Archives par étiquette : shoot

Salle de shoot : le sénateur LR Alain Milon doit reconnaître son erreur

Rémy Rayé, conseiller départemental vauclusien du Front National, est poursuivi pour avoir osé dénoncer la promotion de l'expérimentation socialiste des "salles de shoot" faite par un sénateur Républicain, le sénateur du Vaucluse Alain Milon, grâce à qui notre jeunesse peut désormais s'injecter des substances mortelles dans des espaces dédiés, en toute légalité.

Suite au décès le 13 juillet d'un homme à quelques pas de l'hôpital Lariboisière qui abrite la salle de shoot, il écrit au sénateur LR Alain Milon :

Milon_alain04092n"Un homme est mort cet été, manifestement d’une overdose, après une agonie de plus de 10 heures sans le moindre secours devant l’hôpital Lariboisière et la « salle de shoot » dont vous avez permis l’existence, de concert avec le précédent gouvernement socialiste.

Si l’objectif de cette expérimentation était de rapprocher les toxicomanes des secours et des médecins (ce que vous avez expliqué aux juges lors de l’audience en appel dans le procès qui nous oppose, porté désormais en cassation), force est de constater que les effets obtenus vont dans la direction strictement opposée.

Il semble en premier lieu que la « salle de consommation à moindre risque » intéresse assez peu les toxicomanes au vu de sa faible fréquentation. Ce qui les intéresse davantage, c’est le fait que des quantités de dealers se pressent aux abords de cette structure puisque elle représente une aire géographique dans le périmètre de laquelle la vente et la consommation de drogue sont officieusement tolérées. Ainsi, au lieu d'être une salle de consommation à moindre risque, elle serait plutôt

Lire la suite de l'article

Un mort devant la salle de shoot à Paris

Communiqué de Wallerand de Saint Just, Secrétaire départemental de la fédération du Front National de Paris :

"La salle de shoot de Paris a fait indirectement son premier mort. Un homme d’une quarantaine d’année, toxicomane, a agonisé pendant des heures à quelques mètres de la salle de shoot sans que les secours n’interviennent. Si la salle elle-même n’est pas ici directement en cause, c’est en revanche l’écosystème de la délinquance et du laxisme qu’elle a permis de s’installer dans ce quartier autrefois paisible qui est responsable de ce drame.

Ce sont les dealers qu’on a laissé prospérer dans tout le quartier, ce sont les fonctionnaires de police a qui il a été demandé de fermer les yeux pour « ne pas effrayer les usagers potentiels de la salle » (ce qui expliquerait également l’absence de secours), ce sont les toxicomanes qui, s’ils fréquentent peu la salle, se sont en revanche installés dans les rues adjacentes, profitant eux aussi de cette zone de tolérance de fait et de la présence sur place de leurs sources d’approvisionnement.

Régulièrement les riverains postent sur les réseaux sociaux photos et vidéos témoignant de cet état de fait. Plusieurs fonctionnaires de police nous ont confirmé ces petits arrangements tacites. Les pouvoirs publics ne peuvent pas dire qu’ils ne savaient pas. Une fois de plus, leur idéologie aveugle a primé sur l’intérêt réel des riverains et des malades. La toxicomanie est une maladie qui doit être prise en charge médicalement, pas par des associations. Surtout, cette prise

Lire la suite de l'article

Poursuivi par un sénateur LR pour avoir dénoncé les salles de shoot

Remy-w560h420Rémy Rayé, conseiller départemental vauclusien du Front National, a été condamné le mois dernier pour un article publié sur un blog, dans lequel il avait osé dénoncer la promotion de l'expérimentation socialiste des "salles de shoot" faite par un sénateur Républicain, le sénateur Milon, grâce à qui notre jeunesse peut désormais s'injecter des substances mortelles dans des espaces dédiés, en toute légalité.

