Archives par étiquette : sites

Délit d’entrave : il y a plein de sites à faire fermer

Infocatho les a recensés : sous une apparence très sérieuse, voire scientifique, ces sites donnent des informations qui peuvent dissuader une femme à avorter. Vite Laurence Rossignol, faites fermer ces sites :

  • Biomedcentral
  • BMJ open
  • Degruyter
  • Elsevier
  • Koreascience
  • Medical sciences monitor
  • Nature
  • Oxford Academic
  • PLoS Med
  • Reproduction
  • Royal College of Psychiatrists
  • Springer
  • Wiley Online Library

Ces sites indiquent en effet que :

  • La vie d’une personne commence à la fécondation
  • L’avortement augmente des risques de cancer
  • L’avortement favorise la prématurité
  • L’avortement augmente les risques d’autisme chez les enfants suivants
  • L’avortement provoque des troubles psychologiques

Lire la suite de l'article

Les atteintes aux sites chrétiens ont augmenté de 245% entre 2008 et 2016

2015 avait enregistré un record d'actes racistes, antisémites et antimusulmans: ils ont nettement reculé en 2016, a annoncé mercredi le ministère de l'Intérieur :

  • Baisse de 58,5% des actes antisémites (335 en 2016 contre 808 l'année précédente)
  • baisse de 57,6% des actes antimusulmans connaissent (182 contre 429)
  • baisse de 23,7% des actes racistes au sens strict (hors actes antisémites et antimusulmans) (608 contre 797).

Point noir : les atteintes aux sites chrétiens (lieux de culte et sépultures) ont augmenté de 245% entre 2008 et 2016. Avec 949 faits en 2016, en hausse de 17,4% par rapport à 2015les actes visant des lieux chrétiens représentent 90% du total des atteintes aux lieux de culte (chrétiens, juifs ou musulmans), selon la Place Beauvau.

Lire la suite de l'article

Avortement : si ces sites sont si visités, c’est parce qu’ils offrent beaucoup plus d’informations que le site gouvernemental

Jean-Frédéric Poisson répond aux questions du Rouge & le Noir. Extraits :

Capture d’écran 2016-11-30 à 21.59.01Comment expliquer cette volonté du gouvernement d’engager en urgence, à quelques mois de l’élection présidentielle, une procédure accélérée pour étendre le délit d’entrave à l’avortement ?

Je ne peux l’expliquer autrement que par l’obsession, comme l’a d’ailleurs très justement souligné le Cardinal Vingt-Trois. Voilà cinq ans que ce gouvernement plonge le pays dans une crise identitaire et économique toujours plus profonde et inquiétante, mais il s’acharne dans l’urgence à légiférer sur des sujets sociétaux qui demandent pourtant une immense prudence et de réels débats. C’est évidemment vrai pour le Mariage pour Tous voté plus rapidement que prévu et en dépit de la protestation considérable… Mais c’est flagrant sur la question de l’avortement. Ce gouvernement a fait de l’avortement un droit fondamental, a supprimé la notion de détresse comme condition pour y avoir recours, et enfin le délai de réflexion obligatoire avant de poser un acte aussi peu anodin. Et maintenant, il voudrait faire taire ceux qui tentent d’apporter une voix moins idéologue sur un sujet si difficile, ceux qui rappellent que l’avortement est toujours un drame, ceux qui voudraient aider les femmes à étudier toutes les autres possibilités qui s’offrent à elle…

Il s’agit du point culminant d’un comportement absolument totalitaire. Ce texte est grave parce que le sujet est grave, mais également parce qu’il est liberticide. […]

Que le gouvernement se pose les bonnes questions : si ces sites sont si visités, c’est sans doute parce qu’ils offrent

Lire la suite de l'article

Vers une proposition de loi contre les sites pro-vie

Capture d’écran 2016-10-04 à 19.17.09Suite à leur échec au Sénat, les députés socialistes vont déposer une proposition de loi afin d'élargir le délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse aux sites internet de «désinformation» sur l'avortement, a indiqué mardi leur chef de file, Bruno Le Roux.

