Archives par étiquette : Sens

Avortement : une décision dans le bon sens de la Cour Suprême des Etats-Unis

Unknown-3La Cour suprême des Etats-Unis a annulé hier une décision favorable à une adolescente immigrée qui avait obtenu le droit d'avorter alors qu'elle était détenue dans un centre de rétention migratoire. 

Cette affaire s'est imposée comme la première grande bataille judiciaire autour d'un avortement sous la présidence de Donald Trump. La jeune fille de 17 ans était détenue au Texas après être entrée clandestinement aux Etats-Unis. Elle avait demandé à avorter en septembre. Les autorités lui avaient laissé le choix entre mener sa grossesse à terme ou être expulsée. L'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) a défendu sa volonté d'avorter. La cour d'appel fédérale de Washington avait affirmé le 24 octobre le droit de la jeune migrante à obtenir un avortement.

Aussitôt, sans attendre le recours à la Cour Suprême, les soutiens des la jeune fille l'avaient conduite se faire pratiquer un avortement dès les premières heures du 25 octobre. Dans un recours de 130 pages adressé à la Cour suprême, le ministère avait ensuite accusé les défenseurs de la jeune fille d'avoir précipité son avortement, sans informer les procureurs et sans leur laisser le temps de poursuivre la bataille judiciaire.

La saisine de la Cour suprême a illustré la détermination du gouvernement américain à agir en faveur des opposants à l'avortement.

Lire la suite de l'article

Marion Maréchal : « Mon projet est politique, au sens noble du terme. Vouloir former une nouvelle élite au service de la cité, c’est nécessairement politique. »

Capture d’écran 2018-06-01 à 07.34.02Marion Maréchal a répondu aux questions de Geoffroy Lejeune, directeur de la rédaction de Valeurs actuelles, et Gilles-William Golnadel, cofondateur de la web télé La France Libre

« On a la fâcheuse habitude, en ce qui concerne les médias, de comprendre oui quand je dis non. Heureusement que c’est restreint aux médias, sinon, cela serait un peu compliqué à gérer. Au contraire, il s’agit plutôt d’acter mon retour à la vie civile avec ce projet qui est métapolitique. » « Mon projet est politique, au sens noble du terme. Vouloir former une nouvelle élite au service de la cité, c’est nécessairement politique. »

Marion Maréchal, qui souligne la défaillance des grandes écoles chargées de former les élites, déplore aussi la diabolisation de son académie. 

« Vous enlevez le nom le Pen, passez dans la société civile, créez une école, et malgré tout, on vous traite d’école de fachos »,. « Je pense qu’ils ont peur qu’on puisse mettre le pied dans la porte, parce que si on arrive à mettre en place une école de qualité, exigeante, […] il est évident que c’est la démonstration que la domination intellectuelle de la gauche sur l’éducation supérieure est finie. »

« Il n’y a pas de victoire électorale possible sans au préalable une victoire culturelle, ou en tout cas l’accumulation de petites victoires culturelles qui permettent de changer l’état d’esprit des Français et d’avancer ». « Si j’utilise le terme “mâle blanc”, peu de gens s’en offusqueront dans la presse mainstream, mais si j’utilise le terme

Lire la suite de l'article

La réforme de la SNCF est une quête de sens

Réflexion trouvée sur le blog de la CTFC Métallurgie des Yvelines :

Unknown-12"1/Le politique, c'est l'aménagement du territoire et la recherche de la garantie de la liberté de déplacement à coût raisonnable.

2/ L'économie de marché, c'est de vendre un service le transport de personnes et de biens. L'opérateur du rail peut être intégralement privé (économie de marché) mais peut remplir, par délégation du 1/, cette mission de service public.

Rappelons qu'un grand nombre de lignes ferroviaires ont été construites et exploitées au XIXème sur décision publique – concession – par des entreprises privées.

Une entreprise automobile allemande a entièrement revu son organisation en confiant à une seule personne le montage intégrale d'une voiture. Ainsi, la personne connait parfaitement la voiture qu'il a assemblée et testée. Elle voit l'aboutissement de son travail et la satisfaction du client, dans un échange vraiment personnel avec lui.

A la SNCF, le travail est, à l'inverse, taylorisé en une myriade de services, d'intervenants, qui font toujours la même chose et perdent le sens de ce à quoi ils contribuent de façon parcellaire : convoyage de voitures; convoyage de la loco; assemblage de rame; entretien; vérification; aiguillages; choix des voies; choix des garages….tout est divisé en autant de cellules quasi autonomes qui deviennent autant de petites baronnies.

Et si une personne était responsable de A à Z de la composition de sa rame, de son positionnement sur le quai et de sa conduite en service? N'aurait-ce pas vraiment du sens? C'est en tous cas l'avis d'un cheminot

Lire la suite de l'article

Election du président LR des Yvelines : Sens Commun ne donnera pas de consigne de vote

Élue lundi 9 avril à la présidence nationale de Sens Commun, Laurence Trochu, conseillère départementale Les Républicains (LR) du canton de Montigny-le-Bretonneux, est interrogée dans Le Parisien à propos de l’élection départementale du futur président LR des Yvelines qui se déroulera en octobre prochain. Sens Commun compte une trentaine d’élus à tous les niveaux dans ce département. 

6a00d83451619c69e201b8d2e96620970c-250wi"Sens Commun donnera-t-il des consignes de vote pour la présidence départementale des LR ?

Ce n’est pas dans nos habitudes. Nous ne donnons jamais de consignes dans un vote interne à un parti. Mais nous participerons activement au débat. Sens Commun évaluera tous les candidats. Une invitation a déjà été faite à Pierre Bédier pour le rencontrer. Une autre le sera en direction d’Alexandra Dublanche. […]

Quelles sont les thématiques qui vous sont chères ?