Le sénateur Milon, président de la commission des affaires sociales, ayant vanté et promu cette expérimentation voulue par les socialistes est, de surcroît, médecin de profession. C'est la raison pour laquelle il a été comparé par Rémy Rayé au docteur Mengele qui est, pour la plupart d'entre nous, le seul médecin connu pour avoir pratiqué des expérimentations mortelles sur des êtres humains. L'emploi de cette métaphore a été considéré comme une "injure" par la justice. Rémy Rayé a été condamné à verser en tout 16 000€ à l'Etat, au sénateur Milon, à la justice et au quotidien La Provence qui, en bon soldat du système, avait révélé l'existence de cette publication. Quand un membre du FN se fait traiter de nazi, croyez bien qu'il n'est pas soutenu par la justice.

Avec une sanction d'une telle lourdeur, ce n'est pas Rémy Rayé qui a été condamné mais l'ensemble de sa famille de 5 enfants, dont la dernière a 2 ans. Ne pouvant se soumettre à un tel verdict digne des totalitarismes les plus abjects, Rémy Rayé a fait appel de cette décision. Aussi, pour l'aider à supporter les frais occasionnés

Lire la suite de l'article

A Ars, une maison qui vaut mieux qu’une salle de shoot

Le cardinal Barbarin inaugurera demain à Ars une maison d’accueil pour de jeunes toxicomanes, gérée par la Communauté du Cenacolo. Le projet, né d’une initiative du diocèse de Lyon, est porté en particulier par la Fondation Saint Irénée. Les explications du Père Stefano, prêtre de la Communauté du Cenacolo, et de Franco, ancien toxicomane et responsable de la maison d'Ars :

"Comment fonctionnent les maisons du Cenacolo ?
Père Stefano : Ces maisons, que nous appelons des fraternités, sont des lieux où l’on accueille la vie de personnes souhaitant commencer un chemin pour renaître. La vie se structure autour de la prière, du travail et de la communauté fraternelle. C’est une vie très ordonnée, avec de la discipline : pas de cigarettes, pas d’alcool, pas de sorties individuelles… Lorsqu’un jeune arrive, il a en général une vie très désordonnée. Cette vie simple participe à remettre de l’ordre à l’intérieur de chacun.

Franco, pouvez-vous nous présenter le projet à Ars ?
Franco : Il s’agit d’un lieu d’accueil pour se réconcilier avec nous-mêmes et nos familles, rencontrer Dieu dans sa miséricorde. Concrètement, c’est une ferme avec beaucoup de travaux, où il faudra remettre de l’ordre.
Nous accueillerons des hommes de 18 à 50 ans, dépendants à la drogue ou à l’alcool. Nous allons démarrer avec un groupe déjà formé, de 12 à 15 personnes.
Avant de vivre dans une maison de la communauté, chaque jeune est reçu en entretien, rencontre d’autres jeunes et peut venir passer une journée d’essai pour discerner. Ensuite, si

Lire la suite de l'article

Salles de shoot : Juppé à la remorque de la gauche

Parmi les villes candidates à l'expérimentation des salles de shoot, Bordeaux propose un service mobile avec un camion qui, équipé de deux ou trois postes d'injection, irait à la rencontre des personnes dépendantes, à la manière des maraudes. "T'en veux ?"…

Lire la suite de l'article

La place Vendôme a déjà ouvert sa salle de shoot

S

Commentaires (6)

Voyons, voyons… Ses plus proches voisins sont visibles derrière les vitres de son ministère sur la place Vendôme : ils sont là debouts depuis plus d'un an !
On les appelle les #Sentinelles 😉

Rédigé par : Ashreï | 9 avr 2015 16:07:50
____________________________________

Elle loge à coté de "MINUTE" ?

Rédigé par : cad | 9 avr 2015 16:35:48
____________________________________

L'amour de son prochain, c'est bien de le proclamer ; encore faut-il l'appliquer.
Qu'elle lève les poursuites contre Anne-Sophie Leclère, par exemple.