La logique voudrait que le site officiel du gouvernement, sur lesquels les mensonges sont légions, soit également dans la ligne de mire, mais étrangement ce sont uniquement les sites alternatifs à l'avortement qui sont visés…

Lire la suite de l'article

Merci à Laurence Rossignol d’inciter à aller consulter des sites alternatifs à l’avortement

Jean-Frédéric Poisson s'élève contre la mise en place par le gouvernement d'un "délit d'entrave numérique" destiné à faire taire notamment les sites proposant une alternative à l'avortement :

A"Le week-end dernier, Laurence Rossignol disait au micro de France Info qu'elle allait faire une annonce le 28 septembre prochain, concernant la mise en place d'un "délit d'entrave numérique" à l'avortement. Le ministre ciblait à l'occasion des sites internet qualifiés de "pervers" ou "manipulateurs", donnant l'occasion à beaucoup d'auditeurs – comme à moi-même – d'aller les consulter pour se faire un avis. Elle a notamment cité le site « AfterBaiz », et j’ai découvert un site d'information et non de propagande, qui traite d’ailleurs de nombreux sujets qui ont trait à la sexualité des jeunes, aux peines de coeurs, à la jalousie, à la contraception… Et qui aborde, il est vrai, la question de l’avortement en précisant qu’il existe des alternatives et que ce n’est pas une bonne chose en soi. Est-ce donc le crime qui nécessite de les faire taire par la force ?

Il faut une mauvaise fois hors-norme et une volonté totalitaire sans limite pour voir autre chose qu’un site destiné à de jeunes adultes souvent un peu perdus dans cet univers magnifique et pourtant compliqué de la sexualité.

Sur le site dédié au sujet et promu à coup de milliers d'euros par le gouvernement français, j'ai en revanche constaté que l'avortement était systématiquement la seule solution proposée. On voit pourtant sur les sites « concurrents » des témoignages de femmes qui souffrent après

Lire la suite de l'article

Laurence Rossignol fera-t-elle fermer les sites manipulateurs pro-avortement ?

Riposte catholique dénonce les manipulations du site ivg.social-sante.gouv.fr :

Infertilité24

Les infertilités sont dues à des causes variées, il y a d’une part ce qui est lié au contexte infectieux, qui pourrait être réduit avec une bonne hygiène lors des interventions. En revanche, certains problèmes ne peuvent-être évités, ce sont par exemple les fausses-couches spontanées dues à des problèmes utérins, qui sont proportionnelles au risque de prématurité.  La relation entre ces dernières et les avortements est indiscutable depuis la dernière méta-analyse réalisée par Saccone et al. (2016). Une autre cause conduisant à de l’infertilité est l’endommagement du col de l’utérus, qui est ouvert mécaniquement durant un avortement chirurgical, celui-ci peut devenir dur et fermement fermé, ce qui provoque les problèmes que l’on sait. Lire Hardy et al. (2013) pour une revue sur les insuffisances cervicales.

 Toujours sur le même site, on peut lire :

Leduc2

Il faut prendre chaque terme de ces phrases, qui sont une belle construction pour imposer une idéologie, pour comprendre le fond du problème. On nous parle de « La majorité des études scientifique » or, en sciences, il n’est pas question de majorité. Si l’on met une seule fois en évidence statistiquement un fait, avec au minimum une fiabilité de 95%, il faudrait donc 19 articles fait avec autant de sérieux ne trouvant rien, pour se dire que le résultat de la première n’est dû qu’au hasard. On nous dit que les études montrent « qu’il n’y a pas de séquelle », ce qui est une absurdité, d’un point de vue scientifique, les réponses

Lire la suite de l'article

Chronique du totalitarisme : lutte gouvernementale contre les sites de soutien aux mères

Images-3Le ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol, a déclaré ce matin qu'elle allait agir contre les sites internet soutenant les mères en détresse, abandonnées par leur conjoint et la société qui ne leur propose que de broyer leur enfant à naître :

"Le 28 septembre, je ferai une annonce pour expliquer comment nous allons faire reculer ces sites manipulateurs ; des mesures seront prises pour faire cesser ces sites qui trompent les femmes".

