Archives par étiquette : sans

« De “jouir sans entraves”, nous sommes passés à “produire, consommer, avorter, émigrer sans entraves”.»

DPpCKlxWkAEWE0BIntervention de Laure Lavalette (Conseiller municipal FN Toulon et Conseiller communautaire Toulon-Provence- Méditerranée) sur la Famille, samedi au Palais des Papes d'Avignon, lors du colloque du groupe Europe des Nations et des Libertés – France co-présidé par Nicolas Bay :

Commentaires (5)

Il y vraiment des gens bien et qualifiés, au FN,dommage qu' à sa tête…

Rédigé par : Exupéry | 27 nov 2017 20:17:55
____________________________________

Et à nous damner sans entraves ??

Rédigé par : lève-toi | 27 nov 2017 20:20:40
____________________________________

Un seul mot Madame : "Bravo"!!!

Rédigé par : HAËNTJENS | 27 nov 2017 20:22:38
____________________________________

Félicitations et parfaite sur tous les points de vue

Rédigé par : Bruno | 27 nov 2017 21:05:27
____________________________________

Félicitations! Vous avez les yeux bien ouverts, Madame et le courage de dire ce que vous voyez!

Rédigé par : clovis | 27 nov 2017 22:16:11
____________________________________

Lire la suite de l'article

« Laissez une paroisse vingt ans sans prêtre : on y adorera les bêtes. »

VLe saint curé d'Ars n'aura jamais eu autant raison que dans cette église du Limbourg néerlandophone où une vache crucifiée est exposée… Sauf que dans cette paroisse, il y a toujours un prêtre…

L'œuvre de Tom Herck a en effet été installée dans une église où des messes sont toujours célébrées.

Une manifestation d'indigntion a eu lieu le 19 novembre.

Lire la suite de l'article

Sous Obama le Département d’Etat avait signé l’Accord de Paris sans la ratification du Sénat

Cela lui vaut d'être poursuivi en justice par le Competitive Enterprise Institute (CEI), un think-tank libertarien :

Unknown-8"Aux Etats-Unis, le Sénat doit normalement, en vertu de la constitution, approuver chaque traité signé par l’exécutif à une majorité des deux tiers. Le Département d’Etat refuse toujours, sous la présidence de Donald Trump, de divulguer notamment les courriels de deux hauts fonctionnaires travaillant au ministère au moment où il a été décidé de ne pas qualifier l’Accord de Paris comme un traité, pour empêcher son rejet par le Sénat. Considérant que cette rétention de documents est une infraction à la loi sur la liberté d’information (Freedom of Information Act, FOIA), le CEI a donc décidé d’intenter un procès le 11 novembre dernier.

Dans son communiqué de presse, le CEI rappelle que l’administration Obama a exclu le Sénat de la procédure de signature du traité afin de pouvoir rejoindre l’Accord de Paris. Il rappelle aussi que, malgré un avis juridique dénonçant la violation de la Constitution que représentait le court-circuitage du Sénat, le Républicain Bob Corker, président de la Commission des Affaires étrangères du Sénat, ne s’y était pas opposé publiquement. Le CEI dit vouloir comprendre ce qui a motivé son silence.

La question que se pose aujourd’hui William F. Jasper dans “The New American”, c’est de savoir pourquoi Donald Trump et son secrétaire d’État Rex Tillerson continuent de retenir ces documents. Serait-ce pour empêcher que la signature de l’Accord de Paris par les Etats-Unis soit reconnue comme nulle

Lire la suite de l'article

Madeleine de Jessey : “On dénonce les porcs sans dénoncer la porcherie”

Lors d'une de ses premières interventions médiatiques, la nouvelle présidente de Sens Commun, Madeleine de Jessey, a condamné avec justesse et courage la pornographie dans le contexte du harcèlement sexuel :

7790968044_madeleine-de-jessey-etait-l-invitee-de-rtl-du-15-novembre"J’ai beaucoup de mal avec ce hashtag [#BalanceTonPorc, ndlr]. Je trouve formidable les révélations qui ont permis de libérer la parole, d’inciter des femmes à aller porter plainte d’agressions passées mais je préfère livrer les personnes incriminées à la justice plutôt qu’à l’hystérie collective sur les médias sociaux (…)

