Archives par étiquette : s’est

La casuistique ne s’est jamais aussi bien portée

Selon Thibaud Collin, qui analyse le petit livre « Une morale souple mais non sans boussole » des Pères Alain Thomasset et Jean-Miguel Garrigues, le premier jésuite et le second dominicain, qui se veut une réponse aux dubia des cardinaux. Le père Thomasset est déjà connu de nos lecteurs pour contester certains aspects du magistère de l'Eglise (voir ou ). Extrait :

C"[…] En refermant le livre, force est de constater que ces « dubia » n’ont pas disparu. On pourrait même dire qu’ils sortent, malheureusement, renforcés tant les arguments utilisés pour les dissiper produisent l’effet inverse. Il ne s’agit certes pas de s’en réjouir car le doute est une indétermination douloureuse de l’esprit. Et la matière concernée ici, la vie morale et sacramentelle des fidèles, est suffisamment grave pour estimer que la charité porterait à les dissiper de toute urgence. Comme on le sait, le Saint-Père n’a pas encore jugé bon de consentir à poser un tel geste.

En attendant la détermination pontificale, le débat continue et la division croît. Et plus le temps passe, plus il est clair que la réception d' »Amoris laetitia » va croiser les 50 ans d' »Humane vitae » et les 25 ans de « Veritatis splendor ». Or l’encyclique de Jean-Paul II répondait aux objections adressées à l’encyclique de Paul VI en remontant à leurs racines les plus profondes. Or lorsqu’on lit aujourd’hui nombre de textes consacrés à « Amoris laetitia », on a l’impression que l’histoire

Lire la suite de l'article

Christine Boutin : “Ma foi s’est enrichie par la vie politique”

Christine Boutin, ancien député, ancien ministre, quitte la vie politique après quarante années d’engagement. Dans cette interview accordée à Boulevard voltaire, elle revient sur le rapport entre sa foi et son combat politique et invite les jeunes générations à prendre la relève.

Lire la suite de l'article

Patrice Quarteron s’est levé contre la haine de la France de l’intérieur

Très belle leçon de Fatiha Boudjahlat :

"Afficher les couleurs nationales, aimer son pays, assumer sa fierté d'être français ont valu à Patrice Quarteron de se faire traiter de facho, mais aussi, et il y a plus à en dire, de «bounty» et de traître. Ces insultes sont devenues classiques quand il s'agit de désigner les enfants d'immigrés bien dans leurs baskets françaises et aimant la France. Elles sont complétées par celles de «harki», de «collabeur», de «nègre de maison», termes dont j'ai été moi-même gratifiée. Elles renvoient à une trahison supposée: celle de son vrai pays, celui des origines, au bénéfice de son faux pays, celui où l'on vit. Elles sont les manifestations des métastases indigénistes et gauchistes de l'identité qui n'ont rien à leurs symétriques identitaires.

La violence se déchaîne parce qu'il est noir. Et un bon noir, un vrai noir digne, qui s'assume, ou un bon arabe n'est pas censé aimer la France sauf à avoir une mentalité d'esclave. Il est question d'authenticité. On est un vrai arabe, un vrai musulman, un vrai enfant d'immigré etc quand on vante le bled et que l'on cultive l'indifférence voire le mépris à l'endroit de la France (…)

Le patriotisme est brocardé, dénoncé, moqué, criminalisé quand il concerne la France, mais il est respecté, vanté, normalisé quand il concerne le pays d'origine. Houria Bouteldja, égérie du Parti des Indigènes de la République, écrit ainsi dans son ouvrage Les Blancs, les Juifs et Nous: «J'ai laissé mon

Lire la suite de l'article

Avec l’affaire Vincent Lambert, toute la loi Leonetti s’est trouvée applicable aux personnes handicapées

Maître Jean Paillot, l’un des avocats des parents de Vincent Lambert, explique dans Famille chrétienne, à propos du docteur Sanchez, nouveau médecin de Vincent Lambert depuis février 2017 :

"Nous ne connaissons pas la position du docteur Sanchez. Il a peu de contacts avec la famille. Je crois qu’une médiation a été suggérée par l’Ordre des médecins entre lui et les parents. Il faut être conscient que les parents de Vincent sont ce qu’on appelle des « aidants familiaux » dans cette affaire. Ce sont ceux qui, parmi les membres de la famille, sont au quotidien auprès de Vincent. C’est donc anormal qu’il ne puisse pas y avoir une relation entre des aidants familiaux et le médecin de Vincent ! Tout le monde sait que les relations sont inexistantes entre eux et l’épouse de Vincent, ce qu'ils regrettent profondément. Mais c’est ainsi. En revanche, que l’équipe médicale fasse comme si les parents n’existaient pas ou comme s’ils étaient de simples visiteurs bénévoles de Vincent au quotidien, cela ne suffit pas : les parents de Vincent sont véritablement des aidants familiaux ! Il faut donc les accueillir tel qu’ils sont ! Or actuellement ce n’est pas le cas. Les parents de Vincent seraient toutefois très favorables à une médiation organisée avec le docteur Sanchez."

"Il y a environ 1500 personnes en France dans cet état. La plupart sont bien traités dans des établissements spécialisés. La difficulté c’est que Vincent est dans un service au CHU de Reims qui s’occupe de personnes en fin de vie avec des médecins qui sont

Lire la suite de l'article

Le patriarche orthodoxe de Géorgie s’est déclaré en faveur de la restauration d’une monarchie

Lu ici :

"Une nouvelle fois, le patriarche Elie de Géorgie s’est déclaré en faveur de la restauration d’une monarchie constitutionnelle pour son pays. Pour le patriarche celle-ci apporterait la paix au pays. Il a rappelé dans son homélie, dimanche dernier, que la tradition monarchique est très ancienne en Géorgie."

