Archives par étiquette : seratelle

La 4ème circonscription d’Indre-&-Loire sera-t-elle aussi celle de l’incompétence en marche?

Commentaires (3)

Certains vont hurler au sexisme !

Rédigé par : Robert | 14 juin 2017 19:16:53
____________________________________

peu leur importe, ils ne veulent que des parlementaires dociles, la compétence leur importe peu le système politico-médiatique dirige!!!

les candidats ont pour consigne de parlait peu!!!

Rédigé par : ohlala | 14 juin 2017 19:28:19
____________________________________

ces gens sont des escrocs manifestes. mais comment des millions de crétins ont-il pu aller mettre un bulletin dans l'urne sans même savoir pour qui ils votaient ? les moutons ont voté pour des chèvres.
la tragique est bien en marche

Rédigé par : Artus | 14 juin 2017 19:34:01
____________________________________

Lire la suite de l'article

Rumeurs de fraude électorale : l’élection sera-t-elle illégitime ?

De nombreux bugs ont émaillés le 1er tour. Certains lecteurs m'en ont témoigné personnellement. Cette page recense quelques irrégularités :

Attest"Tout a commencé quand l’une de nos rédactrices nous a fait part de son sentiment un peu étrange. En novembre dernier, elle s’était inscrite sur les listes électorales, via le site service-public.fr avec la confirmation électronique que tout était validé dans les règles. Inquiète de ne pas voir sa carte électorale arriver, elle prend contacte avec sa mairie. Finalement, le 22 avril, la veille des élections, elle apprendra qu’elle n’était pas inscrite sur les listes électorales suite à des bugs sur le site gouvernemental qui n’avait pas assuré la transmission aux mairies. Une histoire qui pourrait sembler anecdotique si elle ne faisait pas écho à des centaines, des milliers de témoignages exprimant la même chose : une impossibilité de voter au premier tour pour différentes raisons. Suite à la diffusion de la lettre qu’a reçue notre rédactrice, sur Facebook, une vagues de témoignages s’est abattue sur notre réseaux. Plus de 5000 commentaires, des centaines d’e-mails, tous témoignant de situations très similaires, uniquement pour notre média. […]

À côté des ces inscriptions disparues dans de mystérieuses failles du système, il y a le scandale des radiations de milliers de personnes, sans qu’elles en aient été averties. Et là, les chiffres ont de quoi faire frémir. À Strasbourg, 15 000 personnes ont été dans l’incapacité de voter car elles se sont aperçues le jour même du premier tour qu’elles n’étaient pas sur

Lire la suite de l'article

Législatives : la droite sera-t-elle représentée dans toutes les circonscriptions ?

D'un Collectif de jeunes hauts-fonctionnaires et cadres du secteur privé :

"Il ne faut pas négliger les législatives : quel que soit le Président élu le 7 mai, celui-ci ne pourra appliquer son programme que s’il dispose d’une majorité suffisante à l’Assemblée.

Un candidat LR ou UDI sera, en principe, présent dans chacune des 577 circonscriptions. Mais ce candidat représenta-t-il les convictions de ses électeurs ? Nous nous permettons d’en douter, du moins pour une grande partie des investis de l’UDI ainsi que pour certains LR. En effet, l’UDI ne soutient aujourd’hui François Fillon que du bout des lèvres et ce n’est un secret pour personne que les UDIstes n’hésiteront pas, dès le soir du 23 avril, à se mettre « en marche » si leur candidat échoue. De même en est-il d’autres personnalités LR, tels Christian Estrosi ou Nathalie Kosciusko-Morizet, tout autant opportunistes… […] Si l’UDI continue, aujourd’hui, de soutenir François Fillon, ce n’est pas pour son programme mais bien pour les près de 100 circonscriptions qu’il leur a réservées ! 70 d’entre elles sont gagnantes !  

En définitive, de deux choses l’une. Soit François Fillon est élu et l’UDI constituera alors une véritable minorité de blocage au Parlement. Dès lors, la mise en œuvre de son programme, et notamment de ses réformes de civilisation (rétablissement de la filiation, quotas d’immigration), est compromise. Soit Emmanuel Macron accède à la fonction suprême et, grâce à nos voix, l’UDI sera, à coup sûr, l’une des composantes de sa majorité.

Ainsi, afin d’éviter que les électeurs de droite

Lire la suite de l'article

La Marche Pour La Vie sera-t-elle condamnée pour délit d’entrave à l’avortement ?

