Archives par étiquette : Sida

Se reposer entièrement sur le préservatif facilite la contamination par le virus du sida

Selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) :

"Aides s’est tiré une balle dans le pied. Cette association homosexualiste hyper-médiatisée et protégée politiquement avait conquis une part de sa notoriété en traitant Jean-Paul II d’assassin, puis en lançant une campagne hystérique contre Benoît XVI. Elle leur reprochait de dire que le tout capote, le comportement des hommes étant ce qu’il est, était non une protection contre l’épidémie de sida mais un facteur de contamination. Ce que les études épidémiologiques montraient, les homosexualistes et la masse politiquement correcte le niaient par préjugé idéologique. Or, c’est grâce à Aides que l’IGAS, et donc le gouvernement français, l’entité politique la plus politiquement correcte au monde, reconnaît aujourd’hui officiellement le caractère mortel de l’abus de préservatifs.

Tout est parti du Truvada, ce médicament dit de « prophylaxie pré-exposition », c’est à-dire cette pilule que prend une personne séronégative avant un rapport sexuel lorsqu’elle l’estime « à risque ». On s’interdira toute controverse intellectuelle ou morale, par méthode, à propos de ce Truvada, pour en venir au fait : il a été autorisé en 2012 aux Etats-Unis par la Food and Drug Administration, et en 2016 par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) en France, premier pays d’Europe à lui ouvrir ses portes. La thèse de Aides, est que l’instruction du dossier par l’ANSM, qui a duré trois ans et demie, a été « anormalement longue », et que cela a privé indument des milliers d’usagers potentiels d’un médicament qui aurait empêché leur contamination. C’est pourquoi, grâce à

Lire la suite de l'article

Solidays, est-ce pour encourager la propagation du Sida ?

Nicolas Tardy-Joubert Conseiller régional PCD d'Ile-de-France, revient pour Valeurs actuelles sur le festival Solidays qui s'est achevé ce week-end.

SOLIDAYS-2018_3808429913637527225"Solidays est un grand festival de musique Francilien qui vient de fêter ses 20 ans. Porté par les acteurs de Solidarité Sida pour être utiles à ceux qui souffrent de cette maladie, le festival a en « même temps » l’objectif de divertir notre jeunesse, et de l’éduquer à la bien-pensance sur des sujets de sexualité ou de politique.

[…] Après une visite du festival l’impression est de faire face à des pompiers pyromanes.

En dehors de la programmation artistique qui « envoie du très, très lourd », il est annoncé 5 bonnes raisons de venir à Solidays dont la découverte de l’exposition « Sex in the City », où « la sexualité se dévoile sous toutes ses formes et sans tabou », la visite de « Happy Sex », avec la dernière bande dessinée de Zep, puis de vivre un moment pas comme les autres lors de la Color Party. L’endroit branché est la « messe des Sœurs de la Perpétuelle Indulgence », dans ce parcours.

Sur l’hippodrome de Longchamp où se tient le festival, le village réunit des acteurs impliqués dans le combat contre le sida, ou dans l’action humanitaire et militante. On y trouve Act-up, SOS Homophobie, l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité, SOS Racisme, SOS Méditerranée, Amnesty international, Greenpeace, la LICRA, Paris Gay Games…mais aussi Humanité et Inclusion ou la Croix Rouge.

Lire la suite de l'article

Mgr Aupetit : si vous êtes fidèle dans le mariage, vous ne risquez pas de transmettre le sida

Mgr Michel Aupetit a accordé un entretien au Quotidien du médecin. Cet ancien généraliste parle en médecin aux médecins.

Comment qualifieriez-vous les évolutions de la médecine et, en parallèle, celles de la bioéthique ?

La médecine évolue et c’est important : plus on a de moyens à disposition, mieux l’on peut soigner les patients. La question bioéthique est : que fait-on de ce progrès technique ? J’ai peur que nous pratiquions une médecine à l’anglo-saxonne, fondée sur le contrat et non plus une médecine fondée sur la relation. […]

En tant que médecin, avez-vous une position un peu différente de vos prédécesseurs sur la question de l’usage du préservatif ?

Ma position a toujours été claire : il faut éviter de transmettre le danger. Mais le principe le plus sûr demeure une vie bien ordonnée : si vous êtes fidèle dans le mariage, comme le préconise l’Église, vous ne risquez pas de transmettre le sida."

Lire la suite de l'article

Le lobby LGBT, par ses mensonges, a contribué à propager le SIDA : il doit être traduit devant la justice

Selon l'étude de l’équipe de chercheurs de Santé publique France, de l'Inserm et de l'équipe nationale d'intervention en prévention et santé pour les entreprises (ENIPSE), publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire, la situation de l'épidémie de VIH chez les jeunes hommes homosexuels français serait « extrêmement préoccupante ». L'homophobie insupportable de la science doit-elle être portée devant la justice ?

