Archives par étiquette : sièges

Sénat : 1 971 candidats pour 171 sièges

Lu dans Présent :

"1 971 candidats pour 171 sièges. Et un test pour Emmanuel Macron. Son parti présente des candidats dans toute la France métropolitaine mais la composition du collège électoral qui élit les sénateurs, essentiellement des représentants des petites communes, ne lui est pas favorable.

Marine Le Pen qui a envoyé huit députés à l’Assemblée nationale, a affirmé à Brachay revenir « avec une grande détermination et le sentiment d’une ardente obligation d’agir ». Elle espère doubler ou tripler le nombre de ses sénateurs le 24 septembre prochain.

En 2014 c’était une digue qui sautait avec deux sénateurs élus : Stéphane Ravier (Bouches-du-Rhône) et le benjamin du Sénat David Rachline (Var) et un FN qui ratissait bien au-delà de ses grands électeurs. Aujourd’hui le Front national dispose de « près de 3 000 élus municipaux, 357 conseillers régionaux, plus de 60 conseillers départementaux, près de 35 parlementaires et 12 maires ainsi que des dizaines de maires proches de nous en communes rurales » souligne Jean-Lin Lacapelle, secrétaire national aux fédérations et à l’implantation du FN. Cette implantation locale, notamment en PACA ou dans les Hauts-de-France, se renforce d’élection en élection. Néanmoins les départements renouvelables, ceux allant de l’Indre-et-Loire aux Pyrénées-Orientales ainsi que ceux d’Ile-de-France pour la métropole ne sont pas forcément les plus porteurs pour le mouvement en 2017. […] Les meilleurs espoirs se situent une fois de plus dans le département du Pas-de-Calais, qui est renouvelable. Le Front national y a remporté quatre sièges de députés en juin, à commencer par celui de Marine Le Pen. C’est Christopher Szczurek, adjoint de Steeve Briois à Hénin Beaumont, qui mènera la liste."

Lire la suite de l'article

Mistral perdant et sièges vacants

"Annulation de la vente des Mistral : l'Assemblée donne son feu vert" peut-on lire dans la presse. L'Assemblée ? Elle était dépeuplée, comme en atteste le vote :

Mistral

Les 8 députés ayant voté contre :

  • Chantal Guittet (PS)
  • Alain Chrétien (LR)
  • Nicolas Dhuicq (LR)
  • Jacques Myard (LR)
  • André Schneider (LR)
  • Patrice Carvalho (PCF)
  • Gilbert Collard (RBM)
  • Nicolas Dupont-Aignan (DLR)

On apprend à cette occasion que le remboursement fait à la Russie a été payé

"sur le budget de l’État (plus précisément sur le programme budgétaire 146 « Équipement des forces » du ministère de la défense), mais compensée par un fonds de concours en provenance de DCNS correspondant au remboursement des avances reçues de la Russie par cette société, soit près de 893 millions d’euros. Seul le reliquat de moins de 57 millions d’euros représente donc dans l’immédiat une charge nette pour le budget de l’État. Un engagement politique est pris de réalimenter de ce montant le programme 146, de sorte que ce ne soit pas le budget d’équipement de nos forces qui subisse les conséquences de la décision prise."

Autrement dit, 57 millions ont été pris sur le budget "équipement" de la Défense, sans qu'on sache ce qui sera fait pour les compenser.

Lire la suite de l'article

L’UKIP multiplie son score par 3,6… et perd deux sièges

Alors que les sondages annonçaient des résultats serrés, le Parti conservateur de David Cameron a largement remporté les élections législatives aujourd'hui outre-manche : 326 sièges d'après les résultats quasi définitifs, soit la majorité absolue, devant les travaillistes qui en obtiennent 230. Le Parti de l'indépendance du Royaume Uni, l'UKIP, perd deux sièges alors qu'il progresse en nombre de voix. Logique, explique Yves Daoudal :

"Je suis étonné de l’étonnement des observateurs devant le résultat des législatives au Royaume Uni. Je ne croyais pas du tout que les travaillistes puissent gagner. Donc ce sont les conservateurs qui allaient gagner, et ils allaient forcément avoir une très large majorité d’élus en raison de la poussée de l’Ukip. C’est arithmétique. L’Ukip étant devenu le troisième parti, il empêche le deuxième d’avoir autant de députés qu’il devrait avoir avec un système électoral différent. Avec le système britannique, quand il y a deux grands partis dans l’opposition, le parti majoritaire est assuré de remporter une éclatante victoire.

Une telle configuration montre l’inconvénient majeur du système électoral à un tour, qui a pourtant sa logique : le PNE, avec deux fois moins de voix que l’Ukip, a 56 fois plus de députés…

Le PNE, c’est le parti national écossais, qui ne présentait de candidats que dans les circonscriptions écossaises. Sa réussite est encore plus spectaculaire que celle des conservateurs, puisqu’il remporte 56 des 59 circonscriptions écossaises, alors qu’il n’avait que 6 sortants.

Quant à l’Ukip, avec 3,36 millions de voix, soit plus de 12% des suffrages,

Lire la suite de l'article