On dénonce les porcs sans dénoncer la porcherie (…) La fabrique de porcs elle continue de tourner à plein. On ne s'interroge pas sur la question de la pornographie et notamment les ravages que ça fait sur les plus jeunes, la conflictualisation des rapports garçons-filles que ça entraîne. La pornographie, c’est un univers où il y a un rapport hiérarchique dominant-dominé et où les femmes sont considérées comme des choses […] On ne s'interroge pas sur les publicités sexistes qui utilisent les femmes pour attiser les pulsions consuméristes des hommes. Il faut s'interroger sur les causes"

Lire la suite de l'article

Exposition réalisée par “Sans blanc.com” à Sciences Po faisant l’éloge du voile à l’école, de l’islamisme

Exposition dans les locaux de Sciences po Paris faisant l’éloge du voile à l’école, de l’islamisme contre la République xénophobe, qui salue la création du PIR, antisémite et anti-France. Création graphique ? « SansBlanc.com ».

23622056_945712745576218_3046595844542766435_n

23517956_945712648909561_1230550410269614768_n

DOmesPKW4AASDc9

DOmesPOXcAICEcU

23472862_945712772242882_4586627146198870649_n

Lire la suite de l'article

Comment pourrions-nous donc contrer l’islamisme sans nous voir accusés de porter atteinte au Coran ?

Écrivain algérien vivant toujours dans son pays, Boualem Sansal est interrogé dans le numéro de novembre du mensuel La Nef. Extrait :

Couverture297"[…] Je tiens à alerter sur ce qui, à mon avis, est le problème numéro 1 de notre époque : l’islamisation conquérante dont l’islamisme est une composante forte. J’ai assez étudié la montée des idéologies en Europe dans les années 1930 pour voir une grande similitude entre ces deux phénomènes. L’histoire se répète. Hier comme aujourd’hui nous voyons sans croire, nous entendons sans comprendre, et ainsi, peu à peu, la société bascule dans la nouvelle idéologie.

La différence est qu’avec l’islamisme, on a affaire à une idéologie religieuse, alors que les précédentes étaient athées. N’est-ce pas plus redoutable ?

L'islamisme est une doctrine totalitaire, il ne vise pas que la prise de pouvoir, il entend transformer le monde et le soumettre définitivement à la charia. Il est d'autant plus dangereux qu'il puise sa raison d’être et ses arguments dans un livre, le Coran, que les musulmans, unanimement, considèrent comme étant la parole de Dieu, indiscutable et éternelle. Comment pourrions-nous donc contrer l'islamisme sans nous voir accusés de porter atteinte au Coran et indigner toute l’Oumma ? C'est en ce sens que le problème est un défi redoutable pour nous. Les islamistes le savent et en font le cœur de leur stratégie de conquête. […]

Dans votre essai Gouverner au nom d’Allah, paru en 2013, vous regrettiez « le silence assourdissant » des intellectuels musulmans. À présent, vous constatez qu’un nombre

Lire la suite de l'article

Le programme de la Commission européenne : sans surprise, plus d’UE

Unknown-9L'Union européenne, malgré son échec patent à régler les problèmes des Européens, à commencer par le terrorisme et l'immigration (pas d'amalgame svp), malgré la défiance dont elle fait l'objet depuis de longues années (et notamment les référendum de 2005), malgré la montée des mouvements populistes, en Allemagne, en France, en Autriche et en Europe de l'est, malgré le Brexit, veut aller encore plus loin.

La Commission va notamment faire pression pour que soient employées les « clauses passerelles » afin de diminuer les domaines où les Etats peuvent encore opposer leur veto.

Elle veut explorer le concept d’un président unique du Conseil européen et de la Commission, et créer la fonction de ministre européen permanent de l’économie et des finances.

Elle veut aussi étendre les pouvoirs du parquet européen qui vient d’être créé.

Et ces menteurs osent dire qu’ils cherchent « les moyens de renforcer encore la subsidiarité »… C'est une singerie de ce principe.

C'est ce que l'on appelle une utopie. Cela finira dans le mur, c'est seulement une question de temps.

Lire la suite de l'article

Repentance à tout prix : et si le 17 octobre 1961, malgré la reconnaissance officielle d’Hollande, il s’agissait d’un « massacre » sans cadavres?