Extrait du commentaire de Dominique Morin, sous le post d'Yves Daoudal :

"le lobby homosexuel, surtout AIDES et ACT-UP la branche activiste, en mettant la main sur la "lutte contre le SIDA, ont interdit de distinguer les types de rapports particulièrement à risque de transmission, donc à proscrire car trop risqué, au prétexte de "ne pas discriminer." Résultat, la prévention a été imprécise et la propagande homosexuelle, en se victimisant comme victimes du SIDA comme une discrimination, ont fait de la "lutte contre le SIDA" une propagande active pour propager auprès des jeunes, parfois très jeunes, les moeurs homosexuels comme normatifs et interdire toute remise en cause de ces pratiques comme discriminatoire. Ils ont objectivement contribué à propager le SIDA, il suffit de regarder des images de la Gay Pride."

La ville de Paris est aussi responsable. Le 13 juin, Jean-Luc Romero–Michel remettait au Maire de Paris un rapport intitulé « Paris, ville phare de l’inclusion et de la diversité ». 52 recommandations y figurent pour faire de Paris la capitale mondiale des droits LGBT et du tourisme LGBT. La 10e édition des Gay Games se déroulera à Paris du 4 au 12 août

Lire la suite de l'article

Sida et promotion de la débauche : la région Ile de France jette l’argent par les fenêtres

La région Ile-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, va financer 10 000 auto-tests pour éviter la propagation du VIH et des bus pour permettre le dépistage gratuit hors les murs. La présidente de la région a expliqué :

"L'IDF est la région la plus touchée par le sida", concentrant "42% des personnes ayant découvert leur séropositivité", et "près d'un tiers des personnes vivant avec le VIH en France habitent la région".

Pour améliorer la prévention et le dépistage, la région prévoit de financer 10000 auto-tests, qui seront distribués via les associations et les professionnels de santé.

"L'auto-test coûte en moyenne 28 euros, nous avons réussi à les avoir à 8 euros".

La région va également fournir une aide à l'acquisition de deux bus pour des associations qui pratiquent les tests rapides d'orientation (trod) à destination des populations qui échappent au dépistage traditionnel (migrants, quartiers populaires, etc.). Les populations les plus touchées à Paris sont les immigrés et les personnes homosexuelles. L'association extrémiste Aides est concernée.

La région est aussi en train de "recenser l'offre de distributeurs de préservatifs dans les lycées d'Ile-de-France", qu'elle intégrera dans son iPass contraception.

Autrement dit, l'incitation à la débauche ne baissera pas. Et donc l'épidémie non plus.

Lire la suite de l'article

Le Sida est raciste et homophobe

C'est Libération qui constate :

"A Paris, la situation est préoccupante, pour ne pas dire mauvaise: l’épidémie y est cinq fois plus élevée que la moyenne française et deux fois plus que dans le reste de l’Ile-de-France. Les cas parisiens représentent un cinquième du chiffre pour toute la France, alors que les Parisiens représentent un peu plus de 3% de la population. Ce sont plus d’un millier de nouvelles contaminations par an. Et à Paris encore, l’épidémie y est très particulière, fortement concentrée – à près de 90% – dans deux groupes : les hommes ayant des rapports sexuels entre hommes (52%) et les migrants, principalement de pays à forte prévalence (38%). Enfin, géographiquement, l’épidémie est surtout forte dans les quartiers centraux (Ier à IVarrondissements) et dans le nord-est (Xe, XIe, XVIIIe, XIXe et XXe arrondissements) mais aussi dans le XIIIe."

Une conséquence de la Gay Pride et de toutes les incitations à la débauche ?

Lire la suite de l'article

Le sida demeure tragiquement homophobe

Et ce malgré toutes les campagnes LGBTistes du gouvernement :

V"Le commissaire européen à la santé Vytenis Andriukaitis a présenté une étude du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), réalisée dans les 28 pays de l’UE plus l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège.

Il en ressort que « le VIH et le sida restent un problème grave en Europe » et que « le fait qu'une personne sur sept est atteinte par le VIH sans le savoir est particulièrement inquiétant ». Près de la moitié (47%) des cas dans ces pays sont diagnostiqués à un stade tardif de la contamination.

Dans ces 31 pays, les rapports sexuels entre hommes est le premier mode de transmission (42% des diagnostics), et le seul qui progresse encore régulièrement."

Et quand on leur dit que c'est contre-nature, ces criminels nous rient au nez.

