Archives par étiquette : s’attendre

Délit d’entrave : il faudra s’attendre très rapidement à des opérations de testing des numéros verts et à des poursuites pénales

Grégor Puppinck, docteur en droit et Directeur du Centre Européen pour le Droit et la Justice (ECLJ-Strasbourg), analyse pour Gènéthique la décision du Conseil Constitutionnel sur le délit d'entrave à l'avortement :

Le Conseil constitutionnel vient de valider la loi élargissant le délit d’entrave à l’IVG au numérique moyennant deux réserves ? Faut-il s’en réjouir ?

Le Conseil constitutionnel valide la loi tout en réduisant la portée de la modification apportée par l’élargissement du délit à l’entrave numérique à l’IVG. Par son interprétation, la décision des « sages » est un camouflet pour le gouvernement et l’actuelle majorité parlementaire, parce que ses réserves censurent une partie essentielle de leur loi. Les informations destinées à un public indéterminé – par exemple sur internet – ne sont plus menacées. De ce point de vue, on peut se réjouir de la décision. Elle donne raison aux nombreuses critiques formulées durant les débats parlementaires à l’encontre de ce texte liberticide.

Cependant, il faut souligner que l’interprétation du Conseil Constitutionnel maintient le délit à l’égard des « informations » destinées à un public « déterminé » par des personnes ayant des compétences réelles ou supposées en la matière. Ainsi, ce qui reste visé par la loi, ce sont surtout les services d’écoute et d’assistance téléphoniques, les « numéros verts » qui paraissent sur les sites pro-vie. Les personnes qui répondent à ces numéros verts pour écouter et conseiller les femmes qui appellent spontanément pourront être poursuivies pénalement dès lors que leurs propos sont susceptibles d’être interprétés comme étant de nature à induire volontairement en erreur

Lire la suite de l'article

Délire d’entrave : “il ne faut pas s’attendre à des miracles si la droite revient au pouvoir”

A propos du délit d'entrave à l'avortement, qui repasse en ce moment même à l'Assemblée nationale, Jean-Frédéric Poisson est interrogé dans Famille chrétienne, sur la capacité de la droite à revenir sur cette loi :

Numero-2040-samedi-18-fevrier-2017-histoire-d-un-exil-les-erythreens-de-conques_large"On peut toujours revenir en arrière. Comme le dit l’adage : « Ce qu’une loi a fait, une autre loi peut le défaire ». Cela étant dit, pour s’attaquer à cette loi, deux choses sont nécessaires, et elles sont inégalement répandues dans les formations de droite aujourd’hui, à savoir de la volonté et du courage. Malheureusement, j’étais le seul candidat à la primaire de la droite à avoir affirmé haut et fort que l’avortement ne pouvait être considéré comme un droit fondamental. La faiblesse de mon résultat à cette primaire éloigne encore dans le temps la possibilité de revenir sur des dispositions de ce genre. Il y aura toujours des hommes et femmes politiques, parmi mes collègues, qui partageront cette même conviction et qui auront le courage de s’exprimer sur cette question. Mais il ne faut pas s’attendre à des miracles si la droite revient au pouvoir.

Peut-on espérer une censure de la part du Conseil Constitutionnel ?

La saisine est prête. On peut tout à fait imaginer une censure, d’autant plus que le Conseil Constitutionnel a censuré il y a quelques jours une disposition portant sur la consultation de sites djihadistes au titre de la liberté d’information. Nous avons saisi le Conseil Constitutionnel pour des motifs équivalents. Je pense qu’il y a de bonnes chances que cette saisine aboutisse. […]"

Lire la suite de l'article

Doit-on s’attendre à pire? La France avertie

 le 19 août, l'évêque de Mossoul :

Notre souffrance est un prélude à ce que vous-mêmes, chrétiens européens et occidentaux, souffrirez dans un futur proche», a crié l’archevêque à ses frères chrétiens d’Occident.

«S’il-vous-plaît, il faut que vous compreniez. Vos principes libéraux et démocratiques n’ont aucune valeur ici. Vous devez reconsidérer la réalité du Moyen-Orient, car vous accueillez un nombre croissant de musulmans. Vous aussi, vous êtes en danger. Il vous faut prendre des décisions courageuses et dures, y compris en allant à l’encontre de vos principes. Vous croyez que tous les êtres humains sont égaux, mais ce n’est pas une chose certaine. L’Islam ne dit pas que tous les êtres humains sont égaux. Vos valeurs ne sont pas leurs valeurs".

le 6 janvier, les services algériens avaient alerté la France de l'imminence d'un attentat.

Le 9 janvier, les services libanais ont prévenu la France : 

"Les Renseignements libanais ont alerté les autorités françaises de l’imminence d’un attentat « plus violent » que Charlie Hebdo, rapporte le quotidien libanais as-Safir dans son édition de vendredi.

Selon le journal libanais, « des préparatifs sont en cours pour une nouvelle opération terroriste sur le sol français, qui pourrait être plus violente que celle contre Charlie Hebdo ».

as-Safir indique également que les services de renseignements libanais et syriens ont mis en garde, durant les derniers mois, les autorités européennes contre le risque d’attentats spectaculaires sur le sol français".

Lire la suite de l'article

Synode : On ne doit pas s’attendre à changement

Le Cardinal Dolan ne voit pas comment il serait possible de donner la communion à des divorcés remariés sans changer dramatiquement la doctrine.

Le Cardinal Timothy Dolan, archevêque de New York et jusqu’à l’année précédente président de la Conférence épiscopale américaine, s’exprime sur les thèmes qui seront traités dans quelques semaines à Rome lors du Synode extraordinaire sur la famille.

« Les gens ne devraient pas s’attendre à quelconque changement sur la question de l’accès au sacrement de communion pour les divorcés remariés, question très en vogue les derniers mois en prévision du rendez-vous du Synode. »

Dans une longue interview devant Crux, nouveau portail américain qui informe sur les événements majeurs du monde catholique, le cardinal Dolan a déclaré :

« personnellement je ne vois pas comment il pourrait y avoir de changement dramatique sans aller à l’encontre de l’enseignement de l’Eglise. »

Le prélat des Etats Unis pense qu’il serait plus opportun que

« le Synode regarde le sujet de manière plus globale, tâchant de comprendre les moyens pour réorienter les personnes vers la beauté et l’aventure d’un mariage d’amour et de fidélité. »

Lire la suite de l'article