Archives par étiquette : scolaire

Qu’en est-il du financement des Auxiliaires de Vie Scolaire dans les écoles qui acceptent les enfants handicapés ?

Témoignage : ses deux filles sont dans une école indépendante qui était la seule option à proximité de la maison. Résultat : l'AVS qui était financée dans le public ne l'est plus et ils doivent compter sur la famille et les amis pour les aider. Est-ce normal ?

Lire la suite de l'article

En pendant ce temps, la liberté scolaire croît aux Etats-Unis

Ainsi que l'explique Yves Daoudal :

"Lundi, la Cour suprême a pris une décision qui « détruit le mur de séparation de l’Eglise et de l’Etat », selon les laïcistes ; et qui pourrait ouvrir la voie au chèque scolaire, se félicitent les défenseurs de la liberté scolaire et de la liberté religieuse.

L’affaire est aussi simple que triviale. Mais elle est de celles qui peuvent conduire en effet à une révolution.

La paroisse luthérienne de la Trinité, à Columbia dans le Missouri, avait demandé une subvention de l’Etat pour refaire le sol de la modeste aire de jeux de son « centre scolaire » (école maternelle, garderie, catéchismes) au titre de la sécurité des enfants. La paroisse était cinquième sur la liste de 44 demandeurs, mais la subvention lui fut refusés, pour le seul motif qu’il s’agit d’une « église » et que la Constitution de l’Etat interdit toute subvention à des organismes religieux. La paroisse contre-attaqua en faisant valoir que la décision de l’Etat était discriminatoire et contraire à la liberté religieuse garantie par le premier amendement. De fil en aiguille l’affaire est donc arrivée jusqu’à la Cour suprême.

L’importance de l’arrêt est qu’il rend quasiment inopérant le fameux « amendement Blaine ». Du nom de James Blaine, qui tenta en 1875 de faire adopter un amendement à la Constitution des Etats-Unis interdisant les subventions publiques pour tout projet religieux. Le texte fut voté par 180 députés contre 7, mais échoua à obtenir les deux tiers des votes des sénateurs. Dans les années qui suivirent, une

Lire la suite de l'article

Les élèves du Hors-Contrat souffrant d’un handicap ne peuvent bénéficier d’aide financière pour financer une AVS (assistante de vie scolaire)

1-300x121Communiqué de la Fédération des Parents d’Élèves des Écoles Indépendantes :

"AVS : sachant que les élèves du Hors-Contrat souffrant d'un handicap (trisomie, maladies diverses de l'intelligence etc…) ne peuvent bénéficier à l'heure actuelle d'aide financière pour financer une AVS (assistante de vie scolaire), la FPEEI demande aux parents concernés de lui envoyer un témoignage accompagné d'une photo (voir témoignages sur fpeei.fr) afin que la FPEEI puisse engager DES MAINTENANT une action auprès du gouvernement pour l'obtention de cette aide financière. Votre soutien Nous est précieux pour Vous aider !"

Lire la suite de l'article

Liberté scolaire : en matière d’éducation, seuls les parents sont stratèges

Dans son dernier numéro, Minute critique quelques points du programme de Marine Le Pen. Extrait sur l'éducation :

Capture d’écran 2017-04-11 à 21.11.0111. « Garantir la liberté de scolariser ses enfants selon ses choix », mais…

Le programme de Marine Le Pen en matière d’éducation est excellent, et nous y reviendrons la semaine prochaine, mais plusieurs de ses aspects méritent un carton rouge. Premier aspect : dans son engagement n° 11, elle veut « contrôler plus strictement » la compatibilité des enseignements dispensés dans les établissements hors contrat « avec les valeurs de la République ». Les établissements confessionnels musulmans sont peut-être les seuls visés, mais ce n’est pas dit. Or non seulement nous sommes de ceux qui, avec Marion Maréchal-Le Pen, sommes « un peu saoulés par les “valeurs de la République“ qu’on nous sert en permanence et dont on ne sait pas ce qu’elles recouvrent », mais nous pensons qu’il existe, au-dessus de celles-ci, des valeurs de civilisation, qu’il est de la liberté des parents de faire enseigner à leurs enfants. Si le hors contrat existe, c’est aussi pour cela. D’autre part, Marine Le Pen ne consacre pas une ligne, ne fait pas une seule allusion, à l’enseignement libre – l’enseignement privé –, à moins de considérer que son engagement n° 102, qui vise à imposer la laïcité à l’école, la concerne aussi ! Dans toutes ses déclarations, Marine Le Pen occulte l’enseignement libre. Y compris lorsque, interrogée par l’Apel, l’Association des parents d’élèves de l’enseignement libre, qui milite pour

Lire la suite de l'article

Soutien scolaire et cours à distance : le Cour du Sacré-Coeur recrute

Capture d’écran 2017-04-04 à 19.28.30Depuis son ouverture, l’effectif du Cours du Sacré-Cœur double chaque année : pour la prochaine année scolaire, il pourrait atteindre plus de 400 élèves.