Intéressant : 

"Comme chaque année à la date anniversaire de la manifestation du 17 octobre 1961 à Paris, communistes et socialistes, amis du FLN et militants « anticolonialistes » (sic), vont commémorer un « massacre » qui aurait été perpétré par la police française. Ils se réuniront ensuite sur le Pont Saint-Michel d’où, toujours selon  eux, des dizaines, voire des centaines d’Algériens auraient été précipités dans la Seine.

Le seul problème, mais il est de taille, est que ce « massacre » n’a pas eu lieu… Quant aux noyades, à l’exception de celles pratiquées par le FLN sur les membres du MNA ou sur les Harkis, elles n’ont pas davantage existé…car nous sommes en réalité en présence d’un montage.

Démonstration :

1) Le 18 octobre 1961 au matin, le bilan de la manifestation de la veille parvient à Maurice Legay, directeur général de la police parisienne. Il est de 3 morts. Nous voilà donc loin des dizaines, voire des centaines de morts et de noyés avancés par certains.

2) Or, deux de ces trois morts, à savoir Abdelkader Déroués et Lamara Achenoune n’ont aucun lien avec la « répression » du 17 octobre puisqu’ils ont été tués, non pas à coups de matraque, mais par balle, non pas dans le centre de Paris, mais à Puteaux, donc loin de la manifestation. De plus, le second a été préalablement étranglé…

3) Un mort, un seul, a tout de même été relevé dans le périmètre de la manifestation et il ne s’agit pas d’un Algérien, mais d’un Français « de souche » nommé

Lire la suite de l'article

Mise d’office sous pilule dès 13 ans sans l’avoir demandé

A 13 ans, Laure est chez le médecin de famille qui la suivait depuis sa naissance :

« Je venais pour une angine, il a regardé mes seins en me disant qu’il était temps ».

Temps de quoi ? L’adolescente timide n’ose même pas le demander. Le médecin lui prescrit le jour même la Diane 35, un médicament antiacnéique détourné pour un usage de contraceptif oral.

« Pas une seule fois il m’a demandé si j’avais eu une relation sexuelle ou si je prévoyais d’en avoir une ».

La réponse est pourtant non aux deux questions. Ce n’est qu’à 18 ans qu’elle connaît sa première expérience sexuelle.

« Etait-ce vraiment nécessaire de me faire prendre un traitement pendant cinq ans à une période où tant de choses se jouent ? ».

En 2012, Laure a 22 ans. Dans les journaux, à la télévision, la Diane 35 est soudain sur le banc des accusés ; on lui impute des thromboses veineuses, plusieurs morts. Laure prend rendez-vous chez une gynécologue. Après deux mois d’attente, le rendez-vous est « expédié en quinze minutes ».

« Quand je lui ai demandé quels étaient les risques, elle a soupiré en disant que c’était du grand n’importe quoi, mais sans expliquer pourquoi ».

L’étudiante ressort avec une prescription pour une autre pilule. Quelques mois plus tard, en janvier 2013, la Diane 35 est retirée du marché. Le scandale des pilules de troisième et quatrième générations éclate.

« Ça a été un déclic, je me suis dit

Lire la suite de l'article

Pilules contraceptives : 84 plaintes classées sans suite

Une conclusion qui a provoqué déception et incompréhension chez les plaignantes.

3 déposeront une plainte avec constitution de partie civile visant des laboratoires et l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament). Cette procédure vise à obtenir de manière quasi automatique la désignation d’un juge d’instruction pour poursuivre l’enquête.

Par ailleurs, des implants de stérilisation ont été mis en cause pour des effets indésirables. Aussi, le groupe pharmaceutique allemand Bayer a annoncé lundi la fin de la commercialisation, sauf aux Etats-Unis, des implants de stérilisation Essure. Ces petits implants de stérilisation féminine en forme de ressort sont contestés en raison d’effets indésirables parfois graves survenus après leur implantation (saignements, douleurs, forte fatigue, réaction allergique, dépression…). Néanmoins, les procédures judiciaires sont toujours en cours afin de permettre de faire la lumière sur le défaut de sécurité lié à l’utilisation de ces implants.

Lire la suite de l'article