Archives par étiquette : santé

Qui se soucie de la santé de Xavier Lemoine ?

Ob_060d82_nkm-agressionTout le monde est au courant que NKM a fait un malaise après reçu quelques tracts à la figure de la part d'un homme énervé, qui s'en est pris à elle dans la rue… Tout le monde y est allé de son tweet de compassion : Hidalgo, Ciotti, Valls, Balkany, Philippot… Exercice obligé du bal des tartufes ! Le 1er Ministre, Édouard Philippe, lui a même a rendu visite à l'hôpital Cochin, "vont-ils pousser le délire jusqu'à éteindre la Tour Eiffel ce soir et mettre les drapeaux en berne ?"

Mais qui est au courant que le courageux maire de Montfermeil, Xavier Lemoine, a été blessé dans l'exercice de ses fonctions de maire ?

Maxresdefault"Le maire de Montfermeil en Seine-Saint-Denis, Xavier Lemoine, a été renversé mardi soir par un pilote de scooter devant l'hôtel de ville, rapporte le Parisien. Nos confrères précisent qu'il a été blessé au bassin et au niveau du cou.

C'est vers 19h30 place Jean Mermoz que l'incident a eu lieu, alors que le maire et ses policiers municipaux contrôlaient "des jeunes gens qui se livraient à un rodéo incessant devant la mairie", peut -on lire.Et d'ajouter qu'un jeune pilote a tout à coup renversé Xavier Lemoine qui traversait le passage-piéton, "avant d’être percuté par un autre trublion sur son deux-roues"."Le suspect a pris la fuite à pied, en abandonnant son engin", écrit le Parisien.Une enquête a été ouverte par le commissariat."

A part Valérie Pécresse, il a visiblement reçu

Lire la suite de l'article

Le mari de la nouvelle ministre de la Santé dirige l’Inserm

C'était bien la peine de prendre 24h pour vérifier les éventuels conflits d'intérêt :

"La nomination du tout premier gouvernement Philippe devait avoir lieu mardi 16 mai. Ce fut finalement fait le lendemain. Le nouveau président de la République voulait donner plus de temps à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique afin de vérifier les déclarations fiscales des futurs ministres et anticiper tout conflit d’intérêt. Raté. Comme le souligne Le Monde, Agnès Buzyn, nouvelle ministre de la Santé [favorable à l'euthanasie], est mariée à Yves Lévy, directeur de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Or, le ministère de la Santé exerce une cotutelle sur cet organisme public. […]"

L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (ou Inserm) est un établissement public à caractère scientifique et technologique français spécialisé dans la recherche médicale, placé sous la double tutelle du Ministère de la recherche et du Ministère de la santé.

Lire la suite de l'article

Le ministre de la Santé Agnès Buzyn favorable à l’euthanasie et à la chasse aux trisomiques

Unknown-40Nommée ministre des Solidarités et de la Santé dans le gouvernement d'Emmanuel Macron et Édouard Philippe, Agnès Buzyn s’était déclarée personnellement favorable à l’euthanasie des enfants, lors d’un colloque au Grand Orient de France en 2015, sur la « fin de vie des enfants ».

« À titre personnel, je suis en faveur de l’espace de liberté belge ».

Pourtant, quand on lui demandait si des enfants en fin de vie émettaient le souhait de mourir, Agnès Buzyn, qui a fait toute sa carrière de médecin à l’hôpital Necker, était catégorique :

« À la lumière de mon expérience, je peux affirmer que les enfants en fin de vie ne demandent pas à mourir. Ils n’ont pas peur de la mort. Ce qui les rend malheureux, c’est de décevoir leurs parents, et de leur faire de la peine ».

Agnès Buzyn intervenait sous les arcanes du Temple Groussier, rue Cadet, siège du Grand Orient, aux côtés du sénateur socialiste belge Philippe Mahoux, auteur de la loi dépénalisant l’euthanasie en 2002. Il est également auteur de la loi qui a étendu l’euthanasie aux enfants, en 2014.

Autre invité, le député du Rhône Jean-Louis Touraine, alors membre du Parti socialiste, qui plaidait pour l’euthanasie des adultes, et des enfants. Conseiller d’Emmanuel Macron pendant la campagne, il brigue un nouveau mandat législatif à Lyon,  sous l’étiquette La République En Marche (LREM).

Agnès Buzyn, présidente du Collège de la Haute Autorité de santé (HAS), a rendu publiques de nouvelles recommandations en matière de dépistage de

Lire la suite de l'article

Avoir des enfants, c’est bon pour la santé

Une étude publiée mardi dans la revue médicale Journal of Epidemiology & Community Health et réalisée sur plus de 1,4 million de Suédois nés entre 1911 et 1925, montre que l'espérance de vie à 60 ans était supérieure de près de deux ans chez les parents d'au moins un enfant par rapport aux personnes sans enfants.

A 80 ans, les pères ayant eu au moins un enfant avaient encore une espérance de vie de 7,7 ans, contre 7 ans chez les hommes sans enfant, soit un écart de 0,7 an, tandis que les mères pouvaient espérer vivre encore 9,5 ans au lieu de 8,9 ans pour les femmes sans enfant, soit un écart de 0,6 an.

Pour expliquer l'écart d'espérance de vie entre les personnes avec ou sans enfants, les chercheurs avancent, au-delà du soutien apporté par leurs enfants, d'autres phénomènes possibles comme le fait d'avoir adopté des comportements plus sains à cause de leurs enfants.

Lire la suite de l'article

La mort rapide de résidents d’EHPAD, lorsque leur état de santé s’aggrave

Extrait du témoignage d'une infirmière :

"Depuis 18 mois, j'anime des sessions de formation sur la douleur et les soins palliatifs, à des personnels de santé de certaines EHPAD de mon département. Ces personnels sont des infirmier(e)s, des aides-soignant(e)s, des AMP et des ASH (agents de services hospitaliers).