Pour assurer son développement, le Cours du Sacré-Cœur recherche de nouveaux professeurs, dans toutes les matières, et pour tous les niveaux, mais seuls les candidats diplômés et expérimentés seront retenus.

Les professeurs travaillent à temps partiel (à domicile) pour rédiger des cours, pour évaluer les élèves, et éventuellement les aider (en cours de soutien) : soit à l’oral par visioconférence (Skype), soit à l’écrit en corrigeant les copies (envoyées par mail).

Les candidats doivent déposer leur candidature sur le site du Cours du Sacré-Cœur (cliquez ici).

Lire la suite de l'article

Liberté scolaire : l’APEL interroge les candidats

A l'occasion de l'élection présidentielle, Famille & éducation a interrogé les cinq principaux candidats pour connaître leurs réponses aux propositions formulées par l'Apel ainsi que les principaux points de leur programme concernant l'éducation. Les réponses sont ici. Extraits sur l'autonomie des établissements :

François Fillon :

"Notre école est malade de la bureaucratisation et du pédagogisme : à force de refuser de faire confiance aux enseignants, aux parents et aux établissements, on obtient des résultats médiocres dans les évaluations internationales. C’est pourquoi mon projet consiste à changer l’organisation du système en accordant aux établissements des marges de liberté et de responsabilité nouvelles, notamment en matière de ressources humaines. Je veux donc confier progressivement aux chefs d’établissement du second degré public le recrutement des professeurs sur la base de l’adhésion au projet éducatif et pédagogique de l’établissement. Le choix des méthodes d’apprentissage sera, lui aussi, confié aux équipes pédagogiques. La contrepartie de cette liberté nouvelle doit être une évaluation rigoureuse et indépendante des résultats des établissements, qui seront transmis aux familles."

Marine Le Pen :

"Je suis extrêmement attachée aux services publics, particulièrement à celui d’éducation. Or pour que les services publics accomplissent leurs missions, il est essentiel qu’ils soient administrés à partir d’un centre, l’État stratège, et que ses agents aient le statut de fonctionnaires d’État. C’est pourquoi, je suis opposée à une plus grande autonomie des établissements scolaires. Ce n’est pas en effet au niveau des établissements que doit s’opérer le recrutement des enseignants, mais par le biais

Lire la suite de l'article

Dans le programme de Marine Le Pen : souveraineté, liberté scolaire, politique nataliste, abrogation de la loi Taubira

Le projet présidentiel de Marine Le Pen, publié aujourd'hui, comprend 144 engagements, parmi lesquels :

  • Capture d’écran 2017-02-04 à 13.59.35(1) Retrouver notre liberté et la maîtrise de notre destin en restituant au peuple français sa souveraineté (monétaire, législative, territoriale, économique). Pour cela, une négociation sera engagée avec nos partenaires européens suivie d’un référendum sur notre appartenance à l’Union européenne. L’objectif est de parvenir à un projet européen respectueux de l’indépendance de la France, des souverainetés nationales et qui serve les intérêts des peuples. (A rapprocher du n°24) Rétablir les frontières nationales et sortir de l’espace Schengen
  • (2) Créer un véritable référendum d’initiative populaire, sur proposition d’au moins 500 000 électeurs.
  • (11) Garantir la liberté de scolariser ses enfants selon ses choix, tout en contrôlant plus strictement la compatibilité avec les valeurs de la République des enseignements dispensés dans les établissements privés hors-contrat.
  • (54) Rehausser progressivement le plafond du quotient familial, rétablir la demi-part des veuves et veufs et la défiscalisation de la majoration des pensions de retraite pour les parents de famille nombreuse.
  • (55) Mettre en œuvre une vraie politique nataliste réservée aux familles françaises, en rétablissant l’universalité des allocations familiales et en maintenant leur indexation sur le coût de la vie. Rétablir la libre répartition du congé parental entre les deux parents.
  • (87) Face aux pressions d’autorités supranationales, maintenir l’interdiction de la GPA et réserver la PMA comme réponse médicale aux problèmes de stérilité. Créer une union civile (PACS amélioré) qui viendra remplacer les dispositions de la loi

Lire la suite de l'article

Le jacobinisme scolaire français handicape clairement notre pays

Selon Anne Coffinier, interrogée dans L'Homme Nouveau :

Une-1631-2"[…] Le jacobinisme scolaire français handicape clairement notre pays, alors que chez nos voisins, les écoles indépendantes sont perçues comme un atout pour le pays et des mécanismes financiers permettant aux plus pauvres d’y accéder sont mis en place. En Grande-Bretagne, les familles font des sacrifices financiers inouïs et considèrent que c’est le premier de leurs devoirs. En Angleterre, l’impressionnante réforme des free schools s’in­spire clairement des écoles indépendantes. Aux États-Unis, c’est la passionaria du chèque éducation, Betsy DeVos, qui a été nommée ministre de l’Éducation par le Président Trump.

