Archives par étiquette : socialistes

Quand le Mouvement des Jeunes Socialistes dénonçait La Manif Pour Tous

Avec ce type de visuel :

DOnGlJmWAAApQa0

Les visuels de cette campagne ont été diffusés en riposte à La Manif Pour Tous du 5 octobre 2014, justifiant :

Les Jeunes Socialistes ont décidé de lancer une série de visuels sur les réseaux sociaux, afin de dénoncer l’état d’esprit […] profondément blessant de la 'Manif pour tous', dont le nom devrait plutôt être 'Égalité pour personne'.

On se demande si ce n'est pas le spécialiste du harcèlement Thierry Marchal-Beck, qui a présidé le MJS de 2011 à 2013, qui posait sur cette photo…

Lire la suite de l'article

Préparation des élections : les socialistes se sont surpassés en 2017

Le coût moyen par électeur inscrit pour les élections présidentielle et législatives revient environ à 8,50€ au lieu des 5€ prévus… Une idée pour faire des économies ? La suppression du financement public des partis politiques…

P

Lire la suite de l'article

La famille peut avoir du sens pour les socialistes devenus LREM…

Valeurs actuelles relève https://www.valeursactuelles.com/politique/video-les-juteuses-combines-familiales-dune-deputee-en-marche-89561cette information : 

"D'après une information du site Mediacités, la députée LREM Monique Iborra a versé 55% de ses dépenses de campagne, lors des législatives de 2012, à l'entreprise de sa fille, Sophie Iborra. La députée, alors au Parti socialiste, a dépensé 50 527 euros lors de cette campagne. Elle en a versé 27 688,17 TTC à Com La Boite, l'entreprise de sa fille, dont 7 774 € pour le site web de la campagne ou encore 1 194 € pour la photo de la candidate. Monique Iborra s'est aussi fait rembourser 35 348 euros par l'État, soit 47,5% du plafond des dépenses autorisées dans sa circonscription. Mère et fille ont ensuite poursuivi leur collaboration au sein de l'Assemblée pendant 5 ans".

Lire la suite de l'article

Sénat : des socialistes préparent leur mue vers En Marche

Une trentaine de sénateurs, une majorité de socialistes et quelques centristes, se préparent à annoncer la constitution d'un groupe destiné à soutenir Emmanuel Macron au Sénat. Le socialiste François Patriat est à la manœuvre.

Le chef de file des sénateurs socialistes, Didier Guillaume, confirme que l'information circule dans les couloirs et qu'il en discute avec ses collègues : 

"Ils disent qu'ils veulent voter tous les textes. Moi je leur réponds que le rôle d'un parlementaire, c'est peut-être de tout voter, mais c'est surtout de tout amender !"

Les sénateurs comptent sur la nouvelle Assemblée nationale pour accélérer la recomposition au Sénat. La trentaine de sénateurs compte beaucoup sur les parlementaires du groupe UDI pour venir renforcer les troupes.

Emmanuel Macron aura ainsi une majorité surement constitutionnelle (les deux tiers des parlementaires) lui permettant de réviser à sa guise la Constitution…

Lire la suite de l'article

Ni libérales, ni socialistes, outils de libertés : les corporations, une solution d’avenir ?

Dans la perspective de la refondation de la vraie droite, une présentation captivante qui ouvre de nombreuses pistes de réflexions et d'actions concernant les rapports politiques entre un Etat arbitre et régalien et de véritables pouvoirs intermédiaires.

alors, prochaine devise: identité, subsidiarité, dignité ?

Lire la suite de l'article

20 raisons de manifester dimanche contre les déconstructeurs socialistes

20 raisons données par Jean-Yves Le Gallou sur Polémia :

T1Vote de la loi Taubira qui a ouvert les règles et les avantages du mariage aux couples de même sexe.

2Détournement de l’adoption initialement conçue pour redonner un père et une mère à un enfant qui en a été malheureusement privé, et qui est désormais utilisé afin de se procurer un enfant, éventuellement commandé sur catalogue3-Possibilité d’importer des enfants conçus à l’étranger dans le cadre de la gestation pour autrui (GPA) ; c’est-à-dire reconnaissance de la marchandisation de la vie et des corps. Facilitation de toutes les démarches qui y sont associées (transcription dans l’état civil, nationalité).

4Légalisation de fait de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les femmes célibataires ou en couple avec une autre femme.

5-Nombreuses mesures désacralisant le mariage en cours de discussion dans le projet de loi de « modernisation de la justice au XXIe siècle » : PACS en mairie et divorce sans juge.

6-Dans le même texte législatif, déstabilisation des fondamentaux de l’état civil avec le changement de sexe sur simple déclaration et le changement de prénom pour simple convenance.

7-Contrôle préalable pour la création d’écoles libres hors contrat.

8Instrumentalisation idéologique de l’école ; recours au prétexte de l’égalité homme/femme pour imposer dans les classes l’enseignement de « la théorie du genre », élément majeur de la déconstruction de l’identité des enfants.

9Modification des rythmes scolaires qui a rendu plus compliquée la vie des familles.

Lire la suite de l'article

Les socialistes poursuivent l’islamisation de la France amorcée par les gouvernements précédents

Jacquers_bompard_afp1_01_11"La France doit devenir un pôle d’excellence européen dans l’enseignement de la théologie musulmane. L’islam a ses humanités. Il a brillé à travers les siècles. Il a fait progresser l’homme », tels sont les mots de Manuel Valls, faisant probablement référence à l’humanité dont ont fait preuve les terroristes du 13 novembre tuant et torturant nos compatriotes, le fanatique qui décida de renverser des innocents sur la Promenade des Anglais le 14 juillet à Nice ou les deux islamistes égorgeant le Père Jacques Hamel dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet dernier. Tous présentent un point commun : celui d’avoir agi au nom du « Coran ».

Bien qu’ayant une responsabilité dans ces événements tragiques, les socialistes en niant le problème et poursuivant l’islamisation de notre société continuent le travail amorcé par les gouvernements qui lui ont précédé.

Au centre du problème l’immigration, dont la nature a changé depuis l’introduction du regroupement familial de 1974 et jusqu’en 1982. Autrefois temporaire, l’immigration devient définitive. Les immigrés venus travailler en France pour s’offrir une vie meilleure dans leur pays d’origine, font désormais venir leurs familles pour y rester. Ainsi, ce changement amène avec lui les premiers besoins en termes de pratiques religieuses. La pratique religieuse commence par s’effectuer à travers les consulats des pays concernés par l’immigration, ce que nous appelons couramment « l’islam consulaire », toujours présent aujourd’hui.

Cet islam pose deux problèmes, celui de regrouper les musulmans en fonction de leurs origines, favorisant un réflexe identitaire,

Lire la suite de l'article