"Il faut en parler, sinon on ne peut pas dénoncer la duplicité ; c'est jeune, c'est moderne… c'est une manière très pernicieuse de dénoncer les difficultés". "Il faut dénoncer la duplicité et la pointer ; de mon point de vue c'est un délit d'entrave numérique (…). Être hostile à l'IVG, c'est la liberté d'opinion, mais tromper des jeunes filles, c'est un délit".

Et voilà le délit d'entrave numérique. C'est de la graine robespierriste.

En 1993 a été institué le délit d’entrave à l’avortement, qui permet de poursuivre quiconque dirait le chapelet devant un avortoir. En 2014, le délit d’entrave a été étendu de façon à pouvoir poursuivre ceux qui tentent d’empêcher de « s’informer » sur l’avortement. 

Selon Yves Daoudal, le premier site à devoir tomber pour crime de non-conformité à la culture de mort obligatoire est semble-t-il celui qui s’intitule « Afterbaize.com ». Un site qui parle comme les jeunes, et qui évoque tous les aspects de la sexualité, de façon décontractée, sans se focaliser spécialement sur l’avortement, et sans considérations religieuses ou morales,

Lire la suite de l'article

La Russie interdit l’accès à des sites pornographiques

Images-2Les autorités russes ont confirmé leur décision de bloquer dans le pays les sites pornographiques. Il est suggéré aux internautes d'aller plutôt trouver un conjoint « dans la vraie vie ». L'agence gouvernementale de surveillance des télécommunications Roskomnadzor a bloqué deux sites internet sur tout le territoire russe mardi après des décisions en ce sens de tribunaux à Vladivostok, dans l'Extrême Orient, et dans la région de Voronej (sud).

Lire la suite de l'article

106 sites internet cathos français piratés par des islamistes

Dans le grand silence des médias. Un site veille :

"Le bilan est lourd et impressionnant. Les djihadistes nous attaquent de l’intérieur et de l’extérieur. Les temps sont graves. Très graves. Un article de La Croix signale, le 19 avril, 106 sites catholiques touchés par les cyberjihadistes. D’autres auront peut-être été signalés depuis. Je l’ignore.

Le samedi 16 avril, de nombreux catholiques ont eu la mauvaise surprise de voir la page d’accueil du site de leur paroisse remplacée par un message en anglais plaqué sur un fond noir et surmonté d’un drapeau tunisien. Le texte était signé par un groupe de cyberdjihadistes tunisiens appelé la Tunisian Fallaga Team. Il y dénonçait, pêle-mêle, le « terrorisme à l’œuvre » contre les musulmans de Birmanie par les bouddhistes, celui à l’œuvre en Palestine par les « sionistes » ou encore au Mali par les « forces françaises ». La Tunisian Fallaga Team s’est vantée de son forfait sur sa page Facebook le 16 avril. Elle répertoriait l’attaque de 106 sites de paroisses et congrégations françaises situées à Quimper, Meaux, Lyon, Reims, Valence, Nantes, Puteaux, Sartrouville ou encore Paris. Le groupe qualifiait ces sites de « sites web catholiques de l’occupant français » (suite).

Lire la suite de l'article

Les sites jihadistes sans image ne seront pas classés “terroristes”

En attendant de pouvoir créer un délit pour la consultation de sites politiquement incorrect, et dans le cadre du nouveau projet de loi antiterroriste, le Sénat a adopté hier un amendement Les Républicains créant un délit de consultation habituelle de sites terroristes. Il s'agit de la consultation habituelle de sites

« provoquant aux actes de terrorisme, ou faisant l'apologie de ces actes, lorsque ces sites comportent des images ou représentations montrant la commission d'actes de terrorisme consistant en des atteintes volontaires à la vie ».

