sicile : «Nous sommes envahis, submergés»

Dans les montagnes des Nébrodes, au nord de la Sicile, la crise migratoire inquiète la population et ses édiles. «Nous sommes envahis, submergés», s’est écrié Vincenzo Lionetto Civa, maire de Castell’Umberto, petite ville de 3 200 habitants, à la tête d’une fronde de 45 édiles siciliens. C’est l’affectation d’un hôtel vacant de la localité à l’hébergement de migrants qui a mis le feu aux poudres. Ce 17 juillet, le maire s’est opposé à l’installation d’un groupe électrogène pour alimenter les migrants en électricité, mettant en avant des problèmes de sécurité.

Lire la suite de l'article

«Nous sommes au regret de ne pas pouvoir raser le Sacré-Coeur de Montmartre»

UnknownParmi les 2 446 projets déposés pour le budget participatif de la ville de Paris, un habitant de Montmartre avait proposé de «Raser le Sacré-Cœur», qualifiant l'édifice religieux construit à partir de 1875 de «verrue versaillaise qui insulte la mémoire de La Commune de Paris». 

Réponse officielle apportée par la ville de Paris mardi :

«Nous sommes au regret de ne pas pouvoir retenir votre proposition, pour la raison suivante : elle n'entre pas dans le champ de compétence de la Ville de Paris. En effet, le Sacré-Cœur est la propriété de l'Archidiocèse de Paris. A ce titre, la Ville de Paris ne peut pas intervenir pour réaliser un investissement dans le cadre du budget participatif. Nous vous remercions de votre compréhension.»

En attendant de confisquer la basilique ?

Lire la suite de l'article

Les Survivants : “nous sommes heureux car ces attaques vont faire réagir dans les médias et le public”

Porte-parole du mouvement Les Survivants, Émile Duport réagit dans Famille chrétienne aux attaques :

Capture d’écran 2017-07-12 à 21.40.01"Nous avons été censurés à deux reprises : une fois par Hello Asso, et une fois par notre hébergeur OVH pour notre site simoneveil.com. Il n’y a pas de raison légale, mais je ne veux pas m’exprimer là-dessus sans avoir davantage d’informations. Le fait que notre site ait été coupé est pour nous illégal, notre site a été bloqué et l’hébergement du web aussi. Notre site Les Survivants s’est aussi fait pirater dernièrement, on a subi une attaque DDoS qui est une attaque consistant à créer, sur un site internet, des visites artificielles de manière tellement massive que le serveur ne peut plus répondre et finit par tomber. Du coup, la campagne de communication que nous avions réalisée sur notre site a été supprimée, ainsi que mon compte personnel. Je n’ai eu aucun contact avec les auteurs de ces attaques ou de ces censures. Ces actions ont évidemment pour but de me nuire et de nuire à notre mouvement. Mais nous sommes heureux car ces attaques vont faire réagir dans les médias et le public en général. Quand les gens de mon équipe voient qu’il y a des résultats, c’est une vraie joie, c’est top ce qui nous arrive. 

Vis-à-vis des démarches juridiques de la famille Veil engagées contre vous, quels droits revendiquez-vous quelques jours après le décès de Simone Veil ?

Il faut bien distinguer deux choses. D’abord, la plainte pour l’utilisation du nom de Simone

Lire la suite de l'article

Euthanasie de Charlie Gard : «Nous sommes arrivés au terminus de la culture de mort. Les tribunaux décident si un bébé a ou non le droit de vivre»

0ptLe petit Charlie Gard, victime d'une maladie orpheline, doit être « débranché » avec la bénédiction de la Cour européenne des droits de l'homme, contre l'avis de ses parents. Voici ce qu'en a dit le cardinal Carlo Caffarra dans une très forte déclaration à Il Giornale (traduction de Jeanne Smits) :

« Nous sommes arrivés au terminus de la culture de mort. Ce sont les institutions publiques, les tribunaux qui décident si un bébé a ou non le droit de vivre. Y compris en allant contre la volonté des parents. Nous avons touché le fond de la barbarie. Sommes-nous les enfants des institutions, et leur devons-nous la vie ? Pauvre Occident : il a rejeté Dieu et sa paternité est aujourd'hui baillée à la bureacratie ! L'ange de Charlie voit toujours la Face du Père. Arrêtez, au nom de Dieu. Sans quoi je vous dirai, avec Jésus : “Il vaudrait mieux que l'on vous attache une meule autour du cou et qu'on vous jette au plus profond de la mer.” »

Lire la suite de l'article

Sous la protection de Marie, nous sommes, dans le monde, des sentinelles du matin

Homélie du Pape François pour la canonisation de François et Jacinthe :