Communiqué de la Marche pour la vie :

Marche-pour-la-Vie-2017-wefly-11-1"La Marche Pour La Vie a dénoncé le 22 janvier dernier la proposition de loi sur le délit d’entrave et elle avait raison d’être inquiète puisque celle-ci a été adoptée ce Jeudi 16 février par l’Assemblée Nationale, dans l’indifférence politique et médiatique à peu près générale, à l’exception de quelques très rares députés courageux. Ceux-ci auront tenté de faire reculer la ministre, Laurence Rossignol, qui n’a pas hésité à affirmer qu’«avorter n’était pas enlever une vie », et qu’exprimer « un témoignage émotif ne relevait pas de la liberté d’expression ».

Les 50 0000 marcheurs pour la Vie seront-ils condamnés demain pour délit d’entrave à l’avortement ? Que Madame Rossignol en soit convaincue, n’entamera pas leur détermination à défendre la vie et accompagner les femmes enceintes pour les convaincre d’accueillir leur enfant plutôt que de recourir à un acte qui arrête le cœur d’un bébé et brise celui d’une mère. Au moment même où certains irresponsables politiques usent de la notion de crime contre l’humanité à temps et à contre temps, la Marche Pour La Vie affirme connaitre ceux dont La France aura à répondre un jour : 220 000 enfants par an tués avant leur naissance depuis 42 ans. La Marche Pour La Vie espère que le Conseil Constitutionnel aura la sagesse de censurer ce texte et appelle d’ores et déjà dans le cas contraire le prochain gouvernement à abroger cette loi homicide et liberticide."

Lire la suite de l'article

Paris : Sainte-Rita sera-t-elle finalement sauvée ?

L'église Sainte-Rita est toujours barrée de sa palissade de tôle. Prête à la démolition. Ou pas… Le député maire Philippe Goujon affirme être

« intermédiaire d’une solution de reprise, par un autre culte chrétien en recherche d’un lieu. Le diocèse n’est pas dans ce cas, mais il y a d’autres églises, comme les Chrétiens d’Orient, qui sont intéressés ». « Je suis en rapport avec le promoteur, qui a accepté de rencontrer les responsables de plusieurs cultes ».

Reste l'obstacle du prix qu’en demandera le promoteur nantais porteur du projet immobilier.

Lire la suite de l'article

Marine Le Pen sera-t-elle la Daisy Trump française ?

De Jean-Pierre Maugendre :

Arton555-b24e9"L’élection à la présidence des États-Unis de Donald Trump a déchaîné les hurlements hystériques des tenants du système et l’enthousiasme, non moins frénétique, des soutiens de Marine Le Pen. L’élection du milliardaire texan annoncerait celle, inéluctable, de la fille de Jean-Marie Le Pen à la présidence de la République française. Ce parallèle n’est-il pas un peu rapide ?

Des points communs

Donald Trump et Marine Le Pen ont en commun de se présenter comme des opposants au système en place et d’affirmer être les représentants du peuple contre des élites dévoyées, corrompues et acquises aux utopies mondialistes qui ont réduit au chômage et à l’insécurité sociale et physique le « petit blanc » de Détroit comme celui de Belfort. On peut cependant penser que le parallèle s’arrête là.

De nombreuses différences

En effet, tout opposant déclaré au système qu’il soit Donald Trump était le candidat d’un parti qui a déjà gouverné les États-Unis pendant de nombreuses mandatures. Durant la campagne électorale le parti républicain a mis au service de son candidat son réseau d’élus : gouverneurs, députés, sénateurs, etc. La situation du Front national n’est pas du tout la même. Son réseau d’élus est en cours de constitution mais est encore embryonnaire par rapport à celui des autres partis. Sous cet aspect la comparaison pertinente serait celle de l’élection de Marine Le Pen à la présidence des Républicains ce qui ne semble pas à l’ordre du jour.

De plus le numéro deux du dispositif républicain était le vice-président Mike Pence,

Lire la suite de l'article

Hillary Clinton sera-t-elle remplacée dans la course à la Maison Blanche ?

Suite au malaise d'Hillary Clinton, les instances démocrates se sont réunies en comité secret avec une question : faut-il la remplacer en catastrophe ?