Lire la suite de l'article

Cameroun : Mgr Jean-Marie Benoît Bala ne s’est pas suicidé ; il a été brutalement assassiné

Unknown-9Le corps de l’évêque de Bafia avait été retrouvé dans le fleuve Sanaga le 2 juin. Porté disparu dans la matinée du 31 mai, sa voiture avait été retrouvée sur le Pont de l’Enfance. Dans sa voiture avait été retrouvé « un étrange message ».

« Dans un premier temps avait été émise l’hypothèse que le prélat s’était suicidé et les autorités avaient envoyés des plongeurs pour sonder le fleuve à la recherche du corps ». « Actuellement le corps est à la disposition des autorités judiciaires pour la recherche des circonstances, des causes exactes, et des auteurs de ce crime odieux et inacceptable. Nous, évêques du Cameroun, nous affirmons que Mgr Jean-Marie Benoît ne s’est pas suicidé. Il a été brutalement assassiné.

Depuis une trentaine d’années, plusieurs prélats, des prêtres et des consacrés ont été assassinés dans des circonstances encore imprécises. Les évêques du Cameroun évoquent notamment le souvenir de Mgr Yves Plumey, archevêque émérite de Garoua, assassiné à Ngaoundéré en 1991, du père Joseph Mbassi, tué à Yaoundé en 1988, du père Antony Fontegh, assassiné à Kumbo en 1990, des sœurs de Djoum, tuées en 1992, ou encore du père Engelbert Mveng, tué à Yaoundé en 1995.

« Nous avons l’impression que le clergé du Cameroun est particulièrement persécuté par des forces obscures et diaboliques »

Les évêques demandent « que soit faite la lumière complète sur les circonstances et les mobiles de l’homicide de Mgr Bala, et que les coupables soient identifiés et remis à la justice pour être jugés selon la loi ».

Lire la suite de l'article

Législatives – Pierre Lareigne (PCD) : “En s’éloignant des valeurs comme la vie ou la famille, un fossé s’est creusé entre Les Républicains-UDI et le PCD”

Pierre Lareigne est candidat PCD dans la 1ère circonscription de Gironde. Il a accepté de répondre à nos questions.

1. Vous avez annoncé votre candidature à l'élection législative pour la 1ère circonscription de Gironde sous les couleurs du PCD. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

33-01-Pierre-Lareigne-A-OKDéjà fortement engagé dans le domaine associatif (manécanterie des petits chanteurs de Bordeaux, Association sportive des Coqs Rouges de Bordeaux, association des parents d’élèves d’un lycée de Bordeaux), il m’a paru évident de poursuivre ces engagements en politique. Il me semble essentiel de défendre les valeurs de la vie. C’est pourquoi, le respect de la dignité de la personne humaine est au cœur de mon projet, de sa conception à sa mort naturelle avec une attention particulière portée aux plus fragiles et aux plus démunis. Pour cela, il faut replacer l’être humain au centre de la société. Il est donc nécessaire que l’économie soit au service de la personne et non le contraire. Ardent défenseur de la famille, je me battrai pour revenir sur la politique familiale du dernier quinquennat, notamment la « loi Taubira ». Je refuserai évidemment la PMA et la GPA qui n’est autre que la marchandisation du corps, un esclavage moderne. N’oublions pas que la femme est source de vie et non un objet de procréation.

D’autre part, je suis extrêmement déçu de la façon dont la politique est menée actuellement. Pour moi, la politique est un service. La vérité doit y avoir toute sa place. Le candidat doit être au service

Lire la suite de l'article

Le parti LR commence (seulement) à comprendre qu’il s’est fait berner

Dans un entretien au Parisien, Emmanuel Macron a déclaré :

«Je suis convaincu que Les Républicains se scinderont parce que c’est le sens de la recomposition de la vie politique.» 

Le danger lepéniste ? Un leurre qui revient comme un boomerang dans la figure de LR, dont la destruction demeure un objectif des socialistes, qu'ils s'appellent Hollande ou Macron. Le candidat LR a été traîné dans la boue durant des mois par les forces du régime en place et les responsables LR appellent à voter pour ce même régime. Les membres de ce parti semblent tous atteints du syndrome de Stockholm.

Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains, est indigné et s'est fendu d'un communiqué. Au dernier jour de la campagne, c'est à la fois ridicule et savoureux :

"Oubliant que le Bureau politique des Républicains, au nom d'une certaine idée de la France et de la République, a appelé à faire battre Marine LE PEN, Monsieur MACRON, ce matin dans le Parisien, souhaite la disparition du principal mouvement de la Droite et du Centre, premier parti de France. Ce sont des déclarations arrogantes, mensongères et irresponsables.

Jamais Jacques CHIRAC, en 2002, n'aurait appelé à la dislocation du Parti socialiste. Jamais, dans un moment aussi grave et alors que Monsieur MACRON entend occuper la plus haute fonction de l'Etat, Jacques CHIRAC ne se serait livré à des jeux politiciens hasardeux. Jamais, enfin, il n'aurait fait preuve d'une telle inélégance à l'égard de tous les électeurs qui ne l'ont pas

Lire la suite de l'article