Rédigé par : Rossini | 9 avr 2015 17:00:23
____________________________________

On ne peut pas dire qu'elle donne l'exemple de l'amour de son prochain ! Elle n'est qu'éructations de haine et insulte pour toute personne qui ne pense pas exactement comme elle.
Elle ne supporte pas la différence. Elle se montre outrageusement raciste, cathophobe, familiphobe, etc.
Qu'est-ce qui la "séduit" d'ailleurs, dans "l'humanité", comme elle dit ? Un mec qui se drogue et refuse de sortir de son addiction, des homos qui forniquent, des trafiquants d'enfants et des esclavagistes, des femmes qui tuent leur progéniture, des médecins qui tuent leurs malades, des harpies qui profanent les églises… La face ténébreuse de l'humanité, quoi !
En revanche, le beau, le bon, le vrai, elle les méprise.
Cette mégère caricature "l'amour" jusqu'au blasphème.

Rédigé par : Faustine | 9 avr 2015 17:28:41
____________________________________

Le talent de la gauche est d'agiter les hautes valeurs du vrai, du beau et du généraux tout en les mettant au service de sa

Lire la suite de l'article

Les salles de shoot ont été demandées par des personnes qui veulent libéraliser la drogue

Prêtre du diocèse de Paris et responsable de l’association La Luciole, le père Pierre de Parcevaux mène depuis plus de 40 ans un travail de terrain auprès des jeunes et des familles touchées par la drogue. Il est interrogé par Famille chrétienne à propos de la légalisation des salles de shoot. Extrait :

"Pourquoi créer un espace restreint pour des toxicomanes alors qu’il existe déjà beaucoup de centres où les personnes peuvent bénéficier d’un suivi médicalisé ? On entend les arguments concernant les questions d’hygiène et de sécurité, mais ces salles de shoot posent de nombreuses questions. Si elles ne sont ouvertes que 35 heures par semaine, que va faire le toxicomane en dehors de ces horaires ? Un héroïnomane a besoin d’une injection toutes les 4 heures, surtout la nuit. Comment fera-t-il ? Où est la responsabilité de l’hygiène si les consommateurs vont se piquer ailleurs en dehors des heures ouvrables ? Ce n’est ni respectueux, ni correct pour les consommateurs.

Y aura-t-il une présence policière aux alentours ? Quel sera le rapport entre les policiers et les consommateurs ? Ne risque-t-il pas d’y avoir une équivoque ? Peut-on mettre une répression dans un lieu où la loi dira qu’il sera possible de se piquer au vu de tout le monde ? Et pour tous ceux qui ont un casier judiciaire ou qui sont sous le coup d’une injonction de soins thérapeutiques, leur présence dans une salle de shoot sera-t-elle considérée comme une déviance ? Le sujet est mal posé. Avec ces salles de shoot, on veut faire du

Lire la suite de l'article

Les salles de shoot adoptées à l’assemblée

Sur 74 députés présents ce soir, seuls 24 ont votés contre 

CCBHVlBWAAIWTwG

Le détail des votes est consultable ici.

Commentaires (1)

ils étaient où tous ceux qui défendent la vie et sont censés protéger notre jeunesse… ? Ils étaient où ceux qui "travaillent" à l'Assemblée ? Votez donc une loi qui dit "pas présent = pas payé"
À quand les salles de deal ? N'est-ce pas suffisant de crier à la décadence ? Faut-il être dans le mur pour que nos gouvernants comprennent ?
Au secours !!!

Rédigé par : chamus | 7 avr 2015 23:23:35
____________________________________

Lire la suite de l'article

Et voilà la loi sur les salles de shoot

Une proposition de loi déposée avant-hier à l’Assemblée nationale par le groupe socialiste et son Président Bruno Le Roux vise à permettre l’expérimentation des salles de shoot. Cette proposition de loi permet au gouvernement de ne pas être en première ligne, puisqu'il ne porte pas le sujet avec un projet de loi, et cela évite à ce même gouvernement l'obligation de rédiger une étude d'impact.

Pourtant, le dispositif de cet article est exactement identique à celui de l’article 8 de l’avant-projet de loi santé publique (copié-collé) !

Pendant que le gouvernement s'occupe d'économie et de sujets internationaux, le groupe parlementaire PS a les mains libres sur les sujets immoraux.

Commentaires (1)

Le socialisme est une maladie incurable.

Sortez les crécelles, ouvrez les léproseries pour ces zombies politiques.

Leur contact est mortel.

Rédigé par : ecoboust | 19 sep 2014 12:57:41
____________________________________

Lire la suite de l'article