Ces temps de formation sont l'occasion de réfléchir sur les pratiques de soins et d'acquérir de nouvelles connaissances. Elles sont aussi le lieu de longues discussions où de nombreuses questions sont soulevées.

L'une, abordée fréquemment, est celle de la rapidité avec laquelle meure un certain nombre de résidents de ces EHPAD dès que leur état de santé s'aggrave.

En effet, lorsque nous étudions la problématique de la douleur, de l'angoisse, de certaines agitations, des troubles du transit, de l'élimination, de l'alimentation ou encore de l'hydratation chez les patients en fin de vie, je questionne toujours les soignants sur la façon dont ils observent, évaluent, traitent et soulagent ces inconforts. Nous prenons le temps de l'écoute pour mieux comprendre les situations concrètes.

Afin de permettre aux personnels de bien comprendre l'objet de ces questions, je donne toujours des exemples concrets de personnes accompagnées sur mes lieux de travail.

Ainsi, j'explique que, pour chaque patient en fin de vie chez qui nous observons un inconfort, nous l'évaluons, nous nous efforçons de le comprendre et d'en trouver la source. A partir de cela, nous appliquons les traitements adaptés ou faisons des démarches afin de tenter de répondre au problème.

Ensuite, je précise que nous évaluons

Lire la suite de l'article

Etats-Unis : Tom Price confirmé à la Santé

C4TsYsPW8AEXUC_The Marche for Life félicite le nouveau Secrétaire d'Etat à la Santé. Tom Price est un protestant évangélique, fervent partisan au Congrès d’une politique chrétienne en matière d’avortement et de mariage.

Le Sénat a confirmé sa nomination par 52 voix contre 47.

Tom Price, chirurgien orthopédique de formation, va pouvoir réécrire l'Affordable Care Act de 2010, aussi dénommée Obamacare, qui a permis le financement obligatoire de la culture de mort sur fonds publics. Il devrait aider les républicains, majoritaire au Congrès, qui travaillent déjà sur un texte de remplacement à l'Obamacare que le nouveau président des États-Unis Donald Trump a promis d'abroger. Membre de la Chambre des représentants depuis 2005 et actuel président de sa commission du budget, Tom Price a travaillé sur des textes pour remplacer l'Obamacare par des crédits d'impôts permettant de souscrire à une assurance maladie.

Lire la suite de l'article

Le taux de fécondité : indice de la santé de la France

Communiqué des AFC :

"Une récente étude de l’INED Population & Société  (Numéro 540, Janvier 2017) « La proportion de femmes sans enfants a-t-elle atteint un pic en Europe ? » révèle un taux de fécondité en forte baisse, avec une moyenne de 1,7 enfant par femme (pour les femmes nées en 1974), moyenne reconnue aujourd’hui comme insuffisante pour le renouvellement de la population en Europe.

La France n’y fait pas figure d’exception, puisqu’elle est passée elle aussi au-dessous du seuil symbolique de 2 (INSEE, Bilan démographique 2016), admis comme le seuil de renouvellement.

La CNAFC n’est cependant pas surprise de cette baisse qu’elle annonçait déjà en 2015 puis en 2016 à l’occasion de la publication d’un sondage IFOP.

L’étude de l’INED constate en effet un lien étroit entre le taux de fécondité et « le marché du travail, avec son lot d’emplois précaires, et les politiques familiales qui ne consacrent finalement que des budgets limités à l’aide des familles, font que la décision de devenir parent reste difficile à prendre à la fois pour les hommes et les femmes. Ensuite, l’augmentation rapide du taux d’activité féminine à temps plein ne s’est pas accompagné du développement de politiques d’offre de gardes d’enfants et de congés parentaux suffisantes pour pouvoir concilier travail et famille ».

Les réformes gouvernementales successives en matière de politique familiale – deux abaissements du plafond du quotient familial, la fiscalisation des majorations familiales de retraites et la mise sous condition de ressources des allocations

Lire la suite de l'article

Selon le ministre de la santé, 30 000 avortements par an, c’est beaucoup trop

Unknown-11Le ministre de la santé… des Pays-Bas. Le ministre de la santé Edith Schippers envisage de mieux impliquer les médecins généralistes dans l’accompagnement des femmes enceintes hésitant à poursuivre leur grossesse. Elle explique :

« 30 000 femmes mettent fin à leur grossesse chaque année ». « C’est beaucoup trop ». « Nous faisons beaucoup pour l’information et la prévention. Mais quand on voit ces chiffres, cela m’effraie. Je souhaite réduire le nombre d’avortements ».

Lire la suite de l'article

Le système de santé a une grippe carabinée

Le Salon Beige le dénonçait déjà en août 2015 :

"En France, le Ministère de la Santé se mobilise pour l'accès à l'avortement en plein été… mais ferme des urgences par manque de personnel"

Depuis plusieurs jours, les urgences sont saturées face à l'afflux de malades atteints par la grippe. Et c'est un peu rapide d'accuser la grippe.

Un Etat ne peut pas à la fois défendre la culture de mort (avortement) et la culture de vie (la santé). Or, après 5 ans de socialisme, le système de santé est à genou.

Cet article de juin (période où il n'y a pas de grippe) expliquait que des Urgences (Cherbourg) sont saturées parce que l'Etat a fermé d'autres Urgences (Valognes) !

"Depuis la fermeture du service des urgences de Valognes l'été dernier, celui de Cherbourg est débordé. Le personnel, lessivé, tirait la sonnette d'alarme, dès le mois de janvier. A deux semaines du Tour de France, le service semble plus que jamais au plus mal."

Lire la suite de l'article