Commentaire d'Yves Daoudal :

"On remarquera la précision : il faut qu’il y ait des images.

Pourquoi ?

Parce que, sinon, la fréquentation de tout site musulman citant ce que disent le Coran, les hadiths, la charia, sur la vie de Mahomet et sur le jihad, tomberait sous le coup de la loi

Autrement dit cet amendement ne crée rien du tout. Il demande seulement aux sites jihadistes de bien vouloir ne pas publier de vidéos trop choquantes s’ils veulent continuer d’être fréquentés."

Lire la suite de l'article

Si Pierre Bergé l’emporte, tous les sites de France pourront fermer

Guillaume de Thieulloy, directeur de publication de divers sites dont Délit d'images et le Salon beige, répond à RIposte laïque :

"[…] Vous paraissez avoir quelques soucis avec Pierre Bergé. Qu’avez-vous donc fait à ce pauvre homme pour justifier un tel courroux à votre encontre ?

Guillaume de Thieulloy : Effectivement, Pierre Bergé a porté plainte contre moi pour diffamation, en tant que directeur de la publication du site culturel Délit d’images […] ! A vrai dire, je doute que Délit d’images le gêne beaucoup: c’est un site relativement peu connu. Je crois que je suis dans le collimateur plutôt comme directeur du Salon beige. Ce dernier a, en effet, été un site assez actif pendant l’opposition à la loi Taubira, relayant notamment les « accueils » de ministres un peu partout en France […]. Comme vous savez, Pierre Bergé est, au contraire, un lobbyiste actif des causes LGBT. Nous ne sommes donc évidemment pas dans le même camp… Au plan formel, la plainte porte sur la publication d’un lien renvoyant à un article du site Panamza à propos d’une soirée d’hommage à Pierre Bergé, organisée par Jack Lang et Frédéric Mitterrand à l’Institut du monde arabe. Selon l’avocat de M. Bergé, Me Pierrat, la publication d’un lien vaut publication nouvelle de l’article. Je pense qu’il faudra suivre avec intérêt le jugement, car, si Me Pierrat a raison, il faut fermer l’intégralité des sites internet diffusés en France

Riposte Laïque : Partagez-vous l’inquiétude d’animateurs de site,

Lire la suite de l'article

Sites de rencontres extra-conjugales : l’immense majorité des profils féminins sont faux

Ashleymadison

Suite au piratage récent du site de rencontre extra-conjugale "Ashley Madison" et la mise en accès public par des Hackers de données correspondant à des millions de profils, un certain nombre sites et de blogs se sont amusés à faire quelques analyses statistiques. C'est le cas de gizmodo (page en anglais) qui s'est intéressé aux profils féminins (repris ensuite en français par lemonde.fr). Tout le monde sait que ces sites utilisent des faux profils pour attirer des hommes (qui paient…). Leur objectif a été d'étudier les comportements des profils pour distinguer les robots des utilisateurs de chair et d'os. Ainsi on y apprend que :

  • Sur les 37 millions de profils, 5 millions étaient officiellement des femmes, 32 millions des hommes
  • 20 millions des profils masculins ont consulté leur messagerie, contre… 1500 femmes
  • 11 millions d'hommes ont utilisé le Chat interne contre… 2400 femmes.

On peut donc considérer que le nombre de profils féminins réels et actifs était de l'ordre de 2500 pour 37 millions de compte. Donc durant toutes les discussions précédant des potentielles rencontres (qui n'arrivent évidemment jamais), ces messieurs inscrits parlent à des animateurs (et des hommes pour la plupart, sic.) ou encore des robots. 

Une bonne infidélité faite aux conjoints infidèles finalement. Mais ce n'est pas justice, c'est juste triste. 

Enfin, pour revenir sur un acteur plus présent en France : Gleeden se revendique "pensé par des femmes", mais pas "utilisé par des femmes", on comprend un peu plus pourquoi.

Lire la suite de l'article