Cq5dam.web.800.800-4"« Apparut dans le ciel une femme ayant le soleil pour manteau » atteste le voyant de Patmos dans l’Apocalypse (12,1), faisant aussi observer qu’elle est sur le point de donner naissance à un fils. Puis, dans l’Evangile, nous avons entendu Jésus dire au disciple : « Voici ta mère » (Jn 19, 26-27). Nous avons une Mère ! Une “Dame très belle“, comme disaient entre eux les voyants de Fatima sur la route de la maison, en ce jour béni du 13 mai, il y a cent ans. Et, le soir, Jacinthe ne réussit pas à se retenir, et elle révèle le secret à sa maman : « Aujourd’hui j’ai vu la Vierge ». Ils avaient vu la Mère du ciel. Le regard d’un grand nombre s’est dirigé dans la direction que suivaient leurs yeux, mais… ils ne l’ont pas vue. La Vierge Mère n’est pas venue ici pour que nous la voyions : pour cela nous aurons toute l’éternité, si nous allons au ciel, bien entendu.

Mais elle, présageant et nous mettant en garde contre le risque de l’enfer où mène la vie – souvent proposée et imposée – sans Dieu et qui profane Dieu dans ses créatures, elle est venue nous rappeler la lumière de Dieu qui demeure en nous et qui nous couvre, car, comme nous l’avons entendu dans la première lecture, « l’enfant fut enlevé jusqu’auprès de Dieu » (Ap 12, 5). Et, selon les paroles de Lucie, les trois privilégiés se trouvaient dans

Lire la suite de l'article

Nous n’en sommes plus au temps de l’insécurité culturelle, mais à la confrontation concrète

De Jacques Bompard :

Tunisian-salafi-islamists-wave-flags-inscribed-with-islamic-verses-as-they-attend-a-rally-in-the-central-town-of-kairouan_989751-300x169"Georges Bensoussan publiait en janvier un ouvrage intitulé Une France Soumise qui s’annonçait comme une matière de scandale pour la bien pensance. Heureusement, il fut défendu par quelques pontes bien installés, comme Elizabeth Levy qui remarque avec pertinence dans un dossier de Causeur que l’islamisation s’attaque prioritairement à « ces mille rien qui font notre identité collective ».

Après le sabordage de la repentance, c’est le lent processus de fabrication des Français entre chaleur familiale et cristallisation de legs qui est mis en danger par la présence massive de l’islam dans notre pays.

Nous n’en sommes plus au temps de l’insécurité culturelle, qui après tout revient à un sentiment, mais à la confrontation concrète à des extraterritorialités au cœur même de la France. Le dossier de Causeur le précise d’ailleurs avec à-propos ; ainsi Kamel Kabtane, aujourd’hui recteur de la grande mosquée de Lyon, s’était-il insurgé en 2004 quand l’un de ses imams avaient été expulsé pour avoir soutenu le califat mondial dans la presse rhodanienne.

Nous sommes désormais au mois d’avril et les candidats à l’élection présidentielle n’auront pas parlé d’islam. Alors que la confession mahométane demeure un sujet de vive inquiétude pour nos compatriotes, tous les acteurs de cette élection furent tellement terrorisés par les tribunaux médiatiques et les réseaux djihadistes que le sujet fut exclu des débats.

Comme une victoire pour les frères Kouachi qui provoquèrent beaucoup de « Je Suis Charlie » et très peu de liberté d’expression politique sur le brulant problème revenant à

Lire la suite de l'article

Nous sommes devant une tentative d’extermination d’un peuple

Extrait d'une tribune de Mathieu Bock-Côté dans Le Figaro :

"Le monde occidental s’est habitué depuis longtemps à la persécution des chrétiens d’Orient, comme si leur mauvais sort était inévitable et qu’il fallût s’y résoudre. Le christianisme serait destiné à mourir ou à n’avoir plus qu’une existence résiduelle dans ce qui fut pourtant son berceau. Alors qu’ils sont enracinés depuis deux millénaires dans la région, les chrétiens sont présentés par les islamistes comme des envahisseurs ou comme des agents de l’étranger, souillant une terre qui devrait être vouée exclusivement à l’islam. Dans nos sociétés, ceux qui se soucient de leur sort sont même soupçonnés d’accointances avec l’extrême droite, qui serait apparemment parvenue à s’approprier cette cause et à en faire un marqueur idéologique. La passion pour leur cause ne masquerait-elle pas une coupable islamophobie ou une conception identitariste du christianisme ? C’est ainsi qu’on transforme la révolte devant un massacre à grande échelle en lubie réactionnaire.

Mais la frappe sauvage contre deux églises coptes en Égypte ce dimanche rappelle à ceux qui s’en fichent que la guerre d’éradication menée contre les chrétiens d’Orient est bien réelle et n’a rien de fantasmatique. On connaît le bilan : on décompte au moins 43 morts. C’est un carnage. L’attentat a été revendiqué par l’État islamique, qui ne fait pas mystère de ses intentions : éradiquer le christianisme de la région, soit en assassinant les chrétiens, soit en les expulsant massivement. Il faut leur faire comprendre qu’ils ne sont plus chez eux. On a

Lire la suite de l'article