Concrètement, quelle est aujourd’hui la situation des écoles libres en France ?

Il y a 886 groupes scolaires indépendants ou, comptés autrement, 1 408 écoles primaires, collèges et lycées aujourd’hui, qui scolarisent plus de 60 000 élèves. 93 nouveaux établissements ont ouvert à la rentrée. L’essor des écoles indépendantes s’amplifie ; le rythme d’ouverture s’accélère. Ces écoles sont surtout des écoles Montessori ou éco-citoyennes mais aussi, pour un quart, des écoles catholiques de pédagogie explicite (c’est-à-dire progressive, rigoureuse, structurée). Un véritable pluralisme pédagogique et éducatif s’est développé au sein des écoles de confession catholique. Je pense à des ouvertures récentes d’établissements originaux comme l’Académie musicale de Liesse ou Puy du Fou Académie ou l’école bénédictine de l’abbaye de Frigolet.

Lire la suite de l'article

Education : le monopole crée l’échec scolaire

Dans La Nef, Jean-Baptiste Noe évoque la liberté scolaire. Extraits :

FIC128219HAB33"Au sein de la société française s’affrontent deux visions de l’école qui sont antagonistes entre elles. La première pense que c’est à l’État seul que revient la tâche éducative, la seconde estime que ce rôle revient en premier aux parents, avec l’aide de la société. Un débat résumé par ces propos de Danton et Robespierre lors des conflits scolaires de 1794. Pour le premier, « il est temps de rétablir ce grand principe qu’on semble méconnaître : que les enfants appartiennent à la république avant d’appartenir à leurs parents ». Ce sur quoi renchérissait Robespierre : « La patrie a seule le droit d’élever ses enfants ; elle ne peut confier ce dépôt à l’orgueil des familles ni aux préjugés des particuliers. » Nous sommes là très loin de la vision chrétienne de l’éducation, maintes fois répétée par les papes et résumée dans le Compendium de la doctrine sociale de l’Église : « Les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants, mais pas les seuls. Il leur revient donc d'exercer avec responsabilité l'œuvre éducative, en collaboration étroite et vigilante avec les organismes civils et ecclésiaux » (n.& 8200;240).

1815-1880 : DES ÉCOLES LIBRES AU MONOPOLE

Après les heurts révolutionnaires, la France se couvre de nouveau d’un manteau d’écoles. Celles-ci sont la plupart du temps portées par des congrégations et des ordres enseignants et financées par des dons de particuliers et d’entreprises. À côté de ces écoles libres, l’État développe aussi ses

Lire la suite de l'article

Le Conseil constitutionnel censure les articles restreignant la liberté scolaire

Le Conseil constitutionnel avait été saisi par plus de soixante sénateurs et plus de soixante députés de la loi relative à l'égalité et à la citoyenneté. 

Capture d’écran 2017-01-26 à 20.06.40"Le Conseil constitutionnel s'est prononcé sur l'article 39, figurant au sein du titre Ier de la loi, qui habilitait le Gouvernement à prendre par ordonnance les mesures nécessaires pour remplacer, dans le code de l'éducation, les régimes de déclaration d'ouverture préalable des établissements privés d'enseignement scolaire par un régime d'autorisation. 

Le Conseil constitutionnel a jugé que, eu égard à l'atteinte susceptible d'être portée à la liberté de l'enseignement par la mise en place d'un régime d'autorisation administrative, le législateur, en confiant au Gouvernement sans autre indication le soin de préciser « les motifs pour lesquels les autorités compétentes peuvent refuser d'autoriser l'ouverture » de tels établissements, a insuffisamment précisé les finalités des mesures susceptibles d'être prises par voie d'ordonnance. 

Le Conseil a ainsi censuré l'insuffisante précision de l'habilitation donnée au Gouvernement. Il n'a pas pris position sur le principe de la substitution d'un régime d'autorisation à un régime de déclaration préalable."

L'article 31 sur l'instruction à domicile a été jugé sans lien avec le projet de loi et censuré également.

Voilà une bonne nouvelle en cette journée de délire d'entrave.

Lire la suite de l'article