Archives par étiquette : silencieuse

Sens Commun : la France silencieuse restera silencieuse

Sens Commun a annulé sa « journée de la France silencieuse », prévue dimanche de 13 heures à 19 heures à Asnières. Trois tables rondes avec des intellectuels, tels François-Xavier Bellamy, étaient prévues. Laurent Wauquiez, Bruno Retailleau et Daniel Fasquelle étaient attendus. Ils ont tous les trois annulé, suite aux oukases du politiquement correct, ayant monté en épingle les propos de Christophe Billan dans L'Incorrect. Il avait déclaré :

« Si Marion Maréchal-Le Pen vient demain avec ses idées rejoindre une plateforme, cela ne me posera aucun problème. Mais si elle est plus Le Pen que Marion, j’aurai un souci »

Le mensuel est paru mardi. Nous sommes jeudi. 2 jours de retraites, de rétropédalages, d'excuses, de communiqués, qui nous montrent que la droite la plus bête est toujours en crise, qu'elle a peur de son ombre et surtout de la gauche et des médias. Bref, un spectacle pathétique.

Commentaires (4)

Conclusion : avec des gens de ce piètre acabit la refondation n'est pas pour demain.

Rédigé par : EROUANI | 12 oct 2017 14:12:28
____________________________________

Bien d'accord avec vous.
Une ouverture de Sens Commun vers le FN, comme envers tout autre défenseur des valeurs familiales, aurait pourtant été bienvenue et un signal de regroupement des forces authentiquement nationales face à la culture de mort du mondialisme triomphant de Macron et de ses alliés et ralliés.
Incroyable de voir comment le président de Sens Commun, le très honnête Christophe Billan, a été attaqué et trainé dans la boue de toutes parts par

Lire la suite de l'article

Trumpiser le débat politique, c’est parler franchement à la majorité silencieuse sans se soumettre à la bien-pensance

13913809_824259041006964_567736559935620946_oAussi incroyable que cela puisse paraître, il existait un comité de soutien à Donald Trump en France. Méprisé et considéré comme anecdotique par les médias jusqu'à présent, le Parisien a interrogé son animateur Vivian Hoch. Extraits :

Après sa victoire, Donald Trump devient-il un modèle pour votre mouvement en France?

Notre but aujourd’hui, c’est de «trumpiser» le débat politique français. On a inventé ce concept pour que les responsables politiques puissent s’en inspirer.

En quoi consiste «la trumpisation» ?

Il s’agit de parler franchement, de parler à la majorité silencieuse. Cette nuit, c’est la victoire de cette majorité qui était tellement silencieuse que même nous, on ne s’y attendait pas. Clinton était tellement donnée gagnante.

Qui peut incarner ce mouvement de «trumpisation» en France ? Marine Le Pen?

Aucun candidat ou candidate ne peut arriver à la cheville de Trump. Il leur manque ce qui a fait le succès de Trump, c’est-à-dire de pouvoir se placer au-dessus de la mêlée. On présente Marine Le Pen comme la soeur de Donald Trump et vice-versa… C’est tout à fait faux. Elle est engagée dans une stratégie de dédiabolisation, alors que Trump a toujours maintenu la tête haute. Il n’a jamais reculé et ne s’est jamais.

Et puis Marine Le Pen, ce n’est pas nouveau, c’est un parti. Elle s’est déjà présentée à des élections, contrairement à Trump qui ne vient pas du monde politique. C’est aussi cet aspect qui manque en France. On a besoin de renouvellement dans

Lire la suite de l'article

La Droite silencieuse des valeurs cherche candidat désespérément

Extrait de la tribune de Denis Tillinac dans Valeurs actuelles :

475"Dans dix mois aura bien lieu la primaire de la droite. Les électeurs de ce bord seront-ils nombreux à aller voter ? Peu importe. On sait déjà qu’ils joueront à la baisse. Osons le dire, aucun des postulants en lice ne soulève leur enthousiasme. Ils ont vu Juppé, Sarko, Fillon et consorts trop souvent et depuis trop longtemps, ils en sont saturés (…) 

Ceux qui, par exaspération, ont voté pour le FN aux derniers scrutins n’ont aucune envie de parachuter Marine Le Pen à l’Élysée. Sa nièce Marion à la rigueur, mais dans un avenir indéterminé et sous réserve qu’elle se soit évadée du parti familial. On n’en est pas là. D’où un désenchantement nauséeux sur lequel Hollande spécule à ciel presque ouvert pour filouter une réélection au rabais.

Sans-titreAprès le succès considérable du livre de Zemmour, d’aucuns l’ont incité à se lancer dans l’arène ; ça prouve au moins que l’offre, comme disent les économistes, ne colle vraiment pas avec la demande. De même Villiers, auteur lui aussi d’un livre iconoclaste, est-il prié de reprendre du collier. Chacun dans son registre, ces deux bretteurs disent et écrivent ce que la droite silencieuse a envie d’entendre, avec des mots qui sonnent juste. Rien à voir avec le patois insipide des énarques, des technos et des communicants. Bien entendu, ils ne sont pas assez fous pour aller se commettre dans la course à l’échalote présidentielle ; leur crédit

Lire la suite de l'article

La “droite” est silencieuse parce que c’est un gros problème

Le député maire de Roanne (LR), Yves Nicolin, s'est à nouveau exprimé au sujet de la problématique des immigrés illégaux suite à sa volonté exprimée hier de n'accueillir que des chrétiens :

"J'ai une conviction, je suis là pour protéger mes populations. (…) Nous aurons forcément parmi ces centaines de milliers de migrants des gens infiltrés par Daech (…) La droite est silencieuse parce que c'est un gros problème. Aujourd'hui vous avez d'une part les élus qui accueillent à bras ouverts et je trouve que c'est irresponsable, d'autres qui mettent des conditions  et puis, l'immense majorité des élus qui  ne disent rien" 

Le terme "droite" désigne bien évidemment les Républicains… Et en Grèce, comme il y a des élections législatives dans deux semaines, la "droite" est un peu moins complexée. Il faut dire que, comme en France, la grande majorité de la population est opposée à cette invasion migratoire organisée par les chefs d'Etat et la Commisison européenne, qui le font sans demander le moindre avis aux peuples pouratnt souverains :

"La Grèce doit renforcer sa frontière face à l'afflux sans précédent de migrants arrivant sur ses côtes, a déclaré mardi le chef du parti de droite, que les élections de ce mois pourraient ramener au pouvoir.

"Concernant les migrants, les frontières doivent être mieux protégées et la Grèce ne devrait pas envoyer le message "ici c'est bon, venez", a déclaré le leader du parti Nouvelle-Démocratie (ND) Evangelos Meïmarakis lors d'une interview télévisée.

"Chaque personne qui arrive ici envoie

Lire la suite de l'article