Tout d’abord, le redressement économique de la France doit s’accompagner d’une souveraineté entière de notre pays dans une Europe des nations. Ensuite, la personne humaine ne doit jamais être considérée comme un objet qu’on bricole ou une marchandise. Enfin, nous sommes responsables d’un patrimoine naturel et culturel que nous devrons enrichir et transmettre aux générations futures. Tout cela doit éclairer les réponses politiques.

Un proche de Pierre Bédier vous accuse de « silence radio » pendant « des mois » puis de « sortir du bois » dès qu’il est candidat…

C’est totalement faux. Sens Commun a toujours travaillé et anime la réflexion de la droite. Nos actions sont portées et réelles. À titre d’exemple, nous organisons

Lire la suite de l'article

Laurence Trochu nouvelle présidente de Sens commun

Laurence-Trochu_zoom_colorboxLaurence Trochu, Conseiller départemental des Yvelines et Conseiller municipal de Guyancourt (78), a été nommée présidente de Sens Commun par le Bureau Politique.

Celle qui fut l'une des porte-parole de François Fillon et est actuellement membre du Bureau Politique LR aura notamment pour tâche de présenter des candidats pour les élections internes de LR en octobre 2018.

Commentaires (2)

Premier soutien de Pierre Bédier dans les Yvelines, detestée dans sa ville où elle a divisé même l'opposition de droite (4 personnes). Quelle tristesse de voir Sens Commun tomber comme cela…

Rédigé par : Jean | 9 avr 2018 15:05:06
____________________________________

Soutien de François Fillon ?
La droite qui n'arrivera jamais nulle part et qui a installé la gauche pour 50 ans en France.

Rédigé par : Xavier | 9 avr 2018 15:14:08
____________________________________

Lire la suite de l'article

La notion de patrie a-t-elle encore un sens aujourd’hui ?

Notre-Dame de Chrétienté propose ce mois-ci deux vidéoformations réalisées avec Alain Toulza, vice-Président de la D.R.A.C. (Droits du Religieux Ancien Combattant, devenue Défense et Renouveau de l'Action Civique), destinées à rendre hommage à nos anciens morts au combat pour défendre notre liberté :

  • « La notion de patrie a-t-elle encore un sens aujourd'hui ? ». La folie du sacrifice du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, officier de gendarmerie et catholique, atteste que se mettre au service de la patrie demeure toujours d’actualité.
  • « Les religieux dans la grande guerre » apporte un témoignage exemplaire de l’engagement volontaire des religieux dans la défense de la France qui pourtant les avait expulsés.

Relisons ce magnifique extrait de « Heureux ceux qui sont morts » de Charles Péguy qui nous a précédé sur les routes de Chartres, et qui est mort le 5 septembre 1914 à Villeroy, près de Meaux, lors des premiers combats de la bataille de la Marne :

Heureux ceux qui sont morts pour la terre charnelle,
Mais pourvu que ce fût dans une juste guerre.
Heureux ceux qui sont morts pour quatre coins de terre.
Heureux ceux qui sont morts d'une mort solennelle…

… Heureux ceux qui sont morts pour des cités charnelles.
Car elles sont le corps de la cité de Dieu.
Heureux ceux qui sont morts pour leur âtre et leur feu,
Et les pauvres honneurs des maisons paternelles.
Notre Dame de la Sainte-Espérance, convertissez-nous !

Lire la suite de l'article

La Ghouta : quelques réflexions de bon sens de Thierry Mariani

Lire la suite de l'article

Madeleine de Jessey quitte la présidence de Sens commun

Unknown-4Madeleine de Jessey, présidente par intérim de Sens commun, a annoncé quitter ses fonctions exécutives dans un courrier adressé aux militants du mouvement :

"Cette mission était intérimaire, et j'ai annoncé au Comité stratégique qu'elle prendrait fin aujourd'hui. Conformément à nos statuts, le Bureau politique assurera une direction collégiale et nommera un nouveau président dans les semaines à venir".

Elle explique son retrait par sa récente maternité et le bouclage d'une thèse.

Elle salue l'élection de Laurent Wauquiez, qui sait "redonner espoir et fierté à la droite".

"Qu'il soit assuré de notre désir sincère de le suivre et de le soutenir sur cette ligne".

Mme de Jessey avait pris la tête du mouvement en novembre, à la suite de la démission de Christophe Billan, lequel avais suscité un tollé après s'être dit prêt à une "plateforme" politique avec l'ex-député Marion Maréchal-Le Pen.

Commentaires (1)

La "ligne" de Laurent Wauquiez inclut désormais (comme il l'a réaffirmé récemment sur France 2 à Léa Salamé), son renoncement à l'abrogation de la loi Ch. Taubira.

Le soutien de Sens commun à cette ligne confirme donc que ce mouvement est attaché à la défense de la droite plutôt qu'à la défense de la famille.

Après son soutien à F. Fillon et le lachâge de JFP lors des primaires, ce mouvement Sens commun récidive dans sa trahison et ne peut décemment pas se revendiquer comme une émanation de la MPT.

Rédigé par : c’est ici | 29 jan 2018 19:33:05
____________________________________

Lire la suite de l'article

Sens Commun réclame l’abrogation de la loi Taubira

MMadeleine de Jessey, présidente par intérim du mouvement Sens commun, après la démission de Christophe Billan, a déclaré, sur le fait que de nombreux partis politiques ont renoncé à réclamer l'abrogation de la loi Taubira, que Sens commun restait «opposé» à une loi «mauvaise».

«C'est un combat culturel qui doit être gagné pour que le combat politique puisse suivre». «Tout est lié. Il faut revenir dessus», «95% des députés UMP s'étaient opposés à cette loi».

Lire la suite de l'article