H"La question aurait été officiellement agitée lors d’un comité secret des principaux dirigeants démocrates. C’est le journaliste de gauche controversé, spécialiste de l’investigation, David Shuster, qui a lancé l’information dans une série de tweets. Le premier date d’hier à deux heures huit du matin : « Pour les chefs démocrates, Hillary Clinton cachant une pneumonie depuis trois jours plus vidéo où elle tombe dans les pommes égale « territoire inconnu ». Deux heures plus tard, nouveau tweet : «  Top démocrates : « Nous pouvons discuter, argumenter, plaider auprès d’Hillary Clinton, mais les statuts du parti sont clairs, son état de candidat du parti n’est pas discutable. » Cette constatation juridique n’a pas empêché la discussion secrète des responsables démocrates d’aboutir à des questions qu’un troisième tweet de Shuster révèle, à midi huit hier : « Éclaircissement des responsables démocrates à propos de la pneumonie d’Hillary Clinton : il faut s’attendre à une réunion du comité national démocrate pour étudier le remplacement d’Hillary Clinton ».

Pourquoi cet affolement ? Le médecin d’Hillary Clinton, Lisa M. Bardack, a pourtant publié un communiqué lénifiant : «  Hillary Clinton souffre d’une toux prolongée due à une allergie. Hier, en l’examinant, un diagnostic de pneumonie a été posé. Placée sous antibiotiques, on lui a prescrit du repos et de changer son agenda. Pendant la cérémonie, soumise à une trop forte chaleur elle est apparue déshydratée. Je l’ai examinée, elle est réhydratée et se

Lire la suite de l'article

Barbara Mazières sera-t-elle évincée du FN sur un mensonge ?

ImagesCommuniqué de Barbara Mazières du 6 mai 2016 :

"Plusieurs responsables du Front National me signalent, ou signalent à des amis, que mon éviction de la fédération du Maine-et-Loire serait liée à ma « participation à une action que la direction actuelle du FN n'a pas cautionnée », à savoir le défilé du 1er mai organisé par Jean-Marie Le Pen. Cela a d’ailleurs été répété par des proches de M. Philippot sur les réseaux sociaux. Je serais ainsi "virée", si je puis dire, dans la même charrette que Mmes Arnautu et d'Ornano ou M. Gollnisch. Ces derniers sont des personnes pour lesquelles j'ai la plus grande admiration et avec lesquelles je partage l'essentiel des convictions. Je trouverais donc parfaitement honorable de "siéger" dans la même charrette qu'eux. Il se trouve cependant que c'est totalement faux. Ce week-end du 1er mai, j'étais retenue en Anjou par une réunion de famille. Des dizaines de personnes peuvent témoigner m'y avoir vue et je défie quiconque d'affirmer que j'étais à Paris – que ce soit au dépôt de gerbe de Jean-Marie Le Pen ou au banquet de sa fille. Manifestement, M. Philippot et ses amis n'assument pas leur changement de ligne politique. D'autant moins qu'ils savent pertinemment que l'écrasante majorité des électeurs du FN partagent mon avis sur la loi Taubira. Pour cacher le désaccord de fond, ils préfèrent donc opter pour le mensonge et la calomnie. Ce n'est certes pas cela qui contribuera à les faire remonter dans mon estime. Mais

Lire la suite de l'article

“Un de nous” : l’UE sera-t-elle démocratique ?

C'est la question que pose Grégor Puppinck dans Le Figaro :

"La Commission européenne doit se prononcer avant le 28 mai sur la suite qu'elle entend donner à la demande de l'Initiative Citoyenne européenne «Un de Nous» d'introduire dans la réglementation européenne une clause éthique excluant explicitement de financement européen toute activité qui détruise ou implique la destruction de vies humaines au stade embryonnaire ou fœtal. […]

L'Initiative Citoyenne européenne est un mécanisme de démocratie participative introduit par le Traité de Lisbonne permettant à un million de citoyens européens de soumettre une demande politique ou législative aux instances européennes. Il s'agit de partager avec les citoyens, sous conditions, le pouvoir d'initiative législatif initialement dévolu exclusivement à la Commission européenne.

Un de Nous a recueilli près de deux millions de signatures en une année, ce qui en fait la plus importante pétition dans l'histoire des institutions européennes. La Commission puis le Parlement européen ont auditionné longuement les représentants de l'Initiative les 9 et 10 avril derniers afin d'aider la Commission dans sa décision quant aux suites politiques ou législatives à donner à l'initiative. […]

Cette initiative est conforme au droit européen qui reconnaît la dignité humaine de la vie prénatale. […] L'Initiative «Un de Nous» place aussi la Commission européenne devant un défi démocratique: respecter la démocratie participative en partageant le pouvoir d'initiative. Le mécanisme d'Initiative vise à ouvrir l'Union européenne à la participation des citoyens, et à renforcer sa légitimité démocratique. Il est d'une importance vitale pour la

Lire la suite de l'article