Lire la suite de l'article

Bruno Gollnisch : “La façon la plus sûre d’éviter le SIDA, c’est soit la chasteté, soit la fidélité”

Bruno Gollnisch condamne sans appel la campagne LGBT du gouvernement qu’il juge “perverse et scandaleuse” (à partir de 13’30”) :

Commentaires (2)

Bien dit , rien à ajouter .

Rédigé par : Claudia | 24 nov 2016 19:46:32
____________________________________

Dans les années 1930 personne n'a voulu écouter un petit prêtre qui avertissais sur le relâchement débridé des actes sexuels ,si vous continuez par l'homme il arrivera un virus encore inconnu qui ravagera l'humanité .Mais sais vrais ce n'était qu'un radoteur et non un CERVEAU SIENTIFIQUE ?

Rédigé par : gerard | 24 nov 2016 19:58:55
____________________________________

Lire la suite de l'article

Pour Les Républicains, la santé tourne autour du Sida

Spiri_jeanJean Spiri, président du CRIPS depuis février (successeur du militant LGBT pro-euthanasie Jean-Luc Roméro), l'organisme de la région Ile de France chargé de l'information sur le sida, militant du Sidactiona été nommé le 29 avril secrétaire national de la prévention santé à la jeunesse du parti Les Républicains par Nicolas Sarkozy.

Ancien conseiller de Xavier Bertrand, alors ministre de la santé, aujourd'hui élu LR de Courbevoie (92), devenu conseiller régional depuis décembre 2015, il est cofondateur avec Aurore Bergé et Jean-Baptiste Reignier du mouvement gauchiste "Une Droite D'Avance" au sein de LR.

Lire la suite de l'article

Les industries pharmaceutiques ne veulent pas que le virus du sida soit éliminé

Vu sur le JT du 19 juin de TV Libertés. L'invité Claude Reiss – ex chercheur au CNRS déclare (vers 45mn58) :

"Nous avons fait des études pour trouver des médications contre le sida. Cette médication a fait l’objet d’un brevet pris par le CNRS là-dessus. L’étude s’est portée sur la stratégie du virus sans passer par le modèle animal.[…] Ce brevet est toujours resté dans les tiroirs… […]

Depuis je me heurte à l’industrie pharmaceutique qui ne veut pas en entendre parler en me disant : « on ne va pas couper la branche sur laquelle nous sommes assis. Si votre méthode guérit effectivement le sida, nous avons actuellement un bisness annuel de 36 milliards de dollars avec le sida ».

Lire la suite de l'article

Traitement préventif du sida : qui va payer ?

Pour la première fois, l'Organisation mondiale de la Santé a recommandé aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, de prendre quotidiennement des antirétroviraux à titre préventif, pour éviter d'être contaminés par le sida. L'événement n'est pas seulement médical, mais aussi politique, comme l'explique le journaliste Jean-Yves Neau sur son blog.

En effet, "la seule spécialité pharmaceutique  actuellement utilisée dans cette indication préventive [est] le Truvada®. Le Truvada® est une association de deux médicaments antirétroviraux fabriqué par la firme américaine Gilead Sciences."

Bref, une firme américaine détient le monopole de la commercialisation du médicament recommandé par l'OMS. Et le vend à un prix prohibitif. Qui va payer ?

"Forts de cette nouvelle recommandation de l’OMS les responsables d’Aides ont choisi une nouvelle fois d’en appeler à Marisol Touraine, ministre de la Santé. Ils lui demandent de « sortir de l’immobilisme ». En pratique ils réclament de faciliter l’ouverture de l’accès au traitement préventif. Cette mesure ne pose guère de difficultés pratique : il suffit d’une « extension de l’indication au préventif » du médicament qui « permettrait la mise à disposition pour des personnes séronégatives ».

Le Truvada® est actuellement disponible dans le cadre d’une recommandation temporaire d’utilisation (RTU). Il est commercialisé par la firme américaine 520 euros les 30 comprimés et pris en charge à 100%. Gilead Sciences maintiendra-t-il ce prix pour une utilisation préventive ? Sur le fond la question soulevée est de taille dans la mesure, notamment, où la sécurité sociale ne prend pas en charge les actes de prévention.

Trente-trois

Lire la suite de l'article

L’OMS est homophobe comme le Sida

Les infections par virus du sida augmentent parmi les personnes ayant des relations homosexuelles, selon un rapport de l'OMS qui, pour la première fois, appelle les hommes ayant des relations sexuelles entre eux à prendre à titre préventif des antirétroviraux.

Aujourd'hui, ce groupe a 19 fois plus de risques que la population moyenne d'être contaminé par le virus.

